Connect with us

A LA UNE

Guinée : l’opposition suspend sa participation à l’Assemblée nationale

Published

on

L’opposition guinéenne a suspendu sa participation à l’Assemblée nationale. L’annonce a été faite ce vendredi 11 octobre 2019 par leurs députés. Dans ce document ils accusent les autorités du pays de vouloir « élaborer une nouvelle Constitution pour se maintenir au pouvoir, en violation flagrante de la Constitution en vigueur » .

LES DEPUTES ISSUS DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION (UFDG, UFR, UDG, UPG), MEMBRES DES GROUPES PARLEMENTAIRES LIBERAL DEMOCRATE ET ALLIANCE REPUBLICAINE, FONT LA DECLARATION SUIVANTE :

Considérant la violation systématique de la Constitution et des autres Lois de la République par le Gouvernement et sa majorité parlementaire;

Considérant la volonté mainte fois exprimée par les autorités de ce pays d’élaborer une nouvelle Constitution pour se maintenir au pouvoir, en violation flagrante de la Constitution en vigueur;

Considérant que l’article 51 de la Constitution en vigueur ne peut servir de base légale pour initier l’élaboration d’une nouvelle constitution ;

Considérant que l’élaboration d’une nouvelle Constitution suppose la rupture de l’ordre constitutionnel en vigueur ce qui n’est pas le cas actuellement ;

Considérant que notre Constitution dispose en son article 2 : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants élus et par voie de référendum. Aucune fraction du peuple, aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ». Ce qui signifie que notre modèle démocratique est du ressort de la démocratie représentative et non de la démocratie directe.

Considérant que personne ne dénie au peuple de Guinée sa souveraineté et donc le droit de changer de constitution lorsque certaines conditions sont réunies (rupture de l’ordre constitutionnel en vigueur : guerre, révolution, coup d’état, création d’un nouvel Etat, etc.) ou de la réviser dans le respect des procédures prévues à cet effet ;

Considérant qu’aux termes des dispositions de la Constitution en vigueur, le peuple n’a pas l’initiative de la loi et aucune procédure consultative du peuple n’est prévue en dehors du référendum. Mieux, le référendum d’initiative populaire n’est pas prévu dans notre Constitution et la liberté d’opinion et d’expression reconnue aux citoyens guinéens ne leur confère pas, en temps normal, un droit d’initiative pour convoquer un référendum législatif ou constitutionnel ;

Considérant que les consultations engagées par le Premier ministre, dès lors qu’elles visent à l’élaboration d’une nouvelle Constitution, sont illégales, inopportunes et contraires à la Constitution en vigueur et aux principes démocratiques et de l’État de droit ;

Considérant que le Parlement est une institution qui n’appartient à personne et dont les membres siègent conformément à la Loi ;

Considérant que le fait de siéger au Parlement ne signifie pas collaborer avec le pouvoir en place et encore moins cautionner les violations de la Loi perpétrées par ce dernier ;

Considérant que la position exprimée par le Président de l’Assemble Nationale et certains membres de la majorité parlementaire dans le cadre des consultations engagées par le Premier ministre ne reflète pas celle du Parlement, aucune résolution n’ayant été adoptée en faveur de l’élaboration d’une nouvelle Constitution ;

Considérant l’interdiction illégale de manifester depuis juillet 2018, en violation des droits constitutionnels des citoyens guinéens tels que consacrés par l’article 10 de la Constitution ;

Considérant que l’article 21 de la Constitution dispose : « le peuple de Guinée a le droit de résister à l’oppression » ;

Considérant la violation systématique du Code Electoral en ce qui concerne l’installation des Conseils de Quartier, de District et Régionaux ;

Considérant le non respect du calendrier électoralet des recommandations du rapport d’audit sur le fichier électoral ;

Considérant que la décision du Président de la CENIfixant date du 28 décembre est illégale dans la mesure où elle viole le Code électoral, notamment en ses articles 17 à 29 ;

Considérant que la date proposée est techniquement intenable en raison des réalités du terrain, de la complexité des activités et /ou des opérations, ainsi que des délais légaux incompressibles ;

Considérant que les membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et tous les citoyens qui se battent pour le respect de la Constitution, du Code électoral et du Code des Collectivités locales ne font que leur devoir en application de l’article 22 de notre Loi fondamentale en vertu duquel « chaque citoyen a le devoir de se conformer à la Constitution, aux lois et aux règlements ».

De ce qui précède, les députes des Groupes Parlementaires issus des Partis Politiques membres du FNDC

DECIDENT

De suspendre leur participation aux travaux de l’Assemblée Nationale.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : un journaliste convoqué dans un camp militaire

Published

on

Un journaliste est convoqué à la direction du renseignement militaire de l’État-major Général des armées, a-t-on appris.

Il s’agit de Mohamed Bangoura, directeur de publication du site d’information mosaiqueguinee.com. Selon les explications recueillies auprès de notre confrère par la Remigui (Réseau des médias sur internet en Guinée)  , sa convocation serait consécutif à la publication d’un article de presse dans son site évoquant une disparition d’un camion de tramadol.

« Convoquer un journaliste dans un camp militaire de cette façon, nous avons vécu beaucoup de régimes d’exception mais ceci est une première que nous ne devrions pas laisser prospérer », indique l’association, invitant les autorités militaires derrière cette affaire à privilégier les voies légales en la matière.

Dans un autre communiqué, un syndicat de la presse en Guinée souligne que le journaliste subit ces derniers jours  des harcèlements et des intimidations. « Des militaires ont débarqué vendredi dans sa rédaction d’où ils voulaient le cueillir et trainer dans la boue comme un objet avant de l’envoyer à une destination inconnue. Heureusement qu’il n’était pas sur place ce jour-là mais depuis lors, il reçoit des appels téléphoniques l’intimant de se présenter au camp », déplore le SPPG.

Ce syndicat rappelle qu’en Guinée, un journaliste n’a pas à répondre dans un camp militaire et invite à notre confrère à ne répondre. « Au nom du principe selon lequel, nul n’est tenu obéir à un ordre manifestement illégal, nous demandons à Mohamed Bangoura de ne pas répondre à cette convocation illégale ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara gracie Laurent Gbagbo

Published

on

En Côte d'Ivoire, le président Alassane Ouattara a accordé samedi 6 août sa grâce à son prédécesseur et ancien rival Laurent Gbagbo, sous le coup d'une peine de 20 ans de prison dans son pays à la suite de la crise post-électorale de 2010-2011.

" Dans le souci de renforcer la cohésion sociale, j’ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo" a déclaré le président ivoirien lors de son discours à la nation, ce 6 août. "J’ai également demandé qu’il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de rentes viagères », ajoute-il.

Laurent Gbagbo réclamait en effet depuis son acquittement par la CPI que l’État ivoirien lui verse les arriérés de rentes viagères dues aux anciens présidents, et qui avaient été gelés lors de sa détention à La Haye, ce qui devrait atteindre 3 millions d’euros si le barème lui est appliqué rétroactivement sur 10 ans. Ses comptes bancaires seront également dégelés.

Par Guinee28 

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Justice: un avocat malien interdit de plaider en Guinée

Published

on

Un avocat d'origine malienne qui défend l'ancien Premier ministre Kasssory Fofana, incarcéré depuis plusieurs mois à la maison centrale pour détournement, a été interdit de postuler et de plaider devant toutes les juridictions en Guinée.

Il s'agit de Me Mamadou Ismaïla Konaté, inscrit aux barreaux de Paris et de Mali.

La justice guinéenne le reproche d’avoir tenu des propos discourtois envers le procureur spécial de la Cour de  répression des infractions économiques et financières (CRIEF), Aly Touré, lors d’une émission radiodiffusée non autorisée.

Autre motif, la justice évoque l'absence à ce jour d’une convention de réciprocité entre les barreaux de Paris, du Mali et de la Guinée quant à l’exercice de la profession d’avocat.

Par I. Sylla 

 

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance