Connect with us

Politique

Guinée : l’ONU veut un gouvernement de « consensus »

Published

on

Votre publicité ici

Le représentant du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a exhorté lundi à Dakar le président guinéen réélu Alpha Condé à former "un gouvernement de large consensus" pour favoriser la stabilité dans le pays.

La Cour constitutionnelle a proclamé samedi Alpha Condé vainqueur dès le premier tour de la présidentielle du 11 octobre face à sept autres candidats, confirmant les résultats annoncés deux semaines auparavant par la Commission électorale, contestés par l'opposition.

Mohamed Ibn Chambas, qui s'exprimait au cours d'une rencontre avec l'Association de la presse étrangère au Sénégal (APES), a rappelé que M. Condé avait rencontré le 23 octobre un des chefs de l'opposition, l'ex-Premier ministre Sidya Touré, arrivé en troisième position.

"J'espère que c'est juste le début d'une large consultation de la part du président pour un gouvernement de large consensus après sa victoire", a déclaré M. Ibn Chambas, jugeant que ce serait "bon pour la Guinée et pour la sous-région aussi".

Il y aurait ainsi "un peu plus de stabilité en Guinée", une nécessité "après Ebola, qui a créé beaucoup de problèmes au niveau de (son) économie", a-t-il estimé, en référence à l'épidémie qui s'est déclarée dans le pays en décembre 2013.

Fodé Oussou Fofana, directeur de campagne du chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo, arrivé deuxième, a réaffirmé samedi soir que son parti ne reconnaîtrait "jamais les résultats de cette mascarade électorale".

"La démocratie a reculé dans notre pays, c’est dommage pour la Guinée", a-t-il déclaré à des journalistes.

Dès le lendemain du scrutin, les sept adversaires de M. Condé ont dénoncé une "mascarade" et refusé par avance d'en reconnaître les résultats. M. Diallo avait prévenu le 17 octobre qu'il ne saisirait pas la Cour constitutionnelle et avait promis d'appeler à des manifestations "le moment venu".

Rappelant le risque de violences lors de manifestations politiques en Guinée, le responsable de l'ONU a exhorté autorités et opposants à agir pour changer cette donne, mais aussi poursuivre le dialogue, et faire en sorte que les élections locales prévues en 2016 se tiennent dans un climat apaisé.

Il faut "que la Guinée arrive à être un pays où la manifestation sera pacifique, paisible", a-t-il dit, demandant "aux acteurs politiques de s'abstenir de toute instrumentalisation des clivages ethniques, et d'incitation à la violence".

D'après Amnesty International, au moins 13 personnes ont été tuées et environ 80 blessées dans les violences électorales en octobre en Guinée.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Décès de Oury Barry : « ça n’a rien de naturel », estime Fabien Offner

Published

on

Votre publicité ici

Les réactions continuent suite à la mort en détention le 16 janvier dernier de Mamadou Oury Barry, âgé de 21 ans.

Alors que le ministère de la justice évoque la maladie, tandis que sa famille parle « d'empoisonnement et de « crime d'État », pour le responsable pour l'Afrique de l'Ouest d'Amnesty International, son décès « n’a rien de naturel ».

Ces décès « n'ont évidemment rien de naturel et résultent de violations graves des principes fondamentaux de l'ONU relatifs au traitement des détenus », a estimé Fabien Offner, cité par le point.fr.

Une centaine de personnes au moins sont mortes en détention en Guinée entre 2015 et octobre 2019, a-t-il souligné.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus politiques sont morts en prison avant leurs procès à la Maison centrale de Conakry.

Dans un communiqué jeudi, l'Union européenne a souligné que ces décès « mettent en évidence les dysfonctionnements du système pénitentiaire et de l'appareil judiciaire guinéen ».

Les États-Unis ont également réagi. Se disant « gravement préoccupés » par le « ciblage de l'opposition politique par le gouvernement », pour Washington, « les actions du gouvernement et la mort de deux membres de l'opposition pendant leur détention remettent en question l'engagement de la Guinée en faveur de l'État de droit ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Décès de Oury Barry : l’UE dénonce les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire guinéen

Published

on

Votre publicité ici

Les réactions se multiplient suite à la mort en détention de Mamadou Oury Barry le 16 janvier dernier. Alors que le ministère de la justice parle de mort naturelle, pour l’Union européenne, « ces faits, répétés, mettent en évidence les dysfonctionnements du système pénitentiaire et de l’appareil judiciaire guinéen ».

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus politiques sont morts en détention préventive à la Maison centrale de Conakry.

L’Union européenne appelle les autorités guinéennes à remédier à cette situation et à ce que la justice puisse pleinement s’exercer sur la base d’enquêtes menées en toute indépendance, dit-elle dans un communiqué, rappelant que  « le droit à un procès équitable et à la dignité pour les détenus fait partie intégrante des Droits de l’Homme à laquelle l’Union européenne est indéfectiblement attachée ainsi qu’à la liberté d’association, d’expression et de manifestation »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Crise guinéenne : Cellou Dalein Diallo s’entretient avec des diplomates de l’Union européennes

Published

on

Votre publicité ici

Alors que plusieurs militants et responsables de l’opposition, principalement de l’Union des Forces démocratiques de Guinée (UFDG) croupissent en prison depuis plusieurs mois, Cellou Dalein Diallo s’est entretenu mardi avec  les Ambassadeurs de l'UE, Josep Coll, et de l’Allemagne Ulrich Meier-Tesch, en présence des Chargées d’Affaires de la Belgique, Delphine Perremans et de l’Espagne Cristina Valero Marin, ainsi que du Conseiller politique de l’Ambassadeur de France en Guinée, Patrick Duvautour.

Selon l’opposant, leur discussion ont porté notamment sur la crise socio-politique guinéenne, les violences post-électorales, la détention « arbitraire » de ses proches collaborateurs et ses militants.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance