Connect with us

Politique

Guinée: l’agenda caché d’Alpha Condé

Published

on

Même Lansana Konté, au temps où la maladie avait rendu son pouvoir irréversiblement vulnérable, n’y avait jamais pensé : faire adopter une loi pour rendre pénalement responsables, les organisateurs d’une manifestation si celle-ci venait à déboucher sur des casses ou des destructions de biens publics ou privés. Mais le Professeur Alpha Condé, lui, en a eu l’idée. Les casseurs ou autres loubards ne sauraient être responsables sur le plan pénal d’actes de vandalisme mais plutôt leurs chefs, en l’occurrence les organisateurs des marches. Ainsi, l’un des objectifs recherchés à travers la réforme envisagée par le président guinéen, c’est de tuer dans l’œuf toute idée de marche. Car, sans organisateur, il n’ a point de marche. Et s’il n’y a pas de marche, Condé peut boire son petit lait. Et pour faire avaler une telle pilule à son peuple, le Pr Condé a eu l’ingénieuse idée de l’entourer d’un ensemble de réformes dont l’abolition de la peine capitale. Concrètement, le président de la Guinée fait de la suppression de la peine de mort, un cheval de Troie aux fins d’entuber les Guinéens par rapport à sa réelle intention qui est de torpiller, dans un premier temps, le principe même de l’exercice des libertés individuelles et collectives, et dans un second temps, viser son objectif ultime qui est de renouveler son bail. En effet, pour réaliser son ambition, Alpha Condé avance masqué, tout en oubliant la leçon de morale de ce proverbe africain qui dit que « celui qui est caché voit celui qui cherche ». Autrement dit, dans cette Afrique, on est suffisamment instruit des stratégies de ces présidents piqués par le virus de la boulimie du pouvoir. Tout se passe comme si Alpha Condé a oublié d’où il vient.

Attendu comme sauveur, Alpha Condé se comporte en bourreau de la démocratie et des libertés

Pour preuve, sans la manifestation du 28 septembre 2009 au cours de laquelle 157 Guinéens ont été massacrés au nom de leur attachement à la démocratie et pour avoir répondu à un appel des leaders, Alpha Condé ne serait pas président aujourd’hui. L’opposant historique n’a-t-il pas construit, quelque part, son destin sur le sang de ses militants et autres Guinéens tombés au Stade du 28 septembre  2009, pour avoir défié les ordres de Moussa Dadis Camara ? A l’analyse, c’est bien dommage pour la Guinée et les Guinéens, que celui qui devrait incarner la renaissance de la démocratie  en devienne la première menace. Car, attendu comme sauveur, le Professeur se comporte en bourreau de la démocratie et des libertés. Et pour cela, Condé aura trahi son peuple et son pays. En règle générale, les réformes qui ne sont pas de nature à renforcer la démocratie, la gouvernance et le développement, sont en réalité des outils au service de la dictature. Ainsi, il n’est pas trop de dire que Condé cherche à rempiler pour un nouveau mandat. Faut-il s’étonner d’un tel comportement venant d’un tel homme, quand on sait que les opposants historiques finissent par être des freins pour la démocratie ? Comme on le dit, le pouvoir révèle l’homme. Maintenant que son intention est affichée avec un objectif antidémocratique, peut-on encore raisonner le prince Condé? C’est simplement désespérant, mais on peut compter sur la sagesse de l’Assemblée nationale dont on espère qu’elle ne tombera pas dans le piège de la majorité mécanique.

Le pays

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après l’Amérique du nord, Cellou Dalein Diallo attendu en Europe

Published

on

En séjour en Amérique du nord depuis le 14 juin dernier, Cellou Dalein Diallo devrait boucler sa tournée américaine ce weekend. De là, il est attendu à Paris la semaine prochaine, a-t-on appris.

Il devrait rencontrer des responsables et des militants de son parti l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), mais aussi des responsables français et européens.

Visé par la Crief (Cour des répressions des infractions économiques et financières) pour des faits présumés de détournements de deniers publics, corruption d'agents publics et enrichissement illicite, dans le cadre de la vente d’un avion de la défunte  Compagnie Air Guinée, sous le régime du feu général Lansana Conté, il vit à l’étranger depuis quelques mois.

Ministre des transports à l‘époque des faits, il a toujours clamé son innocence dans ce dossier, dénonçant une campagne visant à l’éliminer de la course à la prochaine présidentielle.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue politique : la rencontre de ce vendredi reportée

Published

on

Finalement, la troisième session du cadre de concertation prévue ce vendredi 24 juin 2022 n’aura pas lieu. Elle a été reportée à lundi prochain a annoncé le premier ministre dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision nationale.

Selon Mohamed Béavogui, ce report s’explique par la « volonté exprimée du CNRD et du Gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs socio- politiques autour de la table du dialogue pour une transition inclusive et apaisée ».

Il faut noter que ce report intervient alors que plusieurs coalitions politiques, dont l’ANAD et la CORED avaient déjà décliné l’invitation, au motif qu’elle ne cadre pas avec l’esprit de la déclaration du premier ministre du 20 juin dernier, déclaration dans laquelle, le chef du gouvernement a lancé un appel au dialogue, estimant qu’il n’est jamais trop tard pour se retrouver et qu’aucun sacrifice n’est de trop dans la construction du pays.

« Nos divergences doivent servir de point de départ pour des discussions constructives afin de mettre en œuvre les actions concrètes et nécessaires qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel. Une invitation sera adressée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation à tous les acteurs politiques et sociaux pour une rencontre que je présiderai, dans les prochains jours, pour définir ensemble des modalités d’un véritable dialogue sans tabou, franc et inclusif », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement mettra à contribution la CEDEAO, l’UA et les Nations unie et s’appuiera également sur l’expérience du G5 en matière de suivi du dialogue.

L’ANAD de Cellou Dalein Diallo, la Cored de Mamadou Sylla, ainsi que le RPg arc en ciel, l’ex parti au pouvoir et le Fndc-politique, n’ont pas pris part aux deux précédentes sessions du cadre de concertation pilotée par Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance