Connect with us

Politique

Guinée: l’agenda caché d’Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Même Lansana Konté, au temps où la maladie avait rendu son pouvoir irréversiblement vulnérable, n’y avait jamais pensé : faire adopter une loi pour rendre pénalement responsables, les organisateurs d’une manifestation si celle-ci venait à déboucher sur des casses ou des destructions de biens publics ou privés. Mais le Professeur Alpha Condé, lui, en a eu l’idée. Les casseurs ou autres loubards ne sauraient être responsables sur le plan pénal d’actes de vandalisme mais plutôt leurs chefs, en l’occurrence les organisateurs des marches. Ainsi, l’un des objectifs recherchés à travers la réforme envisagée par le président guinéen, c’est de tuer dans l’œuf toute idée de marche. Car, sans organisateur, il n’ a point de marche. Et s’il n’y a pas de marche, Condé peut boire son petit lait. Et pour faire avaler une telle pilule à son peuple, le Pr Condé a eu l’ingénieuse idée de l’entourer d’un ensemble de réformes dont l’abolition de la peine capitale. Concrètement, le président de la Guinée fait de la suppression de la peine de mort, un cheval de Troie aux fins d’entuber les Guinéens par rapport à sa réelle intention qui est de torpiller, dans un premier temps, le principe même de l’exercice des libertés individuelles et collectives, et dans un second temps, viser son objectif ultime qui est de renouveler son bail. En effet, pour réaliser son ambition, Alpha Condé avance masqué, tout en oubliant la leçon de morale de ce proverbe africain qui dit que « celui qui est caché voit celui qui cherche ». Autrement dit, dans cette Afrique, on est suffisamment instruit des stratégies de ces présidents piqués par le virus de la boulimie du pouvoir. Tout se passe comme si Alpha Condé a oublié d’où il vient.

Attendu comme sauveur, Alpha Condé se comporte en bourreau de la démocratie et des libertés

Pour preuve, sans la manifestation du 28 septembre 2009 au cours de laquelle 157 Guinéens ont été massacrés au nom de leur attachement à la démocratie et pour avoir répondu à un appel des leaders, Alpha Condé ne serait pas président aujourd’hui. L’opposant historique n’a-t-il pas construit, quelque part, son destin sur le sang de ses militants et autres Guinéens tombés au Stade du 28 septembre  2009, pour avoir défié les ordres de Moussa Dadis Camara ? A l’analyse, c’est bien dommage pour la Guinée et les Guinéens, que celui qui devrait incarner la renaissance de la démocratie  en devienne la première menace. Car, attendu comme sauveur, le Professeur se comporte en bourreau de la démocratie et des libertés. Et pour cela, Condé aura trahi son peuple et son pays. En règle générale, les réformes qui ne sont pas de nature à renforcer la démocratie, la gouvernance et le développement, sont en réalité des outils au service de la dictature. Ainsi, il n’est pas trop de dire que Condé cherche à rempiler pour un nouveau mandat. Faut-il s’étonner d’un tel comportement venant d’un tel homme, quand on sait que les opposants historiques finissent par être des freins pour la démocratie ? Comme on le dit, le pouvoir révèle l’homme. Maintenant que son intention est affichée avec un objectif antidémocratique, peut-on encore raisonner le prince Condé? C’est simplement désespérant, mais on peut compter sur la sagesse de l’Assemblée nationale dont on espère qu’elle ne tombera pas dans le piège de la majorité mécanique.

Le pays

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Décès de Oury Barry : « ça n’a rien de naturel », estime Fabien Offner

Published

on

Votre publicité ici

Les réactions continuent suite à la mort en détention le 16 janvier dernier de Mamadou Oury Barry, âgé de 21 ans.

Alors que le ministère de la justice évoque la maladie, tandis que sa famille parle « d'empoisonnement et de « crime d'État », pour le responsable pour l'Afrique de l'Ouest d'Amnesty International, son décès « n’a rien de naturel ».

Ces décès « n'ont évidemment rien de naturel et résultent de violations graves des principes fondamentaux de l'ONU relatifs au traitement des détenus », a estimé Fabien Offner, cité par le point.fr.

Une centaine de personnes au moins sont mortes en détention en Guinée entre 2015 et octobre 2019, a-t-il souligné.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus politiques sont morts en prison avant leurs procès à la Maison centrale de Conakry.

Dans un communiqué jeudi, l'Union européenne a souligné que ces décès « mettent en évidence les dysfonctionnements du système pénitentiaire et de l'appareil judiciaire guinéen ».

Les États-Unis ont également réagi. Se disant « gravement préoccupés » par le « ciblage de l'opposition politique par le gouvernement », pour Washington, « les actions du gouvernement et la mort de deux membres de l'opposition pendant leur détention remettent en question l'engagement de la Guinée en faveur de l'État de droit ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Décès de Oury Barry : l’UE dénonce les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire guinéen

Published

on

Votre publicité ici

Les réactions se multiplient suite à la mort en détention de Mamadou Oury Barry le 16 janvier dernier. Alors que le ministère de la justice parle de mort naturelle, pour l’Union européenne, « ces faits, répétés, mettent en évidence les dysfonctionnements du système pénitentiaire et de l’appareil judiciaire guinéen ».

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus politiques sont morts en détention préventive à la Maison centrale de Conakry.

L’Union européenne appelle les autorités guinéennes à remédier à cette situation et à ce que la justice puisse pleinement s’exercer sur la base d’enquêtes menées en toute indépendance, dit-elle dans un communiqué, rappelant que  « le droit à un procès équitable et à la dignité pour les détenus fait partie intégrante des Droits de l’Homme à laquelle l’Union européenne est indéfectiblement attachée ainsi qu’à la liberté d’association, d’expression et de manifestation »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Crise guinéenne : Cellou Dalein Diallo s’entretient avec des diplomates de l’Union européennes

Published

on

Votre publicité ici

Alors que plusieurs militants et responsables de l’opposition, principalement de l’Union des Forces démocratiques de Guinée (UFDG) croupissent en prison depuis plusieurs mois, Cellou Dalein Diallo s’est entretenu mardi avec  les Ambassadeurs de l'UE, Josep Coll, et de l’Allemagne Ulrich Meier-Tesch, en présence des Chargées d’Affaires de la Belgique, Delphine Perremans et de l’Espagne Cristina Valero Marin, ainsi que du Conseiller politique de l’Ambassadeur de France en Guinée, Patrick Duvautour.

Selon l’opposant, leur discussion ont porté notamment sur la crise socio-politique guinéenne, les violences post-électorales, la détention « arbitraire » de ses proches collaborateurs et ses militants.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance