Connect with us

Santé & Environnement

Guinée : les femmes et les enfants, victimes collatérales d’Ebola

Published

on

« La dernière fois que j’ai accouché à la maison, j’ai eu une tension du placenta. J’ai tellement saigné que j’ai failli perdre la vie », raconte Mariama, 35 ans, allongée à côté de son enfant, né il y a quelques minutes. Affaiblie par le travail, elle doit forcer sur sa voix pour couvrir les pleurs du nouveau-né : « C’est mon septième enfant. Maintenant, j’accouche au dispensaire. Parce que si tu accouches seule et qu’il y a un problème, il n’y a personne pour te secourir... »

Jeanne Tolno, la sage-femme du dispensaire Saint-Gabriel, dans le quartier populaire de Matoto, à Conakry, vient d’habiller chaudement le bébé et lui prodiguer les premiers soins. Mariama a mis toutes les chances de son côté dans un pays où encore une femme sur deux accouche sans assistance médicale et où la mortalité materno-infantile reste très élevée.

Mourir en couche

En Guinée Conakry, 679 femmes sur 100 000 meurent suite à des complications pendant ou après la grossesse ou l’accouchement. Au cours de sa vie, c’est une femme sur 26 qui risque de mourir en couche. Pour 1 000 naissances vivantes, 34 nouveau-nés ne survivent pas au-delà de 28 jours. Des taux parmi les plus élevés du monde et supérieurs à la moyenne de la sous-région.
Depuis quelques années, ces chiffres étaient à la baisse. Mais l’épidémie d’Ebola, qui a fait 2 500 victime en deux ans en Guinée, et dont le pays peine à sortir, est venue faire voler en éclats cette progression et éprouver un système de santé déjà à terre.

Au centre de santé de Farmoriah, petite ville située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Conakry et à vingt kilomètres de la frontière avec la Sierra Leone, les mesures anti-Ebola sont toujours de rigueur. Lavage des mains à l’eau chlorée et prise de température sont indispensables pour accéder à la structure. Dans la petite cour carrée du centre écrasée par le soleil, des dizaines de femmes enceintes ou accompagnées de leur enfant attendent leur tour. Une scène qui ne se serait pas vue pendant Ebola.

« Le bruit courait contre nous »

« Durant l’épidémie, le centre n’étaient pas utilisé, raconte Patrice Goumou, infirmier et chef du centre de santé de Farmoriah. Le bruit courait dans les villages que les médecins avaient inventé le virus pour intoxiquer la population. La communauté était complètement braquée contre nous. Personne ne voulait venir au centre et il était quasiment impossible de pénétrer dans les villages. » La région de Farmoriah est celle qui a présenté le plus de résistances communautaires et de défiance vis-à-vis du personnel soignant. Une situation bloquée dont témoigne aussi Marie-Madeleine Loua, la sage-femme : « Nos taux de fréquentation se sont écroulés. Les femmes ne venaient pas accoucher au centre et ne suivaient plus non plus les consultations prénatales. »

Les chiffres nationaux reflètent, à moindre échelle, cette rupture. En 2014 en Guinée, les consultations ont baissé de 58%. Les accouchements assistés ont diminué en moyenne de 12% et les césariennes de 16%. La cruciale vaccination des enfants de moins de un an s’est, elle, effondrée de 30%. « Il est encore trop tôt pour obtenir les indicateurs de santé maternelle et infantile officiels. Mais il est évident que ces données sont de mauvais augure », admet le Dr Guy Yogo, représentant adjoint de l’Unicef en Guinée-Conakry.

Pour Marie-Madeleine, les conséquences de la désaffection sont déjà tangibles : « Nous avons vu une augmentation du tétanos néonatal, des hémorragies en post-accouchement et des infections puerpérales [état fébrile survenant dans la période qui suit un accouchement ou un avortement]. Des femmes et des enfants sont morts pendant l’épidémie, d’autres causes qu’Ebola. »

Rétablir la confiance

Patiemment, les soignants ont dû rétablir la confiance avec la communauté. Aujourd’hui, l’activité du centre de Farmoriah reprend. « La situation commence à revenir à la normale. Par exemple, les mamans qui ont accouché seules pendant l’épidémie reviennent faire vacciner leur bébé. Nous n’atteignons pas les taux de fréquentations que nous avions avant Ebola, mais nous y travaillons », assure Patrice Goumou. Le centre s’appuie sur ses agents de santé communautaires, chargés de se rendre dans les villages pour sensibiliser les mères et les convaincre de fréquenter le centre.

Les femmes reprennent aussi le chemin de la structure parce que l’offre de soin y est, depuis peu, meilleure. Du matériel et du personnel supplémentaires ont été envoyés en renfort pour lui permettre de mieux reprendre ses activités. « Le centre a été réhabilité tout récemment, à travers la coordination de lutte contre Ebola. Nous avons été formés à une meilleure hygiène et nous avons été épaulés par des sages-femmes qui nous ont rejoints. Et pendant la situation de crise tout était gratuit. L’accouchement, la vaccination et les consultations prénatales, le sont d’ailleurs toujours. Petit à petit, les femmes ont retrouvé confiance », explique le chef du centre.

Pendant la crise Ebola, le Fonds des Nations unis pour la population (UNFPA) a accéléré son processus de soutien aux structures de santé en déployant 68 sages-femmes dans 34 centres de santé et hôpitaux préfectoraux, ainsi que du matériel à usage unique comme des kits de césariennes. « Ebola a été aussi une porte d’opportunité pour davantage écouter les populations et renforcer la qualité de l’offre, analyse le Dr Yogo. La demande se fait plus forte. »

Dans les campagnes et dans la pauvreté

L’ « effet Ebola » ne doit pas pour autant faire oublier une réalité difficile : la Guinée, où 70% de la population vit dans les campagnes et dans la pauvreté, ne compte qu’une sage-femme pour 20 000 habitants. C’est quatre fois moins que ce que recommande l’Organisation mondiale de la santé.

A 6 km du centre de santé se trouve le village de Kébéa. Pour y accéder, il n’y a pas d’autre choix que d’emprunter une piste très accidentée. Au centre, les habitants du village s’y rendent très peu. Bangoura, le chef du village, est réaliste : « Nous n’avons pas de moyens de locomotion. Alors, oui, souvent les accouchements ont lieu ici. Quand il y a une complication et ou qu’un enfant est malade, on est obligés de demander à quelqu’un qui a une moto de l’emmener au centre de santé. Il y a souvent des enfants qui meurent. »

Les motos ne sont, bien souvent, pas disponibles au bon moment. Marie-Hélène Collier a 19 ans, le regard dur, et déjà deux enfants. «J’ai accouché à la maison pour les deux, je n’avais jamais de véhicule pour aller en urgence à la maternité. Pendant le travail, j’étais avec ma grand-mère qui en fait ne pouvait rien pour moi. J’avais peur », raconte-t-elle, son dernier né dans les bras. Se remémorer la crise Ebola semble douloureux pour les villageois. Et aucun n’admettra s’être méfié des médecins et des structures sanitaires. Toujours est-il que Marie-Hélène en a une meilleure opinion depuis que le centre a été rénové. «J’y vais plus volontiers maintenant, c’est plus propre et ils sont plus accueillants. Et ils ont des médicaments à nous donner pour les enfants », souffle-t-elle.

Les cas d’accouchements compliqués

Le problème d’accessibilité des maternités est loin de concerner les seules zones rurales. A l’hôpital d’Ignace Deen, le principal hôpital public de la capitale Conakry, qui drainent les cas d’accouchements compliqués, autre décor mais mêmes problématiques. «Il y a des embouteillages dramatiques dans Conakry, constate le Pr Telly Sy, chef de la maternité. Pour venir de banlieue, il faut quelque fois trois heures. Et quand les femmes arrivent, il peut y avoir des retards à la prise en charge, par manque de moyens. » Un petit écriteau accroché dans le hall de l’hôpital rappelle : « la mortalité maternelle n’est pas une fatalité. Combattons-la ! » La guerre est déclarée. Mais les armes, elles, semblent encore bien dérisoires.

Source : le monde

 

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Variole du singe: l’OMS déclenche son plus haut niveau d’alerte

Published

on

Le patron de l'Organisation mondiale de la Santé Tedros Adhanom Ghebreyesus a décidé ce samedi 23 juillet de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale » (USPPI) face à la flambée des cas de variole du singe.

Au surlendemain d'une réunion du Comité d'urgence, le directeur général de l'OMS a finalement décidé de déclencher le plus degré d'alerte de l'agence de santé, censé entraîner toute une série d'actions de ses pays membres. Tedros Adhanom Ghebreyesus a néanmoins précisé lors d'un point presse que le risque de transmission de variole du singe dans le monde était relativement modéré à part l'Europe où il est élevé.

Le Dr Tedros a expliqué que le comité d'experts n'avait pas réussi à atteindre un consensus, restant divisé sur la nécessité de déclencher le plus haut niveau d'alerte. In fine, c'est au directeur général de trancher. C'est seulement la septième fois que l'OMS a recours à ce niveau d'alerte. Lors d'une première réunion le 23 juin, la majorité des experts du Comité d'urgence avaient recommandé au Dr Tedros de ne pas prononcer l'urgence d'USPPI.

Détectée début mai, la recrudescence inhabituelle de cas de variole du singe en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus est endémique, s'est depuis étendue dans le monde entier, avec comme épicentre l'Europe. Si les autorités sanitaires ont fait état d'une baisse du rythme de contagion, le nombre de cas augmente rapidement. Elle a, à ce jour, touchée près de 17 000 personnes dans 74 pays. Décelée pour la première fois chez l'humain en 1970, la variole du singe est moins dangereuse et contagieuse que sa cousine la variole, éradiquée en 1980.

Un risque de stigmatisation

Dans la plupart des cas, les malades sont des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, relativement jeunes, et vivant essentiellement en ville, selon l'OMS. Une étude publiée jeudi dans la revue scientifique New England Journal of Medicine, la plus large réalisée sur le sujet et basée sur des données de 16 pays différents, confirme que la vaste majorité – 95% – des cas récents ont été transmis lors d'un contact sexuel et que 98% des personnes touchées étaient des hommes gays ou bisexuels.

« Ce mode de transmission représente à la fois une opportunité pour mettre en place des interventions de santé publique ciblées, et un défi, car dans certains pays, les communautés affectées sont face à des discriminations qui menacent leur vie », avait relevé jeudi le Dr Tedros devant le comité d'experts. « Il y a une réelle inquiétude que les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes puissent être stigmatisés ou blâmés pour la flambée de cas, la rendant beaucoup plus difficile à tracer et à stopper », avait-il averti.

Vendredi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré avoir approuvé l'utilisation d'un vaccin contre la variole humaine pour étendre son utilisation contre la propagation de la variole du singe. Ce vaccin est de fait déjà utilisé à cette fin dans plusieurs pays, dont la France. Le vaccin Imvanex, de la société danoise Bavarian Nordic, est approuvé dans l'UE depuis 2013 pour la prévention de la variole.

L'OMS recommande de vacciner les personnes les plus à risque ainsi que les personnels de santé susceptibles d'être confronté à la maladie. À New York, ce sont des milliers de personnes qui ont déjà été vaccinées avec le vaccin Jynneos.

(RFI Avec AFP)

Continue Reading

A LA UNE

Des experts, des leaders et des stars appellent à rendre les nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires accessibles à tout le monde

Published

on

Les lauréats du prix Nobel Françoise Barré-Sinoussi et Joseph Stiglitz, l'ancienne présidente du Malawi Dr Joyce Banda et l'ancienne première ministre néo-zélandaise Helen Clark, et les artistes Olly Alexander (chanteur et acteur), Stephen Fry (acteur, écrivain, présentateur), Adam Lambert (chanteur et auteur-compositeur), David Oyelowo (acteur, producteur, réalisateur) et Arnaud Valois (acteur) se sont joints aujourd'hui à des personnalités du monde entier pour demander que le prix des nouveaux médicaments anti-VIH révolutionnaires soit considérablement réduit afin qu'ils puissent être utilisés dans le monde entier par tous ceux qui en ont besoin.

Les chefs d'entreprise Mo Ibrahim et Paul Polman font partie de ceux qui ont rejoint l'appel dans une lettre ouverte. La lettre a été publiée à l'approche de la Conférence internationale sur le sida, qui s'ouvrira à Montréal le 29 juillet. La lettre et la liste des signataires peuvent être consultées ici.

La pandémie de sida continue de faire des morts chaque minute et de nouvelles infections à VIH augmentent dans trop de communautés. Ce médicament révolutionnaire à action prolongée ne doit être pris que tous les quelques mois et s'avère être l'une des méthodes les plus efficaces pour prévenir la transmission du VIH. En plus de l'outil de prévention disponible aujourd'hui, les antirétroviraux à longue durée d'action pourraient un jour contribuer à révolutionner le traitement pour prévenir les décès. Mais ces médicaments ne sont actuellement disponibles que dans les pays à revenu élevé à un prix de plusieurs dizaines de milliers de dollars, ce qui est hors de portée des populations et des gouvernements des pays à revenu faible et intermédiaire. Les habitants de ces pays en ont le plus besoin. Ces médicaments anti-VIH à action prolongée pourraient permettre à des millions d'adolescentes et de jeunes femmes d'Afrique subsaharienne de se protéger contre le VIH. Ils pourraient permettre aux personnes issues de communautés marginalisées notamment les homosexuels, les personnes transgenres et les professionnel(le)s du sexe, de recevoir une injection discrète tous les quelques mois pour se protéger.

"Alors que de nombreuses personnes dans le Nord ont accès à des outils et des médicaments de prévention du VIH à action prolongée, les Africains sont massivement privés de cette opportunité", a déclaré Lilian Mworeko, coordinatrice régionale de la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH en Afrique de l'Est (ICWEA).

« C'est pire pour les groupes qui continuent d'être laissés pour compte comme les adolescentes et les jeunes femmes. Tant que le prix sera inabordable pour nos gouvernements et pour les bailleurs de fonds, nous continuerons à ne pas pouvoir y accéder. Ils sont essentiels à la prévention de nouvelles infections à VIH et pourraient transformer le traitement. Notre message est simple : toutes nos vies comptent.

Alors que la riposte mondiale au VIH est mise à rude épreuve par la crise du COVID-19 et la guerre en Ukraine, il est devenu encore plus urgent de garantir un accès rapide, abordable et équitable à ces médicaments. Les signataires de la lettre ont souligné qu'ils peuvent et doivent être mis à la disposition de tous, quel que soit le passeport qu'ils détiennent ou l'argent qu'ils ont en poche.

Ces nouveaux médicaments offrent une occasion pour éviter les erreurs scientifiques et politiques qui ont défini les premières années du sida. Après l'approbation des premiers médicaments antirétroviraux contre le VIH, les coûts prohibitifs signifiaient qu'ils étaient hors de portée dans les pays du Sud. Des millions sont morts. Ces défaillances n'étaient pas dues à des limitations scientifiques ou techniques. Ils résultent de choix conscients d'organisation et de financement de l'innovation médicale et de l'accès aux outils de santé.

La lettre ouverte publiée aujourd'hui appelle ViiV, l'une des plus grandes sociétés pharmaceutiques anti-VIH au monde, à partager sa technologie et son savoir-faire pour stimuler la production et fixer son prix à un point où tous les pays peuvent se permettre d'acheter ces médicaments. En particulier, il demande à ViiV de s'attaquer aux obstacles à l'accès en prenant les mesures suivantes.

  1. Annoncer un prix inférieur pour l'ARV injectable à action prolongée pour la prévention, CAB-LA, aussi proche que possible de celui des autres médicaments de prévention du VIH (PrEP). La meilleure option PrEP actuelle est d'environ 60 $ par personne et par an. Rendre le prix public et transparent, et inclure le coût de la seringue qui l'accompagne.
  2. Finaliser rapidement les licences pour produire des versions génériques de cet ARV à action prolongée par le biais du Medicines Patent Pool. Licence dans les pays à revenu faible et intermédiaire du monde sur une base non exclusive, avec une large portée géographique pour le traitement et la prévention.
  3. Partager le savoir-faire et la technologie. Permettre aux producteurs d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine, d'Europe orientale et centrale et au-delà de rechercher un transfert et de commencer à produire.
  4. S'engager à produire suffisamment pour répondre à la demande jusqu'à ce que les producteurs de génériques se connectent.

« Il est du ressort de ViiV de veiller à ce que des millions de personnes supplémentaires dans le monde puissent bénéficier des incroyables avancées techniques qui ont été apportées à ce nouveau médicament », a déclaré Deborah Gold, PDG du National Aids Trust. "Si les pays savent qu'il est disponible à un prix abordable, ils pourront en faire l'achat prioritaire sur leurs budgets de santé et le mettre à la disposition de tous ceux qui en ont besoin."

La Conférence internationale sur le sida, qui se déroule à Montréal du 29 juillet au 2 août, offre une occasion historique pour ViiV de se tenir aux côtés des dirigeants mondiaux, de la société civile et des personnes vivant avec et à risque du VIH du monde entier et de s'engager dans des actions qui sauveront des vies et accélérer les efforts pour mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030. L'Organisation mondiale de la santé publiera de nouvelles directives sur le CAB-LA – les nouveaux médicaments – lors de la conférence.

« Il y a un choix quant à la manière dont les nouveaux médicaments sont lancés sur le marché mondial en termes de disponibilité pour tous, partout », a déclaré Dr Ayoade Alakija, coprésident de l'Alliance africaine de distribution de vaccins de l'Union africaine pour le COVID-19. « Les limites sont moins liées aux défis scientifiques ou techniques et beaucoup plus à la manière dont l'innovation médicale et l'accès aux contre-mesures de santé sont actuellement organisés et financés pour favoriser les riches et renforcer les inégalités. La conférence de Montréal offre aux dirigeants qui peuvent obtenir un visa et voyager l'occasion de démontrer que toutes les vies sont égales et que de nouveaux outils de santé sont accessibles à tous.

Les enjeux sont élevés. 40 millions de personnes dans le monde vivent aujourd'hui avec le VIH et environ 1,5 million de personnes ont été nouvellement infectées rien qu'en 2020.

« C'est une question d'inégalité », a déclaré Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'UNAIDS. « Ces nouveaux médicaments nous aideront-ils à briser les inégalités à l'origine de la pandémie de sida – abordables et disponibles pour ceux qui en ont le plus besoin? Ou resteront-ils hors de la portée ? L'industrie pharmaceutique a la possibilité de rendre les médicaments abordables et accessibles aux personnes de tous les pays - y compris les pays dits à revenu intermédiaire - en partageant les technologies et en fixant un prix abordable aujourd'hui jusqu'à ce que ces génériques soient mis en ligne.

-FIN-

La Conférence internationale sur le sida, dont les détails peuvent être trouvés ici, se déroule du 29 juillet au 2 août. L'UNAIDS publiera son rapport mondial sur le sida 2022 le 27 juillet, juste avant la conférence. L'OMS publiera de nouvelles lignes directrices sur les antirétroviraux à action prolongée lors de la conférence.

 

Continue Reading

A LA UNE

Santé : la Guinée déclare à nouveau la fin de la fièvre Lassa

Published

on

Près de trois mois après la réapparition de l’épidémie de la fièvre Lassa en Guinée, les autorités du pays déclarent à nouveau la fin de la maladie.

L’annonce a été faite par le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Mamadou Péthé Diallo, vendredi 01 juillet 22, à Guéckédou, où le virus a ressurgi le 20 avril dernier sur une patiente de 17 ans.

«  Aujourd’hui, il y a 42 jours exactement que nous n’avons plus enregistré de nouveau cas de fièvre Lassa dans la préfecture de Guéckédou, après la sortie du dernier malade qu’on avait au centre de traitement épidémiologique », a déclaré le ministre, or la durée d’incubation de la maladie varie de 2 à 21 jours.

Le 20 avril dernier, le virus avait réapparu sur une patiente de 17 ans, originaire de la sous-préfecture de Kassadou, à 65 km de la ville de Guékédou. Deux semaines après, un deuxième cas a été détecté dans la même zone.

Hormis ces deux cas, le dernier signe du virus Lassa remonte en mai 2021 en Guinée avec un cas de décès et plus de 30 contacts, précisément dans la préfecture de Yomou.

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines qui sévit principalement en Afrique occidentale. Elle se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance