Connect with us

Santé & Environnement

Guinée : les femmes et les enfants, victimes collatérales d’Ebola

Published

on

Votre publicité ici

« La dernière fois que j’ai accouché à la maison, j’ai eu une tension du placenta. J’ai tellement saigné que j’ai failli perdre la vie », raconte Mariama, 35 ans, allongée à côté de son enfant, né il y a quelques minutes. Affaiblie par le travail, elle doit forcer sur sa voix pour couvrir les pleurs du nouveau-né : « C’est mon septième enfant. Maintenant, j’accouche au dispensaire. Parce que si tu accouches seule et qu’il y a un problème, il n’y a personne pour te secourir... »

Jeanne Tolno, la sage-femme du dispensaire Saint-Gabriel, dans le quartier populaire de Matoto, à Conakry, vient d’habiller chaudement le bébé et lui prodiguer les premiers soins. Mariama a mis toutes les chances de son côté dans un pays où encore une femme sur deux accouche sans assistance médicale et où la mortalité materno-infantile reste très élevée.

Mourir en couche

En Guinée Conakry, 679 femmes sur 100 000 meurent suite à des complications pendant ou après la grossesse ou l’accouchement. Au cours de sa vie, c’est une femme sur 26 qui risque de mourir en couche. Pour 1 000 naissances vivantes, 34 nouveau-nés ne survivent pas au-delà de 28 jours. Des taux parmi les plus élevés du monde et supérieurs à la moyenne de la sous-région.
Depuis quelques années, ces chiffres étaient à la baisse. Mais l’épidémie d’Ebola, qui a fait 2 500 victime en deux ans en Guinée, et dont le pays peine à sortir, est venue faire voler en éclats cette progression et éprouver un système de santé déjà à terre.

Au centre de santé de Farmoriah, petite ville située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Conakry et à vingt kilomètres de la frontière avec la Sierra Leone, les mesures anti-Ebola sont toujours de rigueur. Lavage des mains à l’eau chlorée et prise de température sont indispensables pour accéder à la structure. Dans la petite cour carrée du centre écrasée par le soleil, des dizaines de femmes enceintes ou accompagnées de leur enfant attendent leur tour. Une scène qui ne se serait pas vue pendant Ebola.

« Le bruit courait contre nous »

« Durant l’épidémie, le centre n’étaient pas utilisé, raconte Patrice Goumou, infirmier et chef du centre de santé de Farmoriah. Le bruit courait dans les villages que les médecins avaient inventé le virus pour intoxiquer la population. La communauté était complètement braquée contre nous. Personne ne voulait venir au centre et il était quasiment impossible de pénétrer dans les villages. » La région de Farmoriah est celle qui a présenté le plus de résistances communautaires et de défiance vis-à-vis du personnel soignant. Une situation bloquée dont témoigne aussi Marie-Madeleine Loua, la sage-femme : « Nos taux de fréquentation se sont écroulés. Les femmes ne venaient pas accoucher au centre et ne suivaient plus non plus les consultations prénatales. »

Les chiffres nationaux reflètent, à moindre échelle, cette rupture. En 2014 en Guinée, les consultations ont baissé de 58%. Les accouchements assistés ont diminué en moyenne de 12% et les césariennes de 16%. La cruciale vaccination des enfants de moins de un an s’est, elle, effondrée de 30%. « Il est encore trop tôt pour obtenir les indicateurs de santé maternelle et infantile officiels. Mais il est évident que ces données sont de mauvais augure », admet le Dr Guy Yogo, représentant adjoint de l’Unicef en Guinée-Conakry.

Pour Marie-Madeleine, les conséquences de la désaffection sont déjà tangibles : « Nous avons vu une augmentation du tétanos néonatal, des hémorragies en post-accouchement et des infections puerpérales [état fébrile survenant dans la période qui suit un accouchement ou un avortement]. Des femmes et des enfants sont morts pendant l’épidémie, d’autres causes qu’Ebola. »

Rétablir la confiance

Patiemment, les soignants ont dû rétablir la confiance avec la communauté. Aujourd’hui, l’activité du centre de Farmoriah reprend. « La situation commence à revenir à la normale. Par exemple, les mamans qui ont accouché seules pendant l’épidémie reviennent faire vacciner leur bébé. Nous n’atteignons pas les taux de fréquentations que nous avions avant Ebola, mais nous y travaillons », assure Patrice Goumou. Le centre s’appuie sur ses agents de santé communautaires, chargés de se rendre dans les villages pour sensibiliser les mères et les convaincre de fréquenter le centre.

Les femmes reprennent aussi le chemin de la structure parce que l’offre de soin y est, depuis peu, meilleure. Du matériel et du personnel supplémentaires ont été envoyés en renfort pour lui permettre de mieux reprendre ses activités. « Le centre a été réhabilité tout récemment, à travers la coordination de lutte contre Ebola. Nous avons été formés à une meilleure hygiène et nous avons été épaulés par des sages-femmes qui nous ont rejoints. Et pendant la situation de crise tout était gratuit. L’accouchement, la vaccination et les consultations prénatales, le sont d’ailleurs toujours. Petit à petit, les femmes ont retrouvé confiance », explique le chef du centre.

Pendant la crise Ebola, le Fonds des Nations unis pour la population (UNFPA) a accéléré son processus de soutien aux structures de santé en déployant 68 sages-femmes dans 34 centres de santé et hôpitaux préfectoraux, ainsi que du matériel à usage unique comme des kits de césariennes. « Ebola a été aussi une porte d’opportunité pour davantage écouter les populations et renforcer la qualité de l’offre, analyse le Dr Yogo. La demande se fait plus forte. »

Dans les campagnes et dans la pauvreté

L’ « effet Ebola » ne doit pas pour autant faire oublier une réalité difficile : la Guinée, où 70% de la population vit dans les campagnes et dans la pauvreté, ne compte qu’une sage-femme pour 20 000 habitants. C’est quatre fois moins que ce que recommande l’Organisation mondiale de la santé.

A 6 km du centre de santé se trouve le village de Kébéa. Pour y accéder, il n’y a pas d’autre choix que d’emprunter une piste très accidentée. Au centre, les habitants du village s’y rendent très peu. Bangoura, le chef du village, est réaliste : « Nous n’avons pas de moyens de locomotion. Alors, oui, souvent les accouchements ont lieu ici. Quand il y a une complication et ou qu’un enfant est malade, on est obligés de demander à quelqu’un qui a une moto de l’emmener au centre de santé. Il y a souvent des enfants qui meurent. »

Les motos ne sont, bien souvent, pas disponibles au bon moment. Marie-Hélène Collier a 19 ans, le regard dur, et déjà deux enfants. «J’ai accouché à la maison pour les deux, je n’avais jamais de véhicule pour aller en urgence à la maternité. Pendant le travail, j’étais avec ma grand-mère qui en fait ne pouvait rien pour moi. J’avais peur », raconte-t-elle, son dernier né dans les bras. Se remémorer la crise Ebola semble douloureux pour les villageois. Et aucun n’admettra s’être méfié des médecins et des structures sanitaires. Toujours est-il que Marie-Hélène en a une meilleure opinion depuis que le centre a été rénové. «J’y vais plus volontiers maintenant, c’est plus propre et ils sont plus accueillants. Et ils ont des médicaments à nous donner pour les enfants », souffle-t-elle.

Les cas d’accouchements compliqués

Le problème d’accessibilité des maternités est loin de concerner les seules zones rurales. A l’hôpital d’Ignace Deen, le principal hôpital public de la capitale Conakry, qui drainent les cas d’accouchements compliqués, autre décor mais mêmes problématiques. «Il y a des embouteillages dramatiques dans Conakry, constate le Pr Telly Sy, chef de la maternité. Pour venir de banlieue, il faut quelque fois trois heures. Et quand les femmes arrivent, il peut y avoir des retards à la prise en charge, par manque de moyens. » Un petit écriteau accroché dans le hall de l’hôpital rappelle : « la mortalité maternelle n’est pas une fatalité. Combattons-la ! » La guerre est déclarée. Mais les armes, elles, semblent encore bien dérisoires.

Source : le monde

 

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Covid-19 : un nouveau variant surveillé de très près par l’OMS

Published

on

Votre publicité ici

L'Organisation mondiale de la Santé a classé dans la nuit du 31 août au 1er septembre, le variant colombien dit "Mu", ou B.1.621 comme "variant à suivre".

Ce variant inquiète l’OMS, d’autant qu’il  présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire", c'est à dire une résistance aux vaccins.

Identifié pour la première fois en janvier en Colombie, ce variant a fait sept morts en seulement deux semaines fin juillet dans une maison de retraite de Belgique. Ces victimes se trouvaient déjà en grande difficulté, soit en phase terminale ou soit en soins palliatifs.

Le variant Mu a été signalé dans d'autres pays d'Amérique du Sud et dans d'autres pays en Europe.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Non, la Guinéenne n’a pas eu d’Ebola : quand l’OMS dément la Côte d’Ivoire !

Published

on

Votre publicité ici

Malgré les doutes émis par les autorités guinéennes, la Côte d’Ivoire a persisté…, dans le mensonge.

Finalement il ressort qu’il n’existe « aucune preuve » de la présence du virus Ebola en Côte d’Ivoire, ont confirmé de nouvelles analyses de l’Institut Pasteur de Lyon (France) des prélèvements réalisés sur la jeune Guinéenne présentée par Abidjan  comme infectée à la maladie, à la mi-août, a annoncé mardi 31 août l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« L’OMS estime que la patiente n’a pas eu la maladie à virus Ebola, et de plus amples analyses sur la cause de sa maladie sont en cours », précise un communiqué de l’organisation.

« Depuis que la Côte d’Ivoire a annoncé la détection du cas », le 14 août, sur une Guinéenne de 18 ans arrivée à Abidjan par la route depuis son pays au terme d’un voyage de 1 500 kilomètres, « plus de 140 contacts ont été listés dans les deux pays. Aucune autre personne n’a présenté des symptômes de la maladie, ni n’a été testée positive à Ebola », ajoute l’OMS. Par conséquent, l’organisation « rétrograde désormais ses interventions en Côte d’Ivoire du niveau de riposte à celui d’état d’alerte ».

Le ministre de la santé ivoirien, Pierre Dimba, assure dans un communiqué que les analyses ont été effectuées par « le laboratoire Bio-Mérieux de Lyon » (allié à l’Institut Pasteur depuis 2010 pour la recherche). « Les résultats [étant] revenus négatifs », le gouvernement a décidé de « classifier » la patiente guinéenne « comme non-cas de maladie à virus Ebola, sortant du coup la Côte d’Ivoire de la liste des pays à virus Ebola ». « Cette situation a permis à notre pays de tester son système national de préparation et [de] réponse à une épidémie », ajoute-t-il.

Des personnes vaccinées contre Ebola

Dix jours après l’annonce du cas présenté comme étant le virus Ebola, à la suite d’analyses de l’Institut Pasteur d’Abidjan, le ministère de la santé ivoirien avait annoncé que la jeune femme était « guérie ».

Cette découverte avait été présentée comme le premier cas confirmé d’Ebola depuis 1994 en Côte d’Ivoire, pays voisin de la Guinée durement touchée de 2013 à 2016 et où le virus est réapparu en 2021.

Les autorités sanitaires ivoiriennes avaient réceptionné 5 000 doses de vaccins contre Ebola et entrepris, le 17 août, une campagne de vaccination des groupes cibles : le personnel soignant qui a été en contact immédiat avec la patiente et les forces de sécurité déployées à la frontière de la Guinée.

Les proches et les voisins de la jeune femme du quartier d’Abidjan où elle avait brièvement résidé après son arrivée, avaient également été vaccinés, ainsi que ceux qui avaient été en contact avec elle pendant son voyage.

La Guinée avait rapidement remis en question le diagnostic établi par la Côte d’Ivoire et exigé de nouvelles analyses. En réponse, le ministère ivoirien de la santé avait affirmé n’avoir aucun « doute » sur le diagnostic. « Les autorités guinéennes doutent du diagnostic clinique, moi je ne doute pas de mon analyse, je suis infectiologue et clinicien, on ne peut pas se tromper dans la présentation clinique », avait déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Serge Eholié, porte-parole du ministère de la santé et chef de service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Treichville à Abidjan, qui a accueilli la malade.

Avec AFP

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : 6% de la population est totalement vaccinée en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Depuis le lancement de la campagne de vaccination le 05 mars, seule 6% de la population cible (18 ans et plus) a reçu les deux doses de vaccins, soit 364.781 personnes. Cependant, 735.397 personnes ont déjà reçu la première dose.

Ce pourcentage a été révélé ce 27 août 2021, par l’Agence nationale de sécurité sanitaire dans un communiqué de presse.

Pour accélérer la couverture vaccinale, l’ANSS annonce l’arrivée d’une ‘’importante’’ quantité de vaccins (Sinopharm et Jonhson and Jonhson) du 29 Août au 05 Septembre 2021. Également, d’autres approvisionnements sont attendus mensuellement d’ici fin Novembre 2021, date à laquelle le gouvernement guinéen s’est fixé pour ambition de vacciner 70% de la population cible.

Pour y arriver, l’ANSS décide d’augmenter les sites de vaccination dans la ville de Conakry et à l’intérieur du pays ; de réorganiser les sites de vaccination et de leur approvisionnement pour diminuer les files d’attente ; et de maintenir le système d’enregistrement des données de vaccination.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance