Connect with us

A LA UNE

Guinée : il faut confier les élections à l’ONU, réitère Alpha Saliou Wann

Published

on

Je vais mettre fin à l'attente interminable des résultats définitifs de ces élections locales pour m'exprimer. Je commence d'abord par dire aux Guinéens d'accepter l'évidence : depuis notre indépendance en 1958, nos dirigeants successifs ont toujours confisqué notre souveraineté populaire pour se maintenir au pouvoir dans la violence. Ils ont été d'une férocité inouïe contre les pauvres populations civiles sans défense.

Aucun parmi eux, n'a eu la noblesse d'esprit de tenir son serment de respecter la Constitution du pays. C'est donc en violation flagrante de nos constitutions de 1958, 1990 et 2010, qu'ils ont organisé des mascarades électorales pour se légitimer au pouvoir. Pour beaucoup d'africains, j'ai écouté le dirigeant politique Burkinabé, Laurent Badou qui l'exprime clairement, c'est une malédiction qui frappe la Guinée de n'avoir que des dictateurs comme dirigeants. Dans certains pays comme la Chine ou le Rwanda, les dirigeants ont conclu un contrat tacite avec les populations pour leur offrir la prospérité économique en contrepartie des restrictions à leurs libertés politiques. Chez nous, ils ne nous ont procuré ni prospérité économique, ni libertés politiques, mais que de la pauvreté et les répressions politiques. Regardez, une centaine de jeunes tués dans des manifestations, simplement pour réclamer l'organisation des élections législatives et locales depuis 2011. Est-ce digne d'un dirigeant qui prétend s'être battu 40 ans effectivement pour l'instauration d'une démocratie qui permette la tenue d'élections libres et transparentes?

Pour revenir aux élections, je dirais que nos expériences électorales de 1993 à 2018, ont prouvé que ce soit le Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation ou la CENI, c'est la face de la même médaille : toutes les institutions concernées par les élections sont domestiquées par le pouvoir exécutif.

Pourtant, le processus électoral est simple : recenser les Guinéens qui ont l'âge légal de voter, faire le découpage électoral des circonscriptions, assurer toutes les tâches logistiques pour permettre à tous les bureaux de vote d'être dotés des équipements et documents nécessaires au vote et la transmission des résultats à la CENI. Toutes ces tâches techniques sont minutieusement décrites dans les moindres détails par le Code électoral. Depuis sa création, la CENI s'est montrée incapable d'exécuter correctement ses missions. Il n'y a pas que les ingérences du pouvoir, mais aussi l'incompétence technique des équipes de la CENI.

Maintenant, nous sommes à la croisée des chemins. C'est à nous de décider si nous voulons continuer avec les violences pour organiser des élections dans notre pays. Ce qui est évident, nous n'avons pas des dirigeants comme ceux du Ghana, du Bénin ou du Sénégal pour organiser sans violence et en toute transparence des élections. Or, les seules armes à notre disposition pour obliger nos dirigeants de nous servir loyalement, ce sont nos suffrages. Nous devons donc nous battre pour obtenir la garantie de la tenue d'élections libres et transparentes.

Je réitère ma proposition de confier toutes les tâches techniques à une organisation onusienne, le PNUD en l'occurrence. Nous n'aurons pas besoin de modifier nos textes, sauf que le pouvoir doit accepter une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la certification des résultats des élections. Concrètement, c'est la CENI qui va charger le PNUD de procéder au recensement électoral, d'assurer toutes les tâches logistiques pour nous éviter les problèmes récurrents de recensement de mineurs, d'électeurs fictifs, de refus de recensement de milliers de Guinéens, ainsi que le manque de bulletins de vote, de soustraction de cartes d'électeurs, de disparition de PV ou de leur falsification. Le PNUD aura ses représentants dans tous les bureaux de vote qui recevront exceptionnellement à une copie du PV au même titre que les candidats, la CENI et le Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation afin de certifier les résultats. C'est cette présence onusienne comme arbitre qui garantira des élections transparentes dans notre pays. Accessoirement, on peut déléguer des officiers onusiens au niveau de nos forces de sécurisation des élections.

A mon avis, c'est l'une des seules issues qui nous reste. L'opposition ne doit pas faire la sourde oreille pour croire qu'elle pourra obtenir gain de cause, sans neutraliser le système installé par le pouvoir en faisant intervenir un acteur majeur ayant une capacité de sanction dissuasive comme l'ONU. Il faut d'ores et déjà poser cette condition aux émissaires onusiens.

Par Alpha Saliou Wann, acteur politique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Crise en Guinée : Yayi Boni attendu dimanche

Published

on

Annoncé en début de cette semaine, le médiateur de la CEDEAO à la crise guinéenne, l’ancien président béninois, Yayi Boni,  est attendu, dimanche 21 Août, à Conakry.

L'annonce a été faite par l'organisation sous-régionale dans un communiqué. Dans le document, la Cedeao indique que les autorités de la transition ont accepté son programme de visite.

Selon son agenda, Yayi Boni va rencontrer à Conakry, les membres du gouvernement, les acteurs politiques, les partenaires et la société civile.

Pour réussir sa mission, le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Alieu TOURAY,  invite le Gouvernement de la transition, la classe politique et la société  civile la société  civile "à œuvrer ensemble pour la paix en soutenant et en travaillant solidairement pour la réussite de la mission du Médiateur."

Par Mariam Bâ 

 

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Kenya: William Ruto déclaré vainqueur de la présidentielle, son adversaire conteste

Published

on

Au Kenya, après six jours d'attente des résultats, le président de la Commission électorale, Wafula Chebukati, a déclaré William Ruto vainqueur de la présidentielle avec 50,49% des voix, ce lundi 15 août à Nairobi. Il devance de 233 211 voix son adversaire Raila Odinga qui conteste les résultats. Figure historique de l'opposition ce dernier qui avait reçu pourtant le soutien du chef de l'État sortant, n’a récolté que 48,85% des suffrages, selon le président de la Commission électorale.

Agé de 55 ans, William Ruto a promis, dans un discours, de travailler avec « tous les leaders » politiques du Kenya, dans un pays « transparent, ouvert et démocratique ». « Il n'y a pas de place pour la vengeance », a-t-il ajouté, se déclarant « totalement conscient » que le pays « est à un stade où nous avons besoin de tout le monde sur le pont ».

Toutefois, il faut noter que ces résultats ont été rejetés, peu avant leur annonce même, par une majorité des membres de ladite Commission électorale.  Plus tôt ce lundi, le président de la Commission électorale avait déjà tenté de faire une première fois son annonce, mais il en avait été empêché, entrainant des échauffourées en direct à la télévision sur l’estrade officielle des centres de compilation des résultats.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Dixinn : les gardes communaux libérés, mais la grève continue !

Published

on

Interpellés puis écroués  samedi dernier, au commissariat central de Dixinn, les trois gardes communaux ont été finalement libérés ce lundi 15 août.

Accusés d'avoir appelé à une grève,  leur libération n'a cependant  pas impacter le mouvement des gardes communaux qui, en plus de leur mise en liberté, réclament aussi le paiement de leurs arriérés de neuf mois de salaire et leur intégration dans les rangs de la police et de la gendarmerie.

" Le mouvement de grève va continuer jusqu’à la satisfaction de nos revendications", a indiqué un garde communal, alors que l'accès à la mairie de Dixinn est bloqué depuis le matin par les grognards.

A noter qu'un garde communal est payé à 600 mille GNF par mois.

Par Mariam Bâ 

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance