Connect with us

A LA UNE

Guinée : il faut confier les élections à l’ONU, réitère Alpha Saliou Wann

Published

on

Votre publicité ici

Je vais mettre fin à l'attente interminable des résultats définitifs de ces élections locales pour m'exprimer. Je commence d'abord par dire aux Guinéens d'accepter l'évidence : depuis notre indépendance en 1958, nos dirigeants successifs ont toujours confisqué notre souveraineté populaire pour se maintenir au pouvoir dans la violence. Ils ont été d'une férocité inouïe contre les pauvres populations civiles sans défense.

Aucun parmi eux, n'a eu la noblesse d'esprit de tenir son serment de respecter la Constitution du pays. C'est donc en violation flagrante de nos constitutions de 1958, 1990 et 2010, qu'ils ont organisé des mascarades électorales pour se légitimer au pouvoir. Pour beaucoup d'africains, j'ai écouté le dirigeant politique Burkinabé, Laurent Badou qui l'exprime clairement, c'est une malédiction qui frappe la Guinée de n'avoir que des dictateurs comme dirigeants. Dans certains pays comme la Chine ou le Rwanda, les dirigeants ont conclu un contrat tacite avec les populations pour leur offrir la prospérité économique en contrepartie des restrictions à leurs libertés politiques. Chez nous, ils ne nous ont procuré ni prospérité économique, ni libertés politiques, mais que de la pauvreté et les répressions politiques. Regardez, une centaine de jeunes tués dans des manifestations, simplement pour réclamer l'organisation des élections législatives et locales depuis 2011. Est-ce digne d'un dirigeant qui prétend s'être battu 40 ans effectivement pour l'instauration d'une démocratie qui permette la tenue d'élections libres et transparentes?

Pour revenir aux élections, je dirais que nos expériences électorales de 1993 à 2018, ont prouvé que ce soit le Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation ou la CENI, c'est la face de la même médaille : toutes les institutions concernées par les élections sont domestiquées par le pouvoir exécutif.

Pourtant, le processus électoral est simple : recenser les Guinéens qui ont l'âge légal de voter, faire le découpage électoral des circonscriptions, assurer toutes les tâches logistiques pour permettre à tous les bureaux de vote d'être dotés des équipements et documents nécessaires au vote et la transmission des résultats à la CENI. Toutes ces tâches techniques sont minutieusement décrites dans les moindres détails par le Code électoral. Depuis sa création, la CENI s'est montrée incapable d'exécuter correctement ses missions. Il n'y a pas que les ingérences du pouvoir, mais aussi l'incompétence technique des équipes de la CENI.

Maintenant, nous sommes à la croisée des chemins. C'est à nous de décider si nous voulons continuer avec les violences pour organiser des élections dans notre pays. Ce qui est évident, nous n'avons pas des dirigeants comme ceux du Ghana, du Bénin ou du Sénégal pour organiser sans violence et en toute transparence des élections. Or, les seules armes à notre disposition pour obliger nos dirigeants de nous servir loyalement, ce sont nos suffrages. Nous devons donc nous battre pour obtenir la garantie de la tenue d'élections libres et transparentes.

Je réitère ma proposition de confier toutes les tâches techniques à une organisation onusienne, le PNUD en l'occurrence. Nous n'aurons pas besoin de modifier nos textes, sauf que le pouvoir doit accepter une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la certification des résultats des élections. Concrètement, c'est la CENI qui va charger le PNUD de procéder au recensement électoral, d'assurer toutes les tâches logistiques pour nous éviter les problèmes récurrents de recensement de mineurs, d'électeurs fictifs, de refus de recensement de milliers de Guinéens, ainsi que le manque de bulletins de vote, de soustraction de cartes d'électeurs, de disparition de PV ou de leur falsification. Le PNUD aura ses représentants dans tous les bureaux de vote qui recevront exceptionnellement à une copie du PV au même titre que les candidats, la CENI et le Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation afin de certifier les résultats. C'est cette présence onusienne comme arbitre qui garantira des élections transparentes dans notre pays. Accessoirement, on peut déléguer des officiers onusiens au niveau de nos forces de sécurisation des élections.

A mon avis, c'est l'une des seules issues qui nous reste. L'opposition ne doit pas faire la sourde oreille pour croire qu'elle pourra obtenir gain de cause, sans neutraliser le système installé par le pouvoir en faisant intervenir un acteur majeur ayant une capacité de sanction dissuasive comme l'ONU. Il faut d'ores et déjà poser cette condition aux émissaires onusiens.

Par Alpha Saliou Wann, acteur politique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Alpha Condé demeurera en Guinée »

Published

on

Votre publicité ici

Alpha Condé ne quittera pas le pays. Alors que la communauté internationale exige sa libération immédiate et sans condition, la  junte militaire qui l’a déposé le 05 septembre a assuré vendredi 17 septembre que l’ancien président restera en Guinée.   

« Contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le CNRD et la CEDEAO relatives à une éventuelle sortie hors du territoire de l’ancien président de la République, le CNRD et son président, le colonel Mamady Doumbouya, tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, Pr Alpha Condé, est demeurera en Guinée », a indiqué les putschistes dans un communiqué lu à la télévision nationale.

« Nous ne céderons à aucune pression. Il bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans son pays », assure le CNRD, annonçant que son service de communication animera un point de presse ce samedi, 18 septembre 2021, à 11 heures, au chapiteau pour « éclairer la lanterne de l’ensemble du peuple de Guinée », dit-il.

Quelques heures plutôt dans la journée, la junte avait reçu une délégation de la Cedeao conduite par le président Ghanéen Nana Akufu Ado et l’Ivoirien, Alasane Ouattara.  Mais selon d’autres sources, c’est Alpha Condé en personne qui a refusé de quitter le pays avec ces deux présidents.

Déconnecté de la réalité, il espèrerait toujours revenir au pouvoir, mais malheureusement, il risque de déchanter rapidement, puisqu’en Guinée comme à l’internationale, sa page est déjà tournée.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lettre ouverte au Colonel Mamady DOUMBOUYA, Président du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD)

Published

on

Votre publicité ici

Monsieur le Président du CNRD

En Guinée, ce dimanche 05 septembre 2021, le pouvoir a arrêté le pouvoir, validant ainsi ce que Montesquieu avait dit dans son ouvrage ‘’L’Esprit des lois’’ de 1748 : « Le Pouvoir arrête le pouvoir ». Votre intervention de ce dimanche 05 septembre 2021 est la conséquence tangible du coup d’Etat constitutionnel du Président Alpha Condé en 2020.

La triste réalité est que, dans notre pays, la corruption dans les régies financières n’est jamais sanctionnée, les détournements des fonds alloués sont qualifiés de ‘’Baraka’’ par les coupables et leurs groupes.

Des cadres intègres, compétents… sont assujettis par des opportunistes médiocres… qui ne cessent d’agenouiller ce pays où l’ethnocentrisme et le militantisme sont érigés en normes de gestion de l’administration publique.

Monsieur le Président,

Sans entrer dans un jeu de mots, vous devez vous rappelez que : un pouvoir peut être légal et légitime ; il peut être aussi illégal et illégitime ; il peut être également légal et illégitime, tout comme il peut être légitime et illégal.

Monsieur le Président,

Vous allez vous investir pour promulguer une Constitution adaptée à nos réalités sociologiques, anthropologiques, culturelles, au défi de la mondialisation. Vous avez déjà l’aval des représentants de toutes les couches socio-professionnelles du pays.

Celles-ci attendent que vous mettiez en place toutes les Institutions qui régissent le bon fonctionnement de l’Etat en faveur des citoyens.  Cette Constitution devra promouvoir la justice pour tous.

Benjamin Ference, ancien Procureur de Nuremberg a dit « Il ne peut y avoir de paix sans justice, ni de justice sans loi, ni loi digne de nom sans un tribunal chargé de décider ce qui est juste et légal dans des circonstances bien déterminées. »

Monsieur le Président, jusqu’à ce matin du dimanche 05 septembre 2021, nous regardions M. Alpha Condé et son équipe. A partir de cette même date, nous vous regardons avec espoir.

La Sourate 103 du Saint Coran ayant pour titre « Le Temps », dit : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Par le temps ! L’homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. »

Monsieur le Président, vous êtes appelé à réussir pour le bonheur de la Guinée. Le peuple de Guinée vous fait confiance pour confirmer votre arbitrage, votre neutralité.

Au terme de votre mission qui ne sera pas esclave d’une quelconque précipitation qui risque de nous faire répéter les erreurs du passé, les élections locales, municipales et législatives devront précéder l’élection présidentielle. Vous travaillerez à ce que toutes ces consultations populaires soient impérativement le reflet du libre choix de la majorité de l’électorat guinéen qui aura voté.

La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, exercé par une autorité exécutive, législative, judiciaire.

En vous souhaitant bonne réception de la présente, prière de continuer votre marche sur le chemin qui mène à la confiance, au respect, à la considération et à la grandeur.

Qu’Allah, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux vous accorde lucidité, sagesse et perspicacité !

Par Thierno Abdoulaye DIALLO, Sociologue/Journaliste . Tel: 623 91 43 05. Email: thierno.abdoulayediallo50@gmail.com

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée suspendue aussi par la Francophonie

Published

on

Votre publicité ici

Après la Cédeao et l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a décidé, de suspendre la Guinée de ses instances, suite au coup d’État du 5 septembre perpétré contre le désormais ex-président, Alpha Condé, qui briguait un troisième mandat très décrié.

« La prise du pouvoir par la force, quelle qu’en soient les motivations, est une violation des lois de la République et contraire aux valeurs et principes consignés notamment dans les Déclarations de Bamako », a déclaré la Secrétaire générale de l’organisation, la Rwandaise, Louise Mushikiwabo, lors d’une session extraordinaire à Paris.

L’OIF a aussi exigé la libération « immédiate et sans condition » du président déchu et a appelé à la mise en place d’un gouvernement de transition conduit par des civils et renouvelé sa demande d’une transition consensuelle et inclusive visant à rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique « dans les meilleurs délais ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance