Connect with us

A LA UNE

Guinée équatoriale: un deuxième “mercenaire” abattu, visite du président de l’UA

Published

on

Votre publicité ici

Les forces de sécurité de Guinée équatoriale ont abattu vendredi à la frontière avec le Cameroun un deuxième "mercenaire" soupçonné d'être impliqué dans la tentative de "coup d'Etat" déjouée fin décembre, a annoncé la télévision nationale.

Le même jour, le président en exercice de l'Union africaine (UA), le président guinéen Alpha Condé s'est rendu à Malabo pour exprimer "le soutien et la solidarité" de l'organisation panafricaine au président Teodoro Obiang Nguema, toujours selon ces médias.

"Un autre mercenaire appartenant a la bande de criminels recrutés et payés pour (...) l'opération de déstabilisation de Guinée équatoriale le 24 décembre a été abattu ce vendredi par les forces de sécurité équato-guinéennes dans les forêts d'Ebibeyin, au quartier Mbeka'a, près de la localité de Kye Ossi", a indiqué vendredi soir la Télévision d'Etat.

L'homme abattu, dont les images ont été diffusées à la television nationale, portait des gris-gris sur le corps. Il est le deuxième "mercenaire" abattu, selon Malabo, après la mort d'un autre homme tué le 3 janvier dernier dans des affrontements en brousse avec l'armée dans cette même forêt d'Ebibeyin, au carrefour des frontières entre le Gabon, le Cameroun et la Guinée équatoriale. Selon des proches de la victime, l'homme était un simple porteur sur un marché voisin.

Le 3 janvier, la Guinée équatoriale avait déclaré avoir déjoué un "coup d'Etat". Selon Malabo, un groupe de mercenaires étrangers - des Tchadiens, des Centrafricains et des Soudanais - avait voulu le 24 décembre attaquer le chef de l'Etat, qui se trouvait dans son palais de Koete Mongomo, à une cinquantaine de km du carrefour des trois frontières.

Le groupe d'individus a été interpellé au Cameroun, dans cette même zone, le 27 décembre.

Plusieurs responsables équato-guinéens, dont l'ambassadeur au Tchad, ont depuis lors été limogés, et le président Obiang, a appelé mi-janvier à plus de "sévérité" contre les auteurs présumés du "coup d'Etat".

Le chef de l'Etat, 75 ans et à la tête de ce petit pays d'Afrique centrale depuis 1979, a par ailleurs mené de nombreuses consultations régionales: son homologue centrafricain s'est notamment rendu à Malabo, et lui-même a visité le Nigeria puis l'Ouganda.

Vendredi, le président Obiang Nguema s'est "félicité" de la visite du président en exercice de l'UA, Alpha Condé, qui a fait étape quelques heures le jour-même à Malabo pour lui exprimer le "soutien" de l'UA "après la tentative de coup d'Etat", selon les déclarations des deux hommes à la télévision.

A cette occasion, "nous avons pu parler avec le président (tchadien) Idriss Deby pour éclairer certains malentendus qui pourraient exister entre la Guinée équatoriale et la république du Tchad", a ajouté le président Obiang Nguema, sans autre précision.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

France : 26 tonnes de pneus usés en partance vers la Guinée interceptés

Published

on

Votre publicité ici

26 tonnes de pneus usagés en partance vers la Guinée via le port d’Anvers ont été interceptés début janvier par les douaniers de la brigade d’Halluin-Reckem, dans le Nord de France.

« Ces déchets faisaient l’objet d’une tentative d’exportation illégale par deux sociétés basées en Nouvelle-Aquitaine », souligne le service des douanes, dans un communiqué cité par 20 minutes, qui explique que les transferts transfrontaliers de déchets sont régulés à l’échelle internationale. L’exportation de déchets vers des pays ne disposant pas de capacités de retraitement adaptées est interdite.

Selon cette source, ces pneus usagés étaient transportés par un poids lourd immatriculé en Roumanie, tractant un semi-remorque immatriculé en France, lui-même surmonté d’un conteneur.

Soupçonnant un transport illégal, les fonctionnaires ont donc consigné la marchandise, le temps de l’expertise par le Pôle national des transferts transfrontaliers de déchets (PNTTD) de Metz. « Celui-ci a confirmé qu’il s’agissait de déchets, expliquent les douanes. Une infraction pour tentative d’exportation en contrebande de déchets a donc été relevée à l’encontre des deux sociétés, qui se sont par ailleurs vues infliger une forte amende douanière. » Quant aux pneus, ils ont été traités dans une installation française autorisée par le PNTTD, aux frais des deux exportateurs.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Maison centrale : de quoi est mort Mamadou Oury Barry ?

Published

on

Votre publicité ici

Quelques semaines après le vieux Ibrahima Sow, Mamadou Lamarana Diallo et l’opposant Roger Bamba, un autre détenu, Mamadou Oury Barry, est décédé aussi en détention samedi passé à la Maison centrale. Mais de quoi est mort ce dernier ?

Selon le Ministère de la Justice, il est décédé d’une mort naturelle liée à une occlusion intestinale et une anémie bioclinique au Service des urgences de l’Hôpital Ignace Deen.

Unique fils chez sa mère, Mamadou Oury Barry, avait été placé sous mandat de dépôt le 5 août 2020, pour coups et blessures volontaires, par le Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Il avait été arrêté à Cosa, en marge d’une manifestation du front national pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le troisième mandat d’Alpha Condé.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus sont décédés en détention préventive à la Maison centrale de Conakry. Alors que le ministère de la justice a toujours soutenu que ces prisonniers sont morts naturellement, dans leurs familles on croit plutôt aux effets de la « torture ».   Comme pour dire que ces décès suscitent des interrogations sur les conditions carcérales en Guinée.

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Un autre détenu meurt en détention à la Maison centrale

Published

on

Votre publicité ici

Les décès des prisonniers se multiplient à la Maison centrale. Après le vieux Ibrahima Sow, Mamadou Lamarana Diallo et l’opposant Roger Bamba un autre détenu politique vient de mourir en prison.

Selon nos informations, Mamadou Oury Barry est décédé à la Maison centrale samedi passé.

Âgé de 20 ans environ, ce jeune, chauffeur de profession,  avait été arrêté en août dernier, à Cosa, en marge d’une manifestation du front national pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le troisième mandat d’Alpha Condé.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus sont décédés en détention préventive à la Maison centrale de Conakry.

Ces décès suscitent des interrogations sur les conditions de détentions des opposants dans les différents établissements pénitentiaires du pays.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance