Connect with us

A LA UNE

Guinée : création d’un Office national de l’Etat civil de l’identification

Published

on

Le président de la Transition, le colonel Mamadi Doumbouya, a annoncé mardi 08 mars 2022, la création d’un Office national de l’Etat civil de l’identification (ONECI).

Placé sous la tutelle technique du ministre de l’Administration du territoire de la décentralisation, et sous la tutelle financière du ministre des finances, l’ONECI sera dirigé par un Conseil d’administration de 11 membres venus de la Primature et de divers départements ministériels dont ceux de la sécurité, de la justice et du Budget.

Il a pour mission : la mise en œuvre de la Politique nationale de l’état-civil et de l’identification des personnes physiques. A ce titre, il est chargé de veiller à l’élaboration des avant-projets, des textes législatifs et réglementaires régissant l’état-civil et l’identification des personnes physiques en relation avec les ministères techniques concernés ; Veiller à l’application des dispositions législatives et réglementaires régissant l’état-civil et l’identification des personnes physiques en relation avec les services déconcentrés et décentralisés de l’Office ; Procéder à la conception et à la réalisation technique du Registre national informatisé et biométrique de l’état-civil et des Personnes physiques, ainsi que les registres communaux et consulaires ; Procéder à la détermination, à l’attribution et à la conservation du numéro personnel d’identification (Npi) ; Créer et coordonner les centres communaux d’état-civil ; Procéder à la numérisation et à l’archivage électronique des registres et documents de l’état-civil et d’identification ; Assurer la sécurité, la cohérence, la fiabilité et la protection des informations enregistrées ; Mettre à la disposition des administrations intéressées une base de données unique et intégrée des faits et actes d’état-civil ; Mettre en place toutes les infrastructures nécessaires à la production des actes et documents d’identification uniformes et sécurisés ; Produire des actes sécurisés et garantir l’intégrité des données, leur confidentialité, leur traçabilité et leur disponibilité ; Assister les administrations publiques, parapubliques, privées et autres pour toute opération d’enrôlement biométrique et alphanumérique ; Assurer une autonomisation de la gestion des centres d’état-civil et d’identification ; Mettre en place à l’échelle nationale un dispositif de sauvegarde et de sécurisation des données de l’état-civil ; Assurer l’interconnexion des centres d’état-civil internes et consulaires avec la base de données centralisée de l’Oneci ; Appuyer les centres d’état-civil et d’identification en moyens nécessaires à leur fonctionnement ; Assurer l’uniformisation des documents d’identification et des actes d’état-civil ; Planifier et mettre en œuvre les actions d’information, d’accompagnement et de communication sur l’état-civil et l’identification en collaboration avec les ministères concernés, les circonscriptions administratives et les collectivités locales ; Suivre l’immigration et l’émigration des populations en collaboration avec les ministères concernés ; Assurer la maintenance et le contrôle des matériels et équipements nécessaires à l’accès aux données du Registre national des personnes physiques ; Assurer, en collaboration avec le Centre national de formation et de perfectionnement des cadres et élus, la formation et le perfectionnement du personnel du centre d’état-civil et d’identification en lien avec le ministère concerné, les circonscriptions administratives et les collectivités locales ; Promouvoir une synergie des actions entre l’état-civil et les autres secteurs tels que la Santé, la Sécurité, l’Éducation, le Plan et la Justice et promouvoir l’interopérabilité entre la base de données de l’état-civil des personnes physiques et les autres bases de données des départements sectoriels.

Par Mariam Bâ

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Football : la CAN 2025 officiellement retirée à la Guinée

Published

on

La Coupe d’Afrique des nations 2025 n'aura pas lieu en Guinée.

Le président de la Confédération africaine de football (CAF) l’a notifié aux autorités guinéennes, ce 30 septembre 2022 à Conakry.

« Pour la CAN 2025, la décision a été prise de ne pas continuer avec la Guinée parce que les infrastructures, malgré le grand effort déployé par les autorités, ne sont pas au niveau pour que la compétition puisse s'y dérouler. Il a été décidé de rouvrir l'appel à candidature pour la CAN 2025 », a indiqué Patrice Motsepe lors d'une conférence de presse.

Par I.Sylla 

Continue Reading

A LA UNE

Nord Mali : affrontement meurtrier entre soldats maliens et mercenaires russes

Published

on

Au moins deux militaires maliens ont été tués lors d’une bagarre avec des hommes de la société militaire privée russe qui a dégénéré, le 27 septembre, dans le camp militaire de cette localité du Nord-Est, proche du Niger.

D'après "Jeune Afrique" qui rapporte l’information,  les soldats maliens acceptent de moins en moins les règles qui leur sont fixées par les hommes de Wagner – et notamment celle qui consiste à leur prendre régulièrement leurs téléphones.

Mardi dernier, l’un d’entre eux a refusé de donner le sien à un mercenaire. Le ton est alors vite monté puis une violente bagarre a éclaté : des armes ont été dégainées et des coups de feu ont été tirés, le tout devant de nombreux témoins. Bilan : deux morts dans les rangs des Fama et neuf blessés, dont un membre de Wagner et des civils qui étaient présents dans le camp.

Une réunion de crise a depuis eu lieu à l’état-major pour faire le point sur cette affaire et éviter qu’elle ne s’ébruite. Au camp d’Ansongo, la tension reste vive entre les militaires maliens et les mercenaires de Wagner, qui vivent dans le même lieu mais chacun de leur côté.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : ce que dit le rapport d’enquête de l’ONU sur Toumba

Published

on

Alors que le procès du massacre du 28 septembre s’est ouvert ce mercredi à Conakry, la rédaction de guinee28 a décidé de republié en série le rapport d'enquête de l’ONU sur cette tragédie. Après le Capitaine Dadis Camara, voici ce que dit le rapport d’enquête sur Toumba Diakité.

Lisez: 

  1. La Commission dispose d’éléments suffisants engageant la responsabilité pénale directe du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité (dit Toumba), voire une responsabilité de commandement, pour les faits qui se sont produits dans le contexte de l’attaque du 28 septembre et les jours suivants.
  2. Le lieutenant Toumba est le commandant de la garde rapprochée du Président et l’aide de camp de celui-ci. II a confirmé devant la Commission avoir reçu directement du Président l’ordre de se rendre au stade, afin de protéger les leaders politiques, de vérifier si des militaires se trouvaient là-bas en dépit des ordres donnés et, le cas échéant, de les faire rentrer au camp. Il a affirmé être parti au stade avec huit hommes uniquement et avoir sauvé les leaders politiques de leurs assaillants, qu’il n’a pu identifier. Il n’a pas entendu de tirs au stade, n’a vu aucun cadavre et affirme n’avoir été témoin d’aucune violence sexuelle, précisant que « personne n’aurait pensé à toucher une femme».
  3. La Commission a toutefois reçu des centaines de témoignages selon lesquels le lieutenant Toumba était présent au stade et que la plupart des violations les plus sérieuses ont été commises par les bérets rouges en la présence et sous le commandement du lieutenant Toumba. Plusieurs témoins ont constaté que la violence au stade a commencé au moment où le lieutenant Toumba est arrivé. La Commission a aussi confirmé que ce dernier a personnellement participé à certaines attaques, notamment à celles dirigées contre certains leaders politiques, et a tiré à bout portant sur des manifestants. Un témoin a aussi rapporté que le lieutenant Toumba a dit « Personne ne sort vivant. Il faut les tuer tous. Ils pensent que c’est la démocratie ici », tandis qu’il tirait sur des manifestants dans le stade. Un témoin a par exemple décrit que, lorsque le lieutenant Toumba faisait un signe de la main, ses hommes commençaient à tirer et qu’après une communication (par téléphone ou par radio) il a ordonné à ses subordonnés de ne pas tirer. L’aide de camp du lieutenant Toumba qui fait office d’adjoint, le sous-lieutenant Marcel Koivogui, a été vu par plusieurs personnes en train de tirer sur la foule, tandis que des témoins affirment que le lieutenant Toumba contrôlait ses hommes dans le stade. De même, en présence du lieutenant Toumba, le chauffeur du Président, Sankara Kaba, a tiré en direction de Cellou Dalein Diallo et blessé son garde du corps qui s’est interposé.
  4. La Commission estime ainsi qu’il existe une présomption suffisante de responsabilité pénale directe du lieutenant Toumba dans les crimes commis lors des événements du 28 septembre et des jours suivants.
  5. La Commission a pu confirmer que le lieutenant Toumba est entré dans le stade au même moment que les hommes sous son contrôle. L’organisation et la coordination entre les forces de sécurité durant l’attaque, décrites aux paragraphes 180 à 200 ci-dessus, démontrent le degré de
  6. La présence du lieutenant Toumba au stade et en différents endroits après les événements survenus dans l’enceinte du stade indique qu’il savait ou, du moins, pouvait savoir que ses subordonnés étaient responsables des crimes décrits dans le rapport. Non seulement le lieutenant Toumba n’a rien fait pour empêcher la perpétration de ces crimes, mais il a même directement participé à leur exécution.
  7. La Commission conclut dès lors de ce qui précède qu’il existe de sérieux motifs de présumer également, en sus de la responsabilité individuelle et personnelle du lieutenant Toumba, une responsabilité subsidiaire en sa qualité de chef militaire.

A suivre, la publication du cas du commandant Moussa Tiégboro Camara

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance