Connect with us

A LA UNE

Guinée-Bissau: après un vote sans incident majeur, l’attente des résultats

Published

on

Votre publicité ici

L’attente des premiers résultats en Guinée-Bissau après la présidentielle de dimanche. 760 000 électeurs étaient appelés aux urnes pour ce scrutin sensé tourner la page des crises politiques. Si le camp du président sortant José Mario Vaz a dénoncé des irrégularités, la commission électorale assure que les opérations de vote se sont déroulées normalement.


«Une belle journée »,voilà comment la mission de la société civile qualifie ce dimanche électoral. Ses 400 moniteurs déployés sur le terrain ont recensé 38 incidents, mais pas de nature à remettre en cause la crédibilité du scrutin. La cellule de veille de la société civile a repris le travail ce lundi matin. Elle compile notamment les informations venant des îles au large de la Guinée-Bissau, les îles Bijagos, qui ont mis un peu de temps à arriver. S’il y a eu quelques problèmes de pirogues pour transporter les électeurs des îles éloignées vers les centres de vote, globalement, selon ces moniteurs, le déroulement du scrutin d’hier a été satisfaisant.
« Je peux tout simplement dire que le bilan a été positif parce que tout simplement le vote s’est déroulé sans incident majeur », estime Issac Kabou, du Wanep, le réseau ouest-africain d’éducation à la paix, l’une des organisations qui participent à la cellule. Avant de lister les quelques dysfonctionnements qui lui sont remontés : « Au niveau de la région de Bafata, une personne avait par-devers elle des bulletins qu’elle voulait remettre à un président du bureau de vote afin que ce dernier puisse les introduire au niveau des urnes. Donc la personne a été appréhendée et a été remise à la police. Donc ces incidents qui ont été relatés sur le terrain ne peuvent pas remettre en cause le bon déroulement du processus. »
Accusations d’irrégularités
Un peu plus tôt, dans la soirée de dimanche, Botche Candé, le directeur de campagne du président sortant José Mario Vaz avait lui dénoncé des bourrages d’urnes : « pourquoi le président de la commission électorale régionale de Bafata a-t-il pris des bulletins de vote pour les mettre dans des urnes ? C’est grave ! C’est dangereux ! »
De son côté, la porte-parole de la commission électorale Felisberta Vaz dément toute irrégularité. « La Commission nationale électorale n’a formellement reçu aucune réclamation. Concernant les accusations de bourrage d’urnes, c’est faux, ça n’a pas eu lieu. Ce qui s’est passé, dans la région de Bafata, c’est que les votes anticipés ont été emmenés pour être comptés là-bas, ce sont les votes des militaires qui ont voté en avance parce qu’ils étaient en service aujourd’hui », explique-t-elle.
« Pacifique et ordonné »
Pour la CPLP, la Communauté des pays de langue portugaise, le processus électoral a été « pacifique et ordonné », avec de « très rares exceptions ». Le ministère des Affaires étrangères du Portugal, ancienne puissance coloniale, a « félicité » dès ce dimanche soir « le peuple guinéen pour le déroulement pacifique du scrutin ».
Et on attend en fin d’après-midi, les conclusions de la mission d’observation de la Cédéao, médiatrice en Guinée-Bissau, qui avait insisté pour que le scrutin ait lieu à la date prévue. Pour l’organisation ouest-africaine, c’est donc déjà une première victoire même si la grande question maintenant, c'est l'après-élection. En effet, l’histoire a montré qu’en Guinée-Bissau les lendemains de scrutins sont propices aux tensions.
RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Ebola : déjà 7 morts en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le virus d’Ebola a déjà fait sept morts dont quatre (4) cas probables et trois (3) cas confirmés, depuis l’annonce officielle de la résurgence de l’épidémie en Guinée il y a deux semaines, selon les dernières statistiques de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) publiées le 28 février.

A cette date, le pays comptabilisait 13 cas confirmés et 4 cas probables. Tandis que,  528 contacts sont en cours de suivi.

Au total 1097 personnes ont été vaccinées depuis le lancement de la campagne mardi passé.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Le journaliste Amadou Diouldé Diallo écroué et inculpé d’offense au chef de l’Etat

Published

on

Votre publicité ici

Arrêté samedi dernier, puis placé en garde vue à la DPJ, le journaliste sportif et historien, Amadou Diouldé Diallo, a été finalement inculpé hier lundi 01 mars, pour offense au président Alpha Condé.

Depuis hier soir, il est écroué à la maison centrale.

Sur RFI, ses avocats ont dénoncé ce qu'ils qualifient de « violation de la loi sur la liberté de la presse », une loi qui interdit l’emprisonnement d’un journaliste pour délit de presse.

Par Guinee28

 

Continue Reading

A LA UNE

L’ancien président Français, Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dont un ferme

Published

on

Votre publicité ici

Il est devenu, lundi 1er mars, le deuxième ancien président de la France condamné sous la Ve République. Nicolas Sarkozy a écopé de trois ans de prison, dont un ferme, lundi 1er mars, dans l’affaire dite des « écoutes ».

L’ancien chef de l’Etat a été déclaré coupable de corruption et trafic d’influence. La décision a été lue dans un très grand silence au tribunal correctionnel de Paris, que Nicolas Sarkozy a par la suite quitté sans faire aucune déclaration. Il a dix jours pour faire appel de cette condamnation.

Les faits remontent à 2014. M. Sarkozy était suspecté d’avoir tenté d’obtenir d’un magistrat à la Cour de cassation, Gilbert Azibert, des informations confidentielles le concernant, voire de faire annuler la saisie de ses agendas présidentiels après avoir obtenu un non-lieu dans l’affaire Bettencourt. M. Azibert, avocat général dans une chambre civile, n’intervenait pas directement dans ce dossier mais il aurait joué de ses relations. En échange, M. Sarkozy aurait promis d’intervenir en faveur du magistrat pour qu’il obtienne un poste de prestige à Monaco. L’accusation se fondait sur des conversations interceptées par la justice entre l’ancien président et son avocat sur une ligne officieuse – deux téléphones prépayés achetés sous le nom de « Paul Bismuth ».

Le tribunal correctionnel a estimé lundi qu’un « pacte de corruption » avait été conclu entre l’ancien président de la République, aujourd’hui âgé de 66 ans, son avocat Me Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert. « La preuve du pacte de corruption ressort d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants résultant des liens très étroits d’amitié noués entre les protagonistes », a relevé le tribunal.

Nicolas Sarkozy, qui a été « garant de l’indépendance de la justice, s’est servi de son statut d’ancien président pour gratifier un magistrat ayant servi son intérêt personnel », a déclaré la présidente de la 32e chambre correctionnelle de Paris, Christine Mée. Il devient le deuxième ancien président condamné sous la Ve République, après Jacques Chirac, en 2011, dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris.

Source : AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance