Connect with us

A LA UNE

Grève : les enseignants ont intérêt à tenir bon (opinion)

Published

on

Votre publicité ici

Le gouvernement remet sur la table son argument massue, un vrai serpent de mer : si nous accédons à vos revendications, le programme va déraper, attendez d'abord le passage du FMI, pour qu'on puisse étaler sur le temps les échéances de paiement. C'est le même jeu depuis le règne du général Lansana Conté, jusqu'à la radicalisation du mouvement en janvier-février 2007. A l'époque, les populations n'en pouvaient plus et les syndicalistes ont été débordés par la puissante vague de révolte.

J'ai regardé la vidéo de l'interview d'Alpha Condé avec un de ses communicants, j'ai constaté qu'il est toujours dans sa bulle, complètement déconnecté des réalités. Il n'y a rien à faire pour sauver le soldat Alpha Condé, il est perdu.

Les enseignants ont intérêt à tenir bon en étant inflexibles. Ils ne doivent pas écouter cette chanson "qu'ils fassent des sacrifices pour que les enfants reprennent le chemin de l'école". Si les élèves veulent reprendre les cours, qu'ils s'adressent directement à Alpha Condé qui tient le cordon de la bourse pour qu'il règle le problème de leurs enseignants. Leurs mères doivent faire comme eux, tous devant Alpha Condé qui détient la totalité de notre argent collecté sur l'ensemble du pays, ainsi que les dettes contractées en notre nom.

Pour satisfaire les conditionnalités du FMI (pour couvrir la mauvaise gestion de nos deniers publics), il a puisé directement l'argent dans les salaires des enseignants, soit 40% depuis novembre 2016. Quant à lui et son gouvernement, ainsi que ses hauts fonctionnaires, point de sacrifices, bien au contraire, ils continuent de se partager le Budget de l'Etat. En Guinée, on les appelle les fils et filles bénis du pays.

Mes chers enseignants, dites aux négociateurs d'Alpha Condé, que pour financer les nouvelles dépenses que représentent la spoliation des 40% de vos salaires et l'augmentation salariale que vous réclamez, il leur suffit de faire des économies sur des dépenses improductives dans ce même budget 2018. Le Ministre du Budget n'aura aucune difficulté à faire voter cette réaffectation de dépenses dans la prochaine loi de finance rectificative 2018 au parlement. Qu'ils ne s'inquiètent pas, que le FMI ne protestera pas contre la réduction drastique de leur train de vie au profit de l'amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires du secteur prioritaire de l'éducation.

Les députés votent les lois de finances présentées par le gouvernement au parlement comme des myopes. Je vous dis, c'est scandaleux.

Rappelez vous, dans une de mes tribunes de février 2016, titrée "Des moments difficiles, nous attendent", j'avais demandé au Premier ministre et au Ministre du Budget, de nous présenter un plan précis des économies à réaliser dans les dépenses de l'Etat, de prendre une hache pour tailler dans les dépenses, notamment improductives, de supprimer les dépenses d'investissements sur financements intérieurs BND, parce qu'elles sont en réalité des sources d'enrichissement des dirigeants et de leurs complices, les entreprises bénéficiaires des marchés publics de gré à gré. Par contre, de ne maintenir que les dépenses d'investissements publics sur financements extérieurs FINEX qui sont mieux contrôlées par les bailleurs de fonds. En toute réponse, ils ont préféré le matraquage fiscal des ménages et des entreprises et la spoliation des enseignants de 40% de leurs salaires. Ils ont achevé le malade avec ces remèdes, conséquences : faillites des PME, baisse de la consommation des ménages. La croissance tirée du secteur des mines, n'a aucun impact sur le niveau de vie des Guinéens et, en raison de la corruption au plus haut niveau, l'Etat ne récolte que des miettes, 268 millions de dollars de revenus en 2017. Malgré tout le boucan du gouvernement, les revenus tirés de la bauxite, de l'or et du diamant ne représentent que 268 millions de dollars, à comparer aux 513 millions de dollars que l'or a rapporté à l'Etat malien en 2016.

Montrez à Alpha Condé, les images de Thomas Sankara qui avait garé les luxueuses Mercedes de ses prédécesseurs pour rouler, lui et les membres de son gouvernement, dans des petites Renault 5. Les grosses 4*4 , leur entretien et le carburant, coûtent des milliards aux contribuables, mais pour quels résultats? Ils ont de puissants groupes électrogènes chez eux, voyagent en première classe, logent dans les hôtels les plus luxueux lors de leurs nombreuses missions inutiles à l'étranger. Voilà, ils sont cramponnés sur ces avantages et veulent que les enseignants en particulier, continuent à trimer, à vivre dans la misère.

Vous savez, les opposants de Jacob Zuma, dirigés par Julius Malema, criaient bruyamment à chacun de ses passages au parlement et dans les manifestations : "Zuma rend l'argent". Il est inacceptable que ces individus se gavent de la sueur de notre travail pour qu'ils nous enfoncent dans la précarité.

On aurait compris le bien-fondé d'une politique de modération salariale pour des investissements d'avenir qui vont booster l'économie afin de créer des richesses qui permettront de réduire la pauvreté dans notre pays. Mais non, nos sacrifices servent à entretenir grassement la clique dirigeante corrompue, c'est donc vain.

Mes chers enseignants, que le FMI ferme son robinet, c'est leur affaire, de toutes les façons, ce sont des dettes que nous nous rembourserons pour qu'eux, ils continuent leur train de vie princier. Nous n'y avons aucun intérêt en termes de sécurité, de santé, d'éducation, de logement, d'emplois ou de retraites décentes. Le FMI, la Banque mondiale, les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, c'est leur gagne-pain, pas nous. Je m'arrête là, je sens la colère bouillir en moi. Ce qui est sûr, si les enseignants se laissent ensorceler par leurs langues mielleuses sous prétexte de sauver le programme avec le FMI ou ne pas faire les investisseurs en attente depuis 2011, ils n'auront plus où se plaindre. C'est maintenant ou jamais. D'ailleurs, dites à vos élèves de réclamer vos 40% et votre augmentation salariale. Des salaires variant de 8 à 5 millions de francs selon les échelons et l'ancienneté sont tout à fait raisonnables pour ce secteur stratégique pour le développement économique et social de notre pays. C'est possible si le gouvernement s'attelle à la tâche.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Alpha Condé demeurera en Guinée »

Published

on

Votre publicité ici

Alpha Condé ne quittera pas le pays. Alors que la communauté internationale exige sa libération immédiate et sans condition, la  junte militaire qui l’a déposé le 05 septembre a assuré vendredi 17 septembre que l’ancien président restera en Guinée.   

« Contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le CNRD et la CEDEAO relatives à une éventuelle sortie hors du territoire de l’ancien président de la République, le CNRD et son président, le colonel Mamady Doumbouya, tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, Pr Alpha Condé, est demeurera en Guinée », a indiqué les putschistes dans un communiqué lu à la télévision nationale.

« Nous ne céderons à aucune pression. Il bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans son pays », assure le CNRD, annonçant que son service de communication animera un point de presse ce samedi, 18 septembre 2021, à 11 heures, au chapiteau pour « éclairer la lanterne de l’ensemble du peuple de Guinée », dit-il.

Quelques heures plutôt dans la journée, la junte avait reçu une délégation de la Cedeao conduite par le président Ghanéen Nana Akufu Ado et l’Ivoirien, Alasane Ouattara.  Mais selon d’autres sources, c’est Alpha Condé en personne qui a refusé de quitter le pays avec ces deux présidents.

Déconnecté de la réalité, il espèrerait toujours revenir au pouvoir, mais malheureusement, il risque de déchanter rapidement, puisqu’en Guinée comme à l’internationale, sa page est déjà tournée.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lettre ouverte au Colonel Mamady DOUMBOUYA, Président du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD)

Published

on

Votre publicité ici

Monsieur le Président du CNRD

En Guinée, ce dimanche 05 septembre 2021, le pouvoir a arrêté le pouvoir, validant ainsi ce que Montesquieu avait dit dans son ouvrage ‘’L’Esprit des lois’’ de 1748 : « Le Pouvoir arrête le pouvoir ». Votre intervention de ce dimanche 05 septembre 2021 est la conséquence tangible du coup d’Etat constitutionnel du Président Alpha Condé en 2020.

La triste réalité est que, dans notre pays, la corruption dans les régies financières n’est jamais sanctionnée, les détournements des fonds alloués sont qualifiés de ‘’Baraka’’ par les coupables et leurs groupes.

Des cadres intègres, compétents… sont assujettis par des opportunistes médiocres… qui ne cessent d’agenouiller ce pays où l’ethnocentrisme et le militantisme sont érigés en normes de gestion de l’administration publique.

Monsieur le Président,

Sans entrer dans un jeu de mots, vous devez vous rappelez que : un pouvoir peut être légal et légitime ; il peut être aussi illégal et illégitime ; il peut être également légal et illégitime, tout comme il peut être légitime et illégal.

Monsieur le Président,

Vous allez vous investir pour promulguer une Constitution adaptée à nos réalités sociologiques, anthropologiques, culturelles, au défi de la mondialisation. Vous avez déjà l’aval des représentants de toutes les couches socio-professionnelles du pays.

Celles-ci attendent que vous mettiez en place toutes les Institutions qui régissent le bon fonctionnement de l’Etat en faveur des citoyens.  Cette Constitution devra promouvoir la justice pour tous.

Benjamin Ference, ancien Procureur de Nuremberg a dit « Il ne peut y avoir de paix sans justice, ni de justice sans loi, ni loi digne de nom sans un tribunal chargé de décider ce qui est juste et légal dans des circonstances bien déterminées. »

Monsieur le Président, jusqu’à ce matin du dimanche 05 septembre 2021, nous regardions M. Alpha Condé et son équipe. A partir de cette même date, nous vous regardons avec espoir.

La Sourate 103 du Saint Coran ayant pour titre « Le Temps », dit : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Par le temps ! L’homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. »

Monsieur le Président, vous êtes appelé à réussir pour le bonheur de la Guinée. Le peuple de Guinée vous fait confiance pour confirmer votre arbitrage, votre neutralité.

Au terme de votre mission qui ne sera pas esclave d’une quelconque précipitation qui risque de nous faire répéter les erreurs du passé, les élections locales, municipales et législatives devront précéder l’élection présidentielle. Vous travaillerez à ce que toutes ces consultations populaires soient impérativement le reflet du libre choix de la majorité de l’électorat guinéen qui aura voté.

La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, exercé par une autorité exécutive, législative, judiciaire.

En vous souhaitant bonne réception de la présente, prière de continuer votre marche sur le chemin qui mène à la confiance, au respect, à la considération et à la grandeur.

Qu’Allah, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux vous accorde lucidité, sagesse et perspicacité !

Par Thierno Abdoulaye DIALLO, Sociologue/Journaliste . Tel: 623 91 43 05. Email: thierno.abdoulayediallo50@gmail.com

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée suspendue aussi par la Francophonie

Published

on

Votre publicité ici

Après la Cédeao et l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a décidé, de suspendre la Guinée de ses instances, suite au coup d’État du 5 septembre perpétré contre le désormais ex-président, Alpha Condé, qui briguait un troisième mandat très décrié.

« La prise du pouvoir par la force, quelle qu’en soient les motivations, est une violation des lois de la République et contraire aux valeurs et principes consignés notamment dans les Déclarations de Bamako », a déclaré la Secrétaire générale de l’organisation, la Rwandaise, Louise Mushikiwabo, lors d’une session extraordinaire à Paris.

L’OIF a aussi exigé la libération « immédiate et sans condition » du président déchu et a appelé à la mise en place d’un gouvernement de transition conduit par des civils et renouvelé sa demande d’une transition consensuelle et inclusive visant à rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique « dans les meilleurs délais ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance