Connect with us

Politique

Gouvernance : la société civile s’interroge sur la bonne foi du gouvernement

Published

on

Alors que les négociations entre le gouvernement et le mouvement syndical patinent notamment sur la diminution du prix du carburant, le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne s’interroge sur la bonne foi des dirigeants dans le respect de leur engagement.

Déclaration :

Le Peuple de Guinée après deux (2) longues années de lutte, de deuil, de stigmatisation et de dures épreuves sur le plan socioéconomique relatifs à la maladie à Virus Ebola, accompagnées des perturbations d'ordre politique et économique a accueilli avec beaucoup d'espoir la nomination du nouveau gouvernement.

Le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne, en sa qualité de porte voix des citoyens à la base, après une très longue observation du gouvernement sur un certain nombre de questions, s'interroge sur sa capacité de passer de la parole à l'action.

Le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne salue les négociations engagées entre le mouvement syndical et le gouvernement sur la cherté de la vie en général et l’éventuelle réduction du prix du carburant à la pompe. Cependant, il dénonce la lenteur et s'insurge contre l'absence d'issue dans ces dites négociations.

Pendant que les citoyens sont plongés dans une situation de crise, le gouvernement reste insensible et continu à aggraver la situation avec le rehaussement de la TVA sur les produits de première nécessité et l’augmentation des tarifs de communication.

Quant à la chute du prix du baril sur le marché international qui est de nos jours à son plus bas niveau, notre pays, la Guinée n’arrive toujours pas à appliquer le principe de flexibilité à la pompe de façon automatique.

Par ailleurs, le CNOSCG réitère son soutien total et indéfectible au mouvement syndical et en appel à une synergie d’actions de l’ensemble des centrales syndicales afin d’aboutir à la satisfaction de leurs légitimes revendications.

Invite expressément le gouvernement à poursuivre le dialogue avec tous les acteurs impliqués dans les négociations pour maintenir la paix, la stabilité et la quiétude sociale.

En conclusion, le CNOSCG appelle à une action beaucoup plus concertée et inclusive de l'ensemble des centrales syndicales d'une part et des organisations de la société civile d'autre part pour une action coordonnée et réussie en faveur du citoyen.

 

Vive l'unité nationale

 

Vive l'unité d'actions de la société civile guinéenne

 

Que Dieu bénisse la Guinée

Madame Yansané Fatou Baldé

 

Pour le Bureau National

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée échappe à nouveau aux sanctions de la Cedeao

Published

on

Alors que l'inquiétude était palpable, la Guinée a échappé à nouveau aux sanctions de la Cedeao. Les leaders ouest-africains réunis dimanche 03 juillet à Accra ont toutefois rejeté une nouvelle fois les 36 mois de transition proposés par la junte guinéenne.

Ils ont nommé un nouveau médiateur à la crise guinéenne. Il s'agit de l'ancien président béninois Thomas Boni Yayi.

Pour le Mali,  la Cédéao a levé les sanctions économiques et financières . Elle a aussi trouvé un accord avec le Burkina Faso pour un calendrier de 24 mois avant un retour des civils au pouvoir, à compter du 1er juillet 2022.

Il faut noter que les dirigeants ouest-africains ont par ailleurs choisi comme nouveau président en exercice de la Cédéao, Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau et lui aussi victime d'une tentative de Coup d'État en février dernier.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance