Connect with us

A LA UNE

Ghana : Nana Akufo-Addo réélu avec 51,59 % des voix, l’opposition conteste

Published

on

Votre publicité ici

À l'issue d'un scrutin extrêmement serré, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a été réélu avec 51,59 % des voix face à son adversaire politique historique John Mahama, qu'il affrontait pour la troisième fois, selon les résultats annoncés par la commission électorale mercredi. L'opposition a annoncé qu'elle contestait ces chiffres et envisageait de faire appel.

Nana Akufo-Addo à nouveau victorieux de la présidentielle du Ghana. Le président sortant a été réélu avec 51,59 % des voix, a déclaré mercredi 9 décembre la Commission électorale.

Le chef de l'État, leader du Nouveau parti patriotique (NPP), s'est imposé face à John Mahama, candidat de l'opposition du Congrès national démocratique (NDC), qui a recueilli 47,36 % des votes, a annoncé Jean Adukwei Mensa, présidente de la Commission électorale dans une vidéo diffusée en direct sur les réseaux sociaux.

Contestation

Mais mercredi soir, l'opposition a rejeté ces résultats et dit envisager de faire appel de la décision de la Commission électorale. "Les preuves accablantes disponibles nous empêchent d'accepter cette conclusion fallacieuse et précipitée", a déclaré Haruna Iddrisu, un parlementaire du Congrès national démocratique (NDC), après l'annonce par la Commission électorale.

"Nous avons l’intention de prendre des mesures décisives et tangibles, concernant à la fois les résultats de la présidentielle et de élections parlementaires, pour renverser cette attaque éhontée et impudente de notre démocratie", a continué Haruna Iddrisu, lors d’une conférence de presse à Accra.

"Je suis de nouveau profondément touché par la confiance que vous m'accordez et je ne la prends pas à la légère", avait auparavant déclaré le président sortant à une foule de partisans rassemblés devant chez lui après l'annonce des résultats. Le président a aussi appelé à l'unité et à la paix au Ghana : "Le moment est venu, quelles que soient les affiliations politiques, de s'unir, de se donner la main et de se tenir côte à côte."

"Des incidents"

Lundi, plus de 17 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir entre douze candidats à la magistrature suprême et élire leurs 275 députés, mais le véritable duel se jouait entre ces deux candidats qui s'affrontaient pour la troisième fois.

Les élections se sont déroulées globalement dans le calme, même si cinq personnes ont été tuées dans des violences électorales, selon la police. "Il s'agissait d'incidents isolés, même si certains sont tragiques", a affirmé mercredi le chef de la mission d'observation de l'Union européenne, Javier Nart. "Les Ghanéens ont voté lundi librement", a-t-il insisté.

Hormis ces violences, l'élection avait été de manière générale saluée comme un exemple en Afrique de l'Ouest, en proie cette année à plusieurs scrutins violents et contestés, notamment en Côte d'Ivoire voisine.

Toutefois, mardi soir, l'entente cordiale entre les deux candidats qui ont signé un "pacte de paix" les engageant à ne cautionner aucune violence lors du vote et à la proclamation des résultats, s'est effritée et le ton s'est durci.

Bilan positif

Nana Akufo-Addo bénéficie d'un bilan plutôt positif sur le plan diplomatique et social avec la création de lycées gratuits et un meilleur accès à l'éducation pour tous. Mais le chômage des jeunes a été un enjeu central dans cette campagne. Plus de la moitié des électeurs ont moins de 35 ans.

Depuis les années 2000, ce pays riche en or, cacao et plus récemment pétrole, a connu une des plus fortes croissances au monde. Mais certaines régions continuent de vivre dans le plus grand dénuement et la crise provoquée par le coronavirus a durement touché le pays, dont la croissance cette année devrait tomber à 0,9 %, selon le FMI, soit le taux le plus bas depuis plus de 30 ans.

De son côté, John Mahama, considéré comme avenant et proche du peuple, devra faire oublier les accusations de mauvaise gestion économique qui avaient empêché sa réélection.

Par France24 avec AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Zone de Yenga : la Sierra Leone se plaint contre la Guinée devant la CEDEAO

Published

on

Votre publicité ici

Le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, a accusé devant la CEDEAO, des soldats guinéens de mener ‘’d'incursions accrues’’ à Yenga, zone litigeuse entre son pays et la Guinée.

« La Sierra Leone observe avec une vive inquiétude les cas d'incursions accrues de soldats guinéens dans la zone de Yenga qui se trouve dans le territoire souverain incontesté de la Sierra Leone. Le problème reste en suspens et nos homologues guinéens ont continué d'empiéter sur les frontières terrestres et maritimes de la Sierra Leone," a-t-il accusé.

Devant cette situation, Julius Maada Bio a demandé à la  CEDEAO de créer « d'urgence  un comité spécial chargé d'examiner la question non résolue de Yenga entre les deux pays par le biais d'un engagement diplomatique en vue de trouver une solution durable à ce différend frontalier de longue date », dit-il.

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

La CEDEAO invite ses Etats membres au respect de la libre circulation

Published

on

Votre publicité ici

Alors que depuis plusieurs mois la Guinée maintient la fermeture de ses frontières avec la Guinée-Bissau, la Sierra Leone et le Sénégal, la CEDEAO a invité ses membres à respecter le protocole  sur la libre circulation des personnes et des biens.

« La Conférence a félicité le Nigéria pour l’ouverture de ses frontières terrestres avec ses voisins et invité tous les Etats membres au respect effectif de l’application du Protocole sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement », a déclaré l’organisation sous-région samedi 23 janvier 21, en marge de son 58ème sommet des chefs d’Etat.

Lors de ce sommet, le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, avait exprimé sa préoccupation concernant les restrictions imposées à la libre circulation des marchandises et des personnes entre son pays et la Guinée, ce qui engendrerait une énorme perte économique pour les deux pays, estime-t-il.

Il a exhorté le président guinéen à « envisager de lever ces restrictions afin de permettre la libre circulation des personnes, des biens et des services afin de promouvoir la coopération, le commerce régional et l'intégration régionale ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Décès de Oury Barry : « ça n’a rien de naturel », estime Fabien Offner

Published

on

Votre publicité ici

Les réactions continuent suite à la mort en détention le 16 janvier dernier de Mamadou Oury Barry, âgé de 21 ans.

Alors que le ministère de la justice évoque la maladie, tandis que sa famille parle « d'empoisonnement et de « crime d'État », pour le responsable pour l'Afrique de l'Ouest d'Amnesty International, son décès « n’a rien de naturel ».

Ces décès « n'ont évidemment rien de naturel et résultent de violations graves des principes fondamentaux de l'ONU relatifs au traitement des détenus », a estimé Fabien Offner, cité par le point.fr.

Une centaine de personnes au moins sont mortes en détention en Guinée entre 2015 et octobre 2019, a-t-il souligné.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus politiques sont morts en prison avant leurs procès à la Maison centrale de Conakry.

Dans un communiqué jeudi, l'Union européenne a souligné que ces décès « mettent en évidence les dysfonctionnements du système pénitentiaire et de l'appareil judiciaire guinéen ».

Les États-Unis ont également réagi. Se disant « gravement préoccupés » par le « ciblage de l'opposition politique par le gouvernement », pour Washington, « les actions du gouvernement et la mort de deux membres de l'opposition pendant leur détention remettent en question l'engagement de la Guinée en faveur de l'État de droit ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance