Connect with us

A LA UNE

Ghana : le parlement de la CEDEAO ouvre le débat sur la problématique des élections dans la sous-région

Published

on

Votre publicité ici

A Winneba à une soixantaine de km de la capitale du Ghana, le parlement de la CEDEAO ouvre les travaux de la rencontre de haut niveau. Ils portent sur la problématique des élections ces 20 dernières années dans la sous-région, où l'identification des insuffisances et la proposition des pistes de solution sont plus que urgentes au regard des événements dans certains pays. L'ouverture officielle a été présidée par Nana Akufu Ado,  président du Ghana et président en exercice des chefs d'état et des gouvernements de la CEDEAO.

A l'intérieur de cet amphithéâtre de l'une des plus grandes universités du Ghana, la problématique  des élections dans la sous-région ouest africaine est en débat. L'objectif est d'évaluer les systèmes électoraux dans l'espace, d'identifier les défis à relever et surtout de proposer des pistes de solution pour corriger les insuffisances constatées dans l'organisation des scrutins électoraux. Au regard de l’instabilité politique et institutionnelle qui touche beaucoup de pays de la région, il est important pour les décideurs de faire la rétrospective du niveau d’ancrage de la démocratie en Afrique de l'ouest.

« La modification de la Constitution pour se conformer aux réalités actuelles n’est pas un problème en soi. Cependant, lorsque les propositions de modifications de la Constitution protègent l’élite dirigeante au détriment des citoyens ou compromettent la vraie nature de la démocratie constitutionnelle, accordant ainsi au président sortant un avantage indu pour proroger son mandat, alors il y a un problème », note Honorable Sidie Mohamed Tunis (Président du Parlement de la CEDEAO)

Selon l'indice de démocratie libérale, Ces dernières années plusieurs menaces ont affectés le processus démocratique parmi lesquelles figure la baisse de la qualité des élections, la faiblesse des contraintes législatives sur l'exécutif et la diminution des opportunités pour la participation des citoyens et de la société civile. Conscient de cet état de fait le Président du Ghana Président en exercice des Chefs d'Etat et des gouvernements de la CEDEAO tire la sonnette d'alarme à fin que le blason soit redoré.

''En conclusion, je suis en effet heureux de réaffirmer devant vous ma foi inébranlable dans les principes de responsabilité démocratique, qui constituent la base de la bonne gouvernance dans nos États membres. Certes, nous constatons avec tristesse que les crises liées aux processus électoraux sur notre continent tendent à occulter les efforts déployés à différents niveaux du processus électoral. Il demeure donc le devoir des institutions communautaires, par des interactions constantes avec tous les intervenants, de tirer la sonnette d'alarme chaque fois qu'elles sentent que les choses vont dans la mauvaise direction. Nous ne devons pas oublier que, même avec deux décennies d'élections démocratiques dans nos États membres, nous restons toujours en chantier en tant que démocraties. Je suis convaincu que nous continuerons à améliorer nos systèmes et processus électoraux. Par devoir envers nos enfants et petits-enfants, nous ne devons pas baisser les bras lorsqu'il s'agit de garantir l'intégrité du processus électoral et de consolider la paix par l'établissement de listes électorales exactes, la validation idoine des candidatures, l'organisation matérielle des scrutins, et les proclamations de résultats authentiques », conclut-il.

En initiant cette rencontre de haut niveau, le Parlement de la CEDEAO se veut une plateforme de dialogue, de consultation et de promotion de la démocratie dans les Etats membres. Pour réussir ce pari, les parlementaires de la communauté sont appelés à proposer et à adopter des résolutions qui permettrons de garantir non seulement la stabilité sociopolitique mais aussi de rehausser la transparence et la crédibilité des élections

Par Abdoulaye Diallo, Envoyé spécial

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée », alerte Bruxelles

Published

on

Votre publicité ici

Une attaque terroriste n’est pas à exclure sur le sol guinéen, jusque-là épargné par les djihadistes, alerte le ministère belge des Affaires étrangères, du commerce extérieur et de la coopération au développement.

Dans une note adressée aux ressortissants Belges vivant en Guinée, Bruxelles déconseillent ses ressortissants, de se déplacer la nuit dans les banlieues de Conakry.

« Depuis début 2012, le Nord Mali – pays voisin de la Guinée – est sujet à une insécurité majeure chronique liée à la présence de groupes terroristes, de mouvements rebelles et à des actes de brigandages. Le Centre du pays est également de plus en plus affecté par les mouvements terroristes et les conflits intercommunautaires. Ces groupes sont responsables de plusieurs enlèvements d’Occidentaux au Mali, au Niger, au Burkina Faso et au Bénin au cours des dernières années et continuent à menacer les intérêts occidentaux dans la région. De plus, les attentats perpétrés à Bamako, Ouagadougou et Grand Bassam ainsi que les coups de filets ayant conduit à l’arrestation de présumés djihadistes dans plusieurs pays de la région, y compris au Sénégal voisin, tendent à indiquer une expansion de la menace terroriste dans la sous-région. Une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée », indique-t-on.

Par Guinee28

 

Continue Reading

A LA UNE

Transition : Biden dépêche un émissaire à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Depuis mercredi, le sous-secrétaire d’État américain adjoint aux affaires africaines, Michael Gonzales, est en visite en Guinée pour s’enquérir de la situation de la transition.

Comme la Cedeao, Washington souhaite la tenue rapide des élections libres et équitables pour permettre au pays de revenir au plutôt possible à un régime civil, après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre dernier.

L’émissaire de Joe Biden a déjà rencontré plusieurs acteurs de la transition dont le FNDC. Michael Gonzales doit également rencontrer le Premier ministre, Mohamed Beavogui, et le président de la transition, Mamadi Doumbouya, avant de quitter Conakry ce vendredi.

Le 2 novembre dernier, les États-Unis avaient annoncé qu’ils excluraient Conakry de l’Agoa d’ici janvier prochain, si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Création d’une Cour de répression des infractions économiques et financières en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le président de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, a créé une Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF)  en Guinée.

Objectif, lutter contre les détournements de fonds et la corruption, a annoncé jeudi, Ousmane Gaoual Diallo, lors du conseil des ministres.

Cette cour, à travers sa chambre de poursuite et de jugement, s'intéressera notamment aux dossiers de détournement et de de corruption, aussi bien dans l'administration publique que dans le secteur privé, souligne le porte-parole du gouvernement.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance