Connect with us

Afrique

Gambie : le président de la Cour suprême refuse d’examiner le recours de Yahya Jammeh

Published

on

En l'état, le président de la Cour suprême gambienne, Emmanuel Fagbenle, s'est déclaré incompétent ce lundi concernant l'examen du recours porté devant cette juridiction par le chef de l'État Yahya Jammeh. Cet examen est repoussé à une date ultérieure.

« Étant donné que cette injonction me concerne en tant que président de la Cour suprême, je me récuse de son examen », a déclaré à l’audience lundi 16 janvier le président nigérian de la Cour suprême, Emmanuel Fagbnele. « Ce recours attendra que la Cour suprême soit constituée […] le temps de permettre aux juges d’arriver en Gambie », a ajouté le magistrat nigérian.

L’avocat de Yahya Jammeh et ex-ministre de la Justice, Edward Gomez, a par la suite reconnu qu’il ne lui serait pas possible d’obtenir l’injonction demandée avant le 19 janvier « parce que le président de la Cour suprême a dit très clairement qu’il ne pouvait pas se prononcer seul sur ce dossier ». À cette date, Adama Barrow doit pourtant officiellement être investi président de la Gambie.

Yahya Jammeh temporise

Yahya Jammeh a demandé à son homologue libérienne Ellen Johnson Sirleaf, en tant que présidente en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), d’accélérer l’envoi de juges pour pourvoir les sièges vacants à la Cour suprême. Il a réaffirmé que « le statu quo devait prévaloir » tant que celle-ci n’aurait pas statué sur ses recours.

La date du 19 janvier n’est pas gravée dans le marbre.

« La soi-disant date du 19 janvier n’est pas gravée dans le marbre », a-t-il par ailleurs fait remarqué à la présidente libérienne, lors d’une conversation téléphonique dont l’enregistrement a été diffusé dans la nuit de dimanche à lundi par la télévision d’État GRTS.

Adama Barrow en Gambie pour son investiture

À travers une déclaration lue par son conseiller, Mai Fatty, Adama Barrow, a de son côté assuré qu’il serait en Gambie pour y prêter serment et prendre ses fonctions jeudi 19 janvier. Le président élu a par ailleurs appelé ses concitoyens à « continuer à faire preuve de retenue, à respecter la loi et à ne pas répondre à la provocation ».

Accueilli au Sénégal voisin depuis dimanche à la demande de la Cedeao, Adama Barrow avait quitté Banjul vendredi 13 janvier avec la présidente libérienne venue en Gambie dans le cadre d’une mission de la Cédéao. Il s’était dans un premier temps rendu à Bamako où il était invité au sommet Afrique-France, avant de rejoindre Dakar, au côté du chef de l’État sénégalais Macky Sall.

La pression internationale sur Yahya Jammeh ne cesse d’augmenter alors qu’approche la fin officielle de son mandat. Dans une interview accordée à la BBC le 13 janvier, Adama Barrow a déclaré qu’il n’était « pas nécessaire » que Yahya Jammeh s’exile à l’étranger. Selon lui, des « pourparlers directs » pourraient suffire à résoudre la crise post-électorale.

AFP avec JA

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Mali : plus de 130 civils tués dans le centre du pays, le pire massacre des djihadistes depuis 2019

Published

on

D'après la junte au pouvoir, les massacres ont été commis par les djihadistes de la Katiba Macina dans la nuit de samedi à dimanche.

C'est le pire massacre commis par des djihadistes dans le pays depuis 2019. Quelque 132 civils ont été tués dans le centre du Mali lors d'attaques attribuées à des jihadistes de la Katiba Macina, un groupe affilié à Al-Qaïda, dans la nuit de samedi à dimanche, selon le gouvernement malien, lundi 20 juin. Le chef de la junte au pouvoir depuis août 2020, le colonel Assimi Goïta, a décrété trois jours de deuil national.

Le gouvernement est sorti du silence alors que les informations proliféraient depuis le week-end sur les réseaux sociaux. Des élus locaux ont rapporté des scènes de massacres systématiques perpétrés par des hommes en armes dans le centre du pays, à Diallassagou et dans deux localités environnantes du cercle de Bankass. Cette zone est l'un des principaux foyers de la violence qui ensanglante le Sahel depuis des années.

Plus de 600 civils tués en 2021

Nouhoum Togo, président d'un parti établi à Bankass, a déclaré à l'AFP que le nombre de victimes pourrait être encore plus élevé. D'après le responsable, la zone avait été le théâtre il y a deux semaines d'opérations de l'armée qui avaient donné lieu à des accrochages avec les jihadistes. Ces derniers seraient revenus à plusieurs dizaines à motos, vendredi selon lui, pour se venger.

Le Mali est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012. Un document de l'ONU publié en mars indiquait que près de 600 civils avaient été tués au Mali en 2021 dans des violences, principalement imputées aux groupes jihadistes, mais aussi aux milices d'autodéfense et aux forces armées.

Source : AFP

Continue Reading

A LA UNE

Guinée-Bissau : la Cédéao déploie une force de stabilisation

Published

on

Le 1er février 2022, le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a échappé de peu à un coup de force. L'institution sous-régionale a décidé lors de son sommet extraordinaire du 25 mars à Accra d'approuver l'envoi d'une force d'appui à la stabilisation du pays. Celle-ci se déploie officiellement lundi 20 juin.

La Cédéao n’en est pas à sa première opération de maintien de la paix en Guinée-Bissau. Elle avait déployé une force pour la stabilité et la sécurité après le coup d'État d'avril 2012 qui avait renversé le Premier ministre Carlos Gomes Junior, entre les deux tours de la présidentielle, dont ce dernier était le favori,

La force, chargée de protéger les chefs d'institution et les édifices publics, avait permis de garantir la stabilité du pays pendant huit ans. En septembre 2020, les autorités bissau-guinéennes pensaient que sa mission était bien remplie et qu’elle pouvait se retirer.

Dix-sept mois plus tard, le 1e février dernier, le président Embalo échappe à un coup de force qui fait onze morts. Un coup d’État de plus dans la région, après ceux du Mali, de la Guinée et du Burkina Faso. Face à la résurgence de ces changements par la force des armes, la Cédéao a décidé encore une fois d’envoyer d'une force d'appui à la stabilisation du pays, dont le déploiement officiel est prévu pour ce lundi 20 juin.

Protéger les institutions et leurs chefs

Le béninois Francis Behanzin, commissaire en charge des affaires politiques, de la paix et de la sécurité de la Cédéao va remettre le drapeau de l’institution au commandant de la force, un officier nigérian. Ensuite, il présentera l’État-major de ce commandement au Président Embalo. Un état-major composé de 18 hauts gradés. D'après nos informations, le mandat de force de stabilisation est d'un an, renouvelable.

Sa mission, protéger les institutions et leurs chefs. Selon une confidence, les policiers, fantassins et spécialistes de la communication de la Cédéao, qui ont commencé à arriver à Bissau depuis le 18 mai, seront déployées à la Présidence de la République, au domicile du chef de l’État, et seront également présentes dans le cortège présidentiel, indique notre correspondant à Cotonou Jean-Luc Aplogan.

La Côte d’Ivoire a envoyé du personnel militaire de santé. 140 policiers nigérians et une centaine de militaires ghanéens vont compléter l’effectif pour atteindre l’effectif des 631 hommes. La Force d’appui possède également une composante civile : un représentant résident de la Cédéao, appuyé par deux experts

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Mali : la France annonce avoir capturé un haut responsable du groupe Etat islamique

Published

on

Le jihadiste est accusé d'un grand nombre d'exactions contre les populations maliennes et burkinabè, selon l'état-major français.

Un important chef jihadiste a été capturé au Mali par des soldats français, au moment où ces derniers entrent dans la dernière phase de leur retrait du pays, a annoncé l'état-major français mercredi 15 juin. "Dans la nuit du 11 au 12 juin 2022, une opération de la force Barkhane (...) a permis la capture d'Oumeya Ould Albakaye, haut responsable de l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS)", a précisé la même source.

Le jihadiste, "un temps pressenti pour succéder à l'ancien émir" Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, neutralisé par les Français en août 2021, "avait des compétences en termes de maniement d'explosifs". Albakaye avait "organisé plusieurs attaques contre différentes emprises militaires au Mali, dont celle de Gao. Il dirigeait des réseaux de mise en œuvre d'engins explosifs improvisés", a ajouté l'état-major français. Il est accusé d'être responsable d'un grand nombre d'exactions contre les populations maliennes et burkinabè.

La France est en passe de boucler son retrait militaire du Mali après neuf ans d'engagement, poussée vers la sortie par la junte au pouvoir à Bamako depuis août 2020. Le jihadiste capturé "visait directement les axes de circulation empruntés par la force Barkhane pour conduire sa réarticulation hors du Mali", a expliqué l'armée française. La force antijihadiste Barkhane conservera le détenu quelques jours pour "une phase d'entretiens" avant qu'il ne soit transféré aux autorités maliennes, selon l'état-major.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance