Connect with us

Afrique

Gambie : pas de justice pour les victimes de Jammeh

Publié

le

Votre publicité ici

Après 22 ans de règne, le dictateur gambien, Yayha Jammeh a été contraint de partir en exil en Guinée Equatoriale, après un mois de crise politique, de négociations et de tractations menées par la Cédéao, l’Union africaine et l’ONU. Mais s’il a pu quitter son pays sans bain de sang, il a su bien négocier son départ.

Lisez le communiqué conjoint de la CEDEAO, de  l’Union Africaine et de l’ONU sur la sortie de crise :

  1. À la suite de la décision du Sommet de l'Autorité de la CEDEAO prise le 17 décembre 2016 à Abuja (Nigéria), les efforts de médiation, y compris les visites à Banjul, ont été entrepris par le Président de l'Autorité des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO, Sirleaf, le Médiateur, SE le Président Muhammadu Buhari et le Co-Médiateur sur la Gambie, Son ancien Président John Dramani Mahama, ainsi que SE le Président Ernest Bai Koroma pour méditer sur l'impasse politique avec le Cheikh Professeur Alhaji Dr. Yahya AJJ Jammeh.
  2. Suite aux efforts de médiation de SE le Président Mohamed Ould Abdel Aziz de la République islamique de Mauritanie et SE le Président Alpha Conde de la République de Guinée Conakry avec SE le Cheikh Professeur Alhaji le Dr Yahya AJJ Jammeh, l'ancien Président de la République de Gambie , Et en consultation avec la Présidente de l'Autorité des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO, la Présidente de l'Union africaine et le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, cette déclaration a pour but de parvenir à un règlement pacifique de la situation politique En Gambie.
  3. La CEDEAO, l'UA et l'ONU saluent la bonne volonté et la diplomatie de Son Excellence l'ex-président Jammeh, qui, avec le plus grand intérêt du peuple gambien, et afin de préserver la paix, la stabilité et la sécurité de la Gambie La souveraineté, l'intégrité territoriale et la dignité du peuple gambien, a décidé de faciliter un processus de transition pacifique et ordonné immédiat et le transfert du pouvoir au président Adama Barrow conformément à la constitution gambienne.
  4. Pour ce faire, la CEDEAO, l'UA et l'ONU s'engagent à collaborer avec le Gouvernement de la Gambie pour assurer et assurer la dignité, le respect, la sécurité et les droits de l'ancien Président Jammeh en tant que citoyen, Leader et ancien chef de l'Etat tel que prévu et garanti par la Constitution gambienne de 1997 et les autres lois de la Gambie.
  5. En outre, la CEDEAO, l'UA et l'ONU s'engagent à travailler avec le Gouvernement de la Gambie pour garantir pleinement, assurer et assurer la dignité, la sécurité et les droits de la famille immédiate du Président Jammeh, Responsables de la sécurité et partisans et loyalistes du parti.
  6. La CEDEAO, l'UA et l'ONU s'engagent à travailler avec le Gouvernement de la Gambie pour s'assurer qu'aucune mesure législative ne soit prise par celle-ci, ce qui serait incompatible avec les deux paragraphes précédents.
  7. La CEDEAO, l'UA et les Nations unies exhortent le Gouvernement de la Gambie à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer et assurer qu'il n'y aura pas d'intimidation, de harcèlement et / ou la chasse aux sorcières des anciens membres du régime et des partisans, conformément à la Constitution et aux autres lois De la Gambie.
  8. La CEDEAO, l'UA et l'ONU s'engagent à collaborer avec le Gouvernement gambien pour empêcher la saisie des biens et propriétés appartenant légalement à l'ancien président Jammeh ou à sa famille et à ceux de ses membres du Cabinet, de ses fonctionnaires et de ses partisans garantis En vertu de la Constitution et d'autres lois de la Gambie.
  9. Afin d'éviter toute récrimination, la CEDEAO, l'UA et l'ONU s'engagent à collaborer avec le Gouvernement de la Gambie à la réconciliation nationale pour consolider la cohésion sociale, culturelle et nationale.
  10. La CEDEAO, l'UA et l'ONU soulignent fortement le rôle important des Forces de défense et de sécurité gambiennes dans le maintien de la paix et la stabilité de la Gambie et s'engagent à travailler avec le Gouvernement de la Gambie pour prendre toutes les mesures appropriées pour Soutenir le maintien de l'intégrité des Forces de Défense et de Sécurité et se prémunir contre toutes les mesures qui peuvent créer des divisions et une rupture de l'ordre.
  11. La CEDEAO, l'UA et l'ONU veilleront à ce que les pays hôtes qui offrent une "hospitalité africaine" à l'ancien président Jammeh et à sa famille ne deviennent pas des cibles indues de harcèlement, d'intimidation et de toutes autres pressions et sanctions.
  12. Afin d'aider à la transition pacifique et ordonnée et au transfert du pouvoir et à la création d'un nouveau gouvernement, l'ancien Président Jammeh quittera temporairement la Gambie le 21 janvier 2017 sans porter préjudice à ses droits de citoyen, Et un chef de parti politique.
  13. La CEDEAO, l'UA et l'ONU collaboreront avec le Gouvernement gambien pour que l'ancien président Jammeh soit libre de retourner en Gambie à tout moment de son choix, conformément au droit international des droits de l'homme et à ses droits de citoyen De la Gambie et un ancien chef de l'Etat.
  14. Conformément à cette déclaration, la CEDEAO mettra un terme à toute opération militaire en Gambie et continuera de rechercher un règlement pacifique et politique de la crise.

Fait le 21 janvier 2017 à Banjul, en Gambie.

 

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Burkina Faso : le chef de l’opposition Zéphirin Diabré concède sa défaite

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dont la réélection dès le premier tour a été proclamée jeudi par la commission électorale, a annoncé vendredi soir sur Twitter avoir reçu les félicitations du chef de l'opposition, Zéphirin Diabré.

"J'ai reçu ce vendredi dans la soirée, les félicitations du candidat à la présidentielle Zéphirin Diabré. Je salue sa démarche qui s'inscrit en droite ligne de l'esprit républicain de notre classe politique et témoigne de la maturité de notre démocratie", écrit-il.

Le tweet est illustré par une photo des deux hommes ensemble. L'opposition, qui avait menacé de ne pas reconnaître le résultat, "avait pris acte" jeudi de l'annonce, tout en annonçant se réserver le droit de le contester en justice.

Source : France24

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle au Burkina Faso : Marc Christian Kaboré réélu avec un coup KO

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Au Burkina Faso, le président Roch Marc Christian Kaboré a été réélu pour un second mandat dès le premier tour de l’élection présidentielle avec 57,87% des suffrages exprimés, selon les résultats provisoires proclamées ce jeudi 26 novembre par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Il devance largement Eddie Komboïgo, le candidat du CDP, parti de l’ancien président Blaise Compaoré, arrive deuxième avec 15,48% des suffrages, alors que Zephirin Diabré de l’UPC prend la troisième marche du podium avec 12,46% des voix.

L’opposition burkinabée a estimé lundi que le scrutin était « émaillé de fraudes » et a menacé de « ne pas accepter des résultats entachés d’irrégularités ».

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Désormais les citoyens de 15 pays d’Afrique devront payer jusqu’à 15 000 dollars pour aller aux Etats-Unis

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L'administration Trump a annoncé lundi une nouvelle réglementation qui obligera les touristes originaires d’une vingtaine de pays - dont 15 d’Afrique - à payer au préalable une caution en espèces comme condition à l'obtention d'un visa, selon VOA Afrique qui s’appuie sur une notification publiée dans le journal officiel du gouvernement américain.

Il s’agit de : l’Angola, le Burkina Faso, le Burundi, le Cap Vert, la République démocratique du Congo, Djibouti, l'Érythrée, la Gambie, la Guinée Bissau, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, Sao Tomé et Principe, le Soudan et le Tchad.

Selon cette source, désormais les citoyens de ces pays devront verser une caution dont le montant varie entre 5 000 et 15 000 dollars (soit l’équivalent de 2,5 à 7 millions FCFA). La mesure s’appliquera uniquement aux visas de type B1 (tourisme) et B2 (voyage d’affaires).

La nouvelle règle entrera en vigueur à partir du 24 décembre et restera en place jusqu'au 24 juin 2021 et il appartiendra à chaque agent consulaire de déterminer la somme qui sera exigée comme dépôt de garantie d'un demandeur de visa.

Selon le gouvernement américain, ces pays sont visés parce que leurs citoyens ont tendance à rester aux États-Unis même après l'expiration de leur visa temporaire. Il s’agit donc, d’après l’administration Trump, de dissuader ceux qui ne quittent pas le territoire américain à temps.

En dehors de l’Afrique, les autres pays ciblés sont l'Afghanistan, le Bhoutan, l'Iran, la Syrie, le Laos et le Yémen.

Par Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.