Connect with us

Société & Faits Divers

François Soudan, un vautour de la plume au service de la propagande populiste et dictatoriale

Published

on

Je suis partagé entre l'admiration que j'ai pour ce journaliste qui est à mes yeux l'une des meilleures plumes de l'espace francophone et l'indignation de le voir se mettre au service de la propagande populiste et dictatoriale de certains chefs d'état africains, avec, en prime, ceux connus sur les bords de la Seine, autour du verre de la tasse de thé dans les cafés et bars qui ont pignon sur rue.

C'est naturellement le cas du président Guinéen Alpha Condé que François Soudan vient de présenter dans une des livraisons de "JEUNE AFRIQUE", comme étant un messie, un sauveur d'une Guinée malade, ayant un amour tyrannique pour cette Guinée qu'il ne connaît même pas assez et les Guinéens dont il ne partage ni les préoccupations ni les perspectives. Alors comment François Soudan peut-il, à la faveur d'une simple vue aérienne d'un voyage de moins d'une heure entre Conakry et Kamsar, ponctué d'un accueil spontané d'une poignée de citoyens, résumer les liens relationnels entre Alpha Condé et ses compatriotes sans même chercher à faire ne serait ce que l'exercice de l'équilibre de l'information en interrogeant simplement certains d'entre nous, si nécessaire, faire le constat de la réalité était devenu un sacerdoce? Je comprends François Soudan, le faire équivaudrait à la réduction du poids de la mallette d'argent, celle-là même qui régule et lubrifie, depuis des décennies maintenant, les relations entre certains journalistes de l'Hexagone et les chefs d'Etat Africains.

Le journaliste François Soudan fait partie de ce précaire de vautours de la plume récidiviste à souhait quand il s'agit de présenter le faux à la place du vrai. Exemple: dans sa dernière livraison et une antérieure, il a traité Cellou Dalein Diallo de chef de la communauté Peule alors qu'il est bel et bien président de l'UFDG et chef de file de l'opposition guinéenne consacré par une loi votée par l'Assemblée Nationale. En présentant délibérément Cellou Dalein Diallo comme chef de la communauté peule, François Soudan fait le jeu de ceux qui s'attèlent et s'activent à l'isoler et à l'exclure derechef les Peuls alors que l' UFDG est un parti national dans tous les sens.

Alpha Condé a trouvé en François Soudan, un chargé de mission pour faire le sale boulot de présenter Cellou Dalein Diallo à qui il doit pourtant cette paix sociale comme un communautariste, le journaliste à la barbe poivre partage le même cercle d'amis que Alpha Condé jusqu'à Brazzaville chez Sassou N'Guesso où sa femme est au gouvernement.

Voilà pourquoi François Soudan dénature la réalité guinéenne au profit de Alpha Condé allant jusqu'à s'attaquer à l'éminent écrivain Thierno Mo Nenembo à cause de sa "peuladite", c'est son expression. A voir les choses de près, on se rend compte que le corrompu François Soudan est foncièrement contre la communauté Peule de Guinée et difficile de ne pas y voir la main de Alpha Condé dont la "foulaphobie" crève les yeux.

Pour ta gouverne, pauvre plumitif porteur de mallettes, le chef de la communauté peule prend la dénomination de "Khalife Général" du Fouta-Djallon. Il s'appelle Elhadj Bah Bano de Pita du diwal de Timbi..ET notre région n'a ni le monopole ni l'exclusivité de ces chefs. Dans le manding ce sont les "Sotikemos". A kankan, la fonction est dévolue à la famille Kaba, à Kissidougou aux Keita de Faramaya. On les appelle "Kountigui" en Basse Guinée et ils existent en Guinée Forestière aussi comme les gouvernants traditionnels vénérés dans toute l'Afrique.

Cellou Dalein Diallo n'est donc pas un chef de la communauté Peule, mais un leader politique, président de l'UFDG qui compte en son sein des Guinéens de toutes les régions. Fodé Oussou Fofana, Aboubacar Soumah, Elhadj Alain Touré, Kalemodou Yansané, mme Tofany, Saà Koundouno pour ne citer que ceux là.

Bien d'autres Peuls sont leaders de partis: Bah Ousmane, Mouctar Diallo, Thierno Mamadou Bah, Ibrahima Sila Bah. Certains sont avec Alpha Condé en alliance alors que d'autres comme Bantama Sow, Hady Barry sont carrément du RPG le parti de Alpha Condé. D'autres encore comme Boubacar Barry, Saikou Yaya Barry, Alain Lélouma sont à l'UFR de Sidya Touré.

Ils partagent la même région que Cellou Dalein Diallo mais n'ont pas les mêmes convictions politiques. Ce qui est absolument contraire aux pouvoirs étendus et inaltérables d'un chef de communauté. Tu peux bien demander à Alpha Condé, ton patron, la différence entre les deux même si je suis convaincu qu'il a encore beaucoup à apprendre de l'histoire et de la sociologie de la Guinée, domaines dans lesquels, ses prédécesseurs Sékou Touré et Lansana Conté, particulièrement, sont des références absolues dans ce relationnel fusionnel avec leur peuple, avec la terre de Guinée irriguée du sang de ses fils martyrs.

François Soudan, tu es venu prendre la malette ou les malettes contre des mensonges à profusion. Alpha Condé aime le football alors qu'il ne s'est jamais acquitté du devoir républicain de présider la finale de la Coupe Nationale, à plus forte raison s'investir dans la promotion du sport national. Le Syli National vient de se faire laminer à Monastir (Tunisie) et à Conakry.

Tu évoques aussi dans ton chou puant la famille de Alpha Condé. Mais tu ne cites que sa femme Djenè Kaba, fille de Kankan et de Nongoa dans Gueckedou et son fils Alpha Mohamed Condé que les Guinéens ne connaissent pas mais qui serait le véritable chef de ce pays. C'est lui qui aurait constitué le gouvernement avec sa bande de copains et amis d'affaires.

Mamady Youla, le premier ministre, Ibrahima Kalil Kaba, le directeur de Cabinet de la Présidence de la République, la tour de contrôle du groupe, le beau frère, Abdoulaye Magassouba, aux Mines, la cousine, Maladho Kaba à l'Economie et aux Finances, Mohamed Doumbouya au Budget, Abdourahmane Diallo à la Santé.

Alpha Mohamed Condé aurait la main mise sur tout l'appareil d'Etat. Ce qui aurait découragé beaucoup de jeunes loups du RPG-Arc-En-Ciel qui ont donné leur langue au chat avec des frustrations au paroxysme. Voilà des sujets et tant d'autres comme l'extrême misère des Guinéens, leur pauvreté endémique, le manque de soins appropriés, l'insécurité galopante, la corruption généralisée et les promesses non tenues de Alpha Condé.

A cela viennent s'ajouter l'insalubrité et cette renaissance du PUP, le parti de Lansana Conté qui bouleverse les plans machiavéliques de diviser pour régner de Alpha Condé. Famille pour famille, François Soudan, en avion présidentiel, le village de Barô à kouroussa est à un jet de pierres de Conakry. Vous auriez pu faire un tour pour saluer les parents, visiter le cimetière et se recueillir sur les tombes des parents et grands parents de Alpha Condé.

Certainement que ce sera pour la prochaine fois. Mais en attendant, Lansana Kouyaté peut te montrer les siennes à Kouroussa Centre. Faranah est juste à côté. Les parents de Sékou Touré, M'bemba Alpha Kabiné et N'naminata Fadiga, petite fille du Napoléon des tropiques y reposent. Et tu pourras remonter jusqu'à Albadarya, à Kissidougou son village. Fais-y halte. On te montrera la maison familiale de Tanty Jeanne, la mère du Général Sékouba Konaté. A Mafran, en pays Kouranko, chez Hadja Marie Camara, la femme du ministre Toumany Sangaré et mère du ministre Kader Sangaré.

Et le voyage continue. Barô étant la prochaine fois, le temps qu'on nettoie le cimetière, le village de Sana non loin de Bissandougou, la capitale de l'empire de Samory dans le "Toron" est celui du capitaine Doubany Konaté, le père du Général Sékouba Konaté et, plus loin, à la fin du pays Loma à N'zebgela, il suffit juste de traverser le fleuve Diani pour arriver à Koulé en pays Kpélé chez Moussa Dadis Camara.

J'oubliais, François Soudan, qu'il te fallait juste cinq minutes en avion de Kamsar pour être à Kolon chez Sidya Touré. Les parents de feu général Lansana Conté, eux, reposent à Bouramayah. Il paraît que la brume a recouvert les montagnes du Fouta Djallon, les conditions météorologiques sont mauvaises. Donc, le village de Dalein sera pour la prochaine fois. Mais je sais déjà ce que tu y trouveras: un caveau familial où reposent Mama Ibrahima Bano fils de Mama Doulla et de Nènan Aissata N'gniré, la fille du fondateur de Labé qui fait partie des neuf marabouts qui ont instauré le royaume Théocratique du Fouta-Djallon, au début du 17e siècle, Thierno Mamadou Cellou dit Karamoko Alpha Mo Labé. L'illustre "Waliou", Thierno Sadou mo Dalein a son mausolée, son fils Thierno Saliou Dioulnoyo a trouvé la mort dans la forêt de Fitaba lors de la bataille contre les "houbbous". Son fils, Thierno Diawo, et son petit-fils Saikou Amadou Tidiane , le père de Mamadou Cellou Dalein Diallo, le président de l'UFDG reposent à Dalein.

Alors, François Soudan, ta prochaine visite, ton ami Alpha Condé doit te faire visiter Barô son village et je souhaite que tu mettes en couverture de JEUNE AFRIQUE le cimetière avec ceux des siens qui y reposent. Je ferai le voyage aussi pour être témoin en embuscade comme l'avait fait la célèbre journaliste Française, Catherine Nay, pour François Mitterand chez lui à Château -Chinon, au lendemain de son élection à la magistrature suprême en 1982.

Par Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Afrique de l’Ouest : plus de 57 tonnes de cocaïne saisies en 3 ans

Published

on

Selon le dernier rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc), présenté en début de semaine à Abidjan en Côte d’Ivoire, plus de 57 tonnes de cocaïne ont été saisies en Afrique de l’Ouest depuis 2019,  principalement au Cap Vert (16,6), au Sénégal (4,7), au Bénin (3,9), en Côte d’Ivoire (3,5), en Gambie (3) et en Guinée-Bissau (2,7) entre 2019 et 2022, preuve que plus aucun pays côtier de la sous région n'est épargné par ce fléau. En janvier 2021, plus de 100 kilos de cocaïne avait été saisies dans une villa à Conakry.

Le rapport précise que "la consommation de drogue en Afrique touche principalement les jeunes hommes de moins de 35 ans" et que "93% des personnes traitées pour des troubles liés à la consommation de drogues en Afrique sont des hommes" dont "l’âge moyen est d’environ 30 ans".

L'ONUDC souligne aussi que "les atteintes à l'État de droit générées par les conflits et les tensions politiques offrent un environnement propice à la production et au trafic de drogues, générant des revenus aux groupes armés qui, à leur tour, alimentent les conflits".

"Si 90% de la cocaïne saisie dans le monde suit les routes maritimes, d’importantes saisies enregistrées au Niger (214 kg), au Burkina Faso (115 kg) et au Mali (33,9 kg) depuis 2021, démontrent que la route sahélienne reste une zone de transit relativement importante", estime-t-on dans le document.

"Les arrestations en Afrique de l'Ouest associées à des saisies record de cette drogue dans la région suggèrent également que le trafic, en dehors de la zone de conflit du Sahel, pourrait financer les groupes armés qui y opèrent. Plusieurs individus soupçonnés d'être impliqués dans des saisies de cocaïne dans les pays côtiers d'Afrique de l'Ouest, notamment en Guinée Bissau, en Gambie et en Côte d'Ivoire, détenaient par exemple des passeports de pays sahéliens", ajoute-t-il.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Conflit domanial meurtrier de Madina-Oula : près de 30 personnes arrêtées

Published

on

Près de 30 personnes ont été arrêtées suite au drame survenu jeudi dernier autour d’un conflit domanial à Madina-Oula, dans Kindia, a annoncé le Parquet Général de la Cour d’Appel de Conakry dans un communiqué.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué.

La cellule de communication du Parquet Général près la Cour d’Appel de Conakry informe l’opinion publique nationale que Mardi 28 Juin 2022, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia a été informé par le Commandant de la Région de la Gendarmerie Territoriale de Kindia de la mort par fusillade de deux (02) citoyens dans la localité de Nègueya, sous-préfecture de Madina-oula à savoir :

-Yaya Modou CAMARA, cultivateur, domicilié à sékhousoriya, âgé de 37 ans, marié à deux (02) femmes et père de douze (12) enfants; -Abass CAMARA, forgeron, domicilié à sékhousoriya, marié à deux (02) femmes et père de dix (10) enfants. Outre ces cas de perte en vies humaines, huit (08) cas de blessés dont six (06) par balle et deux (02) par coups et blessures ont été enregistrés.

Cette situation est consécutive à un conflit domanial qui oppose Nègueya et Dar-Es-Salam où chaque partie réclame la propriété sur le domaine cultivable situé au secteur Foussikhouré dans le district de Haut-Tamisso, Commune Rurale de Madina-Oula.

Selon les informations portées à la connaissance du Parquet général par le Procureur d’Instance de Kindia, cette affaire domaniale a été portée devant les instances judiciaires (Tribunal de Première Instance de Kindia et la Cour d’Appel de Conakry, statuant en matière civile) et reste toujours pendante par devant la Cour suprême.

Une requête aux fins de sursis de l’arrêt n°552 du 30 novembre 2021 rendu par la Première Chambre Civile, Economique et Administrative de la Cour d’Appel de Conakry des Sieurs Fodé Mory Ciré DRAME, Fodé Balia DRAME, Moussa DRAME, Boukhary DRAME, Fodé Halimadou DRAME, El hadj Saliou DRAME et autres, tous citoyens de nationalité guinéenne, domiciliés au District de Dar-Es-Salam, ayant pour conseils Maitres Mory DOUMBOUYA, Lancei 3 DOUMBOUYA et Antoine GBILIMOU, Avocats à la Cour, a été introduite à la Cour Suprême.

Pour des fins de procédure, une offre de garantie de la somme de cinq cent mille francs guinéens (500.000GNF) a été versée sur le compte de la Cour suprême ouvert dans les livres de la Banque Centrale de la République de Guinée suivant reçu n° 43836 en date du 22 mars 2022, conformément à l’article 81 de la Loi organique L/2017/003/AN du 23 février 2017 portant attribution, organisation et fonctionnement de la Cour Suprême par les requérants.

C’est dans l’attente de l’examen de ladite affaire par la Cour Suprême, que les parties se sont affrontées sur le domaine conflictuel soldé par des pertes en vie humaine et des blessés par balle de fusils de calibre douze de fabrication locale.

Face à cette situation, le parquet d’instance sur nos instructions avait immédiatement dépêché l’Escadron de Gendarmerie Mobile n° 07 de Kindia, la CMIS de Kindia et la protection civile sur les lieux pour faire cesser tout trouble et procéder à l’identification et à l’interpellation des personnes suspectées en lien avec ces faits criminels.

Au regard de la gravité des faits et la complexité des investigations nécessaires à la manifestation de la vérité, une commission d’enquête composée de seize (16) Officiers de Police judiciaire de la Gendarmerie et de la Police a été mise en place sur les instructions du Parquet Général et sous la direction du Parquet d’Instance.

A ce jour, cette commission d’enquête a interpellé seize (16) personnes dans la journée du mardi 28 juin 2022 et dix (10) autres le mercredi 29 juin 2022, toutes placées en garde à vue tant au niveau de l’Escadron Gendarmerie Mobile que de la Compagnie de la Gendarmerie de Kindia sous haute sécurité pour des besoins d’enquête.

Un fusil de chasse a été saisi, les blessés conduits à l’Hôpital Régional de Kindia pour des soins d’urgence ainsi que les corps des deux (02) victimes ont été déposés à la morgue pour des fins d’autopsie.

En attendant le règlement de la présente procédure et surtout pour éviter tout affrontement, le Parquet Général instruit au Procureur d’Instance de prendre toutes les mesures conservatoires d’interdiction formelle aux deux parties de procéder de quelques activités que ce soient sur les lieux litigieux.

En outre, de poursuivre des interpellations des personnes impliquées dans les faits incriminés dans le respect de la présomption d’innocence et des droits sacrés à la défense.

Le Parquet Général tout en présentant ses condoléances aux familles éplorées, rassure l’opinion publique de l’application rigoureuse de la loi dans la présente cause et met en garde toute action visant à la vendetta (justice privée).

Il rappelle qu’en application des dispositions de l’article 208 du code pénal que le meurtre commis avec préméditation ou guet apens constitue un assassinat passible de la réclusion criminelle à perpétuité sans préjudice de l’application de l’article 114 relatif à la période de sureté.

Il instruit d’ailleurs au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia, conformément à l’article 8 alinéa 3 du code de procédure pénale, de communiquer au besoin pour rendre public des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges contre les personnes mises en cause.

Fait à notre Parquet, Jeudi 30 juin 2022.

Le Procureure Général

Alphonse Charles Wright

Continue Reading

A LA UNE

Mort de 23 migrants à la frontière espagnole : autorités politiques africaines, levez-vous !

Published

on

Vingt-trois personnes sont mortes le vendredi 24 juin 2022 alors qu’elles tentaient de franchir en masse le mur d'enceinte entre Nador au Maroc et l'enclave espagnole de Melilla. Sur des images, on voit des dizaines de corps enchevêtrés, des morts et des blessés gisant le sol après que la police marocaine ait tenté de les repousser.

Ce drame remet sur la table la question de la politique migratoire en Afrique et l'impérieuse nécessité de respecter les droits fondamentaux des migrants subsahariens.

En effet, le traitement de ces jeunes africains sur la frontière entre le Maroc et l’Espagne suscite l’indignation. Le 18 juin dernier, des affrontements violents ont été notés dans la même zone entre les migrants et les forces de l’ordre marocaines faisant plusieurs blessés. Nador, point stratégique des candidats à l’immigration, est aujourd’hui une “zone interdite” pour ces derniers obligés de se retrancher dans les forêts pour pouvoir rallier l’Europe.

Pourtant, ces hommes et femmes à la quête d’un eldorado méritent regard et respect. Ils ont des droits et libertés qui dans un premier temps tirent leurs fondements dans la déclaration universelle des droits de l’homme qui garantit solennellement l’égalité entre les individus et le principe de non discrimination. Ce texte protège tout individu contre la torture ou les traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Quant à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), elle s’inscrit dans la même logique que ladite déclaration. Selon elle, toute personne a le droit de circuler librement, de chercher ou de bénéficier d’un asile devant la persécution. Dans son article 12, la CADHP relève que “toute personne à le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.”

Dans la même veine, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre 1966, en son article 2, dispose que: «Les Etats parties au présent Pacte s'engagent à respecter et à garantir à tous les individus se trouvant sur leur territoire et relevant de leur compétence les droits reconnus dans le présent Pacte, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. »

Ainsi dit, il est établi que rien ne peut justifier certains agissements contre les migrants qui au contraire doivent être protégés, pris en charge sur tous les plans (éducation, santé,...)

AfricTivistes trouve dégradant et très révoltant ce qui s’est passé à la frontière entre le Maroc et l’Espagne. Ce drame nous pousse à rappeler le statut sacré de la vie humaine et la responsabilité des autorités politiques à veiller à la sécurité des candidats à l’immigration; mais aussi à condamner systématiquement les menaces et atteintes à la vie des Africains.

Nous estimons que les sorties des autorités africaines et l’attitude des pays d’origine des migrants ne sont pas à la hauteur de la catastrophe et du chaos humanitaire provoqués par ce fléau.

Nous dénonçons le laxisme des institutions africaines face au traitement réservé aux migrants subsahariens dans le monde et déplorons l’absence d’une réelle politique africaine relative à la migration.

Nous condamnons l’absence d’un dispositif africain de prise en charge rapide des migrants en situation de détresse.

Nous exigeons une enquête internationale pour faire toute la lumière sur ce drame humain et que les responsabilités soient situées.

Nous appelons les forces vives africaines à se réunir au plus vite pour mener des discussions sérieuses sur les conséquences désastreuses de la migration dans le continent.

Nous exigeons de la part des Etats quels qu’ils soient (les pays d’origine des migrants, de transit, et les pays européens) à respecter les textes et conventions internationales sur les droits de l’homme et les droits des migrants. Nous les invitons à mettre en avant l’humanité et l’acceptation de l’autre dans leurs différentes actions.

Par AfricTivistes

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance