Accueil / A LA UNE / France : colère après la mort d’Ibrahima Bah dans un accident à proximité d’une intervention de police

France : colère après la mort d’Ibrahima Bah dans un accident à proximité d’une intervention de police

Un homme de 22 ans du nom de Ibrahima Bah est mort, dimanche 6 octobre, dans un accident de moto à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) alors que des policiers procédaient à une interpellation dans le même secteur. Un drame qui ravive les craintes de violences car la ville avait été en 2007 le théâtre d'émeutes urbaines et de violents affrontements avec les forces de l'ordre après la mort de deux adolescents dans des circonstances similaires.

Les faits ont eu lieu peu avant 17 heures dans le quartier de la Cerisaie, alors que des policiers interpellaient un autre homme en "défaut de permis de conduire",  selon le communiqué de la préfecture du Val-d'Oise. Le conducteur avait pris la fuite à pied après avoir abandonné sa voiture. D'autre policiers, venus en renfort près de la voiture abandonnée, ont alors vu arriver un jeune en moto à "vitesse élevée".

Un choc contre un poteau

L'un des policiers a alors "esquissé le geste de ralentir, en enjoignant verbalement au pilote de freiner", mais le motard est "monté sur le trottoir, ré-accélérant avant de freiner brutalement et de perdre le contrôle de sa machine". Dans sa chute, il a "violemment percuté" un poteau métallique. Malgré le massage cardiaque pratiqué par les policiers puis les secours, le jeune homme n'a pas survécu. Il est mort à son arrivée à l'hôpital vers 18h30.

Interrogé par Le Parisien, le maire de la ville a fait part de son émotion. "C'est ce qui peut arriver de pire. C'est toujours un drame un jeune homme [de 22 ans], en pleine santé, qui décède, quelles que soient les circonstances. Mais il faut être prudent à ce stade. J'espère que les uns et les autres vont rester calme en attendant les résultats des vidéos", a-t-il réagi.

Une enquête a été confiée à la Sûreté départementale. D'après les premiers éléments, la moto avait été signalée volée.

Mais pour la famille d’Ibrahima, ce n’était pas le cas. « Si elle était volée, il faut dire à qui et quand, demande son frère Boubacar. Elle n’était pas volée. Fan de moto, ça ne veut pas dire délinquant. »

Lundi après-midi, près d’un millier de personnes ont organisé une marche blanche pour rendre hommage à Ibrahima.

Avec franceinfo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée