Connect with us

Politique

Fête de l’indépendance : le message d’Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Ce lundi 02 octobre 2017, la Guinée célèbre son 59ème anniversaire de l'indépendance. A cette occasion le Chef de l’Etat, Alpha Condé s’est adressé à la nation. Nous vous livrons l’intégralité de son discours

"Guinéennes, Guinéens, Mes Chers Compatriotes,

Nous célèbrerons demain 2 octobre 2017, le 59ème anniversaire de l’indépendance de notre pays après le vote historique du 28 septembre 1958 qui a révélé au monde entier le courage exceptionnel du peuple guinéen à prendre en main son destin national.

L’accession de la Guinée à la souveraineté internationale évoque un moment d’histoire autour des valeurs fortes qui fondent la République et marque la fidélité de notre peuple à des aspirations légitimes à un monde plus uni, de liberté, de paix et de partenariat équitable.

Célébrer cette journée commémorative, c’est surtout honorer le courage de nos devanciers qui, de par leur engagement et leur sacrifice, ont héroïquement combattu pour la liberté dont nous jouissons aujourd’hui. En ce jour solennel de rappel de leurs actions, je voudrais ici saluer leur mémoire et leur renouveler la reconnaissance de toute la Nation.

Aujourd’hui, chaque Guinéenne et chaque Guinéen doit être le gardien vigilant de cet héritage qu’il faut consolider pour que, de génération en génération, notre chère Patrie demeure toujours un havre de paix, de cohésion nationale, de stabilité politique, de démocratie, de sécurité, de liberté et de prospérité.

Guinéennes, Guinéens

Recevez, à l’occasion de la célébration de notre fête nationale, mes vœux de bonne fête. J’exprime tout mon soutien à ceux qui sont éprouvés dans leur chair et dans leur âme. Puisse Dieu leur accorder la santé et la paix du cœur en ce jour anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance.

A nos frères vivant à l’Etranger, j’adresse aussi mes vœux de bonne fête. Je les encourage et les félicite pour leurs contributions précieuses aux efforts de développement de notre pays.

Ces vœux s’adressent également à tous nos partenaires au développement et à tous les amis Etrangers qui vivent chez nous, partagent nos joies et nos peines. Qu’ils veuillent bien recevoir ici la reconnaissance et l’hospitalité sans cesse renouvelées du peuple guinéen.

Je n’oublie pas nos braves et anciens combattants. Ils ont été à l’avant-garde de la marche de notre peuple vers l’indépendance et le progrès social.

Aux Forces de Défense et de Sécurité engagées dans les contingents de l’ONU, je voudrais leur dire bravo. Bravo pour leur comportement exemplaire qui honore notre pays et mes condoléances à toutes les familles des soldats tombés pour la défense de l’intégrité territoriale du Mali dans le cadre de la Minusma.

A vous, hommes politiques qui ajoutent du ferment à notre démocratie, je vous souhaite bonne fête de l’indépendance.

Toutefois, je voudrais ici attirer l’attention de tous sur le fait que notre pays ne pourra jamais être une oasis de paix, de démocratie, de tolérance religieuse et ethnique tant que nous mettrons en avant les considérations ethniques et religieuses. La quiétude actuelle qui prévaut en Guinée est un bel acquis que nous ne permettrons à personne de le détruire. Nous ne pouvons pas sacrifier notre principe d’une société d'harmonie ethnique et religieuse sur l'autel de la politique politicienne.

La démocratie multipartite n'est pas synonyme d'inimitié et de division. Elle offre plutôt un cadre idéal pour les échanges d'idées. Certains excès de la politique partisane peuvent être porteur de dangers, elle laisse dans son sillage des clivages insurmontables et un manque de consensus sur les grands sujets nationaux. Appartenir à différentes organisations politiques ne saurait être une raison de ne pas travailler ensemble à la recherche de solutions à nos défis communs.

Je tiens à déclarer avec force que, pour moi, il est dangereux de réduire la vie politique dans notre pays à certaines dérives des politiques partisanes, ethniques ou religieuses. Je m'engage à continuer à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour promouvoir une atmosphère de rapprochement politique afin d’éteindre toute tension qui pourrait menacer notre bien-être national et j’attends des leaders politiques de notre pays qu’ils en fassent autant.

L'avenir de la Guinée dépend de nous tous et je suis convaincu que nous pouvons faire face aux nombreux défis qui se posent à nous.

Guinéennes, Guinéens,

Le 59è anniversaire que nous célébrons aujourd'hui en tant que pays libre et indépendant n'a été rendu possible que parce que d'autres responsables politiques, avant nous, ont fait tout ce qu'il fallait pour nous libérer des soumissions du colonialisme et de toute forme d’impérialisme. Ce retour à l’histoire contemporaine de la Guinée est marqué par des événements dont nous devons constamment nous inspirer

Aussi, ne pourrais-je oublier de souhaiter joyeuse fête de l’indépendance aux jeunes, aux femmes, à nos braves paysans, à tous les agents de l’Administration publique ainsi qu’à tous les acteurs du secteur privé.

J’exhorte les uns et les autres à avoir toujours à l’esprit le sens du devoir au service de l’intérêt général.

Mes chers compatriotes,

Notre fête nationale intervient cette année, dans un contexte économique international particulièrement difficile, qui n’épargne aucun pays dans le Monde.

Néanmoins, mon Gouvernement a fourni des efforts pour accélérer le rythme de création de la richesse nationale, pour relever le taux de croissance économique et pour mieux faire face aux défis qui nous interpellent dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’emploi des jeunes et surtout des infrastructures qui nous manquent si cruellement.

C’est ainsi que dans le cadre de la construction de nos infrastructures, nous avons signé le 5 septembre 2017, avec la République Populaire de Chine, un Accord Cadre de financement de nos projets prioritaires pour une enveloppe de 20 milliards de dollars US couvrant une période de 20 ans (2017-2036). Ce financement est principalement adossé aux revenus futurs de projets miniers portés par les entreprises chinoises en Guinée.

Le principe de ce partenariat est basé sur l'approvisionnement à long terme de la Chine en matières premières et produits miniers en échange de la mise à disposition de la Guinée de financements et de technologies visant à favoriser le développement des infrastructures et l’industrialisation du pays.

Les projets d’infrastructures sont financés sur la base d’études démontrant leur faisabilité, ainsi que sur la base des bénéfices économiques et sociaux. Le premier lot de financement porte sur un montant total d’environ 1,3 Milliards de dollars et concerne :

• les voiries de Conakry,

• la reconstruction de la route nationale 1 (tronçon Coyah-Mamou-Dabola),

• la ligne de transmission électrique Linsan-Fomi,

• la réhabilitation et l’extension d’une université régionale,

• l’extension du port de Conakry.

Le barrage hydroélectrique de Souapiti, en négociation avancée sous forme de partenariat public privé pour 1,5 milliards de dollars, n’est pas inclus dans les financements couverts par l’Accord Cadre. Tout comme les projets d’extension de l’hôpital Sino Guinéen, de construction du siège du Parlement, et d’appui au programme de changement climatique qui sont l’objet d’un don d’environ 100 millions de dollars.

Guinéennes, Guinéens

Le serment que j’ai fait envers le peuple guinéen m’oblige à attirer l’attention sur le fait que l’essor économique ne se fera que par notre engagement à poursuivre les réformes déjà engagées et à mieux produire afin d’accroître la richesse, seul gage pour dépasser les difficultés conjoncturelles et structurelles dans le but d’éradiquer la pauvreté à laquelle notre peuple reste toujours confronté. Ce sont là des défis que nous devons relever.

Dans le cadre de ces défis, nous œuvrons chaque jour à l’assainissement de nos finances publiques dont le processus est en cours à la satisfaction de la communauté internationale et des Institutions de Bretton Woods, qui nous accompagnent dans notre stratégie de réduction de la pauvreté. Ainsi comme l’a reconnu une récente mission du FMI, l’inflation moyenne est restée modérée à 8,2% en 2016. Celle-ci reflète une augmentation mesurée des prix des produits alimentaires, une stabilité du taux de change et une politique monétaire prudente avec des efforts de consolidation budgétaire. Cela a permis de réduire le déficit budgétaire de base en 2016 à 0.7 % du PIB sous l’effet conjugué d’une augmentation des revenus et d’une réduction des dépenses.

Par ailleurs, les importations ont fortement augmenté, grâce aux nouveaux projets d’investissements dans le secteur minier, qui ont été financées par un large afflux d’investissements directs étrangers. Les exportations se sont accrues, tirées par les produits agricoles, la bauxite et l’or.

Les perspectives de croissance de notre économie restent favorables. Pour 2017, la croissance continue à être robuste à 6,7 %, grâce à la poursuite de la bonne performance du secteur minier, à l’accélération des activités de construction dans l’hôtellerie et l’énergie, ainsi qu’à de bonnes performances agricoles.

Tout est défi dans ce pays et je citerais la disponibilité et l’accessibilité aux infrastructures économiques notamment l’énergie pour les entreprises et les ménages. Dans le même ordre d’idées, se situe le renforcement des réseaux aérien, routier, ferroviaire, et maritime indispensables dans un pays de transit et de services comme le nôtre.

Valoriser les pôles de développement est un autre défi car cela prend en compte l’agriculture, l’agro-industrie, les travaux publics, l’artisanat, le tourisme, la culture et le commerce, etc.

Bien évidemment, mon Gouvernement s’est attelé à assainir l’environnement des affaires en vue de créer un climat propice au développement du secteur privé, à la promotion du partenariat public-privé.

Guinéennes, Guinéens

Je voudrais, avant de terminer, témoigner ma reconnaissance au peuple guinéen pour son soutien quotidien dans le cadre de mes charges au niveau de l’Union Africaine en qualité de Président de cette Institution. Ces charges prouvent à suffisance que la Guinée est de retour sur la scène internationale.

Enfin, à l’occasion de notre fête nationale, j’ai décidé de gracier ceux des détenus de nos prisons qui en remplissent les conditions. Je voudrais ici les inviter à renoncer à l’avenir aux comportements qui les mettent en conflit avec la loi.

Je vous informe que les cérémonies de festivités de notre indépendance de cette année seront célébrées à Kankan au mois de décembre 2017.

Vive la République ! Et que Dieu bénisse la Guinée".

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La junte joue-t-elle contre la montre ?

Published

on

Votre publicité ici

Cela fait déjà plus de deux semaines depuis la chute d’Alpha Condé, délogé par le Groupement des forces spéciales (dont il est lui-même géniteur), dirigés par le colonel Mamady Doumbouya. Si quelques jours après leur prise du pouvoir, les nouvelles autorités ont engagé des consultations nationales qui se poursuivent toujours d’ailleurs au palais du peuple avec les acteurs socio-politico-économiques du pays, rien n’a encore été fait concrètement pour un démarrage effectif de la transition.

De fait, treize jours après le coup d’Etat opéré contre Alpha Condé,  on n’ignore encore les militaires et civils qui composent le CNRD (conseil national pour le rassemblement et le développement). Aucune feuille de route n’a été définie, la formation du gouvernement tarde à venir. Pour la durée de la transition, les nouvelles autorités n’en parlent quasiment pas, comme si elles n’étaient pas prêt à partir de sitôt.

Alors que la Cédeao réclame une durée de six mois, colonel Mamady Doumbouya et ses collègues répliquent que la Guinée est souveraine et que les problèmes guinéens se résolvent par les Guinéens. Même s’ils sont soutenus par quelques Guinéens, soit en quête de repositionnement et de postes, ou qui ne veulent pas voir un véritable opposant du président déchu à la tête du pays, des interrogations commencent à naitre.

Et dans ces conditions, l’euphorie qu’a suscité la chute d’Alpha Condé, lui-même ayant opéré dans le sang un coup d’Etat constitutionnel pour se maintenir au pouvoir, au-delà  de ses deux mandats constitutionnels, risque de se transformer en une inquiétude. Grosse inquiétude nourrit par le fait qu’après la libération de 79 détenus politiques civils, au lendemain du putsch, les détenus politiques militaires sont toujours coincés eux en cellule. Malgré les cris de leurs avocats, appelant à leur libération, la junte garde encore la sourde oreille à la grande impatience de leurs proches qui attendent chaque jour de les voir rentrer à la maison.

Comme le souligne l’écrivain Florent Couao Zotti, « la plupart des pays où les militaires ont interrompu les processus politiques n’ont jamais été exemplaires […]. Les militaires reprochent aux civils d’avoir “bordélisé” la République mais quand ils arrivent au pouvoir ils font la même chose, ils s’accrochent au pouvoir et c’est l’éternel recommencement ». Reste à savoir si dans le cas Guinéen, la junte surprendra-t-elle cette fois-ci, en menant une transition dans un délai raisonnable et accepté de tous, grâce notamment à l’organisation d’une élection présidentielle libre, transparente et inclusive ?

Par Alpha A. Diallo

Continue Reading

A LA UNE

« Pour que les autorités de la transition soient crédibles, elles doivent commencer par balayer devant leur porte »

Published

on

Votre publicité ici

Deux semaines après la chute d’Alpha Condé, déposé par un coup d’Etat militaire le 05 septembre, les concertations nationales se poursuivent entre le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), la junte au pouvoir,  et les acteurs socio-politico-économiques, en vue de préparer la transition. Pour Me Kpana Emmanuel Bamba  qui a participé à ces échanges en tant que président de la Ligue guinéenne des droits de l’homme (Liguidho), la lutte contre l’impunité doit être une priorité des nouvelles autorités. Pour cela, elles doivent commencer par balayer devant leur porte, a-t-il estimé sur RFI (Invité Afrique).

« Dès la prise du pouvoir, étant donné que le président du CNRD avait dit que « La justice sera la boussole qui guidera chaque citoyen en Guinée », nous pensons que nous allons doter la justice de moyens suffisants pour lui permettre de lutter farouchement contre la corruption et les crimes de sang en République de Guinée », a-t-il déclaré.

Poursuivant,  Me Kpana Emmanuel Bamba a invité la junte à mener « une lutte sans merci contre ceux qui ont détourné des deniers publics, dont les biens certainement sont cachés en Guinée ou à l’étranger », dit-il.

« Nous attendons à ce que la justice et les autres institutions soient fortes. Nous attendons à ce que la transition ait un délai raisonnable pour permettre de poser les fondements d’un véritable État de droit », insiste-t-il, indiquant que la lutte contre l’impunité doit aller jusque dans le camp du chef de la Junte, le colonel Mamady Doumbouya  lui-même.

« Si dans son camp, il y a aussi des gens qui ont engagé leur responsabilité pénale, il faut qu’ils soient traduits en justice. Pour que les autorités de la transition soient crédibles, elles doivent commencer par balayer devant leur porte », pense Me Bamba

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

« Alpha Condé demeurera en Guinée »

Published

on

Votre publicité ici

Alpha Condé ne quittera pas le pays. Alors que la communauté internationale exige sa libération immédiate et sans condition, la  junte militaire qui l’a déposé le 05 septembre a assuré vendredi 17 septembre que l’ancien président restera en Guinée.   

« Contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le CNRD et la CEDEAO relatives à une éventuelle sortie hors du territoire de l’ancien président de la République, le CNRD et son président, le colonel Mamady Doumbouya, tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, Pr Alpha Condé, est demeurera en Guinée », a indiqué les putschistes dans un communiqué lu à la télévision nationale.

« Nous ne céderons à aucune pression. Il bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans son pays », assure le CNRD, annonçant que son service de communication animera un point de presse ce samedi, 18 septembre 2021, à 11 heures, au chapiteau pour « éclairer la lanterne de l’ensemble du peuple de Guinée », dit-il.

Quelques heures plutôt dans la journée, la junte avait reçu une délégation de la Cedeao conduite par le président Ghanéen Nana Akufu Ado et l’Ivoirien, Alasane Ouattara.  Mais selon d’autres sources, c’est Alpha Condé en personne qui a refusé de quitter le pays avec ces deux présidents.

Déconnecté de la réalité, il espèrerait toujours revenir au pouvoir, mais malheureusement, il risque de déchanter rapidement, puisqu’en Guinée comme à l’internationale, sa page est déjà tournée.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance