Connect with us

Politique

Faut-il croire Alpha Condé et son désir d’ouverture?

Published

on

Votre publicité ici

L'investiture du président Alpha Condé a eu lieu lundi en présence du président gambien Yahya Jammeh. Tous les regards sont désormais tournés vers le futur gouvernement de large ouverture, prôné par Alpha Condé.

Depuis sa réélection en octobre dernier, le président Alpha Condé a envoyé des signaux à la classe politique: le premier s'inscrit dans le sens de la réconciliation. Alpha Condé a rencontré tous les exilés politiques que Conakry accusait de coup de force militaire. Ensuite, le président Alpha aurait décidé d'élargir son gouvernement à certains partis de l'opposition.

Pour Mohamed Tall de l'Union des forces républicaines ce sont des gestes forts: "Il a envoyé des signaux positifs dans le sens de la réconcialition. Je crois que le climat d'apaisement est réel et la volonté du président d'aller dans le sens de cette réconcialition nationale est nettement plus marquée"

Nouvelle étape

C'est une nouvelle étape dans l'histoire politique de la Guinée, souligne de son côté Bah Oury. Le premier vice-président de l'Union des forces démocratiques de Guinée vit depuis plus de 4 ans en exil en France. Il y a quelques jours, il a rencontré le président Condé à Paris: "La question qui est à l'ordre du jour, c'est une dynamique de libération des prisonniers politiques dans un tournant qui se dessine, à savoir enclencher un climat de décrispation politique en profondeur dans le pays. Personnellement, je salue toute action qui va dans le sens de créer un climat apaisé où les fondamentaux démocratiques devront être respectés."

D'autres adversaires politiques du président Condé ont également été autorisés à rentrer au pays. Parmi eux, Tibou Kamara, l'ancien secrétaire général de la présidence et beau-frère du président gambien Yayah Jammeh. Ce dernier était d'ailleurs ce lundi, le seul chef d'Etat à assister à l'installation du président Condé, alors que Banjul et Conakry étaient en froid diplomatique. Pour Thiâ'nguel Bah, secrétaire national à l'information de l'UFDG, il ne faut pas forcément croire à Alpha Condé. "Que les exilés politiques puissent rentrer en Guinée, c'est une bonne chose mais je rappelle que c'est lui qui les a contraints à l'exil" .

Rasoul Sow, le président du parti du renouveau et du progrès est plus optimiste. "J'ai eu à rencontrer le président de la république quelquefois, il m'a dit que son intention c'est de rentrer dans l'histoire et de donner la leçon à beaucoup de chefs d'Etat africains."

La Guinée sort d'une longue période marquée par des exactions et des répressions politiques et militaires. Jusqu'à présent, les familles victimes des régimes de Sékou Touré, Lansana Conté et de la junte miliataire sous Dadis Camara attendent toujours que justice leur soit rendue - sans y parvenir pour l'instant. C'était aussi l'une des promesses électorales d'Alpha Condé.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Alpha Condé reconduit Kassory Fofana au poste de Premier ministre

Published

on

Votre publicité ici

Sans surprise, le président Alpha Condé, réélu pour un troisième mandat contesté, a reconduit Ibrahima Kassory Fofana au poste de premier ministre. Ce dernier avait auparavant présenté la démission de son gouvernement.

Le décret présidentiel en a été lu vendredi soir à la télévision nationale, quelques heures seulement après l'officialisation de la démission du gouvernement, attendue depuis quelques semaines.

Ibrahima Kassory Fofana avait "doublement" soutenu le changement de la Constitution en mars dernier, ayant permis à Alpha Condé de se maintenir au pouvoir.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : deux opposants au troisième mandat condamnés à 1 an de prison

Published

on

Votre publicité ici

Deux opposants au troisième mandat du président Alpha Condé ont été condamnés ce mercredi 13 janvier 2021, à un an de prison ferme et 20 millions GNF d’amende chacun par le  tribunal de première instance de Dixinn.  

Il s’agit de Souleymane Condé, leader du mouvement Diversité Républicaine de Guinée et Youssouf Dioubaté.

Les deux, arrêtés il y a environ quatre mois, ont été reconnus coupables de «  production, diffusion et mise à disposition d’autrui des données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics ».

Leurs avocats annoncent qu'ils feront appel.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Validation de la victoire de Biden: “cela confirme la nécessité d’avoir des institutions fortes “

Published

on

Votre publicité ici

L’envahissement du Capitole par des partisans de Trump, malgré sa gravité sans précédent, n’a pas empêché le processus constitutionnel de validation de la victoire de Biden. C’est une preuve de la vitalité de la démocratie américaine qui confirme la nécessité d’avoir des institutions fortes et non des hommes forts.

Le Vice-président Pence et les élus républicains ont désavoué le président Trump en choisissant de respecter la Constitution que de faire allégeance à un dirigeant qui tente de la violer.

Chez nous en Guinée, dès sa prise de fonction, Alpha CONDÉ n’a pas cessé de violer notre Constitution. Pour se maintenir au pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle, il n’a pas hésité à tuer des Guinéens, comme il l’a d’ailleurs annoncé dans le journal français Le Monde.

Il faut rappeler que les deux verrous constitutionnels qui limitent le nombre et la durée des mandats présidentiels que sont les articles 27 et 154 sont une réaffirmation de notre ferme volonté politique à mettre fin à la présidence à vie dans notre pays.

Il est inacceptable de se plier aux violations flagrantes de notre Constitution exercées par celles et ceux qui sont sensés représenter des contre-pouvoirs contre toute tentative de confiscation illégale du pouvoir par un dirigeant anti-démocrate.

Nous n’avons pas le droit sous aucun prétexte à faire allégeance à un dirigeant qui a ordonné l’assassinat de centaines de citoyennes et citoyens pour se maintenir illégalement au pouvoir. La CENI, la Cour Constitutionnelle et les FDS ont violées notre Constitution en étant complices du putsch d’Alpha CONDÉ. Nous ne sommes nullement obligés de nous soumettre à leur dictat, bien au contraire, nous devons les combattre jusqu’au triomphe de la démocratie et de l’Etat de droit.

C’est une lutte de longue haleine qui est engagée. Elle n’est pas liée aux destins personnels des différents acteurs. Il s’agit de bâtir un futur meilleur pour nous-mêmes et les prochaines générations.

Les faits sont là : en 62 ans d’indépendance, nous n’avions pas connu de bonheur collectif, nous survivons misérablement. Est-ce que notre soumission à nos potentats, de Sékou Touré à Alpha Condé, nous a permis de vivre en paix dans notre pays? Évidemment non. Ce qui veut dire que rien ne sert de continuer à courber l’échine devant l’arbitraire. Nous sortons toujours perdants de notre abdication face à des dirigeants imposteurs, violents et incompétents.

Ayons la force et le courage de poursuivre le combat jusqu’à la fin de la dictature.

Par Alpha Saliou Wann

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance