Connect with us

A LA UNE

Ethno-stratégie à la RTG : le Directeur général sur la sellette

Published

on

Votre publicité ici

Des graves accusations sont portées contre le Directeur général de la RTG. Alors que Sekouba Savané qui défend une reforme au sein de ce média d’Etat parle des manipulations, il est accusé de jouer à l’ethno-stratégie par le collectif des présentateurs du JT, dans le but d’imposer ses proches et d’écarter les autres.

 Déclaration du collectif des présentateurs du JT :

«Nous avons pris acte de la déclaration du DG et précisons simplement que nous n’avons aucune intention d’ouvrir un quelconque front avec lui. Il dit que nous avons peur d’être «éloignés de la présentation. Et que le 20h30 n’est pas une propriété privée ».

« Nous répondons NON et OUI. Personne dans ce groupe n’a peur. Peur de qui? Peur de quoi? Nous sommes des professionnels. Notre travail passe avant tout.

Mais là où il a raison, c’est que la RTG n’est la propriété privée de personne. Ni la nôtre ni la sienne: c’est un instrument de l’Etat pour informer le peuple sur la vie de la nation. Le poste qu’il occupe a été déjà occupé et le sera par d’autres après lui ».

« Nous ne sommes pas opposés à ces réformes. Que cela soit dit et entendu. Et d’ailleurs, le débat autour de cette question se mène ailleurs, avec le directeur de chaîne et la rédaction en Chef.

Il y a des non-dits dans cette affaire. Une ethno-stratégie est en marche à la RTG.

Si ses raisons étaient professionnelles, aujourd’hui on n’en parlerait pas. Mais on ne peut pas diriger sur la base du communautarisme et c’est le cas depuis sa nomination. Seul le mérite doit prévaloir et non des considérations qui rabaissent le raisonnement intellectuel des travailleurs de ce média.

Aussi, plusieurs d’entre nous ont souvent été bien éloignés du JT, volontairement ou involontairement. C’est le cas de Médine qui a demandé une autorisation d’absence pour quelques mois et beaucoup d’autres dans le passé. Certains ont été suspendus durant 6 à 8 mois sans motif connu ni note de service officielle, mais jamais ils ne se sont plaints ou fait de scandale pour revenir au plateau. Mieux, nous en avons formé parmi nous et pour lesquels nous nous sommes battus pour qu’ils intègrent l’équipe de la grande édition, non pas parce qu’ils sont d’une communauté quelconque, mais simplement par ce qu’ils le méritent et mieux, ils sont jeunes, plus jeunes que nous « es anciens ».

Tout le monde sait qu’être présentateur ou présentatrice de JT à la RTG reste contraignant, financièrement surtout, parce que nous nous prenons en charge sur le plan vestimentaire. Ce qui n’est pas normal en 2020 pour une rédaction nationale. Croire que 500.000 francs guinéens, à peine 50€ peuvent nous aider à nous habiller, c’est mal connaître les réalités du marché des vêtements. Ça ne peut même pas trouver deux chemises dignes d’une télévision nationale. On ne parle même pas de costumes ou encore de chaussures. Le DG aurait dû se passer de porter ce genre d’accusations.

Notre génération a eu l’honneur de côtoyer des vedettes du 20 heures 30 comme Yamoussa Sidibé, Marie Louise Sanoussi, Ibrahima Ahmed Barry, Maciré Camara ou encore Fanta Oularé. Ces figures restent encore dans le souvenir de nombreux guinéens. Ceux-ci avaient bien voulu de nous à leurs côtés. Ce sont des modèles et nous ne sommes pas si dupes de penser que nous nous sommes irremplaçables : nous ne vivons pas avec cette peur d’être loin de l’antenne.

Il y’a une vie après le journal télévisé et nous sommes bien préparés à cela, mais il faut que Monsieur Savané nous respecte, respecte ses proches collaborateurs et apprenne à former autour de lui une équipe avec la même vision, pour réussir les réformes que nous espérons au-delà même des visages et des noms du JT. Le défi est ailleurs. Nous n’avons rien contre personne. Nous voulons que le DG prenne conscience que dans une entreprise, ce genre d’attitude n’encourage pas le personnel.

Les jeunes stagiaires qu’il veut bombarder Présentateurs de la grande édition viennent d’autres rédactions et un beau jour se retrouvent à l’antenne, pendant que d’autres parmi les reporters du JT, nourrissent ce rêve depuis leur arrivée dans notre salle de rédaction, et sont aussi compétents pour faire ce travail. Nous espérons que Monsieur Savané se ravisera, intégrera des aptitudes managériales en faisant des compromis.

A défaut, qu’il assume ses positions et s’engage sur ce qu’il décide seul contre tous ses proches collaborateurs ».

Le Collectif des présentateurs JT-RTG

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

L’Etat met un terme au contrat de concession avec Guinée-Games

Published

on

Votre publicité ici

Dans un courrier en date du 21 juin, adressé à la direction générale de la société de pari sportif Guinée-Games de Mamadou Antonio Souaré, actuel président de la Fédération guinéenne de football, la Directrice générale de la Lonagui (Loterie nationale de Guinée) a annoncé qu’elle mettait un terme au contrat de concession qui lie les deux parties.

En cause,  la Lonagui reproche, officiellement, à Guinée Games un manque de transparence dans la déclaration de ses chiffres d’affaires. « Une situation qui affiche un manque à gagner énorme pour les caisses de l’Etat pendant toute la durée de votre exploitation », explique-t-on dans le courrier.

Toutefois, cette décision de la Lonagui intervient alors que le patron de Guinée Games, Mamadou Antonio Souaré , se trouve en très mauvaise posture à la Fédération guinéenne de football, où il a été contraint de retirer sa candidature à sa propre succession, plongeant le football guinéen dans une crise sans précédente.

Par Alpha Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Plusieurs sous-préfets limogés pour faute lourde

Published

on

Votre publicité ici

Trois sous-préfets ont été limogés dans la soirée de ce mercredi, 23 juin 2021,  pour « faute lourde » par le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Général Boureima Condé.

Il s’agit de Momahed Samoura sous-préfet de Marela ( Faranah), Kaba Kéita sous-préfet de Soyah (Mamou) et Mamadou Camara sous-préfet de Ourékaba (Mamou).

Aucune précision n’a été donnée pour justifier la décision du ministre. Cependant, leur limogeage intervient quelques semaines après le scandale lié à la coupe et le trafic illicite du bois à Mamou et Faranah.

Le 20 mai dernier, en conseil des ministres, le président de la République, avait prévenu que toute personne impliquée dans ce trafic sera sévèrement sanctionnée.

« Toutes les personnes reconnues responsables ou complices dans cette affaire, écoperont de sanctions administratives disciplinaires et feront l’objet de poursuites judiciaires », avait-t-il prévenu,  mettant ainsi en garde contre les pratiques et les activités de déforestation en Guinée.

Plusieurs gardes forestiers impliqués dans cette affaire sont aussi suspendus depuis fin mai.

Par Ibrahim Bangoura

 

Continue Reading

A LA UNE

Gaoual : deux morts dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants

Published

on

Votre publicité ici

Deux personnes ont été tuées mardi 22 juin, à Gaoual,  dans des violences entre les forces de sécurité et des manifestants en colère contre la fermeture de la mine d’or, récemment découverte à Kounsitel.

Les victimes sont Mamadou Sidibé, agriculteur de 32 ans et Mamady Camara, orpailleur originaire de Kankan.

Les deux ont succombé à leurs blessures, alors qu’ils étaient en train d’être évacués vers Conakry.

Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes en provenance de diverses villes du pays, notamment de la Haute Guinée, se sont rués vers Gaoual, où une mine d’or vient d’être découverte dans la sous-préfecture de Kounsitel.

Face à cette présence massive et aux risques que l’exploitation artisane représente, les autorités administratives ont décidé de fermer la mine jusqu’à nouvel ordre.   Une fermeture qui fâche à Gaoual, où certains autochtones soupçonnent une exploitation clandestine de la mine, par certains orpailleurs en complicités avec des agents qui surveillent la zone.  Excédés par le chômage et la pauvreté, ils appellent donc à la réouverture immédiate de la mine.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance