Connect with us

A LA UNE

Ethiopie: un Boeing d’Ethiopian Airlines s’écrase avec 157 personnes à son bord

Published

on

Votre publicité ici

Un avion d'Ethiopian Airlines s'est crashé ce matin juste après son décollage de l'aéroport international d'Addis-Abeba. Le vol ET302 reliait la capitale éthiopienne à Nairobi. La compagnie indique avoir perdu le contact six minutes après le départ. Les recherches et opérations de sauvetage sont en cours à une cinquantaine de kilomètres au Sud d'Addis-Abeba, dans les environs de Bishoftu. L'avion comptait 149 passagers et 8 membres d'équipage. Il n'y a aucun survivant, indique la compagnie aérienne.

D’après le communiqué de la compagnie nationale éthiopienne, 149 passagers étaient prévus pour embarquer dans ce vol entre Addis-Abeba et Nairobi au Kenya. Mais Ethiopian Airlines dit vérifier la liste de celles et ceux qui ont effectivement pris place dans le Boeing 737-800 Max. Il y avait par ailleurs huit membres d’équipage. C'est le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, qui a annoncé en premier la nouvelle du crash via son compte Twitter.

Dans son communiqué, la compagnie affirme que le contact a été perdu avec l’appareil à 8h44 soit six minutes après son décollage de l’aéroport international de Bole. Le Boeing s'est écrasé peu après le décollage, alors que le pilote avait évoqué des « difficultés » et demandé à faire demi-tour en vue d'un atterrissage d'urgence. Selon la compagnie, le pilote était expérimenté et le Boeing n'avait « aucun problème technique connu ». Il survolait alors la ville de Bishoftu à une cinquantaine de kilomètres au sud d’Addis-Abeba, donc la bonne direction pour aller vers la capitale kenyane. Ethiopian Airlines a envoyé du personnel sur place pour assister les équipes de secours. Elles aussi mettent en place un centre d’information pour les passagers et pour un numéro d’urgence pour les proches.

35 nationalités à bord

Le ministre des Transports kenyan, James Macharia, a donné une conférence de presse à Nairobi. Il a parlé d’un « après-midi très triste », « d’un incident très regrettable ». Il a dit que pour l’instant, à l’aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi, une réponse d’urgence avait été mise en place pour prendre soin des proches qui pourraient être affectés.

D'après le média d'Etat Fana Broadcasting Corporate, qui cite la compagnie aérienne, les 157 personnes présentes à bord de l'avion ont péri dans l'accident. Une information confirmée par le ministre kenyan des Transports qui a annoncé que les passagers appartenaient à au moins 35 nationalités. Le Kenya est le plus touché avec 32 passagers. Il y avait aussi 18 Canadiens, 9 Ethiopiens 8 Chinois, 8 Italiens, 7 Français, une cellule de crise a d’ailleurs été ouverte à l’ambassade de France en Ethiopie, et également 7 Britanniques, 6 Egyptiens, 5 Néerlandais, 4 Indiens, 4 Slovaques et 8 Américains. Quatre passagers voyageaient également avec un passeport onusien.

Ethiopian Airlines assure quatre liaisons quotidiennes entre Addis-Abeba et Nairobi. Selon le site spécialisé Flightradar 24, l’appareil avait effectué son premier vol en octobre 2018. Ethiopian Airlines est la première compagnie du continent. Elle compte plus de 100 appareils, dont beaucoup de neufs.

Cet avion devait arriver à 10h35 à Nairobi. Deux centres d’urgence ont été mis en place, d’abord pour rencontrer les proches au terminal 1D, qui seront dirigés dans un deuxième centre au Four Points Hostel, dans l’enceinte de l’aéroport. « Le but est de fournir aux proches des informations, autant qu’on en a et un environnement privé », a expliqué le ministre des Transports.

Ethiopian Airlines, une compagnie en pleine expansion

Cet accident tombe au plus mauvais moment pour cette société en pleine expansion, considérée comme l'une des plus fiables d'Afrique. La flotte de la compagnie publique est l'une des plus importantes du continent et elle prévoyait l'an dernier de transporter 10,6 millions de passagers

Le 737 MAX-8 immatriculé ET-AVJ est tout neuf, livré à Ethiopian Airlines le 15 novembre dernier. En octobre dernier, un autre Boeing 737 MAX-8 de la compagnie indonésienne Lion Air s’était écrasé dans la mer de Java quelques minutes seulement après son décollage de Jakarta, la capitale de l’Indonésie, tuant les 189 personnes à bord. L’enquête a montré que l’indicateur de vitesse de l’avion avait mal fonctionné.

Ethiopian Airlines, fondée en 1946 par l'Empereur Hailé Sélassié, n'avait connu jusque-là que deux accidents mortels, remontant à plus de dix ans. Son dernier accident, survenu à Beyrouth peu après un décollage, remontait à janvier 2010.

En 2010, concurrent direct de South African Airways et de Kenya Airways, Ethiopan Airlines se fixait comme objectif pour 2010 des recettes d'un milliard de dollars et l'augmentation de ses dessertes de 56 à 60 destinations internationales.

RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : Nana Akufo-Addo invite la junte respecter « son engagement »

Published

on

Votre publicité ici

Le Président en exercice de la CEDEAO, le Ghanéen Nana Akufo-Addo,  s’est à nouveau exprimé sur la situation politique en Guinée, où Alpha Condé a été délogé le 5 septembre par les militaires du Groupement des forces spéciales, dont il est ironiquement le géniteur.

S'exprimant lors de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies ce 22 septembre, Akufo-Addo a invité la junte à tenir son engagement de libérer le président déchu, Alpha Condé,  et d’organiser des nouvelle élections présidentielles dans un délai de six mois.

«La CEDEAO a donné à la Guinée six (6) mois pour la restauration de l’ordre constitutionnel et a demandé la libération immédiate du président Alpha Condé. Lors de ma visite à Conakry vendredi dernier, les chefs militaires ont manifesté leur volonté de procéder à sa libération imminente. Nous espérons qu'ils tiendront leur parole», a-t-il indiqué. « Plus que jamais, nous devons défendre la démocratie et les droits de l'homme dans le monde », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler que quelques heures après, la visite des chefs d’Etat de la Cédeao à Conakry, les nouvelles autorités guinéennes avaient démenti des remueurs sur une éventuelle sortie d’Alpha Condé hors du territoire guinéen. « Il est et demeurera en Guinée », avait martelé la junte, indiquant que l’ancien chef d’Etat bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans le pays.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

António Guterres : « nous assistons à une flambée des prises de pouvoir par la force »

Published

on

Votre publicité ici

Un peu plus de deux semaines après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a regretté la recrudescence des coups d’Etat dans le monde.

« Nous assistons à une flambée des prises de pouvoir par la force. Les coups d’État militaires reprennent. Et la désunion de la communauté internationale n’aide pas », a-t-il ajouté. « Un sentiment d’impunité s’installe », regrette-t-il  mardi à l’ouverture du débat général de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’Organisation à New York.

Selon le Secrétaire général, pour redonner confiance et raviver l’espoir, le monde a besoin de coopération et de dialogue.

« Nous devons investir dans la prévention des conflits et le maintien et la consolidation de la paix. Nous devons faire avancer le désarmement nucléaire et l’action que nous menons ensemble contre le terrorisme. Nous devons agir dans le profond respect des droits humains. Et nous devons nous munir d’un nouvel Agenda pour la paix », a-t-il ajouté.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : quand Alpha Condé chute avec la Covid-19

Published

on

Votre publicité ici

Depuis la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre, curieusement, le nombre de cas et de décès de la Covid-19 continuent aussi de chuter en Guinée, au point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) envisage de diminuer les centres de traitements de la maladie à Conakry dès le 01 octobre.  

« Au regard de l’évolution de la pandémie de Covid-19  avec la diminution des cas et décès, l’Agence nationale de sécurité sanitaire ( ANSS) tient à informer tous les administrateurs des différents CT-EPI du Covid-19, et l’ensemble du personnel de la riposte, qu’elle procèdera à compter du 01 octobre 2021, à une réductions des effectifs voire la fermeture de certains centres de traitements à Conakry », annonce l’ANSS dans une  note de service signée par son  Directeur général adjoint, Dr. Bouna Yattassaye.

Curieusement, cette réduction annoncée des centres de traitements de la Covid-19,  intervient un peu plus deux semaines seulement après le renversement d’Alpha Condé. Sa chute serait-elle une coïncidence avec celle de cas de la pandémie en Guinée ?

Ci-dessous la note de service

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance