Connect with us

International

Espagne: Avant dans un Carrefour Historique

Published

on

Votre publicité ici

Par Isidoros Karderinis

Depuis plus de 40 ans dans l’arène politique de l’Espagne deux parties ont été dominants, le Parti Populaire et le PSOE Parti (Parti socialiste ouvrier espagnol), qui ont alterné au pouvoir. Les dernières élections catalytiques du 20 Décembre 2015 ont entraîné un affaiblissement important de ces forces politiques traditionnelles et l’émergence de nouveaux partis anti-regimes. Ainsi, le Parti Populaire de Mariano Rajoy a obtenu les pourcentages les plus bas depuis 1993 (28.72% des votes et 123 sièges sur les 350 du Parlement, par rapport à 44.6% des votes et 186 sièges en 2011), tandis que le Parti PSOE de Pedro Sanchez a enregistré le plus mauvais résultat de son histoire (22% des votes et 90 sièges, comparativement à 28.73% des votes et 110 sièges aux élections précédentes de 2011). L’émergence du parti gauche Podemos de Pablo Iglesias – produit de la soi-disant mouvement des « Indignés » - et du parti de centre-droit Ciudadanos de Albert Rivera (qui a été soutenu par certains médias de masse), dans la troisième et quatrième place respectivement avec des pourcentages élevés (20.6% des votes et 69 sièges et 14% des votes et 40 sièges), montre la fin du bipartisme de quarante ans et marque une nouvelle période pour l’Espagne. Ce résultat, bien sûr, est largement due à la crise économique en Europe. La politique d’austérité anti-populaire qui a été fidèlement mis en œuvre par le gouvernement de Mariano Rajoy dans les quatre dernières années, combinée à un scandale de corruption concernant son parti, a transformé la carte des partis de l’Espagne et a conduit à l’émergence d’une nouvelle scène politique de quatre partis. La nouvelle réalité parlementaire, où aucun parti n’a la majorité absolue, conduira inévitablement soit à un gouvernement de coalition que la majorité des Espagnols semble préférer ou à des nouvelles élections. Après quatre années de gouvernance avec une forte majorité, l’Espagne est maintenant face à la perspective de certains type de l’instabilité politique qui tourmente les autres pays européens aussi, puisque les coalitions gouvernementales fragiles et les partis traditionnels qui ont dominé la scène politique pendant des décennies, se sentent fortement les effets pressants des années de difficultés économiques et la vague croissante de l’immigration. Le nouveau gouvernement espagnol, chaque fois que cela peut se produire, avec ou sans nouvelles élections, est immédiatement confronté à de très graves problèmes et défis. Bien que cette économie européenne est sortie de la récession et est entré dans la voie de la reprise, il faudra plusieurs années, sans régressions, de récupérer le terrain perdu. Sinon, si l’économie espagnole se fait en mode inverse à nouveau, cette reprise précaire ressemblera au pas suspendu de la cigogne. Le pays est en proie par le deuxième taux de chômage le plus élevé (21.18%) dans la zone euro suit la Grèce, et les Espagnols chômeurs sont plus de cinq millions. La pauvreté augmente sur une base quotidienne et menace de désintégrer le web social du pays. « La pauvreté est la pire forme de violence », une fois Mahatma Gandhi déclaré. Avec les vastes politiques néolibérales appliquées l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de croître. En 2013, 22.2% des ménages, basée sur les données les plus récentes des statistiques nationales Institut (INE) de l’Espagne, vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit leur revenu était inférieur du 60% du revenu national moyen. Beaucoup de gens vivent aujourd’hui sans chauffage et sans électricité, d’innombrables familles sont face à l’expulsion et ne pas avoir d’autre résidence (34.680 premières maisons, qui est de 95 par jour, ont été confisqués en 2014 par les banques à être vendus, selon l’INE), de nombreux retraités ne peuvent pas payer pour leurs médicaments. En outre, plus d’un enfant sur trois – soit 2.6 millions – sont maintenant confrontés au risque de pauvreté et d’exclusion sociale, selon les données les plus récentes de la Commission Européenne. Les pourcentages élevés des chômeurs de longue durée, combinées avec les coupes drastiques des dépenses en santé et l’éducation, ont plutôt conduit plus de familles et d’enfants à la pauvreté que d’un redressement financier. La dette publique continuellement montre une tendance à la hausse et sur la base des derniers chiffres officiels, est à 98.8% du PIB, se rapprochant du niveau élevé de 100% du PIB qui a atteint ou dépassé dans les années 1900 et 1909. L’ « économie informelle » est estimée à 25% du PIB, soit 235 milliards d’euros qui ont pas été déclarées, privant ainsi l’État espagnol de certains moyens financiers très importants. Pendant ce temps, le nouveau gouvernement espagnol aura à aborder la question urgente de la Catalogne. L’élection du séparatiste Carles Puigdemont, qui sera responsable pour le démarrage du processus d’indépendance dimanche 10 ème Janvier 2016, sous les acclamations des membres, quelques heures seulement avant le Parlement catalan lui élu à la tête du gouvernement local et successeur d’Artur Mas. Les conséquences directes de la déclaration unilatérale, à la présidence de la Catalogne, est un retentissant réveil. « Nous ont besoin de commencer le processus pour créer un Etat indépendant en Catalogne, de sorte que les décisions du Parlement catalan sont souveraines », at-il déclaré d’indépendance de la Catalogne, qui est la région la plus riche d’Espagne avec un produit d’environ 200 milliards d’euros, sont sans aucun doute extrêmement douloureux: sans Catalogne, Espagne perdra 16% de sa population, 25% de ses exportations, et 19% de son PIB, selon l’OCDE. Plus de 586.000 entreprises sont basées en Catalogne - de ces 2.150 grandes entreprises employant plus de 200 travailleurs chacune, comme le Gaz Natura et le géant de vêtements Mango. En Catalogne aussi, il est l’usine du groupe Volkswagen qui produit des voitures de la marque Seat. En outre, Barcelone est de loin la première destination touristique à travers le pays et l’un des leaders mondiaux, avec un produit net de l’arrivée et le séjour des touristes atteignant énormes hauteurs. Pendant ce temps, à la fois dans le secteur commercial et le secteur industriel, Barcelone est peut-être le pilier le plus fondamental de l’économie espagnole. La tendance de la Catalogne pour l’indépendance, cela devrait être souligné à ce stade, est né et a pris des dimensions gigantesques en raison des politiques d' austérité imposées par Bruxelles et principalement par Berlin sur l’Espagne et bien sûr dans toute la zone euro. Ceci est la raison principale pourquoi les Catalans veulent devenir au moins autonome. Ils veulent avoir leurs propres lois et leurs impôts ne pas aller à Madrid pour payer les programmes d’austérité. Les raisons de cette apparente rupture sont donc essentiellement financières, mais aussi culturelles. En conclusion, les politiques d’austérité extrême ont blessé évidemment et fortement Espagne, comme d’autres pays de la zone euro. Par conséquent, il est nécessaire par le nouveau gouvernement espagnol, qui sera confronté à un carrefour historique, de formuler une politique progressiste très clair que sera construit sur le réexamen de la Constitution, la direction des réformes sociales populaires spécifiques, l’inhibition de la privatisation incontrôlée, et entre autres choses, des questions de transparence, de la protection du premier logement à des groupes à faible revenu. Le combat efficace contre l’évasion fiscale et la criminalité financière est également nécessaire, ainsi que la restructuration appropriée du modèle de production et l’assouplissement significatif de déséquilibres structurels majeurs, tels que le chômage, les déficits budgétaires et la dette publique.

Isidoros Karderinis, est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et économiste avec d’études de troisième cycle en Economie du tourisme. Ses articles sont républiés dans journaux, magazines et sites dans tout le monde. Ses poèmes ont été traduits en français et espagnol et sont publiés dans revues littéraires. Il a publié sept livres poétiques ainsi que deux romans; cinq parmi eux ont été publiés aux Etats Unis et en Grande Bretagne. E-mail: skarderinis@hotmail.gr Facebook: Karderinis Isidoros

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Inondations mortelles en Europe

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 157 personnes ont péri dans les récentes crues provoquées par des pluies diluviennes dans l'Ouest de l’Europe, principalement en Allemagne et Belgique. Les inondations ont également causé des dégâts au Luxembourg ainsi qu'aux Pays-Bas ou en Suisse.

En Belgique, les autorités ont dénombré 24 morts ce samedi 17 juillet, soit quatre de plus par rapport au dernier bilan d’hier vendredi.

Mais c'est l'Allemagne qui paie le plus lourd tribut, avec au moins 133 décès, selon un nouveau bilan de la police samedi. Face à la catastrophe, des sauveteurs de plusieurs pays accourent pour apporter leur aide aux allemands.

Environ 1300 personnes sont toujours injoignables dans le district d'Ahrweiler, en Rhénanie-Palatinat, selon les médias allemands.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Haïti: le président Jovenel Moïse assassiné par un commando

Published

on

Votre publicité ici

Le président haïtien Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné tôt mercredi matin 7 juillet. Sa résidence, en banlieue de Port-au-Prince, aurait été attaquée vers 1h du matin par des hommes armés, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph dans un communiqué.

« Vers 1h du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient espagnol ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'État », indique le communiqué.

Il précise également que l'épouse du président a été blessée dans l'attaque et hospitalisée.

« Situation sécuritaire sous contrôle »

Le Premier ministre sortant appelle la population au calme, indiquant que la police et l'armée allaient assurer le maintien de l'ordre. « La situation sécuritaire est sous contrôle », assure-t-il.

Jovenel Moïse était au pouvoir depuis 2017. Sa légitimité était remise en question depuis plusieurs mois. L'opposition et la société civile réclamaient de nouvelles élections. Le président avait préféré organiser en juin un référendum sur une nouvelle Constitution. Un scrutin reporté au 26 septembre en raison de l'épidémie de Covid-19, en même temps qu'une présidentielle et des législatives.

Mardi, un nouveau Premier ministre avait été nommé, le docteur Ariel Henry, avec pour mandat de régler le problème politique mais aussi de s'attaquer à l'insécurité. Le quartier de Martissant, tout proche du palais présidentiel à Port-au-Prince, était bloqué depuis le 1er juin par une guerre des gangs qui paralysait tout l'ouest de la capitale et une partie du pays. Car il s'agit d'un point routier obligé pour se diriger vers l'ouest du pays, ce qui a entraîné l'exode de milliers de personnes.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Afghanistan: le retrait des soldats américains commence 20 ans après leur arrivée

Published

on

Votre publicité ici

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, les soldats américains rentrent chez eux. Un départ qui commence ce samedi, et qui doit se poursuivre jusqu’au 11 septembre. Les troupes de l’Otan, qui se sont calées sur le calendrier américain, ont commencé leur retrait ce jeudi.

Deux mille cinq cents soldats américains doivent quitter l’Afghanistan, s’y ajoutent 16 000 sous-traitants civils et leur équipement, ainsi que 7 000 soldats de l’Otan, tous dépendent de l’armée américaine pour le transport de troupes et de matériel.

Parmi les 36 pays qui participent à cette alliance, les plus engagés, outre les Américains, sont l’Allemagne – 1 300 soldats, l’Italie (un peu moins de 900), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600).

Ce retrait, a précisé la Maison Blanche, s’accompagne d’un déploiement provisoire de renforts, en Afghanistan et dans les pays alentours, pour raisons de sécurité. Depuis l’annonce du départ des troupes étrangères, les talibans multiplient déjà les attaques contre les policiers et militaires afghans : plus d’une centaine ont été tués ces deux dernières semaines.

Ce vendredi, au moins 21 personnes ont été tuées et 90 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée à Pul-e-Alam, la capitale de la province de Logar (est). L'attentat a pris pour cible une maison d'hôtes où vivaient des dizaines de personnes.

Depuis 2015, les forces de l’Otan formaient les forces de sécurité afghane pour assurer la sécurité dans le pays après le départ des alliés. Mais à l’heure où cette mission « Resolute support » s’achève, le chef du commandement central de l'armée américaine, le général McKenzie, s'est dit inquiet de la capacité de l'armée afghane à remplir cette mission, sans le renseignement et le soutien armé que lui fournissait également depuis des années la coalition, et qui lui donnait un avantage certain sur les talibans.

Le départ des forces de l'Alliance pourrait plonger l'Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés fin 2001.

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance