Connect with us

A LA UNE

En Guinée, les bérets rouges utilisent des armes de guerre lors des manifestations, selon Amnesty International

Publié

le

Votre publicité ici

Alors que la Guinée connaît une nouvelle vague de manifestations politiques, les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger le droit de réunion pacifique et veiller à ce qu’aucune autre personne ne perde la vie à cause de la violence de tous les côtés, notamment des excès meurtriers des forces de sécurité, a déclaré Amnesty International mercredi 31 octobre.

Depuis le début de l’année 2018, au moins 18 personnes sont mortes dans le contexte des manifestations, dont trois ont été tuées par des tirs d’armes à feu semblant provenir des forces de sécurité les 16, 23 et 30 octobre dans la capitale, Conakry.

Par le biais de son Service de vérification numérique (réseau de bénévoles formés à la vérification des réseaux sociaux), Amnesty International a authentifié des vidéos et des photos montrant des membres des « bérets rouges », une unité d’élite militaire déjà impliquée dans des violations des droits humains comprenant des homicides illégaux et des violences sexuelles, portant des armes aux côtés de la police lors d’une manifestation le 15 octobre.

« Au cours de cette année, les manifestations en Guinée ont été marquées par une violence effroyable de tous les côtés, notamment un usage excessif de la force par les forces de sécurité, et le déploiement d’une unité militaire connue pour avoir commis des violations des droits humains risque d’aggraver encore la situation, a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Étant donné que l’opposition guinéenne prévoit de nouvelles manifestations dans les prochains jours, les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable. Elles doivent faire clairement savoir à toutes les forces de sécurité que l’utilisation injustifiée et excessive de la force ne sera pas tolérée. »

Plus de 150 personnes sont mortes après que des membres des « bérets rouges » ont ouvert le feu lors d’une manifestation au stade de Conakry le 28 septembre 2009. Au cours de cet événement, une centaine de femmes ont été violées, plus de 1 500 personnes ont été blessées et beaucoup d’autres ont disparu.

Amnesty International appelle les autorités à ouvrir des enquêtes sur toutes les personnes soupçonnées d’avoir commis des violations des droits humains dans le contexte des manifestations, y compris celles occupant des fonctions de commandement, et à s’assurer qu’elles ne soient pas mobilisées tant que les enquêtes et les poursuites pénales engagées le cas échéant seront en cours.

 

Depuis les élections locales du 4 février 2018, des groupes d’opposition manifestent contre des résultats qu’ils jugent frauduleux et appellent régulièrement à des manifestations et des opérations « ville morte », lors desquelles les citoyens sont invités à rester chez eux.

Nombre de ces manifestations ont donné lieu à des affrontements meurtriers entre les manifestants et les forces de sécurité. Des violences ont été signalées des deux côtés ; certains manifestants auraient lancé des pierres, blessant des membres des forces de sécurité. Celles-ci ont souvent répondu par un usage excessif et aveugle de la force contre les manifestants, en ayant recours à des gaz lacrymogènes, des coups de matraque et des tirs à balles réelles.

Les autorités doivent veiller à ce que l’utilisation de la force par les responsables de l’application des lois soit évitée pendant les manifestations et limitée à certaines circonstances exceptionnelles. Les violences sporadiques ne doivent pas servir de prétexte aux autorités pour disperser une manifestation et empêcher des manifestants pacifiques de poursuivre leur action de protestation. Les forces de sécurité ne doivent jamais faire usage d’armes à feu pour disperser une manifestation, même lorsque celle-ci devient violente.

Récemment, la situation s’est à nouveau envenimée quand des groupes d’opposition ont accusé les autorités de ne pas avoir respecté un accord conclu en août quant à l’installation des élus locaux après les élections contestées.

Le 30 octobre, des groupes d’opposition ont annoncé la mort d’un homme de 30 ans blessé par balle dans le quartier de Bambeto à Conakry.

Le 23 octobre, un manifestant a été tué par balle à Cosa, un autre quartier de la capitale. Selon un porte-parole de la police, il a reçu une balle perdue dans la poitrine. Le même jour, la voiture de Cellou Dalein Diallo, dirigeant de l’opposition, a été atteinte par un projectile. Sur des vidéos authentifiées par Amnesty International, on voit les forces de sécurité jeter un grand nombre de grenades lacrymogènes en direction de véhicules remplis de militants de l’opposition qui tentaient de quitter les lieux de la manifestation.

Amnesty International demande une enquête approfondie, impartiale et efficace sur les allégations indiquant que Cellou Dalein Diallo a été pris pour cible parce qu’il a critiqué ouvertement le gouvernement.

Le 16 octobre, un homme est mort des suites de blessures par balle après que les forces de sécurité ont dispersé une manifestation à Conakry. Amnesty International a reçu des vidéos et des photos d’une manifestation qui s’est déroulée le 15 octobre, sur lesquelles l’organisation a pu vérifier la présence d’au moins deux membres des « bérets rouges » parmi les forces de sécurité s’en prenant aux manifestants.

Les normes et traités régionaux et internationaux relatifs aux droits humains disposent clairement que, en règle générale, le personnel militaire ne peut être déployé pour le maintien de l’ordre lors de rassemblements qu’en cas de nécessité absolue et dans certaines circonstances exceptionnelles.

Les autorités guinéennes se sont engagées à plusieurs reprises à veiller à ce que les membres de l’armée ne soient plus déployés pour maintenir l’ordre lors des manifestations.

Le 22 octobre, le chef d’état-major des forces armées a publié une déclaration rappelant que les militaires n’ont pas le droit de porter des armes en dehors de leurs camps et que les forces armées ne sont pas censées participer au maintien de l’ordre au cours des manifestations.

« Le gouvernement doit tenir les engagements qu’il a pris d’arrêter d’utiliser l’armée pour les opérations de maintien de l’ordre lors des manifestations, a déclaré François Patuel.

« Les risques de nouvelles violations des droits humains sont trop élevés pour que les autorités continuent leurs pratiques habituelles. »

Source : Amnesty International

 

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Présidentielle guinéenne : une mission CEDEAO-UA-ONU arrive ce jeudi à Conakry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) et les Nations Unies entament, ce jeudi 1er octobre, une visite de haut niveau à Conakry.

L’objectif de la mission est de renouveler le soutien des trois organisations pour la tenue d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, et transparente, le 18 octobre prochain.

La délégation est composée de Mme Minata Samaté, Commissaire aux Affaires politiques de l’UA, de M. Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, et de Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

Durant deux jours, les membres de la délégation auront une série de rencontres avec les parties prenantes à ce scrutin présidentiel.

L’arrivée de cette mission intervient, alors que deux personnes ont été tuées hier mercredi, dans des violences en marge de la campagne électorale à Dalaba en moyenne Guinée, et Faranah en Haute Guinée.

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Amnesty dénonce l’immunité dont jouissent les forces de sécurité en Guinée

Publié

le

Par

Votre publicité ici

A moins de trois semaines de la présidentielle, Amnesty International a dénoncé jeudi la répression des manifestations en Guinée, à l'origine de la mort d'au moins cinquante personnes en un an, ainsi que l'immunité dont jouissent les forces de sécurité, dans un rapport jugé «exclusivement à charge» par le gouvernement guinéen.

«Nous avons parlé à des familles meurtries qui nous ont décrit comment leurs enfants ont perdu la vie, victimes d'une balle reçue dans le dos, à la poitrine, à la tête ou au cou. Des blessés nous ont montré leurs graves séquelles au bras, genou ou pied, causées par des armes à feu, des grenades lacrymogènes ou même des véhicules des forces de sécurité», a déclaré dans ce rapport Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International.

Le document de 63 pages souligne la responsabilité des forces de défense et de sécurité, «associées parfois à des groupes de contre-manifestants», dans les «homicides illégaux de manifestants et de passants». Fondée sur une centaine d'entretiens, des documents officiels et des images des manifestations, l'étude «apporte la preuve que les autorités ont agi en contradiction avec les normes nationales et internationales», selon Amnesty.

Dans une réponse adressée le 18 septembre à l'ONG que l'AFP a pu consulter, le ministère de la Sécurité estime que ce rapport ne «paraît pas garantir une vision neutre et objective de la situation» et qu'il constitue un «réquisitoire exclusivement à charge contre notre gouvernement». «Notre gouvernement a largement fait la preuve de son engagement à respecter les libertés fondamentales», en particulier «vis-à-vis des militants de l'opposition», affirme dans sa réponse le ministère de la Sécurité, en regrettant que «les efforts déployés dans l'amélioration de la gouvernance démocratique ne sont pas reconnus à leur juste valeur». Le ministère dénonce pour sa part la «logique insurrectionnelle» du FNDC.

Au moins 50 morts

Selon Amnesty, la répression des manifestations, en particulier celles organisées depuis octobre 2019 par le FNDC contre la réforme constitutionnelle permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat le 18 octobre, «a causé la mort d'au moins 50 personnes», fait quelque 200 blessés et entraîné la détention arbitraire «d'au moins 70 personnes», dont plusieurs ont décrit des traitements inhumains ou dégradants. Le 22 mars, jour de législatives et d'un référendum constitutionnel boycottés par l'opposition, a été «particulièrement meurtrier, avec au moins 12 manifestants tués, dont neuf par balle», a souligné l'ONG.

Une demi-douzaine de personnes ont également été tuées lors de manifestations contre les coupures de courant et contre les barrages routiers installés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La «quasi-totalité» des enquêtes annoncées par les autorités sont «restées sans suite», a déploré Amnesty. Des hôpitaux ont refusé d'accepter des corps de personnes décédées pendant des manifestations, qui ne figurent donc pas dans les bilans officiels, selon le rapport. Mercredi, un jeune homme a été tué par balle dans une ville du centre, secouée par des heurts depuis la visite, la veille, du premier ministre en campagne pour la candidature de M. Condé, a-t-on appris auprès de sa famille et d'un responsable policier.

Source : AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Guinée : l’UE réaffirme son opposition à un troisième mandat

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que le président Alpha Condé continue de battre campagne pour un troisième très controversé, L’Union Européenne a de nouveau réaffirmé son attachement à la limitation du nombre des mandats présidentiels à deux.

« L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région », a réaffirmé Bruxelles dans une déclaration du Haut représentant/Vice-président, Josep Borrell.

Lisez :

"Le Haut représentant/Vice-président partage les inquiétudes des autres acteurs de la communauté internationale au sujet de la détérioration de la situation politique en Guinée Conakry depuis les élections législatives et le référendum constitutionnel du 22 mars 2020. Les conditions dans lesquelles ces scrutins se sont déroulés, en particulier l’adoption d’une nouvelle Constitution qui permet au Chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, soulèvent des questions de crédibilité et de transparence, le tout dans un contexte de tension sociale et politique et de risque accru de violence.

L’UE est attachée à l’acquis qui a longtemps prévalu dans la région de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la limite à deux mandats présidentiels promouvant le transfert pacifique du pouvoir, renforçant ainsi l’ancrage démocratique des pays de la région.

Elle restera attentive aux conditions de déroulement du prochain scrutin, son caractère non-violent, libre et inclusif, et au respect des droits de l’Homme en général, préalables indispensables à la continuité de son soutien à la Guinée, et rappellera aussi le prix qu’elle attache à une gouvernance suscitant l’adhésion des populations à l'action des dirigeants, élément essentiel pour garantir le développement et la stabilité politique et sociale.

L’UE poursuivra le dialogue avec les partenaires guinéens et se concerte avec les autres acteurs de la communauté internationale, en particulier la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies et l’Organisation Internationale de la Francophonie pour déterminer le suivi le plus approprié notamment pour appuyer l’émergence d’un consensus, qui fait à ce stade défaut, autour d’un processus apaisé."

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.