Accueil / A LA UNE / Elle voulait sauver son bébé : une femme et son enfant tués dans un incendie à Cimenterie

Elle voulait sauver son bébé : une femme et son enfant tués dans un incendie à Cimenterie

Une femme d’une trentaine d’année et son enfant de 3 ans ont trouvé la mort dans un incendie, qui s’est déclaré dans la nuit du lundi à mardi 19 juin 2018, à Ansoumanyah marché, un quartier situé à Cimenterie, dans la commune de Dubreka.

Sous le choc, le père de famille, Boubacar Diallo, nous a indiqué que le feu s’est déclaré vers 1h du matin, juste après le retour du courant électrique.

Selon lui, sa femme a été la première à se réveiller pour alerter les autres membres de la famille qui dormaient. Quand tout le monde est sorti, elle a constaté que son enfant est resté à l’intérieur. C’est en ce moment qu’elle a décidé de rentrer dans la chambre pour tenter de sauver son bébé, explique-t-il. Hélas ! Mariama Bobo et Mamadou Bella seront pris au piège et finiront par être complètement calciné par le feu.

« On n’est sorti pour appeler au secours, les gens se sont mobilisés pour nous aider à éteindre le feu, les autorités sont aussi venues », a-t-il indiqué, en soulignant toute fois que malgré plusieurs appels téléphoniques, les sapeurs pompiers ne sont pas venus intervenir.

Jusqu’à ce matin (8h), aucun sapeur pompier n’était présent, sur les lieux, tandis que les deux corps étaient toujours dans une chambre, en attendant l’arrivée de la croix rouge et les représentants de la justice.

Le président de la délégation spécial de Dubreka, Mackiou Sall, qui a rappelé que ce n’est pas la première fois que des drames liés à des incendies arrivent dans le quartier, a déclaré qu’il « faudra que les responsabilités soient situées ».

« On ne peut pas dire simplement EDG (électricité de Guinée), il faut aussi qu’on arrive à savoir comment on n’a branché », a-t-il indiqué.

Mais pour un autre citoyen, il revient avant tout à l’Etat de contrôler la qualité des fils et câbles électriques vendus en Guinée.

Il faut préciser que les victimes sont originaires de Gninkan (Ninguelandé) dans la préfecture de Pita, en moyenne Guinée.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.