Connect with us

International

Egypte : le crash de l’avion russe revendiqué par l’Etat Islamique

Published

on

Un Airbus A321 transportant 224 Russes s’est écrasé dans le désert du Sinaï. Il n’y a aucun survivant.

Un avion s’est écrasé dans le désert du Sinaï le 31 octobre dans la matinée. Les autorités aériennes égyptiennes avaient perdu le contact 23 minutes après son décollage. Le pilote avait demandé à aterrir d’urgence dans un aéroport du Nord-Sinaï.

La branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) a affirmé samedi sur Twitter être responsable du crash de l’avion. Cependant, la haute altitude à laquelle le contact a été perdu avec l’avion rend extrêmement peu probable l’hypothèse qu’il ait pu être touché par une des roquettes ou missiles du type de ceux dont disposent ces insurgés, ont déclaré des experts à l’AFP.

50 ambulances ont été envoyées sur les lieux pour «évacuer les blessés ou les morts» vers des hôpitaux du Caire et de Suez a annoncé le premier ministre égyptien. Vladimir Poutine a demandé «d’envoyer immédiatement, en accord avec les autorités égyptiennes, des avions du ministère des Situations d’urgence en Egypte pour travailler sur les lieux du crash».

Il n’y a aucun survivant a annoncé l’ambassade de Russie en Egypte. L’avion transportait 217 passagers et 7 membres de l’équipage, tous russes. 17 enfants se trouvaient à l’intérieur.

L’avion est un Airbus A321 de la compagnie Kogalymavia, plus connue sous le nom de Metrojet. Il reliait la station balnéaire de Charm el-Cheikh à Saint-Petersbourg en Russie.

Vladimir Poutine a décrété un jour de deuil national le 1er novembre. . François Hollande a appelé le président russe pour présenter ses «condoléances». Les familles russes sont accueillies à l’aéroport de Saint-Petersbourg. Dimitri Medvedev, premier ministre russe, a promis que les familles seraient accompagnées et qu’une enquête serait lancée.

Si les boîtes noires ont été trouvées, on ignore encore les raisons du crash. Des premiers éléments rapportés par Reuters laissent plutôt penser à une défaillance technique.