Connect with us

A LA UNE

Education : contre vents et marées, Soumah appelle les enseignants à poursuivre la grève

Published

on

Alors que des initiatives des négociations sont en cours pour mettre à terme la crise qui secoue le système éducatif guinéen, depuis le 13 novembre dernier, le secrétaire général adjoint du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheur de Guinée), Aboubacar Soumah, a appelé à la poursuite de la grève.

Dans un communiqué Soumah (surnommé le rebelle par les autorités guinéennes) qui regrette « le refus catégorique du gouvernement à ouvrir les négociations » a exhorté les enseignants à la détermination.

« Vous savez bien que notre combat, aussi noble qu’il soit est un combat rude, très rude qui vaut néanmoins la peine d’être mené pour la qualification de l’éducation de nos enfants. » Dit-il.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Cependant, « cette qualification ne peut être obtenue que lorsque l’enseignant vit et travaille dans des meilleures conditions, dans les conditions dignes. C’est pourquoi en saluant votre mobilisation massive en faveur du mot d’ordre de grève, nous voulons vous exhorter à une détermination sans faille car le chemin pourrait être long et plein  d’embuscades », a-t-il appelé.

Tout en saluant les chefs religieux pour leur engagement à trouver une issue apaisée à la crise, il a regretté  que l’assemblée générale qui devrait se prononcer sur la suspension ou la continuation de la grève n’a pu se tenir « pour des raisons du quadrillage systématique du siège du SLECG par les forces de l’ordre : bérets rouges, gendarmes et policiers ».[rsnippet id="1" name="pub google"]

« Pendant ce temps comme s’il fallait s’y attendre, une campagne massive d’intoxication et de désinformation vient d’être lancée pour salir les leaders syndicaux et affaiblir notre mouvement », a-t-il fait remarquer.

Mais ce combat est celui de notre survie, a-t-il rappelé, avant  d’invité les enseignants et ses collègues syndicalistes à la vigilance. « Demeurons unis, nous vaincrons, La grève continue ! ».[rsnippet id="1" name="pub google"]

Par Mariam Bâ