Connect with us

Santé & Environnement

Ebola en Guinée: le bilan s’alourdit

Published

on

Votre publicité ici

Sept morts d'Ebola ont été recensés en Guinée depuis la réapparition du virus dans le pays à la suite du décès de deux femmes la semaine dernière, a appris mercredi l'AFP auprès de la Coordination nationale de lutte contre Ebola.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé officiellement mardi que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest ne constituait plus une "urgence de santé publique de portée internationale", malgré cette résurgence localisée, mettant ainsi fin à cette procédure d'urgence décrétée en août 2014.

Deux femmes de la même famille que les cas confirmés le 17 mars à Koropara (sud) sont décédées la semaine dernière, portant à sept le nombre de morts de ce nouvel épisode du virus, a indiqué à l'AFP le responsable de la communication de la Coordination nationale de lutte contre Ebola, Fodé Tass Sylla.

"A la date du 30 mars, il y a neuf cas enregistrés, dont sept décès : trois probables et quatre confirmés", a-t-il ajouté.

Les deux derniers morts sont la mère de la deuxième épouse, ainsi que la troisième épouse de l'homme décédé le 9 mars, a précisé Fodé Tass Sylla, soulignant que deux cas, un confirmé et un probable, se trouvaient au Centre de traitement d'Ebola de N'Zérékoré, la principale ville de la région.

La première épouse, une petite fille de 8 ans et un homme qui s'était enfui à la recherche d'un guérisseur dans la préfecture de Macenta, située plus au nord, selon les autorités sanitaires, ont également succombé.

Ces nouveaux cas sont les premiers recensés dans le pays depuis que la fin de l'épidémie y a été proclamée le 29 décembre et les premiers dans cette région de Guinée forestière depuis plus d'un an.

Les quelque 900 personnes identifiées à Koropara comme susceptibles d'avoir été contaminées lors de contacts avec ces patients sont soumises depuis une semaine au "cerclage", opération consistant à circonscrire une localité abritant d'éventuels cas d'Ebola, en leur fournissant une assistance médicale et alimentaire.

Il s'accompagne d'une campagne de vaccination de l'ensemble des personnes à risque, lancée le 22 mars.

Dans la préfecture de Macenta, 65 autres "contacts" ont été recensés, selon Fodé Tass Sylla.

Dans son dernier rapport hebdomadaire publié mercredi, l'OMS fait état de plus d'un millier de contacts identifiés, dont "171 considérés comme à haut risque", affirmant que seuls 10 n'ont pas encore été retrouvés.

"Des cas supplémentaires sont probables en raison du grand nombre de contacts", selon le rapport.

L'origine de la contamination de la première victime, une femme d'une trentaine d'années décédée le 27 février qui a commencé à présenter des symptômes vers le 15 février, fait toujours l'objet d'investigations, selon la même source.

Le 17 mars, l'OMS avait pourtant annoncé l'arrêt présumé de "toutes les chaînes de transmission initiales" de l'épidémie en Afrique de l'Ouest après la fin du dernier épisode de la maladie en Sierra Leone voisine.

Partie en décembre 2013 de Guinée forestière, cette épidémie, la pire depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, s'est propagée au Liberia et à la Sierra Leone limitrophes - ces trois pays concentrant plus de 99% des victimes - faisant officiellement plus de 11.300 morts pour quelque 28.000 cas recensés.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Covid-19 : la Guinée réceptionne 336.000 doses du vaccin Johnson&Johnson

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée a reçu ce 24 septembre, un don de 336.000 doses du vaccin Johnson&Johnson.

Ce lot de vaccin a été offert par les États-Unis dans le cadre de l’initiative Covax. Il permettra d’augmenter le taux de vaccination en vue de freiner la propagation de la Covidi-19, en Guinée où le nombre de cas et de décès est en nette baisse depuis la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat le 05 septembre dernier.

Il faut rappeler que COVAX est une initiative mondiale codirigée par la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), en partenariat avec Gavi (l’Alliance pour les vaccins) et avec l’Organisation mondiale de la santé. COVAX collabore avec les gouvernements et avec les laboratoires du monde entier afin d’accélérer le développement et la production de vaccins et garantir un accès équitable aux vaccins anti COVID-19 à toutes les populations à travers l’ensemble de la planète.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : quand Alpha Condé chute avec la Covid-19

Published

on

Votre publicité ici

Depuis la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre, curieusement, le nombre de cas et de décès de la Covid-19 continuent aussi de chuter en Guinée, au point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) envisage de diminuer les centres de traitements de la maladie à Conakry dès le 01 octobre.  

« Au regard de l’évolution de la pandémie de Covid-19  avec la diminution des cas et décès, l’Agence nationale de sécurité sanitaire ( ANSS) tient à informer tous les administrateurs des différents CT-EPI du Covid-19, et l’ensemble du personnel de la riposte, qu’elle procèdera à compter du 01 octobre 2021, à une réductions des effectifs voire la fermeture de certains centres de traitements à Conakry », annonce l’ANSS dans une  note de service signée par son  Directeur général adjoint, Dr. Bouna Yattassaye.

Curieusement, cette réduction annoncée des centres de traitements de la Covid-19,  intervient un peu plus deux semaines seulement après le renversement d’Alpha Condé. Sa chute serait-elle une coïncidence avec celle de cas de la pandémie en Guinée ?

Ci-dessous la note de service

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : un nouveau variant surveillé de très près par l’OMS

Published

on

Votre publicité ici

L'Organisation mondiale de la Santé a classé dans la nuit du 31 août au 1er septembre, le variant colombien dit "Mu", ou B.1.621 comme "variant à suivre".

Ce variant inquiète l’OMS, d’autant qu’il  présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire", c'est à dire une résistance aux vaccins.

Identifié pour la première fois en janvier en Colombie, ce variant a fait sept morts en seulement deux semaines fin juillet dans une maison de retraite de Belgique. Ces victimes se trouvaient déjà en grande difficulté, soit en phase terminale ou soit en soins palliatifs.

Le variant Mu a été signalé dans d'autres pays d'Amérique du Sud et dans d'autres pays en Europe.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance