Connect with us

Société & Faits Divers

Des cartes d’identité biométriques officiellement lancées par la CEDEAO

Published

on

Votre publicité ici

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo, a remis aux chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres, jeudi à Abuja, des spécimens de cartes d’identité biométrique de la CEDEAO, en attendant que ce document soit officiellement lancé au profit des populations, début janvier.
Cette carte d’identité biométrique de la CEDEAO ’’remplace le permis de résidence et rétablit ainsi le citoyen ouest-africain dans ses droits’’, a déclaré M. Ouédraogo, en remettant officiellement des spécimens aux chefs de l’Etat et de gouvernement réunis pour la 48e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation communautaire.
Avec cette nouvelle carte d’identité, les citoyens peuvent s’établir et vivre dans le pays de leur choix dans l’espace CEDEAO, ’’sans limite de temps’’, a précisé Kadré Désiré Ouédraogo, lors d’une cérémonie solennelle marquant le 40e anniversaire de l’organisation sous-régionale.
À 40 ans, la CEDEAO ’’vient de franchir une nouvelle et importante étape de son processus d’intégration’’, a déclaré le président de sa Commission, saluant la vision des pères fondateurs, consistant à réunir dans une entité unique des pays différents de par leurs systèmes politiques, administratifs et jurridiques.
Le ’’premier défi’’ auquel la CEDEAO se trouve confronté, est celui qui consiste à poursuivre davantage le chemin devant la mener à consolider et à approfondir ses acquis dans le cadre de l’intégration sous-régionale, a indiqué Kadré Désiré Ouedraogo.
L’ambition de la CEDEAO est d’arriver à une union ouest-africaine ’’préfigurant une véritable union politique’’ à l’échelle du continent africain, a-t-il ajouté, en présence de l’ancien président de la République fédérale du Nigéria, le général Yakubu Gowon, un des pères fondateurs de la CEDEAO.
M. Gowon est revenu sur les conditions de lancement de l’organisation communautaire dont il a salué les acquis, avant d’engager les leaders actuels de la CEDEAO à travailler à davantage approfondir l’intégration régionale.
Un timbre commémoratif des 40 ans de la CEDEAO a été par ailleurs lancé à cette occasion, à l’initiative de la Conférence des postes des Etats de l’Afrique de l’Ouest, avec le soutien de l’organisation sous-régionale.
Ce timbre a été dévoilé par le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de la CEDEAO. Il en a ensuite apposé le premier cachet matérialisant l’émission effective de ce timbre présenté comme une contribution des postes ouest-africaines aux 40 ans de l’organisation sous-régionale et à la libre circulation des viens et des personnes.
Il a été imprimé sur la base d’un visuel reproduisant le logo de la CEDEAO, assorti de son slogan ’’Une vision, un destin commun’’.
La même opération s’est déroulée au même moment dans les 14 autres capitales des pays membres de la CEDEAO, qui a financé l’impression de 5000 timbres offerts à chacun des pays membres.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Décès en détention de Oury Barry : déclaration de l’Ambassade des États-Unis

Published

on

Votre publicité ici

L'ambassade des Etats-Unis a appris avec tristesse la mort d'un autre militant de l'opposition, Mamadou Oury Barry, un partisan de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) âgé de 21 ans, décédé le 16 janvier dernier alors qu'il était détenu à la prison centrale de Conakry.  Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille et à ses amis. 

Les États-Unis continuent d'exhorter le gouvernement guinéen à respecter les procédures régulières et l'État de droit en s'attaquant aux perceptions de restrictions ciblées sur les dirigeants de l'opposition et en veillant à ce que les personnes détenues bénéficient de procès équitables sans retard injustifié.  Nous encourageons le gouvernement à donner la priorité aux enquêtes et aux processus judiciaires transparents afin que les responsables des violences soient tenus de rendre des comptes.

Les principes de base pour le traitement des prisonniers comprennent un environnement sain et l'accès aux services de santé disponibles dans le pays sans discrimination en raison de leur situation juridique.

Continue Reading

A LA UNE

26 tonnes de pneus usés en partance vers la Guinée interceptés

Published

on

Votre publicité ici

26 tonnes de pneus usagés en partance vers la Guinée via le port d’Anvers ont été interceptés début janvier par les douaniers de la brigade d’Halluin-Reckem, dans le Nord de France.

« Ces déchets faisaient l’objet d’une tentative d’exportation illégale par deux sociétés basées en Nouvelle-Aquitaine », souligne le service des douanes, dans un communiqué cité par 20 minutes, qui explique que les transferts transfrontaliers de déchets sont régulés à l’échelle internationale. L’exportation de déchets vers des pays ne disposant pas de capacités de retraitement adaptées est interdite.

Selon cette source, ces pneus usagés étaient transportés par un poids lourd immatriculé en Roumanie, tractant un semi-remorque immatriculé en France, lui-même surmonté d’un conteneur.

Soupçonnant un transport illégal, les fonctionnaires ont donc consigné la marchandise, le temps de l’expertise par le Pôle national des transferts transfrontaliers de déchets (PNTTD) de Metz. « Celui-ci a confirmé qu’il s’agissait de déchets, expliquent les douanes. Une infraction pour tentative d’exportation en contrebande de déchets a donc été relevée à l’encontre des deux sociétés, qui se sont par ailleurs vues infliger une forte amende douanière. » Quant aux pneus, ils ont été traités dans une installation française autorisée par le PNTTD, aux frais des deux exportateurs.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Maison centrale : de quoi est mort Mamadou Oury Barry ?

Published

on

Votre publicité ici

Quelques semaines après le vieux Ibrahima Sow, Mamadou Lamarana Diallo et l’opposant Roger Bamba, un autre détenu, Mamadou Oury Barry, est décédé aussi en détention samedi passé à la Maison centrale. Mais de quoi est mort ce dernier ?

Selon le Ministère de la Justice, il est décédé d’une mort naturelle liée à une occlusion intestinale et une anémie bioclinique au Service des urgences de l’Hôpital Ignace Deen.

Unique fils chez sa mère, Mamadou Oury Barry, avait été placé sous mandat de dépôt le 5 août 2020, pour coups et blessures volontaires, par le Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Il avait été arrêté à Cosa, en marge d’une manifestation du front national pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le troisième mandat d’Alpha Condé.

Depuis novembre dernier, au moins quatre détenus sont décédés en détention préventive à la Maison centrale de Conakry. Alors que le ministère de la justice a toujours soutenu que ces prisonniers sont morts naturellement, dans leurs familles on croit plutôt aux effets de la « torture ».   Comme pour dire que ces décès suscitent des interrogations sur les conditions carcérales en Guinée.

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance