Connect with us

A LA UNE

Déclaration controversée du premier ministre : la CPI alertée

Published

on

Les récentes déclarations du premier ministre Mohamed Béavogui à N’zérékoré, appellent les jeunes à ne pas sortir mourir pour quelqu’un, allusion faite à la menace de la reprise des manifestations de la classe politique, continue de susciter la polémique aussi bien en Guinée qu’à l’étranger.

Face à cette sortie controversée, les avocats français du front national pour la défense de la Constitution, ont décidé d’alerté la Cour pénal internationale ( CPI). Ceci pour  prévenir sur « la dérive manifeste du CNRD et du gouvernement qui ouvre la voie à une possible répression de toute forme d’expression démocratique et à la violation des libertés et droits fondamentaux », note ces avocats dans un communiqué.

Lisez :

COMMUNIQUE DES AVOCATS DU FRONT NATIONAL POUR LA DEFENSE DE LA CONSTITUTION

Les soussignés dénoncent, au nom du FNDC, les discours annonciateurs d’une probable répression qui interviendrait en réaction aux futures manifestations pacifiques citoyennes, par des hauts responsables du gouvernement en séjour dans la région administrative de N’zérékoré.

Les soussignés ont été abasourdis par de telles déclarations d’une dangerosité extrême, qui confirment la volonté de museler les voix discordantes et le sentiment d’arrogance et d’impunité, au mépris des acquis et du passé récent qui animent la junte militaire au pouvoir et ses partisans.

Ce nouvel épisode s’inscrit dans un climat où la junte militaire reste sourde à toute demande de dialogue sincère avec les véritables forces vives de la nation et son obsession d’interdire toute manifestation des voix dissonantes, en potentialisant l’instauration d’une nouvelle dictature après des décennies sombres traversées par le peuple de Guinée.

Les soussignés rappellent à la junte et à ses intermédiaires que le droit à la liberté de réunion pacifique et la liberté d’expression sont protégés par l’article 21 du Pacte International relatif aux Droits civils et Politiques et par l’article 11 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

Cette décision est aux antipodes également de la Charte de la Transition dont la junte a décidé de se munir et signée le 27 septembre 2021 par le Président de la Transition, dont l’article 34 stipule que « les libertés d’association, de réunion, de presse et de publication sont garanties » et l’article 8 qui dispose que « Les libertés et droits fondamentaux sont reconnus et leur exercice est garanti aux citoyens dans les conditions et formes prévues par la loi . Aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains ».

Ces déclarations méconnaissent frontalement les principes démocratiques et d’Etat de droit qui doivent encadrer toute gouvernance, militaire soit-elle. Elles trahissent les aspirations des citoyens à une Guinée nouvelle.

Par conséquent, nous annonçons alerter la CPI sur la dérive manifeste du CNRD et du gouvernement qui ouvre la voie à une possible répression de toute forme d’expression démocratique et à la violation des libertés et droits fondamentaux.

Nous avons également informé la juridiction sur la tenue de manifestations pacifiques organisées par le FNDC très prochainement en lui demandant de faire preuve de la plus grande vigilance quant aux menaces d’une nouvelle série de graves violations des droits de l’homme en Guinée par la junte militaire.

Les soussignés dénoncent les méthodes autoritaires employées qui ne peuvent prospérer qu’avec l’assistance et donc la complicité de différents agents publics qui par conséquent en seront redevables.

Ils annoncent saisir la Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme Madame Michelle Bachelet, la Rapporteuse Spéciale sur la Situation des Défenseurs et Défenseuses des droits humains Madame Mary Lawlor, le Rapporteur spécial sur le droit de réunion pacifique et d’association Monsieur Clément Nyaletsossi Voule, ainsi que les organisations internationales comme Human Rights Watch, Amnesty International et la FIDH afin que des actions urgentes soient prises contre les pratiques ci-avant dénoncées.

La communauté internationale, les organisations régionales et les Nations Unies sont également concernées par cette alerte.

Plus que jamais, la communauté internationale ne doit pas fermer les yeux et faire la sourde oreille sur le basculement de la junte guinéenne vers un système autocratique et en tirer l’ensemble des conséquences qui s’imposent.

Paris, le 26 mai 2022

William BOURDON​ et Vincent BRENGARTH, avocats français du FNDC

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après l’Amérique du nord, Cellou Dalein Diallo attendu en Europe

Published

on

En séjour en Amérique du nord depuis le 14 juin dernier, Cellou Dalein Diallo devrait boucler sa tournée américaine ce weekend. De là, il est attendu à Paris la semaine prochaine, a-t-on appris.

Il devrait rencontrer des responsables et des militants de son parti l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), mais aussi des responsables français et européens.

Visé par la Crief (Cour des répressions des infractions économiques et financières) pour des faits présumés de détournements de deniers publics, corruption d'agents publics et enrichissement illicite, dans le cadre de la vente d’un avion de la défunte  Compagnie Air Guinée, sous le régime du feu général Lansana Conté, il vit à l’étranger depuis quelques mois.

Ministre des transports à l‘époque des faits, il a toujours clamé son innocence dans ce dossier, dénonçant une campagne visant à l’éliminer de la course à la prochaine présidentielle.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance