Connect with us

Politique

Crise politique : le CES appelle le pouvoir et l’opposition au dialogue

Published

on

Dans une déclaration en date du 10 aout, la présidente du Conseil Economique et Social (CES), Hadja Rabiatou Serah Diallo a appelé l’opposition et la mouvance présidentielle au dialogue et à la retenue. Cet appel du CES intervient alors que la situation politique devient de plus en plus tendue entre le pouvoir et les opposants qui se caractérise  par des attaques directes entre les différents bords politiques à travers des médias. Le Conseil Economique et Social qui dit ne pas souhaiter « des mouvements de rue qui créeront des  paniques qui risquent de déstabiliser » le pays, a invité dans la déclaration, le président Alpha Condé « à plus d’écoute pour éviter à la Guinée des troubles sociopolitiques durant cette période hivernale ».

Déclaration

Le Conseil Economique et Social constate avec inquiétude la tension socio-politique caractérisée actuellement par :

Un durcissement des discours de certains hommes politiques ;

Des attaques directes entre les différents bords politiques à travers des médias ;

Des appels à des manifestations pacifiques de rue qui se terminent souvent par des destructions de biens privés et publics, et dans le pire des cas par des pertes en vie humaine.

C’est pour ces raisons et tant d’autres que le Conseil Economique et Social, dans un contexte particulièrement difficile au plan national et international, intervient pour appeler les uns et les autres au dialogue et à la retenue.

Constitué de personnes issues de diverses branches d’activités socioprofessionnelles de notre pays, le Conseil Economique et Social est tenu d’interpeller les acteurs politiques de toutes les tendances d’avoir un sursaut national et patriotique pour prioriser le dialogue, la négociation.

Notre pays s’apprête à l’envoi des pèlerins aux lieux saints de l’islam après deux ans d’absence à cause de l’épidémie de la fièvre à virus Ebola.

Avec la grâce du Tout-Puissant Allah, la Guinée a cette année, la possibilité d’accomplir le pèlerinage, l’un des piliers des religions monothéistes. En effet, nos frères musulmans et chrétiens accompliront ce rite presque dans la même période.

Compte-tenu de tout ce qui précède, le Conseil Economique et Social ne souhaiterait pas des mouvements de rue qui créeront des  paniques qui risquent de les déstabiliser.

Le Conseil Economique et Social, en tant que maison de dialogue et de paix, appelle :

Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat et père de la Nation et son Gouvernement à plus d’écoute pour éviter à la Guinée des troubles socio-politiques durant cette période hivernale ;

Le Chef de file de l’opposition à privilégier le dialogue constructif en évitant toute forme de manifestation de rue ;

Les chefs religieux, la société civile, les femmes et les associations de jeunes à unir leurs efforts précieux à la démarche du renforcement du dialogue dans notre pays ;

Tous les leaders politiques de la mouvance comme de l’opposition à avoir un langage plus apaisant qui faciliterait un dialogue ouvert, inclusif pour discuter afin de trouver une solution consensuelle à leurs différends ;

La presse à privilégier l’objectivité, la vérité et le sens du devoir face à la situation actuelle.

Dans ce cadre, notre Institution se joindra à tous les Hommes de dialogue et de paix afin d’aider à transcender ces moments difficiles de déficit de dialogue.

Nous devons tous retenir que notre sous-région, voire notre continent subit ça et là des violences terroristes. Le manque de vigilance et les moments de troubles socio-politiques risqueraient de nous rendre plus vulnérables.

La situation actuelle risque d’engendrer des crises potentielles pouvant conduire à la méfiance des investisseurs et des partenaires bi et multilatéraux face.

L’épreuve est certes dure avec les militants. Cependant, nous devons tous refuser de reculer. Et personne ne doit croiser les bras face à n’importe quelle crise. Colère et frustrations ne doivent pas prendre le dessus. Et chacun de nous à une responsabilité sociale, historique qui va nous rattraper.

En matière de crise, mieux vaut « prévenir que guérir ». C’est dans cet esprit de patriotisme, de citoyenneté et de responsabilité sociale que le Conseil Economique et Social a pensé faire cette déclaration pour appeler le Gouvernement, les acteurs politiques, les syndicats, la société civile, les confessions religieuses, les sages, les femmes et les jeunes sur la nécessité d’instaurer rapidement un dialogue franc et direct en vue de prévenir les conflits et trouver une sortie de crise.

Notre pays a déjà connu des périodes difficiles mais le dialogue a toujours fini par triompher.

En espérant que ce message sera compris et accepté par tous, le Conseil Economique et Social vous remercie pour votre haute attention.

Conakry, le 10 août 2016

La Présidente du CES

Hadja Rabiatou Serah DIALLO

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Après la levée des sanctions, le Mali remercie le colonel Doumbouya

Published

on

La junte malienne s’est félicitée lundi de la levée des sanctions « illégales et inhumaines » imposées par la Cedeao en janvier dernier. Bamako a également remercié le président de la transition guinéenne pour avoir permis au Mali de contourner l’embargo de l’organisation ouest-africaine.      

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, chef de l’Etat dd la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports », a déclaré le colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans un communiqué.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Transition : l’ultimatum de la Cedeao à la junte guinéenne

Published

on

Si la Guinée a, une nouvelle fois, échappé aux sanctions de la Cedeao, le pays reste sous la menace des dirigeants ouest-africains qui donnent aux autorités guinéennes au plus tard le 1er août 2022, pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées, préviennent-t-ils à l’issue du 61ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui s’est tenu  dimanche 03 juillet à Accra, au Ghana.

Ci-dessous  l’extrait du Communiqué final  du sommet sur la Guinée.

« - Sur la Guinée, les Chefs d’Etat et de gouvernement réitèrent leur position en jugeant  que le  calendrier de transition de 36 mois annoncé par les Autorités guinéennes est  inacceptable.

  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la décision des autorités de transition d’ouvrir un dialogue national qui a débuté le lundi 27 juin 2022 sous l’égide du Premier ministre.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement prennent acte de la démission du Dr Mohammed Ibn Chambas en tant que Médiateur de la CEDEAO en Guinée. En conséquence, les Chefs d’Etat et de gouvernement  nomment  Son Excellence  Yayi BONI, ancien Président de la République du Bénin en tant que nouveau Médiateur de la CEDEAO en Guinée.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement demandent  au Médiateur de travailler avec les Autorités de transition pour parvenir à un calendrier de transition acceptable pour la transition au plus tard le 1er août 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de maintenir la suspension de la Guinée de tous les organes de décision de la CEDEAO.
  • Les Chefs d’Etat et de gouvernement décident de rester saisis de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali. »

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée échappe à nouveau aux sanctions de la Cedeao

Published

on

Alors que l'inquiétude était palpable, la Guinée a échappé à nouveau aux sanctions de la Cedeao. Les leaders ouest-africains réunis dimanche 03 juillet à Accra ont toutefois rejeté une nouvelle fois les 36 mois de transition proposés par la junte guinéenne.

Ils ont nommé un nouveau médiateur à la crise guinéenne. Il s'agit de l'ancien président béninois Thomas Boni Yayi.

Pour le Mali,  la Cédéao a levé les sanctions économiques et financières . Elle a aussi trouvé un accord avec le Burkina Faso pour un calendrier de 24 mois avant un retour des civils au pouvoir, à compter du 1er juillet 2022.

Il faut noter que les dirigeants ouest-africains ont par ailleurs choisi comme nouveau président en exercice de la Cédéao, Umaro Sissoco Embalo, président de la Guinée-Bissau et lui aussi victime d'une tentative de Coup d'État en février dernier.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance