Accueil / A LA UNE / Crise du carburant : trêve de discussion, place aux actions concrètes (opinion)

Crise du carburant : trêve de discussion, place aux actions concrètes (opinion)

Jeunes de Guinée, ce dossier est dans vos mains, pardon, ne nous décevez pas. Il est vrai, que ce sont les leaders des deux principales centrales syndicales CNTG et USTG et les leaders de la société civile rassemblés au sein des Forces sociales qui portent ce mouvement, mais le vrai leadership vous appartient, lorsque ces derniers (cas probable) renonceront en abandonnant en raz campagne.

C’est à vous de faire reculer le gouvernement, en paralysant toutes les activités, notamment dans la ville de Conakry. Je le dis ouvertement et sans complexe, l’objectif, c’est de paralyser Conakry jusqu’à ce que le pouvoir rende les armes en renonçant à cette augmentation inopportune. C’est un rapport de force que nous devons impérativement gagner contre ces fainéants qui dirigent notre pays.

Si le gouvernement d’Alpha Condé était sérieux, nous pouvions accepter un sacrifice supplémentaire dans la mesure où en fin de compte, ces taxes serviront à améliorer nos conditions de vie. Hélas, tel n’est pas le cas depuis 8 ans. Les pays européens qui pratiquent des taux de prélèvements élevés, sont les plus généreux en assistance en tout genre en faveur de leurs populations pour la santé, l’éducation, le logement, le transport, les chômeurs et même les sans-papiers. En Guinée, nous travaillons comme des esclaves pour entretenir le train de vie luxueux de dirigeants incompétents. Les Guinéens meurent dans les urgences des hôpitaux publics, parce qu’ils ne peuvent pas payer sur le champ, des femmes qui meurent à l’accouchement, bref les Guinéens sont obligés de se battre seuls pour leur survie sans aucune aide de l’Etat qui est absent dans tous les domaines. C’est scandaleux, insupportable et inadmissible. Ces inconscients nous disent que le manque à gagner chiffrer à 750 milliards de francs allaient servir à construire des écoles et centres de santé, menteurs, 91% des écoles de Conakry sont privées selon l’association des fondateurs des écoles privées et à l’intérieur du pays, ce sont les ressortissants des localités, notamment de la diaspora, qui construisent écoles et centres de santé.

C’est parce qu’Alpha Condé et ses ministres-conseillers, ses ministres du gouvernement et ses hauts fonctionnaires des cabinets ministériels, des directeurs nationaux et autres chefs de service ont gratuitement des tickets de carburant, qu’ils nous imposent toujours plus de sacrifices pour combler les déficits publics qui sont les conséquences de leur mal gouvernance. C’est si facile.

Mais, cette fois-ci, qu’ils se débrouillent tous seuls pour trouver l’argent exigé par leurs maîtres du FMI, ça ne nous concerne pas. Ce sont eux « qui mangent les programmes du FMI, pas nous « wulé khönö ».

A mon avis, il faut arrêter toute négociation avec le gouvernement, il n’y a rien à discuter #8000CestBon. D’ailleurs s’ils persistent, c’est parce qu’ils comptent diviser, manipuler, corrompre les uns et les autres pour maintenir ce prix inique comme la dernière fois. C’est là où il faut s’inspirer du cas haïtien, trêve de discussion, place aux actions concrètes.

Par Alpha Saliou Wan

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.