Connect with us

A LA UNE

CPI: les conditions de libération de Laurent Gbagbo débattues le 6 février

Published

on

Votre publicité ici

La Cour pénale internationale doit débattre le 6 février prochain des conditions de libération imposées à Laurent Gbagbo, après son acquittement il y a près d’un an.

L’ancien président ivoirien ne peut pas quitter Bruxelles, où il réside désormais, jusqu’à ce que soit tranché l’appel déposé par la procureure Fatou Bensouda. Mais mi-octobre, son avocat avait déposé une requête demandant aux juges de lever les conditions qui lui sont imposées.

Dans sa requête, Emmanuel Altit accusait la Cour de violer les droits de Laurent Gbagbo et demandait la levée des conditions imposées à l’ancien président. L’avocat reprochait notamment aux juges d’empêcher l’ex-chef d’État de participer à la vie politique de son pays, au premier chef, la campagne en vue de l’élection présidentielle de décembre 2020.

Les conditions assorties à la libération de Laurent Gbagbo ont été imposées à la demande de la procureure. Fatou Bensouda affirmait que l’ancien président pourrait prendre la fuite alors que l’appel n’est pas encore tranché. La procureure espère des juges qu’ils annulent l’acquittement et prononcent à la place le non-lieu. Mais sa demande ne sera pas tranchée avant au moins six mois. En attendant, Laurent Gbagbo ne peut donc quitter Bruxelles où il réside.

Les avocats de la Côte d'Ivoire s'opposent à la libération complète

C’est la raison pour laquelle ses avocats réclament la levée des conditions qui lui sont imposées. Mais les avocats de la Côte d’Ivoire, Jean-Paul Benoit et Jean-Pierre Mignard, se sont opposés à une libération pleine et entière de l’ex-chef d’État et ont demandé à être entendus par les juges.

Ces derniers ont accepté qu’ils participent à l’audience prévue le 6 février. Même si, dans une déclaration passée, le président Ouattara avait néanmoins pris ses distances avec la démarche des deux avocats français.

Source : RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Crise à la feguifoot : la FIFA nomme finalement un comité de normalisation

Published

on

Votre publicité ici

La FIFA a décidé de nommer un comité de normalisation pour la Fédération Guinéenne de Football (FGF) à la suite de plusieurs irrégularités survenues ces derniers temps dans le cadre de l’organisation du congrès électif. La décision a été annoncée ce lundi 29 novembre 2021 dans un communiqué.

Cette comité de normalisation aura pour mandat de : gérer les affaires courantes de la FGF ; déterminer, en coopération avec l’administration de la FIFA, si des dispositions spécifiques des statuts ou du code électoral de la FGF doivent être amendées en vue de la procédure électorale ; s’assurer que les nouveaux membres des commissions électorale et de recours électoral et, le cas échéant, des organes juridictionnels soient nommés par le congrès de la FGF ; une fois les nouveaux membres susmentionnés nommés, s’assurer que l’élection du comité exécutif de la FGF puisse être menée conformément aux statuts et règlements applicables de la fédération.

« Le comité de normalisation se composera d’un nombre opportun de membres, qui seront désignés conjointement par la FIFA et la CAF dès que possible. Tous ces membres feront l’objet d’un contrôle d’éligibilité mené par la Commission de Contrôle de la FIFA, conformément au Règlement de Gouvernance de la FIFA. Aucun d’entre eux ne sera éligible pour les postes à pourvoir lors des élections de la FGF, quelles que soient les circonstances », souligne la FIFA.

Le mandat du comité de normalisation expirera au plus tard le 30 juin 2022.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé serait transféré à Landreah

Published

on

Votre publicité ici

L’ex président Alpha Condé aurait été transféré hier nuit à la résidence de son épouse, Djènè Kaba, située en bordure de mer au quartier Landreah, dans la commune de Dixinn.

Selon nos confrères de Fim fm qui donne l’information, un important dispositif sécuritaire a été déployé au tour de la résidence de l’ex première dame, toujours hors du pays.

Renversé par un coup d’Etat le 05 septembre, Alpha Condé était détenu au palais Mohammed V.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Trois pays frontaliers à la Guinée s’engagent à soutenir la transition

Published

on

Votre publicité ici

Trois pays frontaliers à la Guinée se sont engagés à soutenir la transition guinéenne. Le Libéria, la Sierra Leone et la Côte d'Ivoire ont déclaré qu'ils vont intensifier leurs efforts pour accompagner la Guinée vers le retour à un régime civil, après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre.

Les quatre pays font partie de l’organisation régionale dénommée : l'Union du fleuve Mano (UFM), qui a tenu une conférence de deux jours (le 22 au 23 novembre)  au Libéria.

Le secrétaire général de l'UFM, Medina Wesseh, a déclaré à la BBC que son équipe a été invitée à s'entretenir avec les autorités guinéennes "afin d'élaborer un cadre pour le retour à l'ordre constitutionnel en Guinée".

Il se rendra avec les ministres des Affaires étrangères, des ministres de la défense, des chefs d’état-major des armées de ces trois pays en Guinée dès le 2 décembre 2021 avant le prochain sommet de la CEDEAO qui se tiendra le 12 décembre prochain.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance