Connect with us

A LA UNE

Covid-19 : le variant Delta alimente la troisième vague africaine (OMS)

Published

on

Alors que le nombre de cas de Covid-19 en Afrique dépasse tous les pics précédents, de nouveaux variants, comme Delta, se propageant plus rapidement alimentent la troisième vague du continent, a mis en garde jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les cas ont augmenté en Afrique pendant six semaines consécutives et ont progressé de 25% d’une semaine sur l’autre pour atteindre près de 202.000 au cours de la semaine se terminant le 27 juin. Selon la branche africaine de l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU,  il s’agit de neuf dixièmes du précédent record de 224.000 nouvelles infections sur le continent.

Dans le même temps, les décès ont augmenté de 15% dans 38 pays africains pour atteindre près de 3.000 au cours de la même période. « La vitesse et l’ampleur de la troisième vague africaine ne ressemblent à rien de ce que nous avons vu auparavant. La propagation galopante de variants plus contagieux fait passer la menace pour l’Afrique à un tout autre niveau », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Le variant Delta signalé dans 16 pays africains

Le nombre de cas doublant toutes les trois semaines en Afrique, le variant Delta se répand dans un nombre croissant de pays.

Ce variant, découvert pour la première fois en Inde, a été signalé dans 16 pays, dont neuf connaissent une recrudescence des cas. Selon l’OMS, il s’agit du variante le plus contagieux à ce jour, dont la transmissibilité est estimée entre 30 et 60% supérieure à celle des autres variants.

Il est présent dans trois des cinq pays ayant signalé le plus grand nombre de cas au cours de la semaine se terminant le 27 juin. Et il domine en Afrique du Sud, qui a enregistré plus de la moitié des cas africains au cours de la même période.

Selon les derniers rapports nationaux, le variant Delta a été détecté dans 79% des échantillons séquencés en République démocratique du Congo (RDC et dans 97% des échantillons séquencés en Ouganda. En Ouganda également, 66% des cas graves chez les personnes de moins de 45 ans sont attribués au variant Delta.

Les variants Alpha (britannique) et Beta (sud-africain) ont été signalés dans 32 et 27 pays respectivement. Le variant Alpha a été détecté dans la plupart des pays d’Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre. Le variant Beta est plus répandu en Afrique australe. Ces deux variants sont plus transmissibles que le virus original.

Une demande d’oxygène désormais 50% plus élevée en Afrique

« Plus de transmission signifie plus de maladies graves et plus de décès, donc tout le monde doit agir maintenant et renforcer les mesures de prévention pour empêcher qu’une urgence ne devienne une tragédie », prévient a déclaré la Dre Moeti.

En attendant, avec l’augmentation du nombre de cas et d’hospitalisations sur tout le continent, l’OMS estime que la demande d’oxygène en Afrique est désormais 50% plus élevée que lors du pic de la première vague il y a un an. Dans ces conditions, l’agence onusienne travaille « 24 heures sur 24 pour améliorer l’accès à l’oxygène ».

Des milliers de bouteilles d’oxygène sont en cours d’approvisionnement pour l’Ouganda, la Zambie, la Namibie, le Zimbabwe et le Rwanda. Dans les semaines à venir, l’OMS disposera d’un stock régional de concentrateurs d’oxygène, de tests de diagnostic rapide et d’autres fournitures essentielles. Tout ce matériel d’urgence pourra être déployé rapidement dans les pays qui en ont besoin. « Nous aidons également les pays à augmenter leur production d’oxygène », a fait valoir la Dre Moeti.

L’autre volet de la riposte a trait à la réintroduction des mesures barrières. Tous les pays du continent africain en proie à une recrudescence ont ainsi imposé des limites aux rassemblements de personnes.

Des restrictions réimposées dans certains pays d’Afrique australe et orientale

Le Kenya, la Namibie et d’autres pays appliquent des restrictions dans les zones à risque. « Ils utilisent des approches locales fondées sur le risque afin d’éviter les fermetures à l’échelle nationale qui, nous le savons, portent gravement atteinte aux moyens de subsistance, en particulier ceux des ménages à faible revenu », a détaillé la Dre Moeti.

Cette troisième vague intervient alors que le continent doit faire à une pénurie de vaccins. Bien que huit vaccins se soient avérés sûrs et efficaces et qu’ils aient été inscrits sur la liste des vaccins d’urgence de l’OMS, les expéditions vers l’Afrique se sont taries. Seules 15 millions de personnes - soit 1,2% seulement de la population africaine - sont entièrement vaccinées, contre 11% des personnes dans le monde et plus de 46% des personnes au Royaume-Uni et aux États-Unis.

« Alors que les difficultés d’approvisionnement se poursuivent, le partage des doses peut contribuer à combler le fossé. Nous sommes reconnaissants des promesses faites par nos partenaires internationaux, mais il est urgent de prendre des mesures concernant les allocations. L’Afrique ne doit pas être laissée à l’abandon dans les affres de la pire vague qu’elle ait jamais connue », a conclu la Dre Moeti.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Son rendez-vous turc revivifie l’arnaque Albayrak

Published

on

Pour son traitement médical, le président Alpha Condé effectue depuis quelques jours un séjour temporaire et à titre humanitaire en Turquie. C’est la nouvelle. D’une façon ou d’une autre toute âme est sensible à cet état de fait.

Moi aussi je trouve normal que l’on aide l’ancien chef d’Etat à recouvrer la santé. Ce côté humain vaut la peine d’être mis en avant et apprécié à sa juste valeur. Sauf que le flou autour de cette autorisation accordée à Condé de quitter le pays, réside dans l’absence de détails sur l’état de santé réel du «colis» du Colonel, mais aussi le silence de carpe sur cet indicateur important devant motiver son déplacement de Conakry alors qu’il est poursuivi pour crime de sang dans un dossier ouvert au Tribunal de Dixinn il y a seulement quelques jours.

Cela laisse lire la lettre dans l’enveloppe de ses relations d’affaires présumées malhonnêtes avec le dirigeant turc Erdogan à travers l’entreprise Albayrak dans laquelle Condé et son fils Mohamed détiennent au minimum 30% des droits d’exploitation du Port conventionnel de Conakry contre seulement 18% pour l’Etat guinéen.

Les victimes nourrissent l’inquiétude que Condé échappe à la justice voire bénéficie d’une mesure de clémence sous prétexte d’asile en Turquie comme c’est le cas de Blaise Compaoré condamné dans son pays mais qui se la coule douce au nom de sa nationalité ivoirienne. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

(Billet paru dans Le Populaire du lundi 23 mai 2022)

 

Continue Reading

A LA UNE

OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus réélu pour un second mandat

Published

on

Premier Africain à diriger l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a été reconduit mardi pour un second mandat. À la tête de l'OMS depuis le 1er juillet 2017, il a notamment dû gérer la lutte contre la pandémie de Covid-19, avec des appels restés souvent sans écho.

Les jeux étaient quasiment faits avant le vote à bulletins secrets lors de l'Assemblée mondiale qui se tenait mardi 24 mai à Genève, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus étant le seul candidat en lice.

Premier Africain à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à 57 ans Tedros Adhanom Ghebreyesus conserve donc son poste pour un second mandat de cinq ans.

Spécialiste du paludisme, diplômé en immunologie et docteur en santé communautaire, le Dr Tedros, comme il aime à se faire appeler, a été ministre de la Santé et chef de la diplomatie de son pays.

Son visage a été rendu familier dans le monde entier par la lutte contre la pandémie de Covid-19, l'une de ses principales préoccupations.

Une histoire personnelle liée à la guerre

Celui qui se pose en homme de paix a été marqué par une enfance plongée dans la guerre mais aussi les conflits en Ukraine, au Yémen, en Syrie et en Éthiopie au cours de son premier mandat.

"Plus encore que les pandémies, la guerre ébranle et détruit les fondations sur lesquelles reposaient des sociétés auparavant stables" et les conflits laissent "des cicatrices psychologiques qui peuvent mettre des années ou des décennies à se refermer", a récemment affirmé le Dr Tedros, pour qui "la paix est indispensable à la santé".

Ces cicatrices sont autant de souffrances qu'il a lui-même endurées. "Je suis un enfant de la guerre", avait lancé dimanche le chef de l'OMS, très ému, à l'ouverture de l'Assemblée mondiale de la santé.

"Le bruit des coups de feu et des obus qui sifflent dans l'air, l'odeur de la fumée après l'impact, les balles traçantes dans le ciel nocturne, la peur, la douleur, la perte – ces choses sont restées en moi tout au long de ma vie, parce que j'étais au milieu de la guerre quand j'étais très jeune", a-t-il dit.

Des années plus tard, la guerre ressurgissant en Éthiopie en 1998, "cette peur" est revenue lorsque ce fut au tour de ses enfants de "se cacher dans un bunker". Et alors que la région éthiopienne du Tigré, sa région natale, est en proie à un conflit depuis fin 2020, il avoue ressentir "à nouveau la même douleur".

Son enfance a également été marquée par le décès d'un frère, faute de médicaments.

Source : AFP

Continue Reading

A LA UNE

Nouvelle évacuation d’Alpha Condé : les préoccupations des avocats du FNDC

Published

on

Les avocats français du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont exprimés leurs préoccupations suite à la nouvelle évacuation sanitaire du président déchu, Alpha Condé.  Dans un communiqué, ils réclament à la junte la confirmation de l’intervention du procureur général près la Cour d'appel de Conakry dans la procédure, et des précisions, notamment sur les dispositions légales ayant fondé l’autorisation de son voyage en Turquie.

Dans le document, ils assurent qu’ils resteront particulièrement vigilants pour que Alpha Condé ne se soustrait pas de la justice à travers un exil ou un motif  sanitaire

Communiqué :

Le 19 mai 2021, nous, conseils du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), avons pris connaissance du communiqué N°014/CNRD/2022 annonçant le déplacement d'Alpha Condé, ancien Président de République de la Guinée, à l'étranger pour des rendez-vous médicaux.

Dans le même communiqué, la junte au pouvoir en Guinée annonce que l'autorisation de voyage accordée à Alpha Condé a été faite en parfaite conformité aux dispositions procédurales d'ordre judiciaire.

Nous, conseils du FNDC, exprimons le souhait d'obtenir confirmation de l’intervention du procureur général près la Cour d'appel de Conakry dans la procédure d'autorisation du voyage d'Alpha Condé. Nous souhaitons également obtenir toute précision utile relative aux dispositions légales ayant fondé l’autorisation de voyage d'Alpha Condé par la junte.

Nous rappelons que le Procureur Général a instruit au Procureur de la République près le Tribunal de première instance de DIXINN d’engager des poursuites judiciaires contre Monsieur Alpha CONDE ainsi que contre d’anciens responsables de son régime.

Sur la base de cette instruction, Alpha Condé et cie ont été frappés par des mesures d'interdictions de voyage.

Nous nous étonnons par conséquent, dans ces conditions, de l’immixtion de la junte dans un processus qui devrait désormais relever exclusivement du pouvoir judiciaire.

Les soussignés resteront particulièrement vigilants pour que Alpha Condé ne se soustrait pas de la justice à travers un exil ou un motif de sanitaire.

Paris, le 23 mai 2022

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance