Connect with us

Afrique

Coup d’Etat manqué au Burkina : le journaliste révélateur de la bande sonore Soro/Bassolé s’explique

Published

on

Votre publicité ici

Théophile Kouamouo est un journaliste et écrivain français d’origine camerounaise. Il a également la nationalité ivoirienne. Il fut correspondant de  »Le Monde » en Côte d’Ivoire qu’il a quitté pour s’exiler en France depuis quelques années. Dernièrement, il a fait parlé de lui en révélant la supposée conversation téléphonique entre Guillaume Soro, le Président de l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire et Djibril Bassolé, ancien ministre des Affaires Etrangères de Blaise Compaoré au Burkina Faso. Dans ce document il donne des explications sur ce document sonore  »explosif ».

Les attentats qui ont visé Paris vendredi dernier ont procuré un bref répit à Guillaume Soro, ex figure de la rébellion contre Laurent Gbagbo désormais président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

En effet, ce dernier était confronté à un énorme « bad buzz » depuis jeudi dernier, à la faveur de la révélation des enregistrements d’une conversation présumée entre l’ancien ministre de l’Intérieur burkinabé Djibril Bassolé, aujourd’hui en détention préventive, et lui. Une conversation durant laquelle on entend sa voix proposer une aide à la fois financière et logistique en vue de faire réussir le complot de Gilbert Diendéré, qui est alors dans l’impasse, fin septembre dernier.

Plus grave : on entend la même voix assumer, avec un cynisme qui fait froid dans le dos, les assassinats de l’ancien ministre de l’Intérieur de Laurent Gbagbo, Désiré Tagro, et de Ibrahim Coulibaly dit « IB », la figure historique de la rébellion qui a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui.

D’une certaine manière, j’ai été au cœur de ce « bad buzz », et le cercle rapproché de Guillaume Soro n’en finit pas de me pointer du doigt et de m’insulter depuis. « J’ose dire pourtant que je n’ai mérité ni cet excès d’honneur ni cette indignité », disait Junie dans le Britannicus de Racine. En réalité, je n’ai fait que diffuser sur les réseaux sociaux un fichier MP3 qui venait de déborder du cercle des « initiés » dans lequel il circulait déjà depuis un certain temps, « sous le manteau » des emails et des services de messagerie instantanée.

Pourquoi ai-je choisi de lui donner un écho public en me servant de ma visibilité en ligne ?

Premièrement, parce que je considère la personne qui m’a transmis cet élément audio comme digne de confiance.

Deuxièmement, parce que son contenu est, de manière assez troublante, conforme à ce que décrivaient, selon Jeune Afrique, « des sources au sein de la transition ». Bassolé aurait été avant son arrestation « en contact téléphonique avec Diendéré et surtout avec Guillaume Soro ».

« C’est un de ces appels passés au président de l’Assemblée nationale ivoirienne qui est au cœur de la procédure judiciaire. Il aurait eu lieu deux jours avant l’interpellation de Bassolé et aurait duré une quinzaine de minutes. Cette conversation aurait été enregistrée alors que les unités loyalistes de l’armée contrôlaient la capitale et que le régiment de sécurité présidentielle (RSP) s’était replié dans son camp de Naaba Kom, derrière le palais de Kosyam.

Selon deux sources proches de Zida, qui disent avoir entendu l’enregistrement de cette conversation tout en refusant pour l’instant d’apporter la preuve de son existence, Guillaume Soro aurait offert un appui financier à Djibrill Bassolé pour soutenir les putschistes. Il lui aurait proposé de l’argent pour « remotiver » les hommes du RSP et financer des attaques sporadiques de mercenaires contre des casernes burkinabè, situées notamment près de la frontière ivoirienne, pour forcer les militaires loyalistes à desserrer leur étau autour de Naaba Koom.

Les mêmes sources affirment que Bassolé aurait « approuvé » ce plan et suggéré que deux de ses proches se rendent dans le nord de la Côte d’Ivoire pour récupérer l’argent, le 29 septembre. Il sera finalement arrêté le jour même », avait résumé JA.

Troisièmement, parce que j’ai eu la ferme conviction qu’il s’agissait bel et bien des voix de Djibril Bassolé – avec qui j’ai dîné et longuement discuté au cours d’une conversation privée il y a quelques années – et de Guillaume Soro – que tous les journalistes qui ont « couvert » la Côte d’Ivoire des années de guerre ont abondamment pratiqué et observé. En matière de journalisme, science non exacte, il faut savoir se servir aussi de son flair.

Quatrièmement, en raison du profil psychologique de Guillaume Soro tel qu’il se laissait entrevoir dans l’enregistrement. Ceux qui le fréquentent décrivent un homme qui se sent progressivement marginalisé dans le cercle des pouvoirs en Côte d’Ivoire, qui brûle d’exister, qui adore raconter ses « prouesses » passées et peut être assez imprudent dans l’usage de la parole quand il veut impressionner son auditoire.

Cinquièmement, parce que je savais que la diffusion massive de cet enregistrement dont tout le monde parlait et que personne n’avait officiellement entendu créerait un « électrochoc positif ». Elle obligerait les concernés à s’expliquer. Et leur ligne de défense pourrait être riche d’informations.

Sixièmement, parce que la richesse des détails par ailleurs vérifiables donnés par cet enregistrement sur des réalités connues du seul microcosme des affaires et de la politique me faisait penser que si par extraordinaire il était le fruit d’une manipulation, cette manipulation serait le fait de professionnels issus des « services » d’un pays ou d’un autre. Une telle hypothèse ouvrirait un champ d’investigation certain. Il fallait donc ouvrir la marmite !

En adoptant face à la houle médiatique la ligne de défense qu’il a choisie, le camp Guillaume Soro a paradoxalement « authentifié » l’enregistrement qui faisait le buzz. Comment ? Déjà, ses hommes et lui se sont murés de longues heures dans un silence gêné, se refusant à la moindre dénégation, ce qui est pourtant le réflexe naturel et immédiat de quiconque se retrouve ainsi accusé. Par la suite, ils ont relayé un audio mis en ligne par un site Internet (Oeil d’Afrique) censé être le VRAI enregistrement de la conversation Soro/Bassolé, contrairement au FAUX partagé par « le délirant Kouamouo ».

Il fallait pourtant réfléchir un tout petit peu pour se rendre compte du caractère grotesque de la manœuvre.

Premièrement, le fichier produit par Soro and Co. n’est en rien conforme à ce dont avaient parlé les autorités burkinabé. Ni au regard de sa durée (moins de deux minutes) ni au regard de son contenu.

Deuxièmement, parce que les rares propos de Djibril Bassolé contenus dans cet audio sont conformes à ce que l’on entend dans la première version. Seuls les propos de Soro sont différents – et ils donnent l’impression de vouloir démontrer son innocence AVANT le scandale. Il « anticipe » même d’autres fuites et se défend par avance en affirmant qu’il a dit à certains interlocuteurs, des « infiltrés », ce qu’ils voulaient entendre. De plus, on « sent » clairement un « cut », un montage, à 1’25’’.

Troisièmement, le site oeildafrique.com dit avoir eu ce fichier des autorités burkinabé. Les mêmes qui ont jeté Djibril Bassolé en prison et accusent bruyamment Guillaume Soro se seraient donc précipitées, toutes affaires cessantes, au secours de ce dernier pour lui sauver la mise ? Difficile à croire !

Tout dans cette affaire donne l’impression que les spin doctors de Guillaume Soro ont, dans la panique, concocté une « pièce » censée les disculper mais qui en réalité, a achevé de les démasquer !

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire: les ultimes tractations?

Published

on

Votre publicité ici

Il y a un mois, la chambre d'appel de la Cour pénale internationale confirmait l’acquittement de Laurent Gbagbo, qui vit depuis deux ans en Belgique. Depuis cette décision, les tractations pour préparer son retour en Côte d’Ivoire sont lancées et se sont accélérées en fin de semaine dernière. Six proches de l'ex-chef d'État sont revenus au pays, dont sa sœur cadette et son porte-parole, qui étaient en exil depuis dix ans au Ghana.

L’annonce a été faite à l’issue d’un Conseil des ministres qui réunissait le nouveau gouvernement formé par les autorités ivoiriennes. C’est le président en personne, Alassane Ouattara, qui a affirmé que Laurent Gbagbo pourrait bientôt rentrer en Côte d’Ivoire, avec l’assurance de bénéficier du statut d’ancien chef de l’État. « Quant à Laurent Gbagbo et à Charles Blé Goudé, ils sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent, a déclaré Alassane Ouattara, le mercredi 7 avril 2021. Les frais de voyage de Monsieur Laurent Gbagbo ainsi que ceux des membres de sa famille seront pris en charge par l’État de Côte d’Ivoire », a-t-il poursuivi. Les dispositions seront également prises pour que Monsieur Laurent Gbagbo bénéficie, conformément aux textes en vigueur, des avantages et indemnités dus aux anciens présidents de la République de Côte d’Ivoire. »

En décembre 2020, un obstacle administratif avait déjà été levé, puisque Laurent Gbagbo a pu se faire établir deux passeports (un diplomatique et un ordinaire) qui lui permettent de voyager. Mais il reste encore quelques détails administratifs à régler.

D’abord, le greffe de la Cour pénale internationale devait transmettre aux autorités ivoiriennes les documents attestant de son statut d’homme acquitté. Ensuite, il y a toute une discussion menée entre les responsables de son parti mandatés pour organiser son retour et les autorités. Les discussions étaient jusque-là menées par l’ancien Premier ministre, Hamed Bakayoko, mais il est décédé le 10 mars dernier. Il fallait donc trouver un autre interlocuteur. C’est désormais son successeur à la primature, Patrick Achi, qui prend le relais. Deux rencontres ont eu lieu ces derniers jours. Elles portent notamment sur l’encadrement sécuritaire de l’arrivée de l’ancien président ivoirien.

Réconcilier les Ivoiriens et réunifier le parti : les défis de Laurent Gbagbo après son retour

« L’objectif, c’est de réussir l’organisation du retour du président Laurent Gbagbo, au plan sécuritaire, bien entendu, avec les autorités ivoiriennes qui en ont la charge, explique Franck Anderson Kouassi, porte-parole du Front populaire ivoirien, branche « Gbagbo ou rien ». Et puis, poursuit-il, il y a la mobilisation en Côte d’Ivoire : « Il s’agit de canaliser les gens. Le président Laurent Gbagbo est attendu par tous les Ivoiriens pour le rôle qu’il compte jouer dans la réconciliation nationale et le rassemblement des Ivoiriens. Et donc, par rapport à cela, il faut prendre un certain nombre de dispositions pour contenir ce monde-là, tant au niveau d’Abidjan que ceux qui viendront de l’intérieur du pays. »

Deux défis attendent ensuite l’ancien président ivoirien. Laurent Gbagbo veut promouvoir la réconciliation nationale. Son retour marquera sans doute une nouvelle phase de jeux d’alliances au sein de la classe politique ivoirienne.

Mais avant cela, il devra d’abord réunifier son parti, qui s’est divisé en son absence. « Il va falloir concilier les deux positions, mais je pense que les choses devraient aller très vite, puisque Pascal Affi N’Guessan a toujours affirmé que si Laurent Gbagbo revenait, et qu’il voulait reprendre la tête du Front populaire ivoirien, il ne s’y opposerait pas », observe le politologue Geoffroy Justin Kouao. Monsieur Affi N’Guessan n’a pas de marge de manœuvre, ajoute-t-il : « Il est dans une position de faiblesse. Il n’arrive pas à ratisser large et les dernières élections législatives le montrent bien : le FPI, conduit par Pascal Affi N’Guessan, n’a obtenu que deux sièges. À l’inverse, EDS, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, a obtenu près d’une vingtaine de sièges. Et donc politiquement, il y a un déséquilibre en défaveur de M. Affi N’Guessan, qui doit donc en tenir compte », conclut le directeur du think tank Institut des Libertés.

En attendant, les discussions pour affiner les modalités pratiques et la date du retour de Laurent Gbagbo se poursuivent.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Plusieurs morts dans une manifestation contre la junte militaire au Tchad

Published

on

Votre publicité ici

Une semaine après la mort du président Idriss Déby, l’opposition au Tchad a appelé à des manifestations mardi, au lendemain de la nomination par la junte d’Albert Pahimi Padacké au poste de Premier ministre. Au moins deux personnes sont décédées, lors de rassemblements sporadiques, interdits par les militaires au pouvoir.

Journée sous haute tension au Tchad. Une semaine après la mort du président Idriss Deby, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées, mardi 27 avril, dans la capitale N'Djamena, brûlant parfois quelques pneus, avant d'être rapidement dispersées depuis le début de la matinée.

Ils ont répondu aux appels de plusieurs partis de l'opposition et d'organisations de la société civile contre la prise de pouvoir par un Conseil militaire de transition (CMT) dirigé par le fils de feu le Maréchal Déby, Mahamat Idriss Déby, et composé de 14 autres généraux fidèles à son père. Les autorités avaient interdit lundi ces rassemblements.

Une femme a été tuée à N'Djamena par des manifestants, a affirmé à l'AFP le procureur de la République, alors que la police disperse des rassemblements de l'opposition contre la junte. "Les manifestants ont attaqué un bus dans le quartier de Dembé, certains passagers ont fui mais une dame est restée et a été tuée par les manifestants", a assuré à l'AFP par téléphone le procureur de N'Djamena Youssouf Tom.

Dans le sud du Tchad, un homme de 21 ans a également trouvé la mort dans une manifestation, a annoncé à l'AFP le procureur local. "Il y a eu un mort à Moundou, décédé ce matin dans les manifestations, nous n'avons pas encore les circonstances exactes du décès, c'est un jeune de 21 ans", a annoncé par téléphone à l'AFP Ali Kolla Brahim, le procureur de la République de la deuxième ville du Tchad, Moundou, à quelque 400 km au sud de N'Djamena.

Des heurts à N'Djaména, sous haute tension

Ce mardi "est le premier test dans ce bras de fer entre la société civile, les mouvements d’opposition et le nouvel homme fort du régime, Mahamat Idriss Déby", explique l’envoyé spécial de France 24 à N’Djaména, Cyril Payen. "Certains syndicats, mouvements d’opposition et de la société civile ont commencé à se rassembler dès 5 heures du matin, avec des échauffourées déjà en cours."

La police tchadienne a dispersé mardi à coups de gaz lacrymogène quelques manifestations sporadiques de dizaines de personnes. Dans les quartiers du 7e et du 9e arrondissements de N'Djamena, dans l'est de la capitale, quelques dizaines de manifestants brûlaient des pneus sur des axes secondaires. Les forces de l'ordre, déployées massivement à N'Djamena, les dispersaient au moindre début de rassemblement.

"On en a marre, marre, marre de la dynastie monarchique au Tchad", a déclaré à l'AFP Sarah. Derrière elle, des jeunes arrivaient en courant et criaient "police, police". A l'approche d'un pick-up des forces de sécurité, la vingtaine de manifestants partaient en courant.

En début de matinée, des traces noires de pneus brûlés jonchaient le goudron pendant que d'autres brûlaient encore, les détonations de grenades de gaz lacrymogène résonnaient ça et là.

Rassemblements interdits

Ces rassemblements ont été interdits lundi par le CMT, car "susceptibles d'occasionner des troubles à l'ordre public". "Toutes les marches ou manifestations, quelles que soient leurs dénominations, n'ayant pas eu un accord préalable et susceptibles d'occasionner des troubles à l'ordre public, sont strictement interdites sur l'ensemble du territoire national", selon le décret signé par Souleyman Abakar Adoum, du CMT.

Plusieurs partis politiques et des associations de la société civile ont appelé à des manifestations mardi. La convention tchadienne des droits de l'homme a demandé lundi à ses militants "épris de paix et de justice à sortir massivement" contre le CMT, "un organe illégal et illégitime adoubé par la France qui pense imposer aux Tchadiens une nouvelle dictature militaire".

Mahamat Idriss Déby a promis des "élections libres et démocratiques" dans 18 mois. Général de corps d'armée âgé de 37 ans, il est également "le chef suprême des Armées" et préside outre le CMT, "le conseil des ministres, les conseils et comités supérieurs de défense nationale", selon cette charte de transition.

Dès la prise de pouvoir par le CMT, l'opposition et la société civile avaient appelé à "une transition dirigée par les civils".

Source : France 24 avec AFP   

Continue Reading

A LA UNE

Tchad : l’armée annonce la mort du président Idriss Déby après des blessures reçues pendant des combats avec les rebelles

Published

on

Votre publicité ici

La réélection du président tchadien Idriss Déby pour un sixième mandat, lundi, avait provoqué des combats entre les rebelles et l'armée.

Le président tchadien Idriss Déby, au pouvoir depuis trente ans et réélu lundi, est mort mardi 20 avril à l'âge de 68 ans des suites de blessures reçues alors qu'il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord du pays durant le week-end, annonce l'armée.

"Le président de la République, chef de l'Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l'intégrité territoriale sur le champ de bataille. C'est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad", précise le porte-parole de l'armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l'antenne de TV Tchad.

Réélu pour un sixième mandat lundi

Le président Idriss Déby Itno, qui dirigeait le Tchad d'une main de fer depuis trente ans, avait été réélu lundi pour un sixième mandat avec 79,32 % des suffrages exprimés à la présidentielle du 11 avril. Sa réélection avait entraîné des combats depuis plusieurs jours, ainsi que la mort de 300 rebelles et cinq militaires.

Source : francetvinfo.fr

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance