Accueil / A LA UNE / Corruption: appel à la démission de la ministre Mariama Camara

Corruption: appel à la démission de la ministre Mariama Camara

La condamnation vendredi dernier, de la ministre guinéenne de l’Agriculture, Mariama Camara, à 20 mois de prison avec sursis, 12.000 euros d’amende et à la confiscation de 300.000 euros, par la justice belge pour corruption, ne passe pas inaperçue en Guinée. Alors que ses proches crient à un complot au parfum de règlement de comptes, les appels à sa démission du gouvernement se multiplient.

« Après sa condamnation par la justice belge, Mariama Camara, Ministre de l’agriculture en Guinée, doit démissionner et doit être poursuivie par la justice guinéenne », a déclaré le leader du Bloc Liberal, Faya Millimono.

Comme cet opposant, beaucoup des guinéens estiment normal que Mme Camara quitte le gouvernement, d’autant plus que le premier ministre, Kassory Fofana, a, à plusieurs reprises, promis une tolérance zéro contre la corruption, même ci lui-même il est cité dans ce dossier. Kassory Fofana aurait touché environ 50.000 euros, selon le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Les faits de corruption jugés devant la juridiction belge remontent au début des années 2000 quand Mariama Camara était à la tête de la Soguipah, une entreprise publique active dans les secteurs de l’huile de palme et du caoutchouc, qu’elle a dirigée pendant plus de trente ans avant d’être nommée au gouvernement le 27 décembre dernier.

Dans son jugement rendu vendredi, le tribunal a constaté qu’elle a « en sa qualité de fonctionnaire publique, sollicité auprès du groupe Socfin une rémunération ». Une demande auquel le groupe a donné suite en proposant «un schéma de paiement ».  L’arrangement prévoyait que Mariama Camara perçoive 6% du prix de vente du caoutchouc, versé sur ses comptes via une société écran dans les îles anglo-normandes. Selon les juges, Hubert Fabri, 66 ans, a « cautionné » ce schéma.

Le parquet, à l’origine des poursuites, avait évoqué la somme de 4,2 millions d’euros transférée sur des comptes en France et en Suisse.

Reste à savoir que fera la justice guinéenne face à ce dossier très embarrant pour l’Administration d’Alpha Condé, souvent accusée de corruption.

Par Guinee28

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.