Connect with us

A LA UNE

Coronavirus : plusieurs migrants, dont des guinéens arrêtés et confinés de force au Maroc

Publié

le

Votre publicité ici

Alors que le nombre de contaminations au Covid-19 continue d'augmenter au Maroc, de nombreux migrants affirment être arrêtés et mis en quarantaine dans des conditions pénibles, le temps de subir des tests de dépistage. ONG et défenseurs des droits des migrants dénoncent des pratiques discriminatoires.

Une cinquantaine de migrants sub-sahariens ont été arrêtés dimanche 21 juin, chez eux, sur leur lieu de travail et parfois dans la rue par la police marocaine qui les a conduits dans une école de la ville de Laâyoune, dans la région du Sahara occidental. Pendant sept jours, ils ont été entassés dans des salles de classe, sans accès à l'eau courante ou à des vêtements propres, sans possibilité de sortir ou de s'alimenter correctement. Tous ont subi des tests de dépistage au coronavirus avant d'être relâchés dans la soirée, dimanche 28 juin. Ceux testés positifs au Covid-19 ont été mis en quarantaine dans un hôtel où ils reçoivent notamment un traitement à la chloroquine.

"On est libres mais sous le choc", confie à InfoMigrants Mohamed*, un jeune Ivoirien qui travaille au Maroc depuis trois ans. "J'étais chez moi le jour où la police nous a emmenés. Je suis sorti car j'entendais des cris dehors. Mes voisins refusaient de se laisser embarquer. Lorsque les policiers m'ont vu, ils m'ont aussi demandé de les suivre pour faire le test du coronavirus. Je ne portais qu'un short sur moi. J'ai voulu aller chercher des vêtements et mon téléphone, ils m'ont dit que ce n'était pas la peine, qu'il y en avait juste pour 4 heures."

Mohamed était loin de se douter qu'il allait passer une semaine en enfer. Cinq heures après son arrivée à l'école de Laâyoune, une équipe médicale s'est présentée pour lui faire passer un premier dépistage. "On était plus de 50. Personne ne pouvait sortir tant qu'on n'avait pas les résultats. Trois jours plus tard, on a appris que 11 personnes étaient positives. Elles ont été mises à l'écart dans un hôtel où ils leur donnent des médicaments."

"Les Africains sub-sahariens sont traités différemment"

Ayant été au contact des 11 malades, le reste du groupe a subi un second test vendredi, tout en étant maintenu dans des conditions de vie déplorables et sans aucune visibilité sur leur date de sortie. "On a été traités comme des animaux. Tout était très sale, on dormait par terre sur des petits matelas. Il n'y avait pas d'eau dans les toilettes. On nous donnait deux morceaux de pain par jour, du riz et parfois une sardine ou du lait concentré", raconte à InfoMigrants Amadou*, un Guinéen de 20 ans, lui aussi retenu dans l'école de Laâyoune. La police est venue le chercher sur son lieu de travail, un salon de coiffure afro où il exerce depuis un an. "Ils ne regardent même pas ceux qu'ils arrêtent, tout ce qui compte c'est qu'on ait la peau noire", lâche le jeune Guinéen, criant à la discrimination.

Un sentiment que partage Cynthia Magallanes-Gonzales, une sociologue américaine, docteure en migrations de l'Université du Michigan, qui travaille au Maroc depuis quatre ans. "Ces personnes ont été clairement arrêtées à cause de leur couleur de peau puis placées dans des lieux qui s'apparentent à des centres de rétention puisqu'il y a une surveillance policière permanente et interdiction d'en sortir", commente-t-elle pour InfoMigrants, ajoutant que plusieurs migrants sur place lui avaient confié souffrir de fortes angoisses.

"Les Marocains aussi se font dépister, mais pas dans les mêmes conditions, évidemment. D'autres personnes originaires de pays occidentaux ne seraient pas non plus retenues de la sorte. Les Africains sub-sahariens ont un traitement différent", poursuit la sociologue.

Selon l'Association marocaine des droits humains (AMDH), cette pratique "d'arrestations et d'enfermement illégal des migrants" s'observe "partout au Maroc, y compris dans le nord à Nador et Tétouan" près de l'enclave espagnole de Ceuta, "mais aussi à Tanger", au niveau du détroit de Gibraltar qui sépare le Maroc de l'Espagne de seulement quelques dizaines de kilomètres. Ces vagues d'arrestations ont débuté à la mi-mars, affirme l'association, interrogée par InfoMigrants.

Des tests de dépistage falsifiés ?

Mais ces dernières semaines, ce sont surtout les villes de la côte atlantique sud du Maroc, face à l'archipel espagnol des Canaries, qui sont dans le viseur des autorités. L'AMDH a indiqué à InfoMigrants que 32 hommes, cinq femmes et leurs enfants étaient actuellement toujours enfermés dans un centre d'accueil à Tarfaya, à une centaine de kilomètres au nord de Laâyoune, dans des conditions toutefois quelque peu "meilleures par rapport aux autres centres d'enfermement". Testés positifs au coronavirus, ils doivent être "libérés après avoir achevé leur traitement à la chloroquine dans trois jours".

Un peu plus au nord, à Tan-Tan, la situation est plus tendue. L'AMDH a recensé un groupe de 33 migrants dont "20 femmes et 3 bébés" placés en quarantaine dans l'hôtel Hagounia depuis sept jours "sans qu'ils n'aient subi un seul dépistage au Covid jusqu'à présent".

La côte atlantique sud du Maroc est devenue ces derniers mois une vraie plaque tournante de la migration tandis que la route dite de la "Méditerranée centrale", via la Libye, apparaît de moins en moins praticable et particulièrement dangereuse. "Beaucoup de migrants partent de Laâyoune pour rejoindre les Canaries juste en face. Sauf que récemment, les autorités espagnoles de l'archipel ont annoncé avoir secouru 30 migrants en provenance de Laâyoune, porteurs du coronavirus. Il n'y avait eu qu'une petite dizaine de cas dans la ville jusqu'à présent alors les gens et les médias locaux ont commencé à faire le raccourci entre migrants et Covid", explique Cynthia Magallanes-Gonzales. La découverte d'un foyer épidémique dans une usine de poissons qui emploie principalement des étrangers a achevé de cristalliser les inquiétudes autour des migrants sub-sahariens de Laâyoune.

Même chose à Tarfaya où un cluster a été identifié, le 21 juin, dans un centre d'hébergement pour migrants : le ministère de la Santé a annoncé 37 nouveaux cas en 24 heures, alors que la zone ne dénombrait jusqu'à présent que sept personnes contaminées.

"Les autorités cherchent à rassurer la population marocaine en mettant tout sur notre dos, c'est injuste", s'insurge Mohamed, l'Ivoirien. "Ils font passer les migrants pour malades, mais c'est faux. Les résultats des tests sont falsifiés : ils barrent la mention 'négatif' et écrivent 'positif' à côté au stylo", accuse le jeune homme qui a transmis plusieurs photos à InfoMigrants pour étayer ses propos. Un porte-parole du ministère de la Santé basé à Laâyoune affirme, sur les réseaux sociaux, suivre la situation de très près et assure qu'il ne s'agit que d'une "erreur d'impression" qui a été corrigée à la main.

Des arguments qui ne passent pas auprès de Mohamed, Amadou et les autres, convaincus d'être des bouc-émissaires. "On a été relâchés sans aucun papier attestant qu'on avait fait le dépistage. J'ai peur d'être de nouveau arrêté à tout moment, alors je me cache et je limite mes déplacements", conclut Mohamed, désabusé.

*Prénom modifié par souci d'anonymat

Source : InfoMigrants

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

La Guinée barricade ses frontières avec le Sénégal, quelques jours après le passage de Dalein à Dakar

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Les autorités guinéennes ont procédé ce 28 septembre, à la fermeture de ses frontières avec le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Si aucune raison officielle n’a été donnée par le gouvernement guinéen,  le gouverneur de la région de Labé a évoqué la période électorale.

« Nous sommes dans une période électorale. Partout ça se ferme » a confié Madifing Diané à africaguinée, ajoutant que « la fermeture des frontières n'est pas un tabou, ni un secret »

Du côté de Dakar, on apprend que les autorités sénégalaises n’ont pas été encore informées de cette décision. Une décision qui intervient quelques jours après le passage de Cellou Dalein Diallo, le principal candidat de l’opposition à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, dans la capitale sénégalaise, mais aussi quelques jours après une sortie médiatique du président Bissau-guinéen, Cissoko Emballo, sortie dans laquelle il a ouvertement apporté son soutien à Mr Dalein Diallo, rendant ainsi la monnaie à Alpha Condé qui avait soutenu son adversaire lors de la présidentielle Bissau-guinéenne.

Plusieurs camions de marchandises seraient bloquer à cause de la fermeture de ces frontières.

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : plusieurs ONG dénoncent le manque de volonté du gouvernement à tenir un procès

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Aujourd’hui, cela fait onze ans jour pour jour que plus de 150 guinéens ont été massacrés au stade du 28 septembre, par la junte militaire d’alors dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.  A l’occasion de ce triste anniversaire, six organisations ont dénoncé le manque de volonté des autorités guinéennes à ouvrir un procès sur ce dossier.  

Il s’agit de l’Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA), Les Mêmes Droits Pour Tous (MDT), l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH), la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), Amnesty International et Human Rights Watch.

Ces organisations ont indiqué qu’elles sont de plus en plus préoccupées par le manque de volonté affiché à organiser ce procès en Guinée.

« A cet égard, le fait que le gouvernement actuel ait commis de nombreuses violations des droits humains pourrait entraver sa volonté d’organiser un procès contre des auteurs de crimes antérieurs à son avènement au pouvoir », soutiennent-t-elles.

En effet, « ces derniers mois, les autorités guinéennes ont harcelé, intimidé et arrêté arbitrairement des membres de l’opposition et des défenseurs des droits humains, dans une atmosphère d’insécurité liée aux restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. Cela faisait suite à la violente répression des membres et sympathisants de l’opposition à laquelle se sont livrées les forces de sécurité avant et pendant les scrutins controversés du 22 mars, le référendum constitutionnel et les élections législatives », rappelle ces ONG

« Dans un tel contexte, les six organisations craignent que les autorités actuelles retardent encore davantage la perspective de tenir un tel procès. Il est important de prendre des mesures pour protéger les témoins, les victimes et les avocats concernés par l’affaire de 2009 », ont déclaré les organisations, expliquant que la tentative d’intrusion du siège des locaux de l’AVIPA pendant les scrutins controversés du 22 mars est une illustration des risques sécuritaires encourus par les acteurs dans ce procès.

Le 28 septembre 2009, des éléments des forces armées guinéennes sous la junte du capitaine Moussa Dadis Camara, prenaient d'assaut un stade de Conakry, la capitale, où s'étaient réunis plusieurs milliers d'opposants. Près de 160 personnes ont alors été tuées dans l'attaque et 1 400 autres blessées et plus d'une centaine de femmes ont été violées.

Plus de 13 suspects ont été inculpés – et 11 d’entre eux renvoyés au procès – dont d’actuels et d’anciens responsables de haut niveau.

Parmi eux figurent Moussa Dadis Camara – actuellement en exil au Burkina Faso, l’ancien chef de la junte appelée Conseil national pour la démocratie et le développement, qui gouvernait la Guinée en septembre 2009, ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara. Certains suspects inculpés occupent toujours des postes d’influence, notamment Moussa Tiegboro Camara, qui est chargé de la lutte contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé.

Abubakar « Toumba » Diakité, l’aide de camp de Dadis Camara, a également été inculpé. Après avoir échappé à la justice pendant plus de cinq ans, il a été extradé du Sénégal vers la Guinée en mars 2017.

Quatre autres personnes inculpées sont détenues à la prison centrale de Conakry, respectivement depuis 2010, 2011, 2013 et 2015. Leur détention provisoire est illégale, vu qu’elle excède la limite maximale autorisée par la loi guinéenne : 18 à 24 mois en matière criminelle.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens, ouverte en février 2010 a été  bouclée fin 2017.

En janvier dernier, le ministre de la justice avait promis que le procès sera organisé cette année.

Le budget et le lieu du procès ont été fixés. Sékou Keïta, chargé de communication au ministère de la Justice, assure à RFI que tous les obstacles matériels ont été levés et qu’il revient maintenant au procureur de Dixinn, Sidi Souleymane Ndiaye de l’organiser. Ce dernier, cité par la même source, dit régler actuellement les dernières formalités indiquées par le code de procédure pénale.

Mais la Fédération internationale des droits de l’homme, partie civile dans le procès, affirme dans un communiqué que « sans actes concrets pour qu’un procès s’ouvre d’ici la fin de l’année 2020, le Bureau de la procureure de la Cour pénale internationale (…) doit prendre les mesures nécessaires et ouvrir une enquête, en application du principe de complémentarité. »

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Le FNDC dans la rue, malgré l’interdiction des autorités

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sera dans la rue demain mardi 29 septembre à Conakry, malgré l’interdiction de leur marche par les autorités.

« En prenant acte de cette décision illégale de privation de l’exercice des libertés publiques en Guinée, le FNDC maintient sa marche sous la forme de résistance et invite les citoyens à désobéir à cette décision illégale pour faire valoir leur opposition à la candidature illégale de M. Alpha Condé pour un troisième mandat. », a déclaré le front dans un communiqué.

« Le FNDC prend l’opinion nationale et internationale a témoin que M.Alpha CONDÉ sera le seul responsable de ce qui adviendra pendant la manifestation du peuple martyr de Guinée à la quête de sa souveraineté », prévient-t-il, ajoutant qu’il « ne renoncera à son combat tant que M. Condé ne renonce pas à son troisième mandat ».

La marche est prévue sur l’autoroute Fidel Castro.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.