Connect with us

Société & Faits Divers

Condamné à mort puis libéré 28 ans après, voici Assane, le prisonnier qui refuse sa liberté !

Publié

le

Votre publicité ici

Ce n’est pas l’histoire du japonais, Iwao Hakamada, cet homme qui détient le triste record mondial du temps passé dans le couloir de la mort. Un homme, âgé aujourd’hui de 79 ans, emprisonné pendant 48 ans, avant d’être libéré.

C’est l’histoire d’un détenu sénégalais nommé Assane Tall, aujourd’hui âgé de 70 ans.

L’homme, frêle, la barbe abondante et blanchie par le poids de l’âge, sa fierté en bandoulière, a passé 28 ans à la prison de Rebeuss. Il est le détenu qui a le plus duré à la Maison d’arrêt de Rebeuss. Et l’homme qui a réussi à déjouer le rigide règlement intérieur de ce mythique établissement pénitentiaire.

Rebeuss étant une maison d’arrêt, elle ne doit, en principe, recueillir que des prisonniers en attente de jugement ou qui purgent des peines inférieures ou égales à 6 mois. Tout condamné à une peine supérieure à cette peine doit être transféré dans l’un des deux camps pénaux du Sénégal (Liberté 6 ou Koutal) ou dans les autres Maisons d’arrêt et de correction (Mac) comme le Cap Manuel.

Assane Tall, lui, « habite » depuis 28 ans à la prison de Rebeuss et y demeure toujours. Et pourtant, il a bénéficié d’une libération conditionnelle. Il fait partie des 800 détenus concernés par la série de libérations décidée par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba.

Le jour où sa décision de libération est arrivée, Assane Tall était parti faire des achats avec des gardes pénitentiaires. La nouvelle a parcouru chambre après chambre jusqu’à arriver aux oreilles des 2500 détenus que compte Rebeuss. Ils se sont tous réjouis de la bonne fortune de Assane Tall. « Enfin le destin lui fait un clin d’œil. Il va sortir de cette sinistre geôle et rejoindre sa famille », se disent les détenus. Mais lorsque Assane arrive, il surprend tout le monde.

« J’ai refusé de sortir de Rebeuss »

« J’ai refusé de sortir. J’ai dit que je ne vais nulle part tant qu’on ne me donne pas mon argent. Vous savez, quand tu travailles en prison, on te fait signer des pécules. J’en ai beaucoup signé, mais on ne m’a rien payé. J’ai alors décidé de rester en prison, malgré ma libération conditionnelle. Lors de mon 2e séjour carcéral pour une affaire de meurtre, j’avais demandé au Bon Dieu de m’aider, de me préserver et de me laisser mourir en prison, s’il le faut, si je devais sortir et revenir. Dieu a exaucé mes prières. Je vis encore à la prison de Rebeuss. On m’a même octroyé un espace là-bas. Mais, je dois le construire pour y habiter. Le problème est que je n’en ai pas les moyens. Aïdara Sylla et Karim Wade avaient promis de prendre en charge les frais de construction. Après cela, Karim avait demandé aux autorités s’il pouvait voir la place qui m’a été octroyée. Le directeur a refusé et Karim s’est finalement désengagé », dit-il, emmitouflé dans un jacquet bleu, malgré la canicule.

Assane Tall se sent à l’aise à la prison de Rebeuss. Il prépare ses propres repas. « C’est à moi seul qu’on a permis cela », dit-il. Il connait « 100 M2 » dans ses moindres recoins. Il a été pensionnaire de toutes les chambres (1 à 43), « sauf les nouvelles, c’est-à-dire 44, 45, 46, parce qu’elles sont en construction », dit-il.

Il estime que Rebeuss n’est plus ce qu’elle était. « Il n’y a plus de grands bandits. C’est vrai que les jeunes agressent, tues..., mais c’est parce qu’ils prennent de la drogue ou boivent de l’alcool. Les anciens bandits, eux, avaient opté pour la délinquance. Les chambres 9 et 10 sont très difficiles. C’est vraiment plein de monde. Les prisonniers se couchent difficilement. J’ai même enlevé les blocs de béton (qui leur servaient de lit) que les blancs avaient mis là-bas pour y mettre des tôles. Mais, comme il fait chaud, les prisonniers suent beaucoup pendant la nuit. Et la sueur ronge toutes les tôles. Tu vois même certains prisonniers se blesser de temps en temps », témoigne-t-il.

Aujourd’hui, Assane Tall sort de Rebeuss comme il veut pour vaquer à ses occupations et y retourne tous les jours pour y passer la nuit. Il est connu par tous les prisonniers puisqu’il est le Monsieur corvées de la prison. Il est l’électricien, le plombier, le maçon, le menuisier, l’éboueur... Il a vu défiler à Rebeuss, Abdoulaye Wade, Abbé Diamacoune Senghor, Idrissa Seck, Cheikh Béthio Thioune, Alioune Abatallib Samb alias Ino, Alassane Sy, alias Alex... Des millions de détenus l’ont trouvé dans cette prison et l’y ont laissé.

À Rebeuss, moult histoires sont racontées sur lui. D’aucuns vont même jusqu’à raconter qu’il a tué son épouse. D’autres disent qu’il a abrégé la vie de ses parents. Mais l’homme, un taiseux, ne fait rien pour démentir les rumeurs. Il vaque à ses occupations et continue à entretenir le mythe qui entoure sa personne.

Persécuté parce qu’il a épousé une castée

D’après ce qu’il a raconté en exclusivité sur Seneweb, Assane Tall est « une victime de la société ». « J’avais épousé une femme “gnegno » » (une castée). Et mes parents n’étaient pas d’accord avec cette union. Nous avons eu des difficultés dans la maison familiale. Je me disputais souvent avec ma mère et mes sœurs. Elles sont même allées jusqu’à me marabouter. Je suis allé vivre chez ma femme, nous avons eu un enfant. J’étais salarié à l’époque. C’est par la suite qu’on m’a licencié et je suis allé louer une chambre. Finalement, ma femme ne pouvait plus vivre là-bas et on a dû quitter ce lieu pour retourner chez moi. Une fois à la maison, les disputes ont recommencé. Tout le monde pensait que ma mère allait me donner les papiers de la maison. Et effectivement, à une certaine période, elle m’a remis les papiers pour que je vende la maison afin de régler mes problèmes. Mais j’ai refusé, lui disant que la maison n’a jamais appartenu à mon père. J’ai continué à avoir des problèmes au sein de la famille. J’ai été trainé dans la boue, jeté dans la rue. Et finalement, je me suis décidé à sortir de la maison. Je suis donc venu récupérer mes affaires. Par la suite, je suis rentré dans la chambre de ma sœur pour prendre une somme d’argent afin de partir à l’étranger. C’est ainsi qu’une personne m’a vu et s’est interposée. Nous nous sommes bagarrés et je l’ai frappé avec une barre de fer. Il est mort », raconte Assane Tall.

lire la suite ici

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Devenez annonceur sur guinee28.info

A LA UNE

Amnesty dénonce l’immunité dont jouissent les forces de sécurité en Guinée

Publié

le

Par

Votre publicité ici

A moins de trois semaines de la présidentielle, Amnesty International a dénoncé jeudi la répression des manifestations en Guinée, à l'origine de la mort d'au moins cinquante personnes en un an, ainsi que l'immunité dont jouissent les forces de sécurité, dans un rapport jugé «exclusivement à charge» par le gouvernement guinéen.

«Nous avons parlé à des familles meurtries qui nous ont décrit comment leurs enfants ont perdu la vie, victimes d'une balle reçue dans le dos, à la poitrine, à la tête ou au cou. Des blessés nous ont montré leurs graves séquelles au bras, genou ou pied, causées par des armes à feu, des grenades lacrymogènes ou même des véhicules des forces de sécurité», a déclaré dans ce rapport Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International.

Le document de 63 pages souligne la responsabilité des forces de défense et de sécurité, «associées parfois à des groupes de contre-manifestants», dans les «homicides illégaux de manifestants et de passants». Fondée sur une centaine d'entretiens, des documents officiels et des images des manifestations, l'étude «apporte la preuve que les autorités ont agi en contradiction avec les normes nationales et internationales», selon Amnesty.

Dans une réponse adressée le 18 septembre à l'ONG que l'AFP a pu consulter, le ministère de la Sécurité estime que ce rapport ne «paraît pas garantir une vision neutre et objective de la situation» et qu'il constitue un «réquisitoire exclusivement à charge contre notre gouvernement». «Notre gouvernement a largement fait la preuve de son engagement à respecter les libertés fondamentales», en particulier «vis-à-vis des militants de l'opposition», affirme dans sa réponse le ministère de la Sécurité, en regrettant que «les efforts déployés dans l'amélioration de la gouvernance démocratique ne sont pas reconnus à leur juste valeur». Le ministère dénonce pour sa part la «logique insurrectionnelle» du FNDC.

Au moins 50 morts

Selon Amnesty, la répression des manifestations, en particulier celles organisées depuis octobre 2019 par le FNDC contre la réforme constitutionnelle permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat le 18 octobre, «a causé la mort d'au moins 50 personnes», fait quelque 200 blessés et entraîné la détention arbitraire «d'au moins 70 personnes», dont plusieurs ont décrit des traitements inhumains ou dégradants. Le 22 mars, jour de législatives et d'un référendum constitutionnel boycottés par l'opposition, a été «particulièrement meurtrier, avec au moins 12 manifestants tués, dont neuf par balle», a souligné l'ONG.

Une demi-douzaine de personnes ont également été tuées lors de manifestations contre les coupures de courant et contre les barrages routiers installés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La «quasi-totalité» des enquêtes annoncées par les autorités sont «restées sans suite», a déploré Amnesty. Des hôpitaux ont refusé d'accepter des corps de personnes décédées pendant des manifestations, qui ne figurent donc pas dans les bilans officiels, selon le rapport. Mercredi, un jeune homme a été tué par balle dans une ville du centre, secouée par des heurts depuis la visite, la veille, du premier ministre en campagne pour la candidature de M. Condé, a-t-on appris auprès de sa famille et d'un responsable policier.

Source : AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : plusieurs ONG dénoncent le manque de volonté du gouvernement à tenir un procès

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Aujourd’hui, cela fait onze ans jour pour jour que plus de 150 guinéens ont été massacrés au stade du 28 septembre, par la junte militaire d’alors dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.  A l’occasion de ce triste anniversaire, six organisations ont dénoncé le manque de volonté des autorités guinéennes à ouvrir un procès sur ce dossier.  

Il s’agit de l’Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA), Les Mêmes Droits Pour Tous (MDT), l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH), la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), Amnesty International et Human Rights Watch.

Ces organisations ont indiqué qu’elles sont de plus en plus préoccupées par le manque de volonté affiché à organiser ce procès en Guinée.

« A cet égard, le fait que le gouvernement actuel ait commis de nombreuses violations des droits humains pourrait entraver sa volonté d’organiser un procès contre des auteurs de crimes antérieurs à son avènement au pouvoir », soutiennent-t-elles.

En effet, « ces derniers mois, les autorités guinéennes ont harcelé, intimidé et arrêté arbitrairement des membres de l’opposition et des défenseurs des droits humains, dans une atmosphère d’insécurité liée aux restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. Cela faisait suite à la violente répression des membres et sympathisants de l’opposition à laquelle se sont livrées les forces de sécurité avant et pendant les scrutins controversés du 22 mars, le référendum constitutionnel et les élections législatives », rappelle ces ONG

« Dans un tel contexte, les six organisations craignent que les autorités actuelles retardent encore davantage la perspective de tenir un tel procès. Il est important de prendre des mesures pour protéger les témoins, les victimes et les avocats concernés par l’affaire de 2009 », ont déclaré les organisations, expliquant que la tentative d’intrusion du siège des locaux de l’AVIPA pendant les scrutins controversés du 22 mars est une illustration des risques sécuritaires encourus par les acteurs dans ce procès.

Le 28 septembre 2009, des éléments des forces armées guinéennes sous la junte du capitaine Moussa Dadis Camara, prenaient d'assaut un stade de Conakry, la capitale, où s'étaient réunis plusieurs milliers d'opposants. Près de 160 personnes ont alors été tuées dans l'attaque et 1 400 autres blessées et plus d'une centaine de femmes ont été violées.

Plus de 13 suspects ont été inculpés – et 11 d’entre eux renvoyés au procès – dont d’actuels et d’anciens responsables de haut niveau.

Parmi eux figurent Moussa Dadis Camara – actuellement en exil au Burkina Faso, l’ancien chef de la junte appelée Conseil national pour la démocratie et le développement, qui gouvernait la Guinée en septembre 2009, ainsi que son vice-président, Mamadouba Toto Camara. Certains suspects inculpés occupent toujours des postes d’influence, notamment Moussa Tiegboro Camara, qui est chargé de la lutte contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé.

Abubakar « Toumba » Diakité, l’aide de camp de Dadis Camara, a également été inculpé. Après avoir échappé à la justice pendant plus de cinq ans, il a été extradé du Sénégal vers la Guinée en mars 2017.

Quatre autres personnes inculpées sont détenues à la prison centrale de Conakry, respectivement depuis 2010, 2011, 2013 et 2015. Leur détention provisoire est illégale, vu qu’elle excède la limite maximale autorisée par la loi guinéenne : 18 à 24 mois en matière criminelle.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens, ouverte en février 2010 a été  bouclée fin 2017.

En janvier dernier, le ministre de la justice avait promis que le procès sera organisé cette année.

Le budget et le lieu du procès ont été fixés. Sékou Keïta, chargé de communication au ministère de la Justice, assure à RFI que tous les obstacles matériels ont été levés et qu’il revient maintenant au procureur de Dixinn, Sidi Souleymane Ndiaye de l’organiser. Ce dernier, cité par la même source, dit régler actuellement les dernières formalités indiquées par le code de procédure pénale.

Mais la Fédération internationale des droits de l’homme, partie civile dans le procès, affirme dans un communiqué que « sans actes concrets pour qu’un procès s’ouvre d’ici la fin de l’année 2020, le Bureau de la procureure de la Cour pénale internationale (…) doit prendre les mesures nécessaires et ouvrir une enquête, en application du principe de complémentarité. »

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Soulay Thiâ’nguel remporte le prix RFI Théâtre 2020

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L'auteur guinéen Souleymane Bah dit  Soulay Thiâ'nguel  vient de remporter  le prix RFI Théâtre 2020.

Il a gagné ce trophée pour sa dernière pièce « La Cargaison » écrite durant le confinement en France en mars dernier.

Une véritable danse macabre dont les personnages sont des morts en mal de sépulture, des corbillards fatigués de faire leur boulot, des balles se plaignant de loger dans des corps, des cimetières las de recevoir des dépouilles.

Source : RFI

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.