Connect with us

A LA UNE

Communales 2018 en Guinée: un rendez-vous manqué?

Published

on

Votre publicité ici

En Guinée plus deux semaines après le scrutin, on ne connaît toujours pas les résultats définitifs complets des élections communales du 4 février dernier. Marqué par l’abstention, les irrégularités et des violences post-électorales, ce vote tant attendu a déçu beaucoup d’espoirs.

Treize ans que les Guinéens n’avaient pas trempé leur doigt dans l’encre pour élire leurs maires. L’enjeu était d’importance : donner une nouvelle légitimité à des représentants locaux « périmés » depuis des années ou nommés à la suite d’arrangements politiques, regagner la confiance des investisseurs et relancer le processus de décentralisation. Néanmoins le scrutin du 4 février n’a pas déplacé les foules. Après une morne campagne, l’abstention devrait avoisiner les 60%, hormis dans quelques communes où l’on observe des singularités comme des taux de participation à 96% ou 1% de bulletins nuls.

« D’abord le fichier électoral n’a pas été révisé, avance le juriste et consultant Mady Camara. Ensuite, les citoyens semblent déçus par les partis traditionnels mais n’ont pas pour autant choisi le saut vers l’inconnu que représentaient les candidats indépendants. »

« Présidentialisation du scrutin »

« Le RPG (parti au pouvoir) voulait justifier sa présence dans toutes les communes et renforcer son maillage territorial, analyse un diplomate, car les chefs de quartier (nommés au prorata des résultats du scrutin) ont un pouvoir considérable en termes d’influence sur la population. » « Finalement tout le monde est déçu, juge Mady Camara, puisque ni l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée, principal parti d’opposition) ni le RPG n’a atteint les scores attendus. »

Sékou Koureissy Condé, de l’African Crisis Group enfonce le clou : « La classe politique a donné une allure de présidentielle à ce scrutin local. On a vu les ministres et les chefs de parti battre campagne, ce qui a suscité l’incompréhension des électeurs et exacerbé les tensions ». En effet, le jour du vote, de nombreux électeurs interrogés par RFI croyaient se rendre aux urnes pour « changer le président ».

« Les tensions étaient déjà là et il ne manquait plus que des irrégularités pour déclencher les violences, poursuit Sékou Koureissy Condé. Les irrégularités ont instillé le doute dans les esprits et les gens n’ont donc pas attendu les résultats finaux pour sortir dans la rue. »

« Difficultés d’organisation »

Près de 6 millions d’électeurs, environ 30 000 candidats et 342 bulletins différents répartis dans plus de 15 000 bureaux de vote : le défi logistique était considérable. « Nous sommes la première CENI à tenir des élections dans les délais prévus, se félicite Etienne Soropogui, commissaire chargé des opérations. Nous avons redessiné la carte des bureaux de vote en un temps record, quant au matériel, il a été commandé, reçu et installé sans délai. »

A Conakry néanmoins, la lenteur du processus exaspère : « Qu’ils donnent les résultats une fois pour toutes et qu’on en finisse ! », s’insurge une mère de famille en assurant d’une main experte la rotation de ses brochettes de volaille au-dessus de charbons incandescents.

« A l’impossible nul n’est tenu », avait prévenu Etienne Soropogui, l’avant-veille du scrutin. La Commission électorale avait suggéré un traitement informatisé des résultats mais la proposition a provoqué une levée de boucliers chez les partis politiques. « On a dû revenir à l’âge de la pierre taillée, déplore Me Salif Kébé, le président de la CENI. Les opérations de décompte, de centralisation se sont faites à la main ! »

Irrégularités

Plus acerbe, une source diplomatique évoque un scrutin marqué par des « faiblesses d’organisation, l’absence de procédures juridiques claires et un net recul par rapport à la présidentielle de 2015 ». Vote par procuration, distribution des cartes d’électeur… la CENI à fait plusieurs mises au point sur les imprécisions du code électoral. Le jour J, on notait quelques retards à l’ouverture, du matériel et des procès-verbaux en quantité insuffisante ou un accès parfois restreint aux salles de dépouillement mais c’est à la nuit tombée, lors des opérations de centralisation, que se sont produits les incidents les plus graves.

A Conakry, plusieurs urnes ont été transportées par l’USSEL (Unité Spéciale de Sécurisation des Elections Locales), sans que les observateurs puissent monter à bord des véhicules. « Dès lors que la chaîne de surveillance des urnes a été rompue, on ne peut plus parler d’élection transparente », tranche l’une de nos sources.

A Kaloum devant les grilles de la mairie, les services de sécurité en sont venus aux mains avec les agents électoraux provoquant plusieurs mouvements de foule. Dans la cour, les urnes, dont certaines grandes ouvertes, étaient entassées de manière chaotique. RFI a pu constater que des personnes non identifiées manipulaient le contenu de certaines, comme le confirment ces images. La scène filmée à Matam par Evasion TV  témoigne d’incidents plus violents.

Sur ce montage photo, on distingue la manipulation de bulletins dans des urnes ouvertes. © Montage photo / DR

Contentieux électoraux

« Toutes nos plaintes pour fraude ont été rejetées par les tribunaux», s’indignait jeudi dernier 15 février le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo. En effet, sur la vingtaine de décisions de justice consultées par RFI, seul un recours a pu aboutir… en faveur du RPG. Quatre d’entre eux ont été déposés hors délais, deux ont été jugés non-recevables et tous les autres non-fondés.

En l’absence de procédure établie par des documents à valeur réglementaire, les juges ont parfois tranché de manière contradictoire selon les localités. Ainsi à Boké, le magistrat n’a pas pris en compte la limite de cinq procurations par bureau édictée par la CENI la veille du scrutin.

Par ailleurs, le code électoral stipulait qu‘un procès-verbal devait être remis à chaque délégué de parti. Par manque de documents, la CENI leur a substitué des « fiches de résultats » qui n’ont pas été considérées comme des preuves suffisantes par la justice dans la commune de Mamou notamment. « Les magistrats ne peuvent se baser que sur les textes de loi, explique le juriste Mady Camara, et la loi ne reconnaît que les PV. » « Il était trop tard pour faire autrement, concède Etienne Soropogui. Le code électoral contient des imperfections qui devront être corrigées par le législateur. »

Plus étonnant, pour la commune de Mafara il y a deux décisions successives sur le même contentieux conduisant la CENI à proclamer tour à tour deux résultats différents, tous deux consultables lundi 20 février au soir sur le site de la CENI. Selon le premier, l’UFDG a encore la majorité malgré l'annulation d'un bureau de vote. D'après le second, l'annulation d'un nouveau bureau de vote fait basculer la balance en faveur du RPG  après la décision rectificative du juge.

Le RPG remporte finalement la majorité mais l’opposition réplique en attaquant la CENI devant le TPI de Dixxin lundi soir.

PV perdus ou annulés

Outre les PV annulés, entre 300 et 400 ne sont pas parvenus à destination pour la seule ville de Conakry, affirme une source proche de la CENI selon qui le phénomène pourrait concerner 15 à 20% des votes au niveau national. Des chiffres « irréalistes » selon Etienne Soropogui, ajoutant que « beaucoup de PV perdus ont ensuite été retrouvés ». A Ratoma (banlieue de Conakry), environ un cinquième des PV ont disparu ou ont été écartés par la justice. Dans ce fief de l’opposition, son chef de file Cellou Dalein Diallo refuse de croire à un hasard.

D’ici deux semaines, les chefs de quartier et de district doivent être nommés. De quelle légitimité pourront-ils se prévaloir dans ces localités ? Et que penser du district de Tangan à Dubreka où le PV de l’unique bureau de vote n’est jamais arrivé à destination ? « Pour l’instant nous n’avons pas de solution », admet Etienne Soropogui. « C’est une véritable bombe à retardement, prédit un diplomate, si les habitants voient que les résultats de leur bureau n’ont pas été pris en compte, ils n’accepteront jamais les nouveaux chefs de quartier et de nouvelles violences risquent d’éclater. »

Violences post-électorales

Dix jours après le vote, neuf personnes avaient perdu la vie lors d’affrontements avec la police ou entre militants, provoquant la colère du ministre de l'Unité nationale et de la citoyenneté Gassama Diaby qui a promis justice aux familles des victimes.

Dans les chancelleries comme à la CENI, ce scrutin était perçu comme une opportunité de changer l’image de la Guinée à l’international. Aujourd’hui, l’espoir a laissé place à la colère et à la déception. « J’en garde un sentiment d’amertume, confie Etienne Soropogui. Les violences et la contestation des résultats montrent que l’objectif n’a pas été atteint ». « Cela ne laisse rien présager de bon pour les législatives ni pour la présidentielle à venir », déplore une source diplomatique. Et Sékou Koureissy Condé de conclure : « C’était un grand rendez-vous pour la Guinée, qu’on attendait depuis treize ans. Mais le rendez-vous a été manqué. »

Par RFI

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Classement Fifa : la Guinée est toujours loin du top 10 africain

Published

on

Votre publicité ici

La Fédération internationale de football association (FIFA) a publié ce jeudi 16 septembre 2021, son classement mensuel. Le Syli national est toujours loin du top 10 africain.

La Guinée est classée 14ème en Afrique et 76ème au niveau mondial, pour ce mois de septembre.

Sur le contient, le Sénégal (20e  au niveau mondial)  arrive en tête du classement, suivi de la Tunisie (25e), de l’Algérie (30e) du Maroc (33e ) et du Nigeria ( 34e ).

Dans le monde, la Belgique occupe la tête du podium  devant le Brésil (2e ) et l’Angleterre (3e).

Par Issagha Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Chute d’Alpha Condé : la Guinée sera-t-elle sanctionnée ce jeudi par la Cédéao?

Published

on

Votre publicité ici

La Cédéao se réunit, ce jeudi 16 septembre, en sommet extraordinaire pour statuer sur le cas de la Guinée, onze jours après la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat, dimanche 05 septembre.

La semaine dernière, l’organisation sous-région ale avait suspendu le pays de ses instances. Ira-t-elle plus loin ce jeudi en sanctionnant directement le pays ? L’hypothèse est sur la table. Pour les aider à trancher, les chefs d’États ouest-africains auront entre leurs mains le rapport de la mission qui s’est rendue sur place vendredi dernier.

Dans leur rapport de mission, les émissaires de la Cédéao formulent plusieurs recommandations. D’abord que la transition soit civile ensuite qu’elle soit courte. Les membres de la mission étaient divisés sur sa durée, certains plaidant pour une transition rapide de 6 mois, d’autres pour une parenthèse d’un an. « Mais tout le monde est d’accord qu’on ne doit pas dépasser les 12 mois », assure hors micro un des membres de la mission.

Parmi les autres recommandations figurent la libération des prisonniers et en particulier celle du président déchu Alpha Condé. Ces préconisations seront au centre des débats ce jeudi. Les chefs d’État choisiront-ils en parallèle de sanctionner le pays comme ils l’avaient fait l’an passé pour le Mali après le 1er coup d’État ? L’hypothèse est sur la table mais la question semble faire débat.

« Quelles sanctions vous voulez leur donner au stade où nous en sommes ? », s’interroge un ministre de la région qui pointe la popularité de ce coup d’État. « Sanctionner les militaires, ce serait rendre la Cédéao totalement impopulaire », estime-t-il. Et ce responsable de plaider en conséquence pour une certaine mansuétude histoire « de ne pas encore décrédibiliser l’organisation ». L’idée serait ainsi de ne pas sanctionner les militaires guinéens dans l'immédiat mais plutôt de les menacer de sanctions personnelles et collectives s’ils ne respectaient pas les recommandations de l’organisation sous-régionale.

Le chef de la junte s'adresse à la communauté internationale

Du côté guinéen, le colonel Mamady Doumbouya recevait mercredi le corps diplomatique et consulaire au Palais du peuple à Conakry lors des journées de concertations nationales. L'occasion pour le chef de la junte de délivrer un message à la communauté internationale, à qui il a demandé en quelque sorte de privilégier le pragmatisme.

« Dans notre volonté collective de rebâtir ensemble les fondements de notre nation, nous ne voulons pas commettre les mêmes erreurs du passé. Cette ambition nationale, collective, peut parfois aller à l’encontre des chemins balisés par les principes convenus par les organisations régionales, sous-régionales et internationales. Ceci ne signifie pas que nous nous mettons en dehors des règles. Nous avons besoin de vous à nos côtés pour accompagner le processus sans pression, sans injonction, en faisant primer le réalisme sur la théorie et les principes. La communauté internationale a toujours été au chevet de la Guinée, c’est pourquoi nous avons souhaité vous écouter, entendre vos analyses, recevoir toutes les propositions enrichissantes dans le respect de notre intégrité, de notre dignité et de notre souveraineté. »

Avec RFI

Continue Reading

A LA UNE

HRW à la junte : « tout détenu devrait être présenté à un juge, ou relâché »

Published

on

Votre publicité ici

Les militaires responsables du coup d’État en Guinée devraient immédiatement rétablir les droits humains fondamentaux, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Ils devraient s’assurer que les forces de sécurité respectent ces droits, et garantir le traitement à la fois légal et humain du président déchu Alpha Condé et de tout autre individu placé en détention. Tout détenu devrait être présenté à un juge, ou relâché. Les dirigeants du coup d’État devraient également protéger la vie et les biens de tous les Guinéens.

« Les troubles suscités par le récent renversement du gouvernement ne devraient pas créer un vide juridique à l’égard de la protection des droits et des libertés fondamentales », a souligné Ilaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Les nouvelles autorités devraient veiller à ce que les droits humains de tous les Guinéens soient respectés, y compris celui de voter librement aux élections. »

Le 5 septembre 2021, des officiers de l’armée guinéenne de l’autoproclamé Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) ont renversé le gouvernement du Président Alpha Condé, âgé de 83 ans, qui avait été réélu en octobre dernier, après un an d’efforts pour s’arroger un troisième mandat malgré la limite constitutionnelle de deux mandats.

Après avoir repris le contrôle de la télévision d’État avec d’autres militaires, le colonel Mamady Doumbouya, le chef des forces spéciales guinéennes, a proclamé la dissolution du gouvernement, des institutions et de la constitution, et imposé un couvre-feu national. Il a déclaré que « la politisation de l’administration publique, la pauvreté et la corruption endémique » avaient conduit ses forces à renverser Condé.

Aux premières heures du 5 septembre, des habitants de Conakry, la capitale guinéenne, ont signalé à Human Rights Watch des tirs nourris près du palais présidentiel, et les médias ont déclaré que des officiers militaires avaient arrêté Condé. Le ministère guinéen de la Défense a annoncé le même jour avoir repoussé une attaque des forces spéciales contre la présidence. Toutefois, une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et que Human Rights Watch n’a pas été en mesure d’authentifier, montrait Condé pieds nus assis sur un canapé, apparemment sous la garde de soldats.

Plus tard le 5 septembre, Doumbouya a ordonné au cabinet ministériel d’assister à une réunion obligatoire le 6 septembre, ajoutant que toute refus serait considéré comme un acte de rébellion. Lors de cette rencontre, Doumbouya s’est engagé à former un gouvernement d’union nationale et annoncé une transition sans toutefois en préciser la durée. Il a également déclaré qu’il était interdit aux responsables gouvernementaux de voyager jusqu’à nouvel ordre et qu’ils devaient remettre leurs véhicules officiels à l’armée.

Le 7 septembre, les nouvelles autorités militaires ont remis en liberté 79 prisonniers politiques, dont des dirigeants et des membres du principal parti d’opposition, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), comme Abdoulaye Bah, et du Front national pour la défense de la Constitution  (FNDC), une coalition d’organisations de la société civile guinéenne et de partis d’opposition, comme Oumar Sylla (alias Foniké Mengué).

Dans les jours ayant suivi l’élection présidentielle d’octobre 2020, les forces de sécurité avaient arrêté plus de 300 dirigeants de l’opposition, partisans et autres personnes perçues comme proches de l’opposition. La plupart d’entre elles étaient restées derrière les barreaux pour des motifs politiques jusqu’au renversement du gouvernement.

Le 7 septembre, les nouveaux dirigeants ont également annoncé la libération d’autres prisonniers dans les semaines à venir. Cependant, des questions subsistent quant à savoir qui peut être qualifié de « prisonnier politique », combien de détenus seront libérés et si des conditions leurs seront imposées. En vertu du droit international des droits de l’homme, personne ne devrait être détenu en l’absence de base juridique claire et tous les détenus ont droit à une procédure régulière et à être traités avec humanité. Tout détenu devrait être présenté à un juge dans les 48 heures ou remis en liberté, a déclaré Human Rights Watch.

« La libération des prisonniers politiques est une bonne étape, et je m’en félicite, mais cela signifie-t-il que les nouvelles autorités militaires respecteront les droits humains et agiront différemment ? », a déclaré à Human Rights Watch un défenseur des droits humains à Conakry. « Serons-nous, le peuple guinéen, libres de descendre dans la rue et de manifester ? Aurons-nous le droit de dire ce que nous voulons, de critiquer et de défier le gouvernement ? »

Célébré comme le premier président guinéen librement élu depuis l’indépendance en 1958, Condé est arrivé au pouvoir en 2010 avec le soutien populaire, laissant espérer que les graves problèmes de droits humains et de gouvernance qui avaient mis en évidence des décennies d’abus en Guinée pourraient être résolus. Pourtant, malgré des gains et un développement économiques significatifs, son gouvernement a été visé par des allégations généralisées de corruption, une exacerbation des tensions ethniques et une répression de plus en plus brutale de ses opposants.

Après quelques progrès initiaux, les démarches pour obtenir justice pour le massacre et les viols de manifestants perpétrés le 28 septembre 2009 par les forces de sécurité guinéennes, sont restées lettre morte.

Le droit international est clair sur la nécessité d’une justice pour les crimes graves et impose aux États l’obligation d’offrir aux victimes d’atteintes aux droits humains un recours effectif. Des poursuites justes et crédibles pour les crimes graves sont également un moyen essentiel de fournir des réparations et de rétablir le respect de l’état de droit. Tant l’ONU que la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples ont des dispositions contre l’extension des amnisties aux crimes graves, renforçant l’importance de la justice pour ce type de crimes, a rappelé Human Rights Watch.

Les attaques violentes des forces de sécurité contre les Guinéens ordinaires ont été monnaie courante sous l’administration Condé, y compris l’usage excessif de la force lors des manifestations dirigées par l’opposition, mais aucun membre de l’armée n’a été jugé pour ces attaques.

Avant et pendant la tenue du référendum constitutionnel, qui a permis à Condé de se présenter pour un troisième mandat, et des élections législatives du 22 mars 2020, les forces de sécurité ont violemment réprimé les partisans de l’opposition à Conakry et dans d’autres villes de Guinée, tuant au moins huit personnes, dont deux enfants, et en blessant plus de 20 autres. Ils ont également échoué à protéger la population des violences électorales et intercommunautaires et se sont livrées à des violations des droits humains à Nzérékoré, dans le sud-est de la Guinée, au cours de la même période. Au moins 12 personnes ont été tuées dans des affrontements entre les forces de sécurité et des partisans de l’opposition lors des élections d’octobre 2020. Plus de 300 ont été arrêtés arbitrairement et au moins quatre d’entre eux sont morts en détention entre novembre 2020 et janvier.

La communauté internationale a largement critiqué le renversement du gouvernement perpétré le 5 septembre. L’ONU, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la France et les États-Unis ont tous condamné le coup d’État, appelant à un rétablissement d’un régime démocratique. Le 7 septembre, lors d’un sommet virtuel, les dirigeants de la CEDEAO ont décidé de suspendre la Guinée, appelant au retour à l’ordre constitutionnel et à la libération immédiate de Condé.

En Guinée, le FNDC a publié deux déclarations les 5 et 8 septembre, prenant note des déclarations du CNRD et affirmant que le gouvernement de Condé était illégitime et anticonstitutionnel. Le leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a déclaré aux médias qu’il n’était pas opposé au renversement du gouvernement, le qualifiant d’« acte patriotique ».

Dans une déclaration en date du 7 septembre, l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme (OGDH) a appelé au respect des droits et libertés des citoyens et à un dialogue inclusif qui permettrait le retour à l’ordre constitutionnel.

« La libération des prisonniers politiques est une évolution positive, mais elle devrait s’accompagner d’autres mesures pour protéger les droits humains, notamment des élections crédibles », a conclu Ilaria Allegrozzi. « Les nouvelles autorités devraient immédiatement relâcher toute personne détenue illégalement, garantir la discipline au sein des forces de sécurité et adresser un message vigoureux selon lequel les violations des droits humains sont interdites et seront sanctionnées à la mesure de leur gravité. »

Source : Human Rights Watch

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance