Connect with us

A LA UNE

Comment Marie-Madeleine Dioubaté a-t- elle eu son fameux diamant volé ?

Published

on

"C’est vraiment une pierre exceptionnelle" : Marie-Madeleine Dioubaté, femme politique de Guinée-Conakry et candidate à la présidentielle de 2015, a décidé de témoigner sur franceinfo, mardi 28 mai, après le vol d’un diamant, évalué d’après elle à 45 millions d’euros.

C’est en voulant faire certifier la pierre qu’elle aurait été victime d’une escroquerie, le 23 mai dernier, dans un hôtel parisien. Depuis, elle a porté plainte. La brigade de répression du banditisme de la police judiciaire de Paris a été rapidement chargée de l’enquête.

Un don du fameux diamant

À 52 ans, Marie-Madeleine Dioubaté vit une grande partie du temps à Paris. C’est là que des compatriotes sont venus lui remettre récemment le fameux diamant de 43 carats et demi, raconte-t-elle : "Je suis la propriétaire puisqu’ils me l’ont donné, ils m’ont fait un papier de donation". Elle refuse que l’on puisse douter de sa bonne foi, ou que le diamant pourrait avoir une origine frauduleuse : "C’est vrai que les Occidentaux ont du mal à comprendre ça, mais il y a des gens qui ont vraiment envie de voir aujourd’hui une femme s’installer dans le fauteuil présidentiel. Ils pensent que j’ai besoin d’un petit coup de pouce, et ils pensent que je suis une femme honnête."

Ce diamant est un don, dit-elle, pour financer sa campagne, et réaliser des projets de développement dans un village, comme la mise en place de couveuses pour la maternité, l’embauche d’enseignants et la création d’un meilleur accès à l’eau. La quinquagénaire s’est donc retrouvée avec un défi à relever : transformer la pierre évaluée grossièrement à 45 millions d’euros en argent. En Guinée, les diamants ne sont pas marqués au laser. Celui-ci ne possède même aucun certificat. Marie-Madeleine Dioubaté a donc décidé il y a trois semaines de le faire estimer précisément et certifier par des spécialistes à Paris pour le régulariser.

"Un tour de passe-passe" pour substituer le diamant

"Le rendez-vous s’est fait en trois temps : la première fois, une personne est venue pour savoir si c’était vrai, explique-t-elle. La deuxième, dans un hôtel, que j’ai changé à la dernière minute. Mais c’est au troisième rendez-vous qu’une gemmologue, soi-disant de Genève, d’une très grande maison et très classe, est venue, avec un garde du corps". Selon elle, c'est grâce à "un tour de passe-passe" qu'ils volent l'écrin où se trouvait le diamant.

‘’L’écrin est substitué, et je ne m’en rends pas compte tout de suite. Je m’en rends compte quelques heures plus tard chez moi, en ouvrant mon sac. Je prends l’écrin, et je vois à la place de la pierre, il y a un vulgaire caillou marron. Pas du cristal, non : un caillou’’

Effondrée, Marie-Madeleine Dioubaté porte plainte rapidement : "Je suis effondrée, je mets au moins une demi-heure à réaliser, je les ai au téléphone en leur disant qu’ils m’avaient volé… Eux me narguent en me disant qu’il faut que je puisse le prouver".

Une pierre "exceptionnelle"

La brigade de répression du banditisme enquête depuis sur ce vol en bande organisée. Marie-Madeleine Dioubaté dit coopérer activement après avoir fourni des preuves solides. Elle refuse d’être tétanisée par les menaces qu’elle a reçues et place toute sa confiance dans la police française.

"Les caractéristiques du diamant font qu’ils ne peuvent pas l’écouler, affirme-t-elle. Avec tout le tapage médiatique qu’il y a eu autour de cette pierre, si quelqu’un vient la présenter, je pense que des gens vont se poser des questions. Je ne pense pas qu’ils pourront revendre ce diamant aussi facilement que ça."

‘’Je pourrai reconnaître entre mille ce diamant. C’est une pierre exceptionnelle, je crois qu’on en voit une tous les 70 ans, par sa taille, par sa couleur, par sa transparence, par la lumière qu’elle capte… C’est vraiment une pierre exceptionnelle.’’

Un moyen toutefois permettrait aux trafiquants de revendre le diamant volé : le casser, le retailler, ce qui lui ferait perdre beaucoup de valeur. Optimiste, Marie-Madeleine Dioubaté refuse de penser à cette option et espère une fin heureuse, "surtout pour ces gens qui m‘ont fait confiance en me remettant cette pierre fabuleuse".

Source : franceinfo

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Médias : les associations de presse rappellent à l’ordre le SPPG ( déclaration)

Published

on

Les Associations professionnelles de presse de Guinée, ont appris, par voie presse, la décision du Syndicat de la presse professionnelle de Guinée(SPPG), interdisant à un journaliste d’une radio privée locale, l’exercice de son métier jusqu’à nouvel ordre.

Cette décision, première du genre en Guinée, a fait l’objet d’échanges, le jeudi 18 août 2022, entre les présidents des associations de presse et le Secrétaire général du SPPG. Ces responsables d’associations de presse ont proposé au Secrétaire Général du SPPG, de prendre les dispositions idoines, à l’effet de rapporter ladite décision.

Les présidents des Associations de presse ont rappelé au Secrétaire Général du SPPG, que la décision extrême de suspendre ou d’interdire à un Journaliste d’exercer son métier, ne peut être prise que par la Justice et la Haute Autorité de la Communication.

Par conséquent, les Associations professionnelles de presse de Guinée se désolidarisent de cette décision illégale du SPPG. Les Associations professionnelles de presse de Guinée se réservent ainsi le droit de saisir la Haute Autorité de la Communication (HAC), pour toutes fins utiles.

Ont signé:

Le Président de l’URTELGUI

Le Président de l’AGUIPEL

Le Président du REMIGUI

Le Président de l’AGEPI

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : la junte menace les conseils communaux

Published

on

En marge du conseil des ministres du jeudi 18 août, le chef de la junte a mis en garde les conseils communaux.

Alors que le colonel Mamadi Doumbouya a déjà dissous les mairies de Siguiri, Gaoual et Dialakoro pour mauvaise gestion et détournement, il a rappelé aux autres communes "les impérieuses obligations"'qui les  incombent "par rapport à la gestion correcte et transparente des fonds publics de leurs collectivités".

A défaut "d’observer ces prescriptions légales, il sera procédé à leur dissolution et de leur remplacement par des délégations spéciales, conformément à la Loi », a-t-il averti, selon le compte-rendu dudit conseil lu par le porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo.

Par I.Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Yayi plus déterminé que jamais !

Published

on

C’est annoncé. Le médiateur de Cédéao sera de retour à Conakry cette semaine pour la suite de sa mission. Cette fois-ci son job sera d’apaiser les relations déjà tendues entre la Cédéao et les autorités de Conakry sur le délai de 24 mois de la transition évoqué par le président Embalo de la Guinée Bissau. Thomas Boni Yayi viendra nous répéter de ne pas nous en faire, que tout ira bien, et que son institution viendra à bout du régime d’exception comme nous le souhaitons tous. 

Si le succès de sa mission est certain, disons que cela dépendra de ses formules diplomatiques qu’il saura énoncer pendant ses prises de parole et ses actes. Parce que l’Onu, l’Ue et la Cédéao déplorent la situation qui prévaut à Conakry avec l’utilisation d’armes létales dans le maintien d’ordre qui tuent, mutilent et blessent les partisans du retour à la démocratie et à l’Etat de droit. Et, de leur côté, les acteurs sociopolitiques s’inquiètent de la perte de temps causée par la lenteur de la Cédéao et de la suite des événements qu’ils planifient et organisent, telles que les manifestations de rue, qui n’ont pas abouti à faire reculer le régime du colonel Doumbouya dans son enracinement.

Cela dit, en jetant un coup d’œil responsable sur tous ces indicateurs, il est possible d’avoir l’impression que la mission Yayi sera un succès même avec des signaux qui ne montrent pas que la junte saisit bien « l’urgence d’instaurer un dialogue inclusif en vue d’une transition garante de la paix sociale » comme au Burkina Faso et au Mali.

J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance