Connect with us

A LA UNE

Clôture de la SENACIP sous le signe de l’engagement citoyen

Published

on

Votre publicité ici

La clôture de la 3ème édition de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP) a eu lieu ce dimanche 23 décembre 2018, au bloc administratif de la préfecture de Dubréka, présidée par le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, M. Mamadou Taran Diallo, qui avait à ses côtés le préfet de Dubréka, M. Younoussa Le Bon Sylla et plusieurs autres autorités locales et des citoyens mobilisés à cet effet.

Selon le comité d’organisation, le choix porté sur cette ville s’inscrit dans la logique de la politique de décentralisation du président Alpha Condé. Ainsi, le préfet a souhaité la fraternelle bienvenue à tout le monde et s’est dit satisfait que Dubréka accueille, cette année, la clôture de la SENACIP.

«Nous vous disons merci pour la confiance. C’est une occasion d’inviter les Guinéens dans leur ensemble à s’accepter et travailler pour le bien du pays», dit-il avant d’indiquer que des tables rondes ont été organisées dans sa préfecture sur le civisme, la solidarité  et la tolérance.

«Nous devons consolider notre indépendance acquise dans l’unité par nos devanciers galvanisés par l’esprit patriotique», lance-t-il.

Le président de l’AGEPI, Moussa Iboun Conté, a passé le message des trois associations professionnelles de la presse (AGUIPEL, URTELGUI, AGEPI) qui, depuis la première édition de la SENACIP, ont pris toute leur place dans ce partenariat avec les pouvoirs publics pour promouvoir notre vivre ensemble dans la défense des valeurs qui fondent notre République. Cependant, il a déploré le fait que l’exercice de la liberté d’expression ait été marqué par le recours à l’usage abusif des médias modernes comme les réseaux sociaux par la population, donc propice à toute sorte de manipulations, notamment la diffusion d’éléments à la véracité incertaine et contestable.

«L’on a ainsi assisté à l’amplification de discours de haine et d’exclusion parfois selon un vocabulaire appelant à la division des populations sur les bases communautaires, tribales voire ethniques », alerte-t-il.

De son côté, le président du CNOSCG, Dansa Kourouma, rappelle que les organisations de la société civile ont travaillé ensemble pour mener plusieurs activités citoyennes à travers le pays et au bénéfice des populations. Il cite, entre autres, l’organisation de conférences-débats sur les symboles républicains dans les établissements scolaires, universitaires et institutions d’enseignement technique et professionnel, la distribution des gilets et sensibilisation des conducteurs de motos-taxis sur le code la route et le port des casques de protection, l’organisation d’immersion des volontaires dans tout le pays, de fora communautaires sur l’insalubrité dans les cinq communes de la capitale.

«Ces actions citoyennes amorcées doivent être pérennisées afin de développer et renforcer la culture citoyenne dans notre pays, car l’éducation civique et notamment celle de la jeunesse ne se décrète pas, mais c’est un processus organisé, planifié et enraciné dans les priorités de l’Etat, des collectivités et avec le soutien de la société civile et des diverses associations professionnelles », estime-t-il.

Enfin le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, M. Taran Diallo, conformément au slogan de cette édition ‘’60 ans d’indépendance, une obligation de mémoire citoyenne’’,  demandé à tous d’entonner l’hymne national ‘’Liberté’’ de notre cher pays en l’honneur des présidents Ahmed Sékou Touré et le général Lansana Conté et de tous ceux, connus ou anonymes, qui ont contribué à l’indépendance, au développement et au rayonnement de la République de Guinée.

A cette clôture solennelle de la 3ème édition de la SENACIP, il a réitéré ses remerciements au chef de l’Etat, Prof Alpha Condé, pour son soutien constant à la tenue régulière de la semaine de la citoyenneté et de la paix, traduisant ainsi l’importance qu’il accorde à cette problématique dans le développement de la Guinée.

Et après avoir passé en revue «d’intenses activités réalisées» pendant ces 7 jours à Conakry, dans toutes les préfectures et ambassades, le ministre Mamadou Taran Diallo a rappelle aux populations que les devoirs constituent la contrepartie des droits et la liberté de chaque citoyen. Mais il insiste sur les comportements de civisme, de civilité et de solidarité, de politesse, d’urbanité, de respect des biens publics et de la propriété privée, la connaissance et le respect des symboles de la République, ainsi que la nécessité d’unité nationale dans la diversité.

Selon lui, cette édition s’achève, mais «le combat pour la pérennisation de comportements et d’actes citoyens continue et doit se mener au quotidien. Le département tirera toutes les leçons de la présente édition aux fins de qualification de futures semaines», promet-t-il.

 Zézé Zoumanigui pour l’AGUIPEL

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Guinée : Nana Akufo-Addo invite la junte respecter « son engagement »

Published

on

Votre publicité ici

Le Président en exercice de la CEDEAO, le Ghanéen Nana Akufo-Addo,  s’est à nouveau exprimé sur la situation politique en Guinée, où Alpha Condé a été délogé le 5 septembre par les militaires du Groupement des forces spéciales, dont il est ironiquement le géniteur.

S'exprimant lors de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies ce 22 septembre, Akufo-Addo a invité la junte à tenir son engagement de libérer le président déchu, Alpha Condé,  et d’organiser des nouvelle élections présidentielles dans un délai de six mois.

«La CEDEAO a donné à la Guinée six (6) mois pour la restauration de l’ordre constitutionnel et a demandé la libération immédiate du président Alpha Condé. Lors de ma visite à Conakry vendredi dernier, les chefs militaires ont manifesté leur volonté de procéder à sa libération imminente. Nous espérons qu'ils tiendront leur parole», a-t-il indiqué. « Plus que jamais, nous devons défendre la démocratie et les droits de l'homme dans le monde », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler que quelques heures après, la visite des chefs d’Etat de la Cédeao à Conakry, les nouvelles autorités guinéennes avaient démenti des remueurs sur une éventuelle sortie d’Alpha Condé hors du territoire guinéen. « Il est et demeurera en Guinée », avait martelé la junte, indiquant que l’ancien chef d’Etat bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans le pays.

Par Ibrahim Bangoura

Continue Reading

A LA UNE

António Guterres : « nous assistons à une flambée des prises de pouvoir par la force »

Published

on

Votre publicité ici

Un peu plus de deux semaines après la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a regretté la recrudescence des coups d’Etat dans le monde.

« Nous assistons à une flambée des prises de pouvoir par la force. Les coups d’État militaires reprennent. Et la désunion de la communauté internationale n’aide pas », a-t-il ajouté. « Un sentiment d’impunité s’installe », regrette-t-il  mardi à l’ouverture du débat général de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’Organisation à New York.

Selon le Secrétaire général, pour redonner confiance et raviver l’espoir, le monde a besoin de coopération et de dialogue.

« Nous devons investir dans la prévention des conflits et le maintien et la consolidation de la paix. Nous devons faire avancer le désarmement nucléaire et l’action que nous menons ensemble contre le terrorisme. Nous devons agir dans le profond respect des droits humains. Et nous devons nous munir d’un nouvel Agenda pour la paix », a-t-il ajouté.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : quand Alpha Condé chute avec la Covid-19

Published

on

Votre publicité ici

Depuis la chute d’Alpha Condé, déposé par l’armée le 05 septembre, curieusement, le nombre de cas et de décès de la Covid-19 continuent aussi de chuter en Guinée, au point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) envisage de diminuer les centres de traitements de la maladie à Conakry dès le 01 octobre.  

« Au regard de l’évolution de la pandémie de Covid-19  avec la diminution des cas et décès, l’Agence nationale de sécurité sanitaire ( ANSS) tient à informer tous les administrateurs des différents CT-EPI du Covid-19, et l’ensemble du personnel de la riposte, qu’elle procèdera à compter du 01 octobre 2021, à une réductions des effectifs voire la fermeture de certains centres de traitements à Conakry », annonce l’ANSS dans une  note de service signée par son  Directeur général adjoint, Dr. Bouna Yattassaye.

Curieusement, cette réduction annoncée des centres de traitements de la Covid-19,  intervient un peu plus deux semaines seulement après le renversement d’Alpha Condé. Sa chute serait-elle une coïncidence avec celle de cas de la pandémie en Guinée ?

Ci-dessous la note de service

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance