Connect with us

A LA UNE

Climat : le réchauffement de la planète s’accélère à un rythme sans précédent, alerte l’ONU

Published

on

Votre publicité ici

Le changement climatique est généralisé, s’accélère et s'intensifie, aussi certains de ces impacts sont désormais irréversibles, du moins à l'heure actuelle, selon le dernier rapport très attendu du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié ce lundi 9 août 2021.

Selon le GIEC le changement climatique induit par l'homme affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans toutes les régions du monde. Les scientifiques observent également des changements dans l'ensemble du système climatique de la Terre : dans l'atmosphère, dans les océans, sur la banquise et sur les continents.

Nombre de ces changements sont sans précédent et certains sont déjà en cours, tandis que d'autres - comme l'élévation continue du niveau de la mer - sont déjà « irréversibles » pour des siècles, voire des millénaires, à venir, prévient le rapport.

Le réchauffement est l’œuvre de l'homme

Le rapport, élaboré par 234 scientifiques de 66 pays, souligne que l'influence humaine a réchauffé le climat à un rythme sans précédent depuis au moins 2.000 ans.

En 2019, les concentrations de CO2 atmosphérique étaient plus élevées que jamais depuis au moins 2 millions d'années, alors que les concentrations de méthane et d'oxyde nitreux étaient plus élevées que jamais au cours des 800.000 dernières années.

Aussi, la température à la surface du globe a augmenté plus rapidement depuis 1970 que pendant toute autre période de 50 ans au cours des 2.000 dernières années au moins. Par exemple, les températures de la décennie la plus récente (2011-2020) dépassent celles de la période chaude pluriséculaire la plus récente, il y a environ 6.500 ans, indique le rapport.

Parallèlement, le niveau moyen mondial de la mer a augmenté plus rapidement depuis 1900 qu'au cours de tout autre siècle précédent, depuis au moins 3.000 ans.

Le document montre que les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont responsables d'un réchauffement d'environ 1,1°C entre 1850 et 1900.  Il constate qu'en moyenne sur les 20 prochaines années, la température mondiale devrait atteindre ou dépasser 1,5°C de réchauffement.

Le temps presse mais il est encore temps d'agir

Selon les experts du GIEC, il est encore temps de limiter le changement climatique. Des réductions fortes et durables des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d'autres gaz à effet de serre pourraient rapidement améliorer la qualité de l'air, et, d'ici 20 à 30 ans, les températures mondiales pourraient se stabiliser.

Les scientifiques du GIEC préviennent que le réchauffement planétaire de 2°C sera dépassé au cours du 21e siècle. Par ailleurs, la réalisation des objectifs de l'accord de Paris de 2015 sera « hors de portée » à moins que des réductions rapides et profondes des émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre n'interviennent dans les prochaines décennies.

L'évaluation se fonde sur l'amélioration des données relatives au réchauffement historique, ainsi que sur les progrès de la compréhension scientifique de la réponse du système climatique aux émissions d'origine humaine.

« Il est clair depuis des décennies que le climat de la Terre change, et le rôle de l'influence humaine sur le système climatique est incontesté », a déclaré la coprésidente du groupe de travail I du GIEC, Valérie Masson-Delmotte.

Elle a toutefois signalé que le nouveau rapport « reflète également des avancées majeures dans la science de l'attribution, c'est-à-dire la compréhension du rôle du changement climatique dans l'intensification d'événements météorologiques et climatiques spécifiques ».

Des changements extrêmes

Les experts révèlent que les activités humaines affectent tous les composantes principales du système climatique, certains réagissant sur des décennies et d'autres sur des siècles.

Ils soulignent également que les preuves des changements observés dans les phénomènes extrêmes tels que les canicules, les précipitations intenses, les sécheresses et les cyclones tropicaux, et leur attribution à l'influence humaine, se sont renforcées.

Les scientifiques ajoutent que de nombreux changements dans le système climatique deviennent plus importants en relation directe avec l'augmentation du réchauffement climatique.

Il s'agit notamment de l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des épisodes de chaleur extrême, des vagues de chaleur marine et des fortes précipitations, des sécheresses agricoles et écologiques dans certaines régions, de la proportion de cyclones tropicaux intenses, ainsi que de la réduction de la glace de mer, de la couverture neigeuse et du pergélisol dans l'Arctique.

Le rapport indique clairement que si les facteurs naturels mitigeront les changements causés par l'homme, en particulier au niveau régional et à court terme, ils auront peu d'effet sur le réchauffement climatique à long terme.

Un siècle de changements, pour toutes régions

Les experts du GIEC prévoient qu'au cours des prochaines décennies, les changements climatiques s'accentueront dans toutes les régions. Un réchauffement planétaire de 1,5°C, entrainerait des vagues de chaleur, des saisons chaudes plus longues et des saisons froides plus courtes de plus en plus fréquentes.

À 2 °C de réchauffement planétaire, les extrêmes de chaleur risquent davantage d'atteindre des seuils de tolérance critiques pour l'agriculture et la santé.

Mais il n'y aura pas que la température. Par exemple, le changement climatique intensifie la production naturelle d'eau - le cycle de l'eau. Il en résulte des précipitations plus intenses et des inondations associées, ainsi qu'une sécheresse plus intense dans de nombreuses régions.

Concernant le régime des précipitations, dans les hautes latitudes, les précipitations devraient augmenter, tandis qu'elles devraient diminuer dans de grandes parties des régions subtropicales. Des modifications du régime des pluies de mousson sont attendues, qui varieront selon les régions, prévient le rapport.

En outre, les zones côtières connaîtront une élévation continue du niveau de la mer tout au long du XXIe siècle, ce qui contribuera à des inondations côtières plus fréquentes et plus graves dans les zones de faible altitude et à une érosion côtière.

Des événements extrêmes liés au niveau de la mer, qui se produisaient auparavant une fois tous les 100 ans, pourraient se produire chaque année d'ici la fin du siècle.

Le rapport indique également que la poursuite du réchauffement amplifiera le dégel du pergélisol, ainsi que la diminution de la couverture neigeuse saisonnière, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires et la disparition de la banquise arctique estivale.

Les modifications de l'océan, notamment le réchauffement, la fréquence accrue des vagues de chaleur marine, l'acidification des océans et la réduction des niveaux d'oxygène, affectent à la fois les écosystèmes océaniques et les personnes qui en dépendent, et elles se poursuivront au moins pendant le reste du siècle.

Les experts préviennent que certains aspects du changement climatique peuvent être amplifiés dans les villes, notamment la chaleur, les inondations dues à de fortes précipitations et l'élévation du niveau de la mer dans les villes côtières.

En outre, les scientifiques du GIEC préviennent que des résultats peu probables, tels que l'effondrement de la calotte glaciaire ou des changements brusques de la circulation océanique, ne peuvent être exclus.

Limiter le changement climatique

« Pour stabiliser le climat, il faudra réduire fortement, rapidement et durablement les émissions de gaz à effet de serre, et atteindre des émissions nettes de CO2 nulles. La limitation des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, en particulier le méthane, pourrait avoir des effets bénéfiques tant sur la santé que sur le climat », a souligné Panmao Zhai, coprésident du groupe de travail I du GIEC.

Le rapport explique que, du point de vue des sciences physiques, pour limiter le réchauffement climatique d'origine humaine à un niveau donné, il faut limiter les émissions cumulées de dioxyde de carbone, pour atteindre au moins des émissions nettes zéro de CO2, et réduire fortement les émissions d'autres gaz à effet de serre.

« Des réductions fortes, rapides et durables des émissions de méthane permettraient également de limiter l'effet de réchauffement résultant de la diminution de la pollution par les aérosols », ont souligné les scientifiques du GIEC.

Source : ONU

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Alpha Condé demeurera en Guinée »

Published

on

Votre publicité ici

Alpha Condé ne quittera pas le pays. Alors que la communauté internationale exige sa libération immédiate et sans condition, la  junte militaire qui l’a déposé le 05 septembre a assuré vendredi 17 septembre que l’ancien président restera en Guinée.   

« Contrairement à des prétendues rumeurs qui font état de négociations entre le CNRD et la CEDEAO relatives à une éventuelle sortie hors du territoire de l’ancien président de la République, le CNRD et son président, le colonel Mamady Doumbouya, tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que l’ancien président de la République, Pr Alpha Condé, est demeurera en Guinée », a indiqué les putschistes dans un communiqué lu à la télévision nationale.

« Nous ne céderons à aucune pression. Il bénéficiera d’un traitement humain digne de son rang dans son pays », assure le CNRD, annonçant que son service de communication animera un point de presse ce samedi, 18 septembre 2021, à 11 heures, au chapiteau pour « éclairer la lanterne de l’ensemble du peuple de Guinée », dit-il.

Quelques heures plutôt dans la journée, la junte avait reçu une délégation de la Cedeao conduite par le président Ghanéen Nana Akufu Ado et l’Ivoirien, Alasane Ouattara.  Mais selon d’autres sources, c’est Alpha Condé en personne qui a refusé de quitter le pays avec ces deux présidents.

Déconnecté de la réalité, il espèrerait toujours revenir au pouvoir, mais malheureusement, il risque de déchanter rapidement, puisqu’en Guinée comme à l’internationale, sa page est déjà tournée.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lettre ouverte au Colonel Mamady DOUMBOUYA, Président du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD)

Published

on

Votre publicité ici

Monsieur le Président du CNRD

En Guinée, ce dimanche 05 septembre 2021, le pouvoir a arrêté le pouvoir, validant ainsi ce que Montesquieu avait dit dans son ouvrage ‘’L’Esprit des lois’’ de 1748 : « Le Pouvoir arrête le pouvoir ». Votre intervention de ce dimanche 05 septembre 2021 est la conséquence tangible du coup d’Etat constitutionnel du Président Alpha Condé en 2020.

La triste réalité est que, dans notre pays, la corruption dans les régies financières n’est jamais sanctionnée, les détournements des fonds alloués sont qualifiés de ‘’Baraka’’ par les coupables et leurs groupes.

Des cadres intègres, compétents… sont assujettis par des opportunistes médiocres… qui ne cessent d’agenouiller ce pays où l’ethnocentrisme et le militantisme sont érigés en normes de gestion de l’administration publique.

Monsieur le Président,

Sans entrer dans un jeu de mots, vous devez vous rappelez que : un pouvoir peut être légal et légitime ; il peut être aussi illégal et illégitime ; il peut être également légal et illégitime, tout comme il peut être légitime et illégal.

Monsieur le Président,

Vous allez vous investir pour promulguer une Constitution adaptée à nos réalités sociologiques, anthropologiques, culturelles, au défi de la mondialisation. Vous avez déjà l’aval des représentants de toutes les couches socio-professionnelles du pays.

Celles-ci attendent que vous mettiez en place toutes les Institutions qui régissent le bon fonctionnement de l’Etat en faveur des citoyens.  Cette Constitution devra promouvoir la justice pour tous.

Benjamin Ference, ancien Procureur de Nuremberg a dit « Il ne peut y avoir de paix sans justice, ni de justice sans loi, ni loi digne de nom sans un tribunal chargé de décider ce qui est juste et légal dans des circonstances bien déterminées. »

Monsieur le Président, jusqu’à ce matin du dimanche 05 septembre 2021, nous regardions M. Alpha Condé et son équipe. A partir de cette même date, nous vous regardons avec espoir.

La Sourate 103 du Saint Coran ayant pour titre « Le Temps », dit : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Par le temps ! L’homme est certes en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. »

Monsieur le Président, vous êtes appelé à réussir pour le bonheur de la Guinée. Le peuple de Guinée vous fait confiance pour confirmer votre arbitrage, votre neutralité.

Au terme de votre mission qui ne sera pas esclave d’une quelconque précipitation qui risque de nous faire répéter les erreurs du passé, les élections locales, municipales et législatives devront précéder l’élection présidentielle. Vous travaillerez à ce que toutes ces consultations populaires soient impérativement le reflet du libre choix de la majorité de l’électorat guinéen qui aura voté.

La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, exercé par une autorité exécutive, législative, judiciaire.

En vous souhaitant bonne réception de la présente, prière de continuer votre marche sur le chemin qui mène à la confiance, au respect, à la considération et à la grandeur.

Qu’Allah, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux vous accorde lucidité, sagesse et perspicacité !

Par Thierno Abdoulaye DIALLO, Sociologue/Journaliste . Tel: 623 91 43 05. Email: thierno.abdoulayediallo50@gmail.com

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée suspendue aussi par la Francophonie

Published

on

Votre publicité ici

Après la Cédeao et l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a décidé, de suspendre la Guinée de ses instances, suite au coup d’État du 5 septembre perpétré contre le désormais ex-président, Alpha Condé, qui briguait un troisième mandat très décrié.

« La prise du pouvoir par la force, quelle qu’en soient les motivations, est une violation des lois de la République et contraire aux valeurs et principes consignés notamment dans les Déclarations de Bamako », a déclaré la Secrétaire générale de l’organisation, la Rwandaise, Louise Mushikiwabo, lors d’une session extraordinaire à Paris.

L’OIF a aussi exigé la libération « immédiate et sans condition » du président déchu et a appelé à la mise en place d’un gouvernement de transition conduit par des civils et renouvelé sa demande d’une transition consensuelle et inclusive visant à rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique « dans les meilleurs délais ».

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance