Connect with us

A LA UNE

C’est quoi gouverner autrement ? Alpha Condé vous l’explique

Published

on

Guinéennes et Guinéens,

Mes chers compatriotes,

Face à toutes vos interrogations légitimes et vos attentes nombreuses pour ce début du 1er mandat de la 4ème République, il me paraît opportun et nécessaire de vous expliquer les choix d’aujourd’hui et les décisions à venir. Gouverner en Démocratie et à notre époque de toutes les exigences, c’est de consulter avant de décider et d’expliquer ce qu’on décide pour l’adhésion de chacun et de tous. ‘’ Gouvernement autrement’’ qui est un engagement de campagne et une option politique ferme et irréversible de ma part, mérite d’être expliqué pour qu’ensemble nous soyons capables de relever ce défi ambitieux.

 ‘’ Gouverner autrement’’, certes ce sont des hommes et des femmes sélectionnés sur la base de leurs compétences et de leur intégrité, mais, c’est surtout une méthode, une vision, des objectifs clairs et précis, un système d’évaluation-sanction, bref, c’est une autre façon de voir, de concevoir, de faire et de se comporter dans la société, l’Etat, l’administration publique : Autres temps, autres mœurs !

Mes chers compatriotes,

Dans les jours, semaines et mois à venir, nous devons réussir un sursaut pour notre pays, nous rassembler, nous réinventer, pour être plus efficaces et responsables dans toutes nos actions. Nous devons traduire, au quotidien, dans tous nos actes et nos comportements, notre volonté de rupture incarnée par notre engagement résolu de ‘’ Gouverner autrement’’. Il s’agit, d’une reconversion de nos mentalités pour le bénéfice de nos populations, pour aussi poser de nouveaux jalons d’une Guinée solidaire, prospère, attrayante, écologique, profondément attachée à l’éthique et à des vertus partagées.

C’est dans cet esprit que je tiens à orienter notre pays dans une nouvelle ère d’espérances et de conscience patriotique, celle du ‘’ Gouverner autrement’’ dont je voudrais partager avec vous, le serment.

Mes chers compatriotes,

J’entends par ‘’ Gouverner autrement’’, mobiliser et fédérer toutes les énergies, les compétences et talents du pays dans un pacte républicain et patriotique sans exclusive ni exclusion pour le développement économique et social harmonieux du pays

‘’ Gouverner autrement’’, c’est aussi s’assurer que les moyens dont nous disposons grâce à l’élan de notre reprise économique contribuent à améliorer le panier de la ménagère, à réduire les inégalités sociales très fortes encore , malgré tous les efforts consentis. Notre objectif demeure d’améliorer les conditions de vie sociale. La croissance économique n’est pas une fin en soi, au contraire, elle devrait être le levier d’une répartition équitable des richesses crées par tous et pour tous.

‘’ Gouverner autrement’’, c’est engager dès maintenant un train de reformes qui vont changer le quotidien de nos concitoyens en leur offrant une meilleure qualité de vie et plus d’opportunités de réussite.

Je pense à l’administration qui doit se réformer pour mieux remplir sa mission de service public. Je pense aux infrastructures, aux transports, à l’aménagement de la ville, au cadre de vie notamment dans notre capitale. Mais la question qui nous interpelle le plus et tous, c’est d’apporter des réponses concrètes et innovantes aux attentes de nos jeunes et des femmes au cœur de nos préoccupations et des politiques publiques.

Mes chers compatriotes,

Je mesure l’ampleur et l’urgence de tous les défis auxquels notre pays se trouve confronté. En priorité, une attention particulière sera accordée à des piliers essentiels d’une gouvernance vertueuse, à savoir :

1- La restructuration de l’administration

Elle comporte :

- La lutte contre la corruption, les malversations financières et les détournements des deniers publics

- La réforme du système judiciaire

- La réforme des mécanismes de passations des marchés et contrats publics, de l’Etat.

A propos de la commande publique, toutes les sociétés de prestation, de fourniture de biens et services seront passées en revue afin que celles qui sont affiliées à des ministres, des hauts cadres de l’Etat, de l’administration publique ou sont proches des familles de décideurs publics soient identifiées et disqualifiées dans le processus de passation des contrats et des marchés publics. Partout où il y aura un conflit d’intérêts avéré ou un mélange des genres , je prendrai mes responsabilités , car ‘’ Gouverner autrement’’, c’est de s’employer à éliminer les distorsions dans l’économie, de veiller à l’égalité de chances entre les citoyens.

D’autres défis de transparence et des mesures de sûreté pour notre économie seront pris en compte :

- L’augmentation substantielle des ressources internes par un effort de mobilisation plus important des recettes intérieures pour lesquelles des mesures sont envisagées pour leur sécurisation

- La systématisation des contrôles et audits des agences

- La digitalisation des opérations de l’Etat

2- Le contrôle et les audits concerneront aussi les ressources affectées aux collectivités et communautés à la base

- L’amélioration du réseau routier, routes urbaines et rurales

- La construction d’un chemin de fer

3 – L’amélioration de la qualité de vie dans la zone spéciale de Conakry comprend :

- La création d’une nouvelle cité administrative

- Une campagne massive de salubrité dans la capitale

- L’amélioration de la circulation routière

- Un programme ambitieux de logements sociaux

4 -Les initiatives et programmes en faveur des jeunes et des femmes et destinés aussi à préserver notre environnement consistent à :

- La création de 100.000 entreprises pour les jeunes

- La création de fonds d’investissements assortie de programmes de formation pour les jeunes

-La création de fonds, de programmes de formation et de bourses scolaires pour les femmes

-Le lancement de programmes de reboisement

- La planification, au niveau national, de ramassage de déchets recyclables

- La mise en place d’unités de production d’énergie propre

Guinéennes,

Guinéens,

Mes chers compatriotes,

Dans les prochains jours, afin que les 4 priorités définies soient réalisées rapidement, j’envisage de mettre en place à la Présidence de la République, une équipe restreinte hautement qualifiée et pluridisciplinaire. Elle sera chargée de coordonner et impulser toutes les réformes annoncées.

Le Premier Ministre et le Gouvernement, sous mon autorité et ma supervision, ont la mission et la responsabilité de la mise en œuvre effective et rapide de la transformation profonde de notre administration et plus particulièrement de son fonctionnement. Une administration qui pêche par des lenteurs et des lourdeurs nombreuses et est appelée à des mutations profondes pour se qualifier davantage en ressources humaines et méthodes de travail.

Mes chers compatriotes, un audit diagnostic pour identifier les forces et les faiblesses de nos administrations et institutions publiques sur le plan de la qualité des ressources humaines, des moyens techniques et financiers, de l’environnement du travail sera réalisé.

Le but de cette opération de grande envergure est de tenir compte dans le choix des cadres et de leur promotion, dans la nomination aux postes de responsabilité du critère fondamental de l’adéquation des profils et des postes. En clair, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Par ailleurs, je serai plus vigilant et sans concessions à propos de la bonne collaboration à tous les niveaux qui repose sur le respect de la hiérarchie, des responsabilités dévolues à chacun et à tous, de manière à ce que personne n’empiète sur les prérogatives de l’autre, personne ne se sente exclue ou marginalisé dans les équipes de travail et la prise des décisions. Seuls ont leurs places dans les Ministères les fonctionnaires habilités et il n’est pas question que des Personnes nommées pour des tâches précises soient remplacées par d’autres à la discrétion des ministres ou de leurs cabinets.

Avec l’accompagnement de nos partenaires comme la BAD, il est prévu une certification pour les hommes et les femmes dans la fonction publique ainsi que pour les établissements et institutions publiques et parapubliques. Cette démarche permettra de fixer des objectifs clairs à des personnes de qualité qui partagent mon ambition d’accroître, d’ici la fin de l’année et de manière significative , les recettes publiques mais d’accélérer aussi le rythme de développement de notre pays.

Le processus de certification permettra d’attirer les meilleurs Guinéens partout où ils se trouvent et permettra aussi aux intelligences oubliées, aux compétences dans l’ombre d’émerger pour bâtir une administration de performances et de résultats.

Mes chers compatriotes, je recevrai, dans les prochaines heures, les ministres et leurs collaborateurs, les responsables des différentes régies financières du pays pour que chacun comprenne bien son rôle, sa place, la charge spécifique qui lui incombe. Rien ne sera plus comme avant , je l’ai déjà indiqué à plusieurs reprises et à plusieurs occasions. Chaque agent de l’Etat et de notre administration , du plus anonyme au plus illustre, du haut cadre au subalterne, doit être à son poste de travail et à l’heure, attelé à la tâche jusqu’à la fin de son service sans se laisser distraire par aucun moyen de divertissement. Le temps du laisser-aller et laisser-faire et de l’oisiveté dans le service public est révolu.

Nous pourrons ainsi obtenir des résultats et des services de qualité au moyen des nouvelles technologies , de mettre chacun à la place qu’il mérite, de porter la qualité des régies financières et les grands services de l’Etat aux normes et standards internationaux pour une certification en bonne et due forme.

Guinéennes,

Guinéens,

Mes chers compatriotes,

J’entends et comprends votre impatience ainsi que le besoin de changement qui nous anime tous et qui demande un effort et un engagement de notre part, chacun et tous.

Je réitère ma volonté et ma détermination sans faille à combattre la corruption et tous les travers de l’administration publique.

Une action vigoureuse sera engagée contre la spéculation sur les denrées de première nécessité et la flambée fantaisiste des prix sur le marché, en général. Des missions d’inspection et de contrôle des prix seront régulièrement menées afin d’identifier les spéculateurs et leur infliger des sanctions exemplaires.

Le Gouvernement a la responsabilité de protéger les consommateurs Guinéens de la cherté de la vie suscitée et entretenue par des opérateurs véreux.

La réforme de notre société et de notre Etat que nous voulons tous, a besoin d’une forte adhésion populaire. C’est pourquoi, je me propose d’engager de larges consultations avec tous les acteurs de la vie nationale, afin que chacun s’approprie les réformes et les soutienne aussi pour en assurer l’acceptation et le succès.

Notre préoccupation à tous est de renforcer la confiance entre Gouvernants et gouvernés et de parvenir à la crédibilité de l’action publique.

Mes chers compatriotes,

‘’ Gouverner autrement’’, c’est aussi la culture du mérite et de l’excellence et de l’obligation de résultats pour chacun et tous.

J’assignerai à chaque ministre des objectifs précis et mesurables pour lesquels une évaluation se fera chaque année. Je déterminerai avec le Premier Ministre et l’Assemblée Nationale les moyens nécessaires à la feuille de route de chaque ministre. Ainsi, dans la transparence et l’équité et la rigueur, chaque acteur sera évalué et jugé sur ses performances à des échéances déterminées, à l’avance.

Dans la même dynamique, l’audit, sera la règle établie. La bonne gestion sera récompensée, la mauvaise, ne restera pas impunie.

Chers compatriotes, mon ambition, de toujours, a été d’apporter aux Guinéens le bonheur, à la Guinée la prospérité et le renouveau démocratique. Mais, tout seul, je ne peux réussir, malgré mon engagement et ma détermination personnels. J’ai besoin de l’appui et du soutien de tous les Guinéens. Le changement est notre affaire à tous, nous concerne tous, commence par changer nos habitudes et nos mentalités. Chacun de nous doit privilégier l’intérêt général dans tout ce qu’il fait et entreprend. La Guinée, d’abord, avant tout et tout le monde.

J’invite donc toutes les Guinéennes et tous les Guinéens, à se

Mobiliser avec moi pour la cause de notre pays et pour répondre aux aspirations profondes et légitimes de nos braves populations. Entre autres, développer notre pays, lutter contre la précarité sociale, garantir l’avenir de notre jeunesse, œuvrer pour l’émancipation des femmes.

Guinéennes et Guinéens,

Mes chers compatriotes,

Pendant trop longtemps, l’élan de notre pays a été freiné par des querelles intestines et politiques interminables. Le temps est venu de tourner la page de toutes les années sombres de notre histoire pour nous tourner résolument vers un avenir d’unité et de solidarité à notre portée.

Mon ambition est de bâtir avec vous une nouvelle Guinée unie et solidaire, dans laquelle chacun aura sa place et tous auront le sentiment d’appartenance commune à la même nation.

Comme à l’occasion de la date historique du 28 septembre 1958, les Guinéens ont relevé un autre important défi pendant les dernières élections législatives, référendaires et Présidentielles. Dans l’ordre , la discipline et le calme, nous nous sommes rendus aux urnes pour décider librement de notre avenir et de notre destin. La Guinée, pour l’occasion, a exercé son droit absolu de souveraineté, les guinéens, ont encore fait preuve de maturité politique et civique.

Nous sommes tous en droit d’être fiers d’avoir franchi cette étape de notre histoire, malgré toutes les épreuves et toutes les adversités.

Mes chers compatriotes, aujourd’hui, le monde entier est confronté à la pandémie de la Covid 19 qui a bouleversé le cours de la vie et de l’histoire.

La Guinée, contrairement à beaucoup de pays, grâce à notre effort d’anticipation et aux sacrifices consentis par nos populations et le corps médical, a pu jusqu’à présent se prémunir contre une forte propagation de la maladie avec ses conséquences dramatiques.

Je salue le civisme et la discipline de nos concitoyens face aux mesures préconisées par les autorités sanitaires. Je rends, en votre nom, hommage, à nos personnels de santé qui, avec professionnalisme et un grand dévouement, restent mobilisés et vigilants pour protéger, soigner nos populations.

Cet exemple de patriotisme et de conscience civique doit nous inspirer tous dans notre engagement pour notre pays exposé à des menaces internes et externes dans le domaine notamment de la sécurité et de nos acquis démocratiques, à cause de menées subversives et de nombreuses tentatives de déstabilisation de nos institutions.

Mes chers compatriotes,

Je remercie le peuple de Guinée qui vient de me renouveler sa confiance et me félicite de son vote d’adhésion.

C’est une lourde responsabilité que je mesure parfaitement. Elle m’engage à donner le meilleur et le maximum de moi-même dans la tâche exaltante de servir encore et toujours le peuple de Guinée. Je demeure un humble serviteur de la Guinée et de tous les Guinéens égaux en droits et en devoirs. Je veux être le Président de tous les Guinéens comme il est de mon devoir et de ma responsabilité.

J’en fais le serment solennel devant la nation. Ensemble, nous sommes déterminés à changer le destin de notre pays et avancer sur le chemin de l’unité et du progrès de notre jeune nation. Nous sommes les héritiers d’une grande histoire et les acteurs solidaires de la Guinée de demain.

Bâtir notre nation et léguer un héritage honorable aux générations futures est notre ambition commune pour notre pays.

Ensemble, nous réussirons ce pari individuel et relèverons ce défi collectif.

Dieu bénisse la Guinée !

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Industrialisation : 37 pays africains ont progressé au cours de la dernière décennie

Published

on

Trente-sept des cinquante-deux pays africains ont vu leur niveau d’industrialisation s’accroître au cours des onze dernières années, selon un nouveau rapport publié par la Banque africaine de développement, l’Union africaine et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI).

Le rapport sur l’Indice de l’industrialisation en Afrique (AII) fournit une évaluation à l’échelle nationale des progrès réalisés par les 52 pays africains sur la base de 19 indicateurs clés. Le rapport permettra aux gouvernements africains d’identifier des pays de référence afin de mieux évaluer leurs propres performances industrielles et d’identifier plus efficacement les meilleures pratiques.

La Banque africaine de développement, l’Union africaine et l’ONUDI ont lancé conjointement la première édition du rapport en marge du Sommet de l’Union africaine sur l’industrialisation et la diversification économique qui s’est tenu à Niamey, au Niger.

Evaluation de l'industrialisation sur la base d'une série de paramètres

Les 19 indicateurs de l’indice couvrent les performances manufacturières, le capital, la main-d’œuvre, l’environnement des affaires, les infrastructures et la stabilité macroéconomique. L’indice établit également un classement du niveau d’industrialisation des pays africains selon trois axes : les performances, les déterminants directs et indirects. Les déterminants directs comprennent les dotations en capital et en main-d’œuvre et la manière dont elles sont déployées pour stimuler le développement industriel. Les déterminants indirects comprennent les conditions environnementales favorables telles que la stabilité macroéconomique, des institutions et des infrastructures solides.

L’Afrique du Sud a conservé un classement très élevé tout au long de la période 2010-2021, suivie de près par le Maroc, qui occupait la deuxième place en 2022. L’Égypte, la Tunisie, Maurice et Eswatini complètent le top six sur la période.

Abdu Mukhtar, directeur du Développement de l’industrie et du commerce à la Banque africaine de développement, représentait l’institution lors de l’événement de lancement. Il a déclaré que si l’Afrique a fait des progrès encourageants en matière d’industrialisation au cours de la période 2010-2022, la pandémie de Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont freiné ses efforts et mis en évidence des lacunes dans les systèmes de production. « Le continent a une occasion unique de remédier à cette dépendance en renforçant davantage son intégration et en conquérant ses propres marchés émergents. »

« La Zone de libre-échange continentale africaine constitue une opportunité inédite de créer un marché unique de 1,3 milliard de personnes et de générer des dépenses cumulées des consommateurs et des entreprises pouvant atteindre 4 000 milliards de dollars, ce qui offre la possibilité de renforcer leurs liens commerciaux et de production et de tirer enfin parti de la compétitivité industrielle de l’intégration régionale, comme l’ont fait d’autres régions. », a-t-il ajouté.

La Banque africaine de développement a investi jusqu’à 8 milliards de dollars au cours des cinq dernières années dans le cadre de sa priorité stratégique « High-5 » dénommée « Industrialiser l’Afrique ». « Rien que dans le secteur pharmaceutique, nous avons l’intention de dépenser au moins 3 milliards de dollars d’ici 2030 », a déclaré M. Mukhtar.

La construction d’une industrie productive fera partie intégrante du développement de l’Afrique, offrant une voie vers une transformation structurelle accélérée, la création d’emplois formels à grande échelle et une croissance inclusive. Toutefois, la part de l’Afrique dans l’industrie manufacturière mondiale a diminué pour atteindre le niveau actuel de moins de 2 %. Des politiques industrielles plus proactives sont jugées essentielles pour inverser la tendance, mais elles nécessitent des connaissances approfondies et une compréhension détaillée des contraintes et des opportunités auxquelles chaque pays est confronté.

La création de valeur ajoutée par le biais de l'industrie manufacturière est plus importante que la taille de l'économie

Voici quelques-unes des autres conclusions clés du rapport :

– Au cours de la période couverte, Djibouti, le Bénin, le Mozambique, le Sénégal, l’Éthiopie, la Guinée, le Rwanda, la Tanzanie, le Ghana et l’Ouganda ont tous progressé de cinq places ou plus dans le classement.

– Les pays les plus performants ne sont pas nécessairement ceux dont l’économie est la plus importante, mais ceux qui génèrent la plus forte valeur ajoutée manufacturière par habitant, avec une proportion importante de produits manufacturés destinés à l’exportation ;

– L’Afrique du Nord reste la région africaine la plus avancée en matière de développement industriel, suivie par l’Afrique australe, l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique de l’Est.

Synergies avec l'Observatoire africain de l'industrie

L’Indice de l’industrialisation en Afrique était l’un des deux nouveaux outils présentés lors de l’événement. Le second — qui vient en complément du premier - est l’Observatoire africain de l’industrie, dévoilé par l’ONUDI et l’Union africaine. Il servira de plateforme centrale de connaissances en ligne pour collecter, analyser et consolider les données quantitatives nécessaires aux analyses qualitatives des tendances, prévisions et comparaisons industrielles nationales, régionales et pancontinentales.

Chiza Charles Chiumya, directeur par intérim de l’Industrie, des minéraux, de l’entrepreneuriat et du tourisme de la Commission de l’Union africaine, a déclaré : « Ces outils vont considérablement améliorer nos processus d’élaboration de politiques industrielles et contribuer à mettre l’accent sur les besoins de l’industrialisation, tant de la part des décideurs que du secteur privé, qui pourront désormais identifier clairement les opportunités du continent ». M. Chiumya représentait le commissaire chargé du Commerce et de l’industrie de l’UA, Albert Muchanga.

« L’Observatoire africain de l’industrie et l’Indice de l’industrialisation en Afrique contribueront à consolider la coopération interinstitutionnelle, à renforcer l’influence de chaque institution en matière de dialogue politique pour accélérer le développement industriel et à améliorer la connaissance de la dynamique du développement industriel », a déclaré Victor Djemba, chef de la division Afrique de l’ONUDI.

Le Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur l’industrialisation et la diversification économique et la Session extraordinaire de l’Union africaine sur la Zone de libre-échange continentale africaine se tiennent actuellement à Niamey, au Niger, jusqu’au 25 novembre 2022. Le thème du sommet est « Industrialiser l’Afrique : un engagement renouvelé pour une industrialisation et une diversification économique inclusives et durables ».

Source : BAD

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : poursuites judiciaires contre plusieurs chinois

Published

on

Le préfet de Siguiri, le Colonel Fodé Soumah et onze autres personnes, dont neuf chinois et un malien sont dans le viseur de la justice.

Le ministre de la justice, Alphonse Charles Wright, vient d’instruire de poursuites judiciaires contre eux pour destruction de l’environnement et de séjour illégal en Guinée.

Le garde des sceaux les reproche aussi d‘exploitation minière clandestine, corruption d’agents publics, association de malfaiteurs et complicité.

De fait, selon les explications de Charles Wright, il a été trouvé sur les chinois et le malien d’un ordre de mission délivré par le préfet de Siguiri. Ce document leur aurait permis d’exploiter « illégalement » l’or dans cette préfecture, en détruisant l’environnement.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Quelles sont les attributions du fonds d’Appui au Développement des Médias en Guinée ?

Published

on

Le président de la transition a fixé ce jeudi 24 novembre, les attributions du Fonds d’Appui au Développement des Médias (FADEM).

Placé sous la tutelle technique du ministère en charge de l’Information et de la Communication et sous la tutelle financière du ministère en charge des Finances, Ce Fonds a pour attribution, le financement, le développement et la promotion des médias en République de Guinée.

A ce titre, il est particulièrement chargé de mobiliser les fonds pour le financement des projets du développement des médias ; D’élaborer et mettre en œuvre le mécanisme d’octroi des subventions de l’Etat aux Médias et de veiller à la conformité des projets de développement des médias aux critères d’éligibilité du fonds ; De veiller à la bonne exécution des projets financés et assurer le suivi et évaluation ; De soutenir l’amélioration des conditions de vie des acteurs de la presse, de contribuer au renforcement des relations avec les partenaires techniques et financiers ; De faciliter l’accès aux emprunts par les entreprises et organes de presse auprès des banques et établissements de micro finance ; De participer aux rencontres nationales, sous régionales et internationales traitant des questions de financement de développement des médias ; De participer à l’élaboration des textes législatifs et réglementaires dans le domaine du financement et du développement des projets des médias ; De contribuer au financement des activités liées à la formation et à l’équipement des médias et d’en assurer le suivi, selon le contenu du décret du colonel Doumbouya lu à la télévision nationale.

Par Mariam Bâ

Continue Reading