Connect with us

Opinion

Casse de Demoudoula : preuve flagrante de la déconfiture de l’Etat (opinion)

Publié

le

Votre publicité ici

Je ne voulais pas m'exprimer sur "la casse de Demoudoula , parce que j'ai une idée précise des propositions de solutions aux errements de la politique d'urbanisme (plutôt un pilotage à vue ) de nos dirigeants. A l’ami qui m’a informé du drame en cours, j’ai expliqué les mesures radicales à prendre pour mettre fin à l’injustice. Nos réactions émotionnelles le temps de déverser nos frustrations pour quelques jours pour revenir à nos préoccupations quotidiennes de survie ne font que renforcer le pouvoir dans ses certitudes que la violence paie. Nous sommes incapables de persévérer dans la lutte jusqu’à obtenir gain de cause. Notre appauvrissement n’explique pas notre apathie, notre renoncement, est un cas d’école intéressant à étudier par nos sociologues pour nous aider à comprendre.

Comme Sisyphe, nous sommes dans un éternel recommencement pour sensibiliser et remobiliser nos compatriotes pour ne pas céder au fatalisme face à nos despotes. Mais face au désarroi de nos compatriotes, leur hantise, voire le réveil du douloureux souvenir de Kaporo-rails, j'ai finalement décidé de dire un mot sur le sujet. Il faut rappeler qu'au temps colonial, la ville de Conakry allait de Kaloum le centre - ville à Dixinn sa banlieue. Mais avec la forte poussée démographique, l'administration coloniale avait commencé à prévoir l'extension de la ville et à l'indépendance, les nouvelles autorités ont poursuivi cette mission, notamment avec le plan triennal 1960-1963. Ainsi, hormis les villages bagas le long du littoral, tout le reste du territoire actuel de Conakry est érige en domaine réservé de l'Etat avec ses zones industrielles. Un vaste domaine laissé en friche, parce qu'on a l'impression que le régime révolutionnaire avait d'autres priorités plus importantes que la mise en valeur de sa capitale réputée à l'époque coloniale comme la perle de l'AOF.

L'arrivée au pouvoir du CMRN en 1984 a permit le retour des exilés et une forte poussée de l'exode rural vers Conakry. Pour le Général Lansana Conté, la liberté c'était de laisser chacun faire ce qu'il veut et donc ce qui était une brousse a été occupé de manière anarchique par ce nouvel afflux de populations, l'Etat se contentant d'accompagner ce processus par des lotissements, sans respecter les normes de l'urbanisme. Il a fallu attendre le ministre Bana Sidibe surnommé "casse casse ", qui a effectivement cassé des maisons, pour ouvrir des routes notamment les transversales etc. Après son limogeage, la pagaille a continué de plus belle. Dans les années 1990, toute la haute banlieue était dans l’opposition, avec Matoto pour le RPG d'Alpha Condé et Ratoma pour l'UNR de notre regretté Bâ Mamadou. En 1998, les stratèges du pouvoir vont décider de "casser Kaporo-rails pour faire déguerpir plus de 100.000 familles. Ce sera fait avec une brutalité inouïe suivi d'une répression politique sans précédent depuis l'instauration du multipartisme, avec l'arrestation du leader Ba Mamadou et deux responsables de son parti, Mamadou Barry, qui vient de nous quitter, paix à son âme et Thierno Ousmane Diallo l'actuel ministre du Tourisme. Pour le pouvoir, Kaporo-rails est un domaine réservé de l'Etat où il était prévu de transférer le nouveau centre administratif. C'était en vérité une opération à visée bassement électoraliste et donc le pouvoir n'avait nullement l'intention de faire de cette zone le nouveau centre - ville de Conakry, ce qui a été confirmé par les faits, car rien n'a été construit sur place, hormis l'immeuble de la RTG Koloma offert par la Chine.

Maintenant, le pouvoir actuel justifie à son tour la casse en cours de Démoudoula par le souci de préserver l'environnement. C'est tout à fait louable de préserver l'environnement, mais comme hier, personne ne peut nous blâmer d'y voir des arrière-pensées politiques en l'absence de toute crédibilité d'Alpha Condé pour la défense de l'environnement. Est-ce que l'Etat fait preuve d'exemplarité ? Alpha Condé a vendu les forêts classées du Ziama, il a autorisé la construction de l'hôtel Sheraton à côté de la source de la rivière Kakimbo qui met une touche finale à la destruction du poumon vert de Conakry, une forêt classée de 120 hectares à l'époque coloniale, prévu aussi pour être un château d'eau de la ville de Conakry. Il faut ajouter la construction du nouveau marché de Conakry à Dabondy dans une zone à protéger, le Diamond Plazza au Centre émetteur, les vastes plaines rizicoles de Lambanyi à Sonfonia qui sont cédées à des promoteurs immobiliers, la construction de l'hôtel Noom à la place des jardins prévus par les colons pour les malades de l'hôpital Ignace Deen etc.

Alpha Condé a un appétit féroce pour distribuer le patrimoine bâti - public à des intérêts privés douteux. Certes, le ton a été donné par le général Lansana Conté, mais Alpha Condé a fini de privatiser la cité ministérielle où des immeubles poussent à la place des anciennes résidences ministérielles. Des familles entières de fonctionnaires sont vidées des bâtiments où ils ont payé des loyers à l'Etat, pour certains, depuis plus de 40 ans, au profit des amis du pouvoir qui y bâtissent des immeubles. A la place de l'abattoir de Coléah, c'est un hôtel qui sera construit. Alpha Condé ne manque aucune occasion de parler de la nécessité de transférer les habitants de Kaloum à des HLM à construire, mais que voit-on? D'ores et déjà, nous voyons des concessions rachetées les unes après les autres et des immeubles pousser comme des champignons. Si Alpha Condé était crédible dans sa volonté de moderniser Kaloum pour en faire une vitrine de Conakry, il n'allait pas autoriser ces nouvelles constructions qui ne sont pas conformes à la vision de cette nouvelle ville qu'il veut bâtir. Non, Alpha Condé n'a aucune vision de Conakry en 2040, nous constatons plutôt, que Conakry est devenue l'eldorado du blanchissement de capitaux criminels, d’ou l’inquiétude de nos partenaires au développement qui ont jugé utile d’organiser un séminaire de sensibilisation des acteurs publics et prives concernés par ce fléau. Toutes les caractéristiques de cette économie noire qui tue l'économie réelle sont là et en laissant faire, les soupçons de connivence avec ce système de type maffieux pèsent lourdement sur Alpha Conde.

Cette affaire de casse de Demoudoula est la preuve flagrante de la déconfiture de l'Etat. A quoi servent le gouvernement et l'administration? Comment expliquer que le ministère de l'urbanisme et de l'Habitat puisse accorder des titres de propriété et des permis de construire aux citoyens dans des "domaines réservés de l'Etat" ou des zones à risque sur le plan environnemental ? Toutes les victimes de Kaporo-rails et maintenant de Demoudoula détiennent leurs titres dûment délivrés par le ministère de l'urbanisme et de l'Habitat. Le ministre de la Justice a signé une circulaire le 29 juin 2017 à l'adresse de tous les Procureurs généraux, les Procureurs de la République, les Juges de paix, les huissiers de justice, les Chefs de services de sécurité et toutes les autorités locales pour porter à leur intention que pour des raisons humanitaires, les expulsions pendant la saison pluviale sont suspendues pour la période allant du 15 juin au 15 octobre 2017 inclusivement, sur toute l'étendue du Territoire National. Ajoutant que les autorités judiciaires et parajudiciaires sont invitées à veiller au respect scrupuleux de la mesure envisagée et en assurer une large diffusion.

Qui a donné l'ordre d'expulsion des habitants et la destruction de leurs maisons en violation de la décision du ministre de la Justice en application de la loi? Pourquoi toutes les autorités concernées sont restées indifférentes à cette situation dramatique? Malheureusement les Guinéens sont traditionnellement soumis au diktat du pouvoir. Les victimes, sur la base de cette circulaire du ministre de la Justice, peuvent attaquer l'Etat guinéen devant la Cour de Justice de la CEDEAO. L'Etat est vidé de sa substance et seule compte la volonté du Chef de l'Etat qui peut réprimer en toute impunité les personnes et groupes qu'il juge hostiles à son pouvoir. Sous prétexte de reconstruire Conakry, Alpha Condé va utiliser l'argument "domaines réservés de l'Etat " pour déposséder les Guinéens de leurs maisons afin de faire main basse sur la ville au profit de ses amis, des investisseurs douteux comme c'est le cas pour certaines parties de Conakry. Aujourd'hui, des ministères et plusieurs administrations, des institutions républicaines sont devenus des locataires dans des immeubles privés construits à la place d'anciens bâtiments publics cédés aux amis du pouvoir. Si nous n'y prenons garde, Alpha Condé va finir par nous enfoncer dans des difficultés insolubles. Après avoir fini de vendre nos mines, il s'attaque à nos biens immobiliers publics et privés et finalement nos terres cultivables, bref nous allons nous réveiller pour constater que concrètement rien ne nous appartient plus dans notre pays. Chacun pense qu'il n'est pas concerné, or après Kaloum et Ratoma, ça sera le tour de Dixinn, Matoto et Matam. Depuis 7 ans qu’il est au pouvoir, rien n’a été fait pour construire des logements sociaux. Par contre les spéculations immobilières en raison des opérations de blanchissement font que les citoyens moyens ne peuvent plus avoir accès à la propriété d’une maison.

La casse de Démoudoula est l’annonce d’une vaste opération d’expropriation des Guinéens. Comme toujours, on blâmera les victimes en dédouanant cette administration corrompue dont l’impunité est garantie par Alpha Condé en personne. Que dire d’un Chef d’Etat qui dit ouvertement que tous ses ministres de l’Education on construit des écoles et des universités privées sans engager de poursuites judiciaires contre eux? Comme je l’ai dit plus haut, presque tout Conakry est une zone réservée de l’Etat et les documents délivrés par le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat n’ont aucune valeur. Ces fonctionnaires véreux savent parfaitement que l’impunité leur est garantie et nous voyons bien que ni les lois, ni les décisions du ministre de la Justice ne sont respectées dans ce pays. On ne parle de respect de l’autorité de l’Etat que pour réprimer les citoyens. Tous ceux qui ont cru au mythe fabriqué de l’opposant historique Alpha Condé sont bien servis. Il n'y que nos richesses qui intéressent Alpha Condé et les clans voraces et cupides qui gravitent autour de lui. Comme ils n'ont pas fini de mettre en coupes réglées notre pays, il lui faut obligatoirement selon eux, un 3ème mandat pour leur champion, qui est plus que jamais assoiffé de pouvoir. Sa forfaiture démocratique est manifeste et il nous a plongés encore plus profondément dans la misère. L'avenir de la jeunesse guinéenne est compromis : n’ayant pas de formation de qualité, pas d'emplois, il ne leur reste plus que le chômage de masse et le suicide en mer méditerranée. A chacune de ses rencontres publiques, il balance des promesses chimériques comme l'usine d'assemblage de camions et tracteurs prévue pour le mois de mai dernier. En 2010, c'était un étudiant, un ordinateur et en 2015, un étudiant, une tablette, puis en 2017, il pique une colère noire parce que les étudiants ont eu l'impolitesse, preuve de leur mauvaise éducation selon lui, alors qu’ils lui demandaient à juste que le respect de sa promesse.

Que pouvons nous attendre d'un tel dirigeant qui ne croit en rien, ne respecte rien? Cela fait 60 ans que nous sommes asservis par une oligarchie corrompue, vorace, irresponsable et violente, nous travaillons pour l'entretenir grassement et en retour, elle nous maintient dans la pauvreté. Elle s'impose par la force, car notre armée et toutes nos forces de sécurité n'existent que pour protéger cet ordre inique et neutraliser tous les contestataires. Maintenant, il est de la responsabilité de la nouvelle génération de jeunes Guinéens de subir ou de combattre ce système et son représentant actuel Alpha Condé. Chaque peuple tient son destin en main. "Ils sont grands parce que nous sommes à genoux ". Le moment est venu de nous tenir debout et de les affronter avec fermeté et détermination.

Par Alpha Saliou Wann

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Devenez annonceur sur guinee28.info

A LA UNE

Tougué en lumière ! (par Jacque Lewa Léno)

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Tougué en lumière. Il faut vraiment parler de cette préfecture du centre nord de la Guinée. Préfecture plus ou moins visible, entre Labé et Dinguiraye perché sur le plateau du Fouta Djallon. Nous n’y avons pas encore été, il y a de quoi envier tous ceux qui  ont effectué une visite accidentelle là-bas. Voyage hasardeux, comme si un matin, on était parti de Labé, bien connue pour sa grandeur et son histoire pour Dinguiraye, la ville religieuse d’Elhadj Oumar Tall.

Par inadvertance on se retrouve dans ce qui apparaît à première vue à un village. C’est à peu près la même image qui frappe tous les étrangers qui visitent certaines de nos villes de l’est à l’ouest, du nord au sud. Tougué ne peut pas à elle seule, avoir la réputation de gros village érigé en préfecture.  Après tout il faut faire attention.

Les grands noms reviennent : Koin, Kollangui. La zone autrefois envahie par les Djallonkés. Non nous n’allons pas nous perdre. Pour ne pas avoir à parler de Kollet, Kouratongo, Tangaly et Fatakô. Ah mais de Fatakô, parlons en. Fatakô qui abrite l’une des plus grandes mosquées du pays, 15 000 places. Fatako chez feu Sékouba Kouyaté, l’auteur de la célèbre chanson Sayata Yeto et de son fils Habib. Fatakô, c’est chez Elhadji Ousmane Baldé, alias sans loi, le patron de la communauté Halli Pular et Foulbé. C’est une sous préfecture riche d’une économie portée par ses fils, qui ont accepté de faire le tour du pays. Fatakô tire sans doute sa célébrité récente de Sékouba, de son son fils, de la mosquée dont l’inauguration fut boudée par les autorités politiques du pays et de Sans loi, celui là même qui a songé bâtir une œuvre aussi gigantesque pour la communauté musulmane.

De Tougué nous dirons, pour parler de l’actualité, que c’est le berceau de l’Agence Nationale d’Inclusion Economique et Sociale. Peu importe l’endroit où l’ANIES a été créée, c’est à Tougué qu’on a commencé le partage des richesses : 250 000 francs guinéens et un petit téléphone pour être appelé. Qui n’a pas vu l’image de cette vieille dame, recevant du premier ministre Kassory, des billets de 10 000 GNF ? Nous ne connaissons pas le montant, mais elle avait souri pour imiter le chef du gouvernement qui venait d’essuyer la colère des jeunes de Labé. Nous pensions que Tougué ne recevrait pas de si tôt une autre délégation de politiques. Mais c’était sans comprendre que Djôken Alpha était en gestation.

La tournée a pu concerner plusieurs préfectures de la moyenne Guinée, mais il y a des endroits qui intéressent particulièrement les nouveaux rabatteurs. Tougué, c’est un peu plus de 28 milles habitants. Sans Loi est un adversaire, il ne faudrait pas qu’à cause de lui et Abdoulaye Yéro Baldé, les citoyens rejettent la drague de l’administration. Oui Yéro Baldé, on n’en parle pas, il a quitté le gouvernement pour rester calme. Il ne viendra pas parler à ses parents du RPG cette fois. Les autres moins connus avant, se font de la place au sein du Djôken Alpha et viennent promettre le fond de caisse de l’ANIES. Et ils demandent aux hommes et femmes de Tougué, de tout demander au président candidat, eux ils se chargent de remonter les sollicitations.

En dix ans de gouvernance, le pouvoir n’a pu faire de Tougué qui possède quand même, une vingtaine de sites touristiques, une destination, mais puisqu’on y trouve aussi de la bauxite, alors bientôt le rayonnement de la société de bauxite de Tougué. Mais pour cela tout dépendra du 18 octobre.

Par Jacque Lewa Léno

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

La candidature de Cellou Dalein est-elle une équation ou une adéquation ?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La candidature annoncée et assumée de Cellou Dalein Diallo, à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, a produit l’effet d’un roulement de tonnerre sans fin, dans le ciel politique de la Guinée chroniquement assombri par une nuée de difficultés. Les arguments en faveur et les avis en défaveur de la candidature résonnent de sens par-ci, ruissellent d’erreurs par-là.

Il convient de préciser à l’endroit des uns et des autres (ceux qui approuvent avec ferveur la candidature, comme ceux qui la désapprouvent avec frénésie) que les vérités d’ordre politique ne sont ni bibliques ni coraniques. Car, en effet, le combat politique – ayant pour finalité, la conquête du pouvoir – n’est jamais rectiligne dans sa double dimension stratégique et tactique. A ce propos, Lénine disait : « La Révolution n’est pas la perspective Nevski ». Allusion à l’avenue de 45 kilomètres la plus droite de la ville de Saint-Pétersbourg rebaptisée Leningrad.

L’expérience monumentale du monumental Abdoulaye Wade en est une nette illustration. Politicien doué et roué, opposant coriace et increvable, Abdoulaye Wade a toujours fait la navette entre la rue et les urnes – avec quelques escales en prison – jusqu’au succès du 19 mars 2000. Durant tout son long et rude combat politique, l’adversaire successif des Présidents Léopold Senghor et Abdou Diouf, n’a jamais boycotté une élection ; hormis les communales de 1996. Bref, l’ancien Président sénégalais a démontré éloquemment que la rue et les urnes ne sont pas forcément antinomiques. Donc, vivement l’alliage de la rigidité opportune et de la flexibilité nécessaire !

Au demeurant, la pertinence de la combinaison du moyen de pression (la rue) et du moyen de triomphe (le vote) est administrée par le parcours des Partis communistes d’Europe occidentale. Singulièrement, les imposants Partis communistes français et italien qui sont constamment allés aux élections, tantôt en solo, tantôt en tandem avec leurs cousins socialistes. Une expérience française qui a culminé, en 1981, avec la victoire d’un François Mitterrand épaulé par les communistes.

Comme quoi, le FNDC fait preuve de myopie politique en laissant Cellou Dalein, seul, face à Alpha Condé. Pourtant, le leader et candidat de l’UFDG ne fait que traduire ou appliquer le bréviaire de tout opposant avisé : contester, combattre et concourir. Baptisons ce bréviaire : les 3 C. Contester Alpha, combattre Alpha et concourir au suffrage universel avec Alpha, pour in fine, balayer Alpha. Comme on le voit, ces trois gestes-là sont compatibles. C’est d’autant plus vrai que l’élection présidentielle n’est pas assimilable à l’élection d’un député. Dans la première, les opinions les plus diverses peuvent se réunir et se fixer dans un intérêt commun et supérieur à tous les autres…intérêts. Pardonnez la répétition !

En définitive, ceux qui pointent les « contradictions » ou soulignent les « incohérences » de Cellou Dalein Diallo, doivent se convaincre que la politique de la chaise vide mène précisément vers un futur vide de toute possibilité de changement. Ou alors, que les contempteurs de Cellou Dalein et les procureurs de sa candidature déclinent une alternative valable, en dehors du simple et stérile boycott !

En vérité, l’équation fâcheusement créée par l’Empereur au petit pied, le Samory au rabais et le Sékou Touré sans charisme ni panache (j’ai nommé Alpha Condé) renvoie à une alternative à deux termes : le choix démentiel de la guerre civile en Guinée, choix exclu par les Guinéens de tous bords qui aiment leur patrie. Il s’y ajoute que le Président Alpha Condé et son État ont le monopole des armes et du feu : bonjour le fatal génocide ! Ou bien alors l’option adéquate de la compétition électorale qui est heureusement privilégiée par Cellou Dalein Diallo. Même si – à propos de la présidentielle du 18 octobre 2020 – les dés sont pipés et les cartes biseautées. Toutefois, il faut absolument tacler Alpha Condé dans la surface de réparation ! Sinon, il marquera aisément un troisième but (mandat) et mourra dans les buts, c’est-à-dire au pouvoir.

Par Babacar Justin Ndiaye, politologue sénégalais

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

L’axe doit-il vraiment arrêter de se battre?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Alors que la dictature s'enracine du jour au lendemain en Guinée, j'entends beaucoup des voix s'élever pour demander aux jeunes de l'axe de cesser de lutter pour l'instauration de la démocratie dans notre pays, au prétexte que dans les autres communes ça ne manifeste pas. Oui Zakariaou est tombé mais son président est aujourd'hui ministre sans que la liberté pour laquelle il fut tué ne soit effective. Après lui des centaines d'autres sont tombés sous les balles féroces de forces de sécurité.

Au moment où la liberté et la démocratie sont plus que jamais menacées par un groupe d'individus sans vergogne, dont le seul souci est de remplir les poches, même s'il faut massacrer tout le peuple, faudrait-il donc tout laisser?  Laisser libre chemin à la dictature et aux dictateurs? Oublier les martyrs couchés à Bambeto, alors qu'ils comptent sur leurs camarades vivant pour terminer leur rêve : une Guinée libre, juste et démocratique? Les laisser mourir pour rien?

En juin 1940, alors que sous l'occupation allemande, le Marchal Pétain s'apprêtait à signer l'armistice, depuis Londres, le Général De Gaulle a appelé les français à la résistance. Sans cet appel, la France serait aujourd'hui une région d'Allemagne.

De même, Si Soweto avait lâché, l'apartheid aurait demeurée pour toujours, les martyrs seraient morts pour rien, et Nelson Mandelà serait certainement oublié dans sa cellule de prison.

À la guerre comme à la guerre, ceux qui gagnent sont ceux qui n'abandonnent jamais. Aujourd'hui de mon point de vue, vouloir emmener les jeunes de l'axe à ne plus s'élever contre la dictature et la mauvaise gouvernance, c'est tacitement faire le travail de ceux qui nous bâillonnent. Car en vérité ce qu'ils veulent c'est voir tout le monde se courber devant leur chemin. Ils veulent exactement que Ratoma soit comme Kaloum ou ailleurs où un sac de riz suffirait pour se maintenir à vie au pouvoir. Que tout le peuple meure de misère, tant pis !

Nul n'ayant vu un animal s'apitoyer sur son sort, je dirai que plus que jamais l'axe doit résister, que les autres communes doivent rejoindre le combat, que la Guinée et les guinéens doivent se battre pour la liberté, pour la justice et pour la démocratie.

Même quand personne ne croit plus, ce combat doit continuer, l'axe doit le continuer. J'ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.