Connect with us

A LA UNE

Carburant : que le ministre du Budget nous dise combien les dotations coûtent ?

Published

on

Votre publicité ici

Le ministre du Budget dit qu'en six mois, la Guinée a perdu 765 milliards de francs en subventionnant le carburant. C'est un gros mensonge répété en boucle par les membres du gouvernement. Le carburant n'est pas subventionné en Guinée. On parle de subvention, dès que le prix de vente est inférieur au prix de revient, tel n'est pas le cas en Guinée, la structure des prix des produits pétroliers en fait foi. Aux États-Unis, les carburants sont faiblement taxés, d'où leur bas prix, contrairement à la France où ils sont fortement taxés, comme en Guinée. Ce sont certains pays producteurs de pétrole comme le Venezuela, l'Arabie Saoudite ou l'Iran qui subventionnent le carburant.

Enfin, je reconnais que le carburant est subventionné, mais qui en bénéficie ? Les dirigeants au sein de l'appareil d'Etat exclusivement à travers leurs dotations de carburant, qui représentent des aides financières directes non remboursables allouées à ces personnes. Des montants déraisonnables, au vu des consommations réelles de carburant de chacun des bénéficiaires. Cette pratique est une forme déguisée de détournement des fonds publics, parce qu'il est de notoriété publique, que les tickets de carburant sont échangés contre de l'argent dans les stations service. Que le ministre du Budget nous dise combien nous coûte ces dotations en carburant, car s'il y a perte pour la Guinée, c'est à ce niveau. Ce sont des dépenses qui n'ont aucune utilité pour la collectivité nationale.

Il est clair pour la majorité des Guinéens, que les fruits de leurs durs labeurs et tous leurs sacrifices ne servent qu'à engraisser ces gens. Ce sont des paresseux qui aiment la facilité : ils ont atteint la limite avec les taxes douanières et les impôts sur les entreprises notamment, il ne leur reste plus le seul levier des taxes sur le carburant. Qu'ils nous donnent une seule bonne raison pour qu'on accepte de nous tondre comme des moutons. Sur chaque litre vendu, au moins 250 francs sont prélevés pour être affectés à l'entretien routier, mais regardez l'état de nos routes et l'effondrement des ponts, est-ce encourageant de les accompagner? Alpha Condé a vu les routes et ponts construits par ADO et Macky Sall, on dirait que cela n'a pas suscité un sursaut d'orgueil chez lui pour qu'il se mette au travail.

Il faut du cynisme pour défendre la mal gouvernance et demander aux pauvres Guinéens d'accepter une énième perte de pouvoir d'achat au profit de ces impitoyables rapaces.

Nous devons être fermes et nous préparer à une longue guerre d'usure avec le gouvernement qui est confiant que nous finirons par abandonner la partie comme en 2016.

Le report de la marche de ce lundi n'est pas une reculade, ce mouvement citoyen est pacifique, bien que le gouvernement préfère les violences avec ses forces barbares qui piaffent déjà pour tuer du Guinéen. C'est bien de tester la justice.

Certes, ce combat est difficile, les Guinéens sont réduits à survivre au jour le jour, mais il faut fournir un effort herculéen gagner cette bataille décisive. Nous devons nous faire respecter. Ils nous parlent avec arrogance, alors sans les mamelles de l'Etat, ils sont incapables de gagner leur vie.

Sincèrement, j'ai honte de faire partie des politiciens Guinéens (on ne peut pas dire que c'est une classe politique). Ce sont des opposants au général Lansana Conté qui sont au pouvoir, avec le renfort des nouveaux venus en politique, tous aussi opportunistes les uns que les autres. Notre regretté professeur Alfa Ibrahim Sow les appelait "des entrepreneurs politiques". Mais, on a bien compris leur double langage, selon qu'ils soient loin ou près de "la mangeoire du pouvoir", c'est vraiment dégoûtant. Que cela ne décourage point celles et ceux qui se battent pour le changement. Ils veulent qu'on abandonne la lutte par écœurement, ne leur faisons pas plaisir. C'est difficile, mais nous y arriverons inéluctablement.

Par Alpha Saliou Wann

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

CAF : Ahmad ne pourra pas être candidat à la présidence

Published

on

Votre publicité ici

Le Tribunal arbitral du sport a réduit de cinq à deux ans la suspension de l'actuel président de la Confédération africaine de football.  Mais si sa peine a été réduite de trois ans, Ahmad ne pourra pas cependant se présenter aux élections ce 12 mars, à Rabat.

En novembre dernier la Commission d'éthique de la FIFA avait le malgache d’une suspension de cinq ans pour, entre autres, détournement de fonds.

Compte tenu donc de la tenue vendredi 12 mars des élections pour la présidence de la CAF, une audience a eu lieu en visioconférence les 2 et 3 mars. Après avoir délibéré, le TAS a reconnu M. Ahmad coupable de violation des règles du code d'éthique érigé par la FIFA, pour des violations financières et détournement de fonds. L'organisme judiciaire a cependant absous Ahmad de son rôle dans le contrat signé entre la CAF et l'équipementier Tactical Steel.

Cette décision, ainsi que la réduction de son amende de 200 000 à 50 000 francs suisses (45 000 euros), met fin aux espoirs de réélection de l'ancien président de la CAF. Un jugement qui ouvre inéluctablement la voie au milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, dernier candidat en lice après les retraits de Jacques Anouma, d’Augustin Senghor et d’Ahmed Yahya.

Par Ibrahim Sylla

 

Continue Reading

A LA UNE

Le président nigérien Mahamadou Issoufou lauréat du Prix Mo Ibrahim 2020

Published

on

Votre publicité ici

Le président sortant du Niger, Mahamadou Issoufou, qui laissera sa place à un nouveau président début avril, a remporté lundi le prix Mo Ibrahim 2020, qui récompense une "gouvernance exceptionnelle" en Afrique.

"Le Comité du Prix souligne le leadership exceptionnel du président Issoufou, à la tête d'un des pays les plus pauvres au monde, confronté à un cumul de défis apparemment insurmontables", selon un communiqué de la Fondation Mo Ibrahim.

Mahamadou Issoufou, 68 ans, a été président du Niger pendant 10 ans, renonçant à un troisième mandat. Il est le premier dirigeant de l'espace francophone à remporter ce prix d'excellence.

Dans l'histoire nationale rythmée par les coups d'Etat, la dernière présidentielle de fin 2020 et début 2021, a été la première transition démocratique entre deux présidents élus.

Mohamed Bazoum, dauphin de M. Issoufou, a été élu après un second tour fin février aux résultats contestés par l'opposition, occasionnant des troubles dans Niamey qui ont fait deux morts.

Sur Twitter, le président nigérien a remercié la Fondation.

Je considère ce prix comme un encouragement pour continuer à penser et à agir en vue de promouvoir les valeurs démocratiques et la bonne gouvernance non seulement au #Niger mais aussi en Afrique et dans le monde.

Fondé par Mo Ibrahim, riche entrepreneur des télécommunications d'origine soudanaise, le prix récompense un ancien chef d'Etat ou de gouvernement d'un pays d'Afrique subsaharienne pour son travail dans l'intérêt du public ou son action en faveur du développement durable.

M. Issoufou est le sixième lauréat du prix Mo Ibrahim, richement doté, qui n'avait été plus été décerné depuis 2017, faute de candidat réunissant les qualités requises.

Outre le président du Niger, cinq anciens présidents africains ont été récompensés depuis 2007, quand le prix a été accordé pour la première fois: le Mozambicain Joaquim Chissano (2007), le Botswanais Festus Gontebanye Mogae (2008), le Capverdien Pedro De Verona Rodrigues Pires (2011), le Namibien Hifikepunye Pohamba (2014), et la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf (2017).

L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, icône de la lutte contre l'apartheid, avait été fait lauréat honoraire du prix en 2007.

Les lauréats du prix Mo Ibrahim reçoivent cinq millions de dollars, versés sur dix ans, puis une allocation à vie annuelle de 200.000 dollars.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Décès de l’écrivain et historien Guinéen, Djibril Tamsir Niane

Published

on

Votre publicité ici

L’écrivain et historien Guinéen, Djibril Tamsir Niane est décédé, a-t-on appris  lundi matin 8 mars 2021.

Il est mort à l’âge de 89 ans, des suites de maladie la nuit dernière à Dakar, au Sénégal, selon un membre de sa famille.

Djibril Tamsir Niane est l’auteur du célèbre roman,  Soundiata ou l'épopée Mandingue. Un livre enseigné dans plusieurs pays d’Afrique et d’ailleurs.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance