Connect with us

Afrique

Cameroun: Terrorisme, Biya appelle les populations à utiliser la sorcellerie pour vaincre Boko Haram

Published

on

Votre publicité ici

Paul Biya vient d'inviter les camerounais à faire usage de la sorcellerie pour combattre les terroristes de Boko Haram.

"Le chef de l'Etat a demandé d'intégrer dans la lutte contre Boko Haram, la dimension de la sorcellerie. Nous attendons de chaque village, des actions d'éclat dans ce sens. Nous voulons entendre que tel ou tel village a anéanti ou limité les dégâts de la secte terroriste grâce à la sorcellerie. Battez vous pour votre pays. Impliquez vous activement. C'est ce que le chef de l'Etat attend de vous. Et nous, nous attendons les résultats", ces propos du gouverneur de la région de l'Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari tenus au cours d'une réunion d'évaluation et de sensibilisation sur les activités des comités de vigilance dans le département du Mayo-Sava, sont rapportés par "L'œil du Sahel", un bi-hebdomaire paraissant à Yaoundé.

Le gouverneur (représentant du chef de l'Etat dans la région de l' Extrême -Nord), a prononcé ses propos, le 28 janvier 2016, apprend-on.

Paul Biya le chef suprême des armées camerounaises, comme le présente la loi fondamentale en vigueur, aurait inventé une nouvelle tactique de guerre : " la sorcellerie ". Une pratique pourtant largement condamnée par les lois et règlements en vigueur dans le pays.

En effet, le Code Pénal Pénal camerounais condamne la pratique de la sorcellerie. L'article 251 du Code Pénal réprime les pratiques de sorcellerie en ces termes : « Est puni d'un emprisonnement de deux à dix ans et d'une amende de 5 000 à 100 000 francs celui qui se livre à des pratiques de sorcellerie, magie ou divination susceptibles de troubler l'ordre ou la tranquillité publique, ou de porter atteinte aux personnes, aux biens ou à la fortune d'autrui même sous forme de rétribution. »

En invitant les populations à faire usage de la sorcellerie, le numéro un camerounais lance-t-il le message de l'incapacité de l'armée à éradiquer la secte sur le plan militaire?

Le débat en tout cas enfle depuis ce lundi. Certains pensent que le chef de l'Etat, repercute l'appel de quelques chefs traditionnels de Ngoura à l'Est du pays, qui demandaient sur les antennes de la télévision à capitaux publics, l'autorisation de lancer la foudre aux éléments de Boko Haram.

Les autorités camerounaises ont elles perdu le sommeil au moment où il ne se passe presque plus de jours sans attentat-suicide à l'Extrême-Nord du pays ?

En fin 2015, le gouvernement a établi à 1068 civils, et à 70 militaires et policiers, le nombre de personnes ayant perdu la vie au Cameroun dans le cadre de la guerre contre Boko Haram.

Du 13 au 25 janvier 2016 (soit en près de deux semaines), au moins 57 personnes ont perdu la vie, et 70 autres ont été blessées, dans les attentats-suicides perpétrés par Boko Haram à l'Extrême-Nord du Cameroun, tous des civils comprenant femmes et enfants, soit 11 morts à Kouyapé le 13 janvier 2016, 5 à Nguetchewe le 18 janvier 2016, 37 à Bodo, le 25 janvier 2016 et 4 à Kerawa.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Mali : la Cédéao «rassurée» par les garanties des nouvelles autorités

Published

on

Votre publicité ici

Dix jours après le sommet extraordinaire des chefs d’État de la Cédéao sur la situation au Mali, l’organisation sous-régionale a dépêché une délégation à Bamako, avec à sa tête le médiateur Goodluck Jonathan. La mission rencontre durant deux jours les nouvelles autorités maliennes, mises en place à la suite du coup d’État du 24 mai.

Au palais présidentiel de Koulouba, l’ambiance est détendue au terme d’une réunion d’une heure entre le nouveau président de la transition, le colonel Assimi Goïta et les représentants de la Cédéao. La nomination d’un Premier ministre ce lundi semble avoir marqué la première étape du dégel entre la communauté internationale et le désormais chef d’État malien.

« Maintenant, il s’agit, et cela a été un point du sommet d’Accra, que le gouvernement soit inclusif. Donc, nous allons échanger avec le Premier ministre. Mais d’après ce que nous avons entendu, je crois qu’il y a déjà des consultations engagées dans ce sens », explique Jean Claude Kassi Brou, le président de la commission de la Cédéao.

La question du calendrier et de l’organisation des élections dans neuf mois fut l’autre grand sujet abordé par le comité de suivi de la transition. Un retour à un ordre constitutionnel à la date échue est l’une de ses exigences principales. Sur ce point, pour El-Ghassim Wane, le chef de la mission des Nations unies au Mali, la délégation a été entendue.

« C’est la volonté d’aller de l’avant, de faire en sorte que la transition soit mise en œuvre de manière réussie. Cela a été clairement affirmé par le président de la transition. Évidemment, la Minusma est déterminée à accompagner le Mali dans ce processus en coordination avec la Cédéao, l’Union africaine et les autres membres de la communauté internationale », détaille-t-il.

« Rassurée » par les garanties du colonel Assimi Goïta, la mission de médiation de la Cédéao et ses partenaires poursuivront leurs consultations ce mercredi par un entretien avec Choguel Maïga.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Mali : la France suspend ses opérations militaires conjointes

Published

on

Votre publicité ici

La France « a décidé de suspendre les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes », après le récent coup d’État du 24 mai et « dans l’attente de garanties » sur un retour des civils au pouvoir à l’issue d’élections prévues en février, a annoncé jeudi le ministère des Armées.

La France a suspendu à titre conservatoire les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes, a-t-on appris jeudi 3 juin 2021 d’une source au ministère des Armées, précisant que cette décision était liée à la transition politique en cours au Mali et qu’elle serait réévaluée dans les prochains jours.

« Des exigences et des lignes rouges ont été posées par la CEDEAO et par l’Union africaine pour clarifier le cadre de la transition politique au Mali », et « dans l’attente de ces garanties, la France […] a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit », souligne le ministre dans un communiqué.

Barkhane continuera d’opérer

Par cette décision, la France manifeste sur le terrain sa condamnation du coup d’État, et tente d’appuyer les pressions de la communauté internationale sur les militaires putschistes du Mali.

La force française Barkhane, forte de 5 100 militaires au Sahel, continuera d’opérer mais pour l’heure en solo, précise-t-on au ministère des Armées. En revanche, la force Takuba initiée par la France, composée d’unités de forces spéciales européennes et censée former l’armée malienne au combat face aux jihadistes, compte parmi les activités suspendues.

Ouest France

Continue Reading

A LA UNE

Le Mali suspendu des institutions de la Cédéao

Published

on

Votre publicité ici

Une dizaine de chefs d’Etat ouest-africains, réunis lors d’un sommet régional extraordinaire, ont décidé, dimanche 30 mai, de suspendre le Mali de leurs institutions communes en réponse au récent double putsch des militaires maliens.

« Après de longues discussions, les chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé de suspendre le Mali des institutions de la Cédéao [Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest] », selon le communiqué publié à l’issue de leur rencontre.

La Cédéao a également appelé « à la nomination immédiate d’un premier ministre issu de la société civile » après la désignation, vendredi, du chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, au poste de président par intérim à la suite d’un nouveau coup de force à Bamako.

A la tête de la junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, Assimi Goïta a contraint, cette semaine, à la démission le président de transition Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane, avant de se faire désigner président par la Cour constitutionnelle malienne.

« Plus de légitimité démocratique ni de transition »

Ce coup de force le place en porte-à-faux avec les membres de la Cédéao, qui ont de nouveau exigé dimanche à l’issue d’une réunion dans la capitale du Ghana, Accra, que le Mali respecte son engagement de procéder à une transition devant s’achever en février 2022 par une élection présidentielle.

Dans un entretien publié par Le Journal du dimanche, le président Emmanuel Macron a, de son côté, brandi la menace d’un retrait des 5 100 soldats français de l’opération « Barkhane », disant ne pas vouloir rester « aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition ».

L’entourage d’Assimi Goïta avait, de son côté, déclaré plus tôt dimanche qu’il se rendrait à la réunion de la Cédéao.

Les pays de l’organisation avaient ordonné la fermeture des frontières terrestres avec le Mali après le coup d’Etat l’an dernier, provoquant une chute de 30 % des importations du pays, avant que les sanctions ne soient levées en octobre.

Le Monde avec AFP et Reuters

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance