Connect with us

Afrique

Burkina : Salif Diallo, le président de l’Assemblée nationale, est décédé

Publié

le

Votre publicité ici

Le président de l'Assemblée nationale burkinabè, Salif Diallo, est décédé à Paris dans la nuit. Il avait 60 ans.

Salif Diallo s’était rendu récemment à Tunis pour se soigner, avant de rejoindre la capitale française pour un « repos médical », selon un proche interrogé par Jeune Afrique. Il y est décédé des suites d’une longue maladie.

Compagnon de Blaise Compaoré jusqu’à leur divorce en 2008, Salif Diallo a marqué la vie politique du Burkina durant ces trente dernières années.

Il était président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP – au pouvoir) dont il est l’un des co-fondateurs en 2014 avec Roch Marc Christian Kaboré, devenu chef de l’État, et Simon Compaoré, l’actuel ministre de la Sécurité.

Homme politique habile et connu pour son franc-parler, le natif de Ouahigouya (dans le nord du pays) fut directeur de cabinet de l’ancien président Compaoré en exil et ministre à maintes reprises (Eau et Environnement, Agriculture, etc.)

Jeune Afrique

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Devenez annonceur sur guinee28.info

A LA UNE

Il s’agit du naufrage le plus meurtrier en 2020 : au moins 140 migrants périssent au large du Sénégal

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Un bateau transportant environ 200 migrants a fait naufrage, faisant au moins 140 morts. Le drame a eu lieu la semaine dernière au large du Sénégal.

« Au moins 140 personnes se sont noyées après que leur bateau, qui transportait environ 200 personnes, a coulé au large du Sénégal », a annoncé jeudi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans un communiqué, indiquant qu’« il s'agit du naufrage le plus meurtrier en 2020 ».

Sans préciser le nombre de passagers, les autorités sénégalaises avaient annoncé un bilan d'au moins 10 morts, pour une soixantaine de personnes secourues lors de ce naufrage qui a provoqué une forte émotion dans le pays.

« Une explosion du moteur et des fûts de carburant »

Entre le 7 et le 25 octobre, la marine sénégalaise, appuyée par la Guardia Civil espagnole, a intercepté cinq pirogues en partance pour l'Europe, secourant au total 388 personnes, selon le gouvernement, qui fait état de « 28 présumés convoyeurs » interpellés. Une de ces pirogues avait connu une avarie grave, lorsqu'un incendie s'est déclaré à bord le 23 octobre au large de Mbour, à plus de 80 km au sud-est de Dakar, provoqué par « une explosion du moteur et des fûts de carburant à bord », selon le gouvernement.

La version de l'OIM est légèrement différente. Des membres des communautés locales lui ont indiqué que le bateau avait quitté Mbour le 24 octobre, et non le 23, et que c'est au large de Saint-Louis, dernière ville sénégalaise avant la Mauritanie, que l'incendie s'est produit quelques heures plus tard et que le bateau a chaviré. Selon les informations de l'OIM, le bateau avait pour intention de rallier l'archipel espagnol des Canaries, au large du Maroc.

Avec AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

13 migrants, dont 7 femmes périssent dans un naufrage au large de la Tunisie

Publié

le

Par

Votre publicité ici

De nouveaux corps de migrants ont été repêchés en Méditerranée lundi 12 octobre après le naufrage dimanche d’une embarcation au large de la Tunisie, portant le bilan des victimes à 13 morts et 9 disparus, a indiqué le tribunal de Sfax. Dimanche, 7 personnes, 5 hommes et 2 femmes, avaient été secourues au large de Sfax, dans le centre-est de la Tunisie.

D’après le porte-parole du tribunal de Sfax, Mourad Turki, 11 corps avaient été retrouvés lundi à la mi-journée, et 2 autres l’ont été dans l’après-midi. Le bateau transportait 29 personnes, dont 2 Tunisiens et des personnes originaires de divers pays d’Afrique subsaharienne, selon les propos des survivants rapportés par M. Turki à l’AFP.

Parmi les corps retrouvés, 7 femmes de 20 à 30 ans et 3 enfants, dont 1 de moins de 6 mois. Le corps d’un des deux Tunisiens, originaire de Sfax, a également été repêché. Les recherches se poursuivent, a précisé M. Turki.

Après un pic des départs de Tunisie en 2011, suivi d’une forte chute, les tentatives d’émigration illégale augmentent à nouveau depuis 2017, le pays étant secoué par l’instabilité politique et durement frappé par la pandémie de nouveau coronavirus qui a entraîné une flambée du chômage.

8 581 personnes interceptées

Le ministère de l’intérieur a annoncé dimanche avoir empêché dans la nuit de samedi à dimanche 32 traversées clandestines et arrêté 262 personnes âgées de 15 à 44 ans, dont deux ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne.

Au péril de leur vie, des milliers de migrants tentent régulièrement la traversée de la Méditerranée sur des embarcations clandestines, essayant de rejoindre l’Europe où ils espèrent trouver du travail et des perspectives.

Depuis le début de l’année 2020 et jusqu’à mi-septembre, 8 581 personnes ont été interceptées alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Europe par la mer depuis les côtes tunisiennes, selon des statistiques du ministère de l’intérieur. Parmi elles, 2 104 étaient étrangères.

Lors d’une visite en août à Tunis, le ministre italien des affaires étrangères Luigi Di Maio avait averti qu’il n’y aurait plus de place pour les migrants arrivés illégalement en Italie, après avoir annoncé des opérations de rapatriement des Tunisiens à partir du 10 août.

Source : le Monde avec AFP

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Algérie : migrants et demandeurs d’asile forcés à quitter le pays

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Dans au moins neuf villes au cours des dernières semaines, les autorités algériennes ont expulsé des milliers de migrants et de demandeurs d’asile vers le Niger lors de rafles en série de personnes de plusieurs nationalités, pour la plupart des Africains subsahariens, a déclaré vendredi Human Rights Watch.

Les forces de sécurité ont séparé des enfants de leurs familles lors d’arrestations de masse, dépouillé les adultes de leurs biens, les empêchant de contester leur expulsion et refusant de vérifier leur éligibilité au statut de réfugiés. Plusieurs dizaines de demandeurs d’asile enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) font partie des personnes arrêtées, dont plusieurs ont déjà été expulsées, souligne Human Rights Watch.

Depuis le début du mois de septembre, l’Algérie a expulsé plus de 3 400 migrants d’au moins 20 nationalités différentes vers le Niger, dont 430 enfants et 240 femmes, selon des organisations humanitaires travaillant au Niger. Cela porte le nombre de personnes expulsées sommairement vers le Niger cette année à plus de 16 000, dont un peu plus de la moitié sont des Nigériens.

Guinee28

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.