Connect with us

International

Brésil: Dilma Rousseff destituée, Michel Temer nouveau président

Published

on

Votre publicité ici

Michel Temer est devenu le nouveau président du Brésil, quelques heures après la destitution controversée de Dilma Rousseff pour maquillage des comptes publics, mettant fin à 13 ans de règne de la gauche dans le plus grand pays d'Amérique latine.

Ancien vice-président de Mme Rousseff dont il a précipité la chute, l'homme fort du PMDB (centre droit) a prêté serment au Sénat et dirigera un Brésil dans la tourmente jusqu'aux prochaines élections législatives et présidentielle fin 2018.

Tout aussi impopulaire que sa rivale, Michel Temer, 75 ans, a promis de "remettre le Brésil sur les rails" lors de sa première réunion de cabinet.

"Il faudra en sortir sous les applaudissements des Brésiliens. Cela va être difficile", a reconnu le nouveau président, qui est parti ensuite vers la Chine pour un sommet du G20.

"Mon unique intérêt est de remettre à mon successeur un pays pacifié, réconcilié et en croissance économique", a-t-il répété dans une allocution télévisée.

Dilma Rousseff a réagi avec sur virulence à sa destitution: "Le Sénat a pris une décision qui entre dans l'histoire des grandes injustices. Il a commis un coup d'Etat parlementaire", a-t-elle dénoncé tout en réaffirmant son innocence.

Elle a promis à Michel Temer et ses nouveaux alliés de droite "l'opposition la plus déterminée à laquelle puisse s'attendre un gouvernement de putschistes".

Une majorité de plus des deux tiers des sénateurs a voté sans surprise pour la destitution de la dirigeante de gauche, première femme avoir été élue à la tête du Brésil en 2010, puis réélue de justesse en 2014.

Sur les 81 parlementaires, 61 ont voté pour sa destitution. Seulement 20 ont voté contre.

- 'A bientôt' -

"Dilma Rousseff a commis des crimes importants (...), elle a été condamnée et perd ainsi son mandat de présidente de la République", a conclu le président de la Cour suprême (STF) Ricardo Lewandowski, qui dirigeait les débats du Sénat transformé pour l'occasion en tribunal.

Mme Rousseff a en revanche conservé ses droits civiques à la faveur d'un second vote, où la majorité des deux tiers requise pour l'en priver pendant huit ans n'a pas été atteinte. Seuls 42 sénateurs ont voté pour, 36 contre et 3 se sont abstenus.

"Cela signifie qu'elle reste éligible. Elle pourra être candidate à des mandats de sénatrice, de députée, mais pas à la présidence en 2018 puisqu'elle a déjà été élue pour deux mandats consécutifs", a expliqué à l'AFP un universitaire de Rio, Rogerio Dultra dos Santos.

"Nous reviendrons", a d'ailleurs promis au nom de la gauche l'ex-dirigeante, s'exprimant depuis sa résidence du palais de l'Alvorada où elle avait suivi le vote en compagnie de son mentor, l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva.

Dans les rues voisines du Congrès, quelques dizaines de partisans de Dilma Roussef ont manifesté, alors que son parti mobilisait les foules par le passé.

"Nous venons protester contre le coup d'Etat et voulons nous battre pour la démocratie", a affirmé Orlando Ribeiro, un fermier de 61 ans.

A Sao Paulo, la police anti-émeute a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants.

Et quelques centaines de personnes ont manifesté dans le calme dans le centre de Rio de Janeiro, agitant des drapeaux et scandant "Temer dehors!"

- 'Trahison' -

Englué depuis la réélection de Mme Rousseff fin 2014 dans une crise politique et économique de magnitudes historiques, sur fond de méga-scandale de corruption, le Brésil, cinquième pays le plus peuplé de la planète, rompt ainsi avec 13 ans de gouvernements du Parti des travailleurs (PT) commencés en 2003 par Lula.

D'autres gouvernements de gauche en Amérique latine n'ont pas tardé à réagir : le gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro a annoncé le gel des relations diplomatiques et le rappel de son ambassadeur.

En Equateur, le président socialiste Rafael Correa a dénoncé une "trahison" et décidé de rappeler son chargé d'affaires au Brésil, tandis que le gouvernement cubain "rejetait énergiquement le coup d'Etat parlementaire", également critiqué par la Bolivie d'Evo Morales.

Brasilia a rappelé pour consultations ses ambassadeurs au Venezuela, en Bolivie et en Equateur dans la foulée.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a sobrement "pris note" de la décision du Sénat brésilien dans un bref communiqué et adressé "ses meilleurs voeux" à M. Temer.

Dilma Roussef était accusée d'avoir maquillé les comptes publics pour camoufler l'ampleur du déficit et d'avoir approuvé trois décrets engageant des dépenses sans le feu vert du Parlement.

Pour la défense de Mme Rousseff, tous ses prédécesseurs ont fait de même sans être inquiétés. Il s'agit donc d'un "coup d'Etat" institutionnel orchestré par l'opposition de droite et Michel Temer.

Ce dernier avait porté un coup fatal à l'ex-guérillera de 68 ans torturée et emprisonnée sous la dictature (1964-1985) en poussant en mars son grand parti centriste, le PMDB à claquer la porte de sa coalition.

La démonstration de combativité administrée lundi par Dilma Rousseff, répondant pendant plus de 14 heures au feu roulant de questions des sénateurs avec calme et fermeté, n'était donc qu'un baroud d'honneur.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Inondations mortelles en Europe

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 157 personnes ont péri dans les récentes crues provoquées par des pluies diluviennes dans l'Ouest de l’Europe, principalement en Allemagne et Belgique. Les inondations ont également causé des dégâts au Luxembourg ainsi qu'aux Pays-Bas ou en Suisse.

En Belgique, les autorités ont dénombré 24 morts ce samedi 17 juillet, soit quatre de plus par rapport au dernier bilan d’hier vendredi.

Mais c'est l'Allemagne qui paie le plus lourd tribut, avec au moins 133 décès, selon un nouveau bilan de la police samedi. Face à la catastrophe, des sauveteurs de plusieurs pays accourent pour apporter leur aide aux allemands.

Environ 1300 personnes sont toujours injoignables dans le district d'Ahrweiler, en Rhénanie-Palatinat, selon les médias allemands.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Haïti: le président Jovenel Moïse assassiné par un commando

Published

on

Votre publicité ici

Le président haïtien Jovenel Moïse, 53 ans, a été assassiné tôt mercredi matin 7 juillet. Sa résidence, en banlieue de Port-au-Prince, aurait été attaquée vers 1h du matin par des hommes armés, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph dans un communiqué.

« Vers 1h du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient espagnol ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'État », indique le communiqué.

Il précise également que l'épouse du président a été blessée dans l'attaque et hospitalisée.

« Situation sécuritaire sous contrôle »

Le Premier ministre sortant appelle la population au calme, indiquant que la police et l'armée allaient assurer le maintien de l'ordre. « La situation sécuritaire est sous contrôle », assure-t-il.

Jovenel Moïse était au pouvoir depuis 2017. Sa légitimité était remise en question depuis plusieurs mois. L'opposition et la société civile réclamaient de nouvelles élections. Le président avait préféré organiser en juin un référendum sur une nouvelle Constitution. Un scrutin reporté au 26 septembre en raison de l'épidémie de Covid-19, en même temps qu'une présidentielle et des législatives.

Mardi, un nouveau Premier ministre avait été nommé, le docteur Ariel Henry, avec pour mandat de régler le problème politique mais aussi de s'attaquer à l'insécurité. Le quartier de Martissant, tout proche du palais présidentiel à Port-au-Prince, était bloqué depuis le 1er juin par une guerre des gangs qui paralysait tout l'ouest de la capitale et une partie du pays. Car il s'agit d'un point routier obligé pour se diriger vers l'ouest du pays, ce qui a entraîné l'exode de milliers de personnes.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Afghanistan: le retrait des soldats américains commence 20 ans après leur arrivée

Published

on

Votre publicité ici

Après 20 ans de guerre en Afghanistan, les soldats américains rentrent chez eux. Un départ qui commence ce samedi, et qui doit se poursuivre jusqu’au 11 septembre. Les troupes de l’Otan, qui se sont calées sur le calendrier américain, ont commencé leur retrait ce jeudi.

Deux mille cinq cents soldats américains doivent quitter l’Afghanistan, s’y ajoutent 16 000 sous-traitants civils et leur équipement, ainsi que 7 000 soldats de l’Otan, tous dépendent de l’armée américaine pour le transport de troupes et de matériel.

Parmi les 36 pays qui participent à cette alliance, les plus engagés, outre les Américains, sont l’Allemagne – 1 300 soldats, l’Italie (un peu moins de 900), le Royaume-Uni (750) et la Turquie (600).

Ce retrait, a précisé la Maison Blanche, s’accompagne d’un déploiement provisoire de renforts, en Afghanistan et dans les pays alentours, pour raisons de sécurité. Depuis l’annonce du départ des troupes étrangères, les talibans multiplient déjà les attaques contre les policiers et militaires afghans : plus d’une centaine ont été tués ces deux dernières semaines.

Ce vendredi, au moins 21 personnes ont été tuées et 90 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée à Pul-e-Alam, la capitale de la province de Logar (est). L'attentat a pris pour cible une maison d'hôtes où vivaient des dizaines de personnes.

Depuis 2015, les forces de l’Otan formaient les forces de sécurité afghane pour assurer la sécurité dans le pays après le départ des alliés. Mais à l’heure où cette mission « Resolute support » s’achève, le chef du commandement central de l'armée américaine, le général McKenzie, s'est dit inquiet de la capacité de l'armée afghane à remplir cette mission, sans le renseignement et le soutien armé que lui fournissait également depuis des années la coalition, et qui lui donnait un avantage certain sur les talibans.

Le départ des forces de l'Alliance pourrait plonger l'Afghanistan dans une nouvelle guerre civile ou permettre le retour au pouvoir des talibans, qui en avaient été chassés fin 2001.

RFI

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance