Connect with us

A LA UNE

Belgique : une ministre d’Alpha Condé impliquée dans un scandale de corruption

Published

on

Votre publicité ici

Alors que Vincent Bolloré était toujours en garde à vue mercredi, le procès de son homme-lige Hubert Fabri et de la "galaxie Socfin" débute demain.

Parfois, l’actualité malicieuse fait s’entrechoquer des affaires étonnamment proches. Alors que, ce mercredi, le puissant industriel français Vincent Bolloré se trouvait toujours en garde à vue à Nanterre, auditionné dans une affaire de corruption d’agents publics étrangers, c’est un dossier tout à fait similaire qui s’apprête à être jugé à Bruxelles. Et qui concerne une société dont Bolloré est actionnaire à 38,7%.

Sept ans après le début de l’enquête, quatre entités du groupe Socfin, actif dans la production d’huile de palme et de caoutchouc, et cinq personnes physiques – dont son actionnaire majoritaire, le belge Hubert Fabri, très proche de Vincent Bolloré – comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel, avant que l’affaire ne soit renvoyée du 23 au 25 mai. Parmi les prévenus figure une Guinéenne, Mariama Camara, qui sera jugée pour corruption passive.

La ministre de l’Agriculture impliquée

Cette ancienne directrice de la Société guinéenne du palmier à huile et hévéa (Soguipah) – et qui fut à la tête de cette entité d’État pendant une trentaine d’années – est devenue ministre de l’Agriculture, le 27 décembre dernier, nommée par le président Alpha Condé. Selon le magazine Complément d’enquête, les enquêteurs français se demandent si le Président Condé n’a pas concédé le port de Conakry à Vincent Bolloré contre le financement de sa campagne présidentielle victorieuse en 2011. Mariama Camara est soupçonnée d’avoir encaissé plus de 4,2 millions d’euros pour son bénéfice personnel – ce qu’elle conteste – par le truchement des autres prévenus, qui seront jugés pour abus de confiance, corruption active, faux et usage de faux et blanchiment.

L’affaire prend sa source dans une autre procédure, toujours en cours: le volet "évasion fiscale" du même dossier. En première instance, le tribunal avait conclu à l’irrecevabilité des poursuites avant que la cour d’appel ne le déjuge et ouvre la porte à un nouveau procès, en février dernier. Mais la procédure qui s’annonce à Bruxelles est bien plus dérangeante pour le groupe Socfin, qui appartient à 50,7% à l’ucclois Hubert Fabri, 66 ans, homme-lige de Bolloré en Afrique.

En 2009, lors d’une perquisition menée au siège des sociétés du groupe Socfin dans le cadre du dossier d’évasion fiscale présumée, instruit par le juge bruxellois Jean-Claude Van Espen, les enquêteurs saisissent des documents en rapport avec la société Socficom, basée au Liechtenstein et qui servait à rémunérer les employés du groupe Socfin à l’étranger. Sur des documents saisis, les enquêteurs trouvent des traces de versement avec la mention suivante: "avance WAT", comme West African Trading, société de droit anglais détentrice des contrats de commercialisation entre les plantations du groupe Socfin et la Soguipah.

Cette société-écran (dénomination que conteste la défense) avait signé une convention avec la Soguipah de Mariama Camara. Chaque année, entre 2002 et 2010, la Soguipah faisait réserver 5% du prix d’achat de son caoutchouc au titre d’une "dette fournisseur". Mais selon les éléments du parquet de Bruxelles, cet argent était en fait transféré sur les comptes personnels de Mariama Camara, en France et en Suisse au titre de commissions occultes. En 2011, l’affaire est mise à l’instruction. En 2015, les prévenus étaient renvoyés devant le tribunal.

Selon les arguments de la défense, Mariama Camara touchait cet argent en parfaite transparence avec le gouvernement guinéen, afin "d’optimaliser le fonctionnement de la Soguipah. L’argent pour payer des pièces de rechange est resté entre les mains de Mariama Camara parce que la société guinéenne ne pouvait pas avoir de compte à l’étranger", a affirmé l’un des prévenus aux enquêteurs. Dans un courrier adressé au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders en 2011, son homologue guinéen avait fustigé l’enquête belge et clamé "qu’aucun reproche ne peut être fait à la directrice générale (de la Soguipah, NDLR) dont l’intégrité exemplaire et le professionnalisme ont été reconnus, année après année, depuis sa nomination".

La Soguipah ne s’est pas constituée partie civile. Quant à Vincent Bolloré, il n’a été ni inculpé, ni entendu par les enquêteurs. Le groupe Socfin, coté à la Bourse du Luxembourg, est actif dans une dizaine de pays d’Afrique et d’Asie. Il produit de l’huile de palme et du caoutchouc sur plus de 180.000 hectares et engage plus de 45.000 employés.

Source : lecho.be   

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« On n’a jamais mis des opposants en prison », jure Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Alors que plusieurs militants et responsables de l’opposition croupissent sans jugement depuis plusieurs mois à la maison centrale, dont au moins quatre ont déjà perdu la vie, le président Alpha Condé a nié avoir emprisonné des opposants. Pour lui, ceux qui sont « en prison ne sont pas des hommes politiques », a-t-il déclaré ce mercredi 24 février 2021, en marge du lancement du forum pour l’investissement en Guinée  (Guinea Investment Forum).

« La Guinée a fait d’énormes progrès sur le plan des droits humains, mais on continue toujours de nous considérer comme avant. Les pays qu’on dit démocratiques en Afrique, mettent leurs opposants en prison. Nous, on n’a jamais mis des opposants en prison », a dit Alpha Condé, ajoutant que « les gens qui sont en prison ne sont pas des hommes politiques ».

Dans son discours, le chef de l’Etat a aussi traité les guinéens des tortues « sans honte ».

« Les Guinéens n’ont pas honte, ils ont peur. Alors, c’est comme la tortue, il faut mettre le feu derrière », et « c’est ce qui va se passer », dit-il, avant de promettre que d'ici la fin de l'année il va ''récupérer"  tous les "biens de l'Etat détournés".

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Ebola : Rémy Lamah se donne six semaines pour éradiquer la maladie

Published

on

Votre publicité ici

Alors que la campagne de vaccination contre la fièvre hémorragique Ebola, lancée hier mardi, se poursuit en Guinée, le ministre de la Santé espère éradiquer le virus «en six semaines».

«Je pense qu’en six semaines, on peut en avoir terminé avec cette maladie», a confié à l’AFP le ministre Rémy Lamah.

Plus de 11 000 doses de vaccin fournies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sont arrivées lundi en Guinée. L’OMS prévoit d’acheminer prochainement des États-Unis 8500 doses supplémentaires, pour éliminer la maladie qui a déjà fait cinq morts depuis sa réapparition à Gouéké en Guinée forestière, il y a un peu plus d’une semaine.

Un total de 385 cas contacts a été recensé par les autorités sanitaires. Ils font dans leur grande majorité l’objet d’un suivi et seront prioritairement vaccinés, selon Bouna Yattassaye, directeur adjoint de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), cité par l’AFP.

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Manifestation contre les délestages électriques à Faranah

Published

on

Votre publicité ici

A peine réélu pour un troisième mandat contesté, le président Alpha Condé fait face à une grogne dans ses propres fiefs.

Après Kissidougou en début de semaine, une manifestation a été signalée ce mercredi 24 février 2021, à Faranah, où on avait pourtant voté à plus de 100% en faveur du chef d’Etat, lors de la présidentielle du 18 octobre dernier.

Les manifestants qui érigent des barricadent  dans plusieurs ruelles de la commune urbaine, protestent contre les délestages électriques.

Lundi passé, une manifestation similaire avait éclaté dans la ville de Kissidougou, un autre fief électoral du parti au pouvoir. Mais les protestataires avaient été rapidement dispersés par les agents de forces de sécurité à l’aide des gaz lacrymogènes.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance