Connect with us

Politique

Bauxite, fer et chemin de fer : Alpha Condé fait les yeux doux à Pékin

Publié

le

Votre publicité ici

Pour sortir son économie de l’ornière, la Guinée se tourne vers la Chine. Le président Alpha Condé y a débuté une tournée de dix jours. La Guinée fait peur aux investisseurs. Le magazine Forbes le classe au deuxième rang des pires pays pour les affaires : 143e sur 144 pays classés, juste après le Tchad. Si le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une croissance de 4 % en 2016, après une croissance nulle en 2015, la Guinée devra cependant résoudre les problèmes liés à son important déficit budgétaire. Les caisses sont vides et le budget de l’Etat pour 2016 est de 5 % inférieur à celui de 2015, fragilisant encore un peu plus le président en exercice.

La Guinée sort en effet d’une annus horribilis : Ebola, chute des cours des matières premières et début de second mandat difficile pour Alpha Condé, marqué par les suites des violences qui ont entouré la présidentielle… La croissance pourrait heureusement rebondir si l’on en croit les sourires et l’optimisme affichés par la large délégation qui accompagne en Chine le président Condé. Une longue tournée de dix jours, chose rare pour un chef d’Etat africain, qui a débuté samedi 29 octobre à Pékin.

Capitalisation de la crise Ebola

Premier succès : la « montagne de fer » de Simandou pourrait enfin se réveiller. Le gouvernement comptait beaucoup sur Rio Tinto pour créer des milliers d’emplois et remplir les caisses. Mais la montagne a accouché d’une souris, si bien que la reprise annoncée des parts du géant anglo-australien par le groupe minier chinois Chinalco lors de cette tournée est un soulagement.

Simandou pourrait devenir l’une des plus importantes mines de fer au monde et l’un des principaux projets miniers d’Afrique. Objectif : produire 100 millions de tonnes de minerai de haute qualité chaque année.

Rio Tinto avait signé en 2014 un accord avec le gouvernement guinéen pour l’exploitation du site. Mais le géant minier avait estimé en juillet ne pas pouvoir mener à bien le projet en l’état actuel des cours mondiaux. Le nouvel accord a été formellement signé, vendredi 28 octobre, à Pékin. Montant de l’opération : entre 1 et 1,2 milliard d’euros pour Rio Tinto.

Autre accord signé en Chine : l’extension de la zone est du port autonome de Conakry. Un contrat de 800 millions de dollars remporté par China Harbour Engineering Company (CHEC). L’entreprise présente en Guinée depuis quatre ans annonce que les travaux vont permettre de créer cinq cents emplois directs et un millier d’emplois indirects. Le port deviendra l’un des plus importants de la sous-région avec trois nouveaux quais construits. A cela s’ajoutent des contrats pour des autoroutes, des habitations à loyer modérés et une cité universitaire, ainsi que la rénovation d’une série d’infrastructures qui s’ajouteront aux nombreuses constructions chinoises de Conakry.

La liste des grandes entreprises chinoises reçues par la délégation guinéenne en dit long sur les ambitions de Pékin dans le pays : Norinco (défense) ; China Railway Construction Corporation (chemins de fer, route) ; CWE, PowerChina et Equip China Powering the World (énergie) ; China Road and Bridge Corporation (routes et infrastructures) ; China Harbour Engineering Company (ports et infrastructures) ; China National Heavy Machinery Corporation (équipement et hydraulique) ; CGC (mines et travaux publics)…

Deux projets ont déjà connu un sérieux coup d’accélérateur : la construction d’un second barrage hydroélectrique par PowerChina et la ligne de chemin de fer Bamako-Conakry par CRCC.

Ces accords montrent à quel point la Chine est devenue un acteur incontournable dans la région. Conakry, avec son ouverture maritime, est un partenaire de choix pour Pékin. Selon les chiffres présentés lors de cette visite présidentielle, les échanges entre les deux pays ont plus que doublé entre 2011 et 2015 pour atteindre près de 1 milliard de dollars cette année, en hausse de 22 %.

La Chine a notamment capitalisé sur l’aide médicale et financière qu’elle a apportée au pays lors de l’épidémie d’Ebola. Pékin a alors offert l’équivalent de 1 million de dollars de médicaments et 31 tonnes de matériel médical. La Chine a aussi apporté son soutien à la prévention avec un nouveau chèque cette année de 5 millions de dollars à Conakry.

Par Sébastien Le Belzic chroniqueur Le Monde Afrique, Hongkong

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral de Faya Millimono ?

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Mais qu’est-ce qui se passe au Bloc libéral ? S’achemine-t-on vers l’implosion de cette formation politique dirigé par Faya Millimono ? Si rien n’est moins sûr, depuis quelques semaines ce dernier fait face à des frondeurs qui l’accusent de vouloir annuler le récent congrès du parti dans le but d’écarter ses collaborateurs qu’il ne parviendrait pas à manipuler. Pire, « il n’est plus le président du Bloc Libéral », clame une frondeuse.  

« Nous n’accepterons pas que le congrès soit annulé. La décision de Dr Faya est nulle et de nul effet parce qu’il est un président périmé. Son mandat a expiré depuis le 26 août. Donc, il n’est plus le président du Bloc Libéral. Il est un simple militant comme nous autres. En attendant que l’élection du bureau ne soit reprise et qu’il soit réélu », a clamé Halimatou Dianwadou Baldé ,vice-présidente du Conseil National des Jeunes du Bloc Libéral dans un entretien avec nos confrères de guineeatin.com.

« Nous avons organisé un congrès physique pour les fédérations qui sont à Conakry et qui sont partis au siège ; et, un congrès en ligne, via zoom pour ceux qui sont en dehors de Conakry. On a voté ici au siège, devant les médias ; et, les résultats partiels ont été sortis. En ligne, les gens ont voté pour les quatre structures nationales ; à savoir : le bureau national des femmes, celui des jeunes, des sages et le bureau exécutif dont Dr Faya était le président. Pendant l’élection, les trois bureaux (celui des femmes, des jeunes et de sages : ndlr) n’ont eu aucun problème ; mais, arrivée au niveau du bureau exécutif, le vote  physique s’est passé librement. C’est au niveau du vote en ligne où ils ont estimé qu’il y a eu des anomalies. En principe, tous les résultats devraient être connus le même jour parce que tout le monde voyait le pourcentage au fur et à mesure. Mais, ils ont refusé de donner les résultats. 72 heures après, nous avons commencé à réclamer les résultats et nous avons estimé que s’ils refusent de publier ces résultats, c’est qu’ils veulent les modifier. C’est plus de 10 jours après que Dr Faya est venu nous dire que le congrès doit être annulé. Nous avons dit non, on ne peut pas annuler un congrès passé devant tout le monde, y compris les médias. Nous avons dit que dans une élection, on peut rencontrer des anomalies majeures ou mineures ; mais, lorsqu’on trouve que le problème se situe à un seul niveau, même si c’est le bureau exécutif où on suppose que le zoom a caché quelque chose, qu’on reprenne pour celui-là et qu’on conserve les autres résultats », a-t-elle expliqué, accusantFaya Millimouno de chercher à inverser les résultats du congrès.

« C’est parce qu’il n’est pas satisfait des résultats obtenus ; car, les gens qu’il avait préparés pour évincer les autres n’ont pas été élus par les militants à la base », dit-elle.

Depuis le début de cette crise, l’accusé Faya Millimono reste, du moins pour l’instant, silencieux. Mais combien de temps le faudra-t-il encore ?

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle en Guinée : front commun contre Alpha Condé

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Les onze candidats de l’opposition à la présidentielle du 18 octobre ont décidé de former un front commun contre le président de la République, candidat à sa propre succession pour un troisième mandat.

Créé à l’issue d’une réunion tenue ce vendredi, 18 septembre 2020, au siège du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail (PACT),  ce front dénommé collectif des candidats pour l’alternance, vise à battre Alpha Condé dans les urnes.

« Nous sommes réunis autour des questions électorales. Nous avons mis en place le collectif des candidats pour l’alternance. Ce collectif va mutualiser les moyens et les expériences pour que les élections se passent dans des conditions acceptables sur le terrain le 18 octobre. Nous allons, à l’issue de cette réunion, formaliser ce collectif qui va commencer à travailler, notamment pour adresser rapidement un courrier à l’administration, à la CENI, pour un certain nombre de questions relatives aux bureaux de vote et aux PV à l’issue des élections. Et, une équipe technique va être mise en place pour voir dans quelle mesure nous allons mutualiser nos moyens et nos efforts sur le terrain », a annoncé Dr Makalé Traoré, candidate du Parti de l’Action Citoyenne pour le Travail à la présidentielle prochaine, citée par nos confrères de guineematin.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Présidentielle du 18 octobre : Sidya Touré demande à ses militants de ne pas voter

Publié

le

Par

Votre publicité ici

L’Union de forces républicaines (UFR) de Sidya Touré a demandé à ses militants de ne pas voter le 18 octobre, jour de l’élection présidentielle, boycottée par le parti.  

« Pour ce scrutin du 18 octobre 2020 à venir, l’UFR demande à ses militants et sympathisants, de ne pas prendre part à cette élection illégale et illégitime.  En conséquence, l’UFR ne donne aucune consigne de vote en faveur d’un quelconque candidat ou Parti politique », a annoncé le parti dans un communiqué.

Lisez :

Conformément à la position du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et de la majorité de ses militants et sympathisants, l’Union des Forces Républicaines (UFR) ne participera pas à la mascarade électorale du 18 octobre 2020.

Depuis avril 2019, l’UFR milite au sein du FNDC pour la défense de la constitution de 2010 et pour empêcher Alpha CONDE de s’octroyer une présidence à vie dont les conséquences seront l’aggravation de la destructuration de l’Etat, de la déchirure du tissu social, de la pauvreté ainsi que la dégradation de l’environnement et des infrastructures sociales de base (eau, électricité, routes, écoles, hôpitaux, etc … ).

En dépit des nombreuses victimes enregistrées pendant les manifestations contre ce projet funeste, le régime d’Alpha CONDE a organisé le 22 mars 2020 un double scrutin législatif et référendaire aux résultats hautement contestés.

Pour ce scrutin du 18 octobre 2020 à venir, l’UFR demande à ses militants et sympathisants, de ne pas prendre part à cette élection illégale et illégitime.

En conséquence, l’UFR ne donne aucune consigne de vote en faveur d’un quelconque candidat ou Parti politique.

C’est pourquoi l’UFR invite ses militants et sympathisants ainsi que les populations guinéennes à rester mobilisés dans le cadre du FNDC et à poursuivre le combat pour une alternance crédible.

Vive l’UFR

Vive le FNDC

Vive la République

Par Guinee28

 

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.