Connect with us

Politique

Bah Oury très amer : Que cherche M. Alpha Condé à Dakar ?

Published

on

La visite de travail que le Chef de l’Etat guinéen effectue à Dakar du 06 au 08 août2015 où les questions sécuritaires seront au menu des discussions avec son homologue du Sénégal, intrigue les observateurs de la scène politique régionale. En effet les points de convergence diplomatique entre Dakar et Conakry sont rares et les approches de résolutions des crises sous régionales sont divergentes. Que cherche donc, M. Alpha CONDE ?

L'instrumentalisation de la lutte contre « le terrorisme djihadiste »

Les autorités guinéennes ont élaboré depuis plusieurs semaines une stratégie pour faire croire que la Guinée serait une cible d'attaques terroristes islamistes ayant des accointances avec Boko Haram. Les services spéciaux du régime guinéen selon des sources bien informées ont conçu des coups fourrés pour organiser des pseudos-attaques dans les fiefs de l'UFDG en l’occurrence au Fouta-Djalon pour justifier aux yeux de la communauté internationale et de l'opinion nationale, la présence de « terroristes  » dans cette région. Les objectifs de cette cabale du régime guinéen sont triples :

D’abord, il s'agit de stigmatiser le Fouta comme une base du terrorisme islamiste en mesure de déstabiliser la sous-région. Bien entendu les logiques sécuritaires qui dominent dans le monde auront facilement fait l'amalgame. Ainsi, la militarisation du territoire et la répression aveugle et systématique pourront être exercées avec l'assentiment tacite de la communauté internationale. Cela aura également pour conséquence, d’assurer la marginalisation sur la scène africaine et internationale de l'UFDG en particulier et de l'opposition démocratique guinéenne en général.

Ensuite, M. Alpha CONDE prépare à faire face à la crise postélectorale qui d'ores et déjà est prévisible. Au cours de son mandat, il a réussi à mettre toutes les institutions de la république sous sa botte, y compris la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) qui lui a confectionné un fichier électorale taillé sur mesure. C'est ainsi que les écoliers et les collégiens de Haute-Guinée ont été manu-militari enrôlés dans les listes électorales alors que la majorité requise pour être électeur est 18 ans. Rétif à toute mesure d’apaisement favorisant un processus électoral acceptable, le gouvernement de Conakry entend aller jusqu'au bout pour imposer dès le premier tour le candidat Alpha CONDE. Advienne que pourra par la suite, tout en étant certain que la Guinée sombrera dans une crise postélectorale de vaste envergure. C'est la raison pour laquelle , la lutte contre « le terrorisme islamiste » sera la justification politique que le régime opposera à tous les contestataires de cette nouvelle mascarade en usant de la violence systématique dont sont coutumiers tous les régimes au pouvoir à Conakry depuis l'indépendance . D'ores et déjà des milices armées privées existent au vu et au su de tous les observateurs nationaux et internationaux s'articulant principalement autour des chasseurs traditionnels (les donzos) et des anciens de l'Ulimo (protagonistes des guerres civiles du Liberia). Le dispositif sécuritaire est complété également par l'incorporation dans le corps des gardes forestiers d'une fraction importante des miliciens du régime.

Enfin, pour M. Alpha CONDE il s'agit d'éviter de se trouver dans le collimateur de la Cour Pénale Internationale ou de la réprobation générale pour violations graves des droits de l'homme. Ses conseillers instruits par les démêlés judiciaires des dirigeants du CNDD à la suite du massacre du 28 septembre 2009 et la poursuite de Laurent GBAGBO devant la CPI ont élaboré une stratégie sur plusieurs niveaux : légalisation du recours aux armes à feu pour réprimer des manifestations populaires sur le plan législatif, recours au discours « lutte contre le terrorisme djihadiste » pour amadouer l'occident, déclarations publiques et manipulations tous azimut pour attester de la véracité d'agressions « terroristes » et enfin offensive diplomatique pour embarquer à leur corps défendant des leaders politiques de la région dans sa pseudo-croisade. Ceci fait, la crise postélectorale en perspective pourra être écrasée dans l’œuf sous l’œil bienveillant de la communauté internationale.

Ce plan échafaudé par le régime de Conakry pour tenter de conserver par tous les moyens sa domination sur le pays désarçonne des esprits qui ont une autre lecture de la nature de la gouvernance de leur pays. Les guinéens quant à eux savent par expérience que le recours aux pires horreurs n'ont pas fait reculer les différents chefs d’État guinéens lorsque leur pouvoir était menacé. Les mémoires du camp Boiro, des massacres du 04 juillet 1985, du 22 janvier 2007, du 28 septembre 2009 et des tueries récurrentes de manifestants pacifiques au cours des cinq dernières années sont suffisamment prégnantes dans la société guinéenne pour créer une psychose de frayeur collective pour l'avenir de la Guinée. Il en fut de même entre les deux tours des présidentielles de 2010. La tragi-comédie de l'eau «  empoisonnée » en octobre 2010 qui avait déclenché la chasse aux peuls en Haute-Guinée est une preuve manifeste du triomphe de l'esprit de machiavel auprès des tenants du régime où  la fin justifie les moyens. La visite de Dakar est une tentative pour M. Alpha CONDE de légitimer par avance auprès des autorités sénégalaises le sombre dessein dans lequel il entend plonger son pays. La communauté sous régionale de la CEDEAO et les Nations Unies n'ignorent nullement les tragédies qui se dessinent en Guinée. Elles doivent par conséquent faire preuve de rigueur et de responsabilité afin de sauver un pays en détresse avant qu'il ne soit trop tard.

J'ose espérer que le Président Macky SALL saura comme par le passé privilégier les intérêts fondamentaux réciproques qui lient les peuples du Sénégal et de la Guinée. C'est notre vœu le plus ardent.

 

BAH Oury

Ancien Ministre de la Réconciliation Nationale

1er Vice – Président de l'UFDG  

 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Après l’Amérique du nord, Cellou Dalein Diallo attendu en Europe

Published

on

En séjour en Amérique du nord depuis le 14 juin dernier, Cellou Dalein Diallo devrait boucler sa tournée américaine ce weekend. De là, il est attendu à Paris la semaine prochaine, a-t-on appris.

Il devrait rencontrer des responsables et des militants de son parti l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), mais aussi des responsables français et européens.

Visé par la Crief (Cour des répressions des infractions économiques et financières) pour des faits présumés de détournements de deniers publics, corruption d'agents publics et enrichissement illicite, dans le cadre de la vente d’un avion de la défunte  Compagnie Air Guinée, sous le régime du feu général Lansana Conté, il vit à l’étranger depuis quelques mois.

Ministre des transports à l‘époque des faits, il a toujours clamé son innocence dans ce dossier, dénonçant une campagne visant à l’éliminer de la course à la prochaine présidentielle.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Politique : Bah Oury divorce avec la CORED de Mamadou Sylla

Published

on

Le divorce est consommé entre l’UDRG et la Convergence pour la renaissance démocratique en Guinée (CORED) dirigée par Mamadou Sylla.

Dans un tweet, le président de ce parti, Bah Oury, demande aux responsables de la coalition politique à laquelle il appartenait jusque-là d’acter la fin de leur collaboration peu après la sortie médiatique de Mamadou Sylla, président de la CORED.

« L’UDRG prend acte des propos de El hadj Mamadou Sylla de l’UDG et Président de la CORED sur les ondes de la radio FIM FM ce matin dans l’émission Mirador. En conséquence nous proposons aux instances de l’UDRG de valider la fin de notre implication au sein de cette coalition ».  Un peu plutôt dans la matinée, Mamadou Sylla l’a demandé de quitter sa coalition politique s’il ne respecte plus ses statuts et règlements, ou à défaut il va le virer.

« Si tu n’es pas d’accord, tu démissionnes ou on te fait partir », a déclaré Mamadou Sylla dans l’émission Mirador.

Il faut noter que l’origine de leur discorde remonte à hier. En effet, alors que la CORED avait décidé de décliner l’invitation à participer au troisième cadre de concertation initialement prévu ce vendredi, mais finalement reporté à lundi par le premier ministre, Bah Oury a plutôt pris la décision contraire, en indiquant qu’il est favorable au dialogue engagé sous l’égide du gouvernement. « Par conséquent l’UDRG ne partage pas le point de vue exprimer par la CORED », a-t-il posté hier sur Tweeter.

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Dialogue politique : la rencontre de ce vendredi reportée

Published

on

Finalement, la troisième session du cadre de concertation prévue ce vendredi 24 juin 2022 n’aura pas lieu. Elle a été reportée à lundi prochain a annoncé le premier ministre dans un communiqué lu jeudi soir à la télévision nationale.

Selon Mohamed Béavogui, ce report s’explique par la « volonté exprimée du CNRD et du Gouvernement de mobiliser l’ensemble des acteurs socio- politiques autour de la table du dialogue pour une transition inclusive et apaisée ».

Il faut noter que ce report intervient alors que plusieurs coalitions politiques, dont l’ANAD et la CORED avaient déjà décliné l’invitation, au motif qu’elle ne cadre pas avec l’esprit de la déclaration du premier ministre du 20 juin dernier, déclaration dans laquelle, le chef du gouvernement a lancé un appel au dialogue, estimant qu’il n’est jamais trop tard pour se retrouver et qu’aucun sacrifice n’est de trop dans la construction du pays.

« Nos divergences doivent servir de point de départ pour des discussions constructives afin de mettre en œuvre les actions concrètes et nécessaires qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel. Une invitation sera adressée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation à tous les acteurs politiques et sociaux pour une rencontre que je présiderai, dans les prochains jours, pour définir ensemble des modalités d’un véritable dialogue sans tabou, franc et inclusif », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement mettra à contribution la CEDEAO, l’UA et les Nations unie et s’appuiera également sur l’expérience du G5 en matière de suivi du dialogue.

L’ANAD de Cellou Dalein Diallo, la Cored de Mamadou Sylla, ainsi que le RPg arc en ciel, l’ex parti au pouvoir et le Fndc-politique, n’ont pas pris part aux deux précédentes sessions du cadre de concertation pilotée par Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance