Connect with us

A LA UNE

Avis à manifestation d’intérêt pour le recrutement d’un expert en passation des marchés

Published

on

Projet d’Interconnexion Electrique 225 kV Guinée – Mali
(PIEGM)
—————————————-
Financement : FAD
AVIS A MANIFESTATION D’INTERÊT 
POUR LE RECRUTEMENT D’UN EXPERT EN PASSATION DES MARCHES

Secteur : Energie

Référence de l’accord de financement : DON N°: 2100155036266

 N° d’Identification du Projet : P-Z1-FAO-149

Le Gouvernement de la République de Guinée a reçu un financement auprès du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) afin de couvrir partiellement le coût du projet d’interconnexion en 225KV Guinée Mali.

Le Gouvernement de la République de Guinée a l’intention d’utiliser une partie des ressources accordées au titre de ce don pour financer le contrat de services d’un Consultant individuel, expert en passation des marchés, pour l’Unité de Gestion du Projet (UGP).

Sous l’autorité et la supervision du Coordonnateur du Projet, l’expert(e) en passation des marchés a pour mission d’assurer l’acquisition des biens, services et travaux conformément aux dispositions contenues dans les accords de financement et les rapports d’évaluation du projet.

A ce titre, il est chargé :

d’élaborer et tenir à jour les plans de passation des marchés suivant les modèles jugés acceptables par la banque ;

de suivre la mise en œuvre des plans de passation des marchés ;

d’élaborer, préparer les avis spécifiques des appels d’offres et veiller à ce que ces dossiers reçoivent les approbations nécessaires, selon les dispositions prévues dans les accords de financement ;

de veiller aux réponses des demandes d’éclaircissement des soumissionnaires et consultants potentiels;

d’organiser les conférences préalables à la soumission et les visites de sites ;

de veiller à la confidentialité des rapports d’évaluation des offres, et s’assurer que ceux-ci reçoivent les approbations nécessaires conformément aux modes de revue contenus dans les rapports d’évaluation des projets ;

de préparer les marchés et veiller à ce qu’ils soient signés, approuvés, visés et notifiés selon le manuel des procédures et dans les meilleurs délais;

de veiller à ce que les dispositions nécessaires aient été prises pour que l’exécution des marchés soit supervisée suivant les exigences spécifiques de chaque marché ;

de contribuer à un programme de renforcement de capacités des assistants et jeunes diplômés, travaillant avec lui et sur tous les aspects de son domaine de compétence. L’objectif du renforcement de capacités étant de développer et renforcer la capacité du Client dans la réalisation de futurs projets similaires.

Le service d’appui à l’UGP pourrait commencer dès le 3ème trimestre 2018 et se réaliser sur une période de douze (12) mois, qui pourraient être renouvelés sur la base d’une évaluation positive des prestations.

L’Unité de Gestion du Projet (UGP), invite les Consultants individuels à présenter leur candidature en vue de fournir les services décrits ci-dessus. Les consultants individuels intéressés doivent faire acte de candidature en fournissant les informations adéquates sur leurs capacités et expériences démontrant qu’ils sont qualifiés pour lesdites prestations (CV détaillé, copies de diplômes et attestations, référence de prestations similaires, expériences dans des missions comparables, etc.) à l’adresse ci-dessous mentionnée.

Les critères d’éligibilité et la procédure de sélection seront conformes au « Cadre de passation des marchés pour les opérations financées par le Groupe de la Banque, édition octobre 2015 », qui est disponible sur le site web de la Banque à l’adresse : http://www.afdb.org. L’intérêt manifesté par un consultant n’implique aucune obligation de la part du Projet de le retenir.

Le candidat devra :

être titulaire d’un diplôme universitaire de niveau Bac + 5 en Economie, en Gestion, en Droit, en Administration Publique ou en Ingénierie ou équivalent ;

Avoir reçu des formations en passation de marchés publics appuyés par des attestations ou certificats ;

avoir une expérience professionnelle de dix (10) années minimum dans la passation des marchés et au moins cinq (5) années dans le domaine spécifique de passation des marchés régis par les règles et procédures des Banques ou Institutions multilatérales de Développement tels que la Banque africaine de développement ou la Banque mondiale ;

avoir une parfaite maîtrise de la langue française, la connaissance de l’anglais constituera un atout.

connaissance et utilisation des logiciels de bureautiques courants ;

avoir une bonne aptitude pour le travail en équipe.

Les critères d’évaluation et le barème de notation y relatif, sont :

(i)  Qualification générale (Diplômes et expériences générales)                             30
(ii) Expériences spécifiques relatives aux prestations à effectuer                           35
(iii) Expériences sur des projets financés par des institutions multilatérales      30
(iv) Capacités linguistiques et informatiques                                                              05

La note minimale requise pour être éligible est de 75 points sur 100.

Les Consultants intéressés peuvent obtenir les Termes de référence complets et des informations supplémentaires à l’adresse mentionnée ci-dessous aux heures de bureau suivantes : du lundi au jeudi (de 09H00 à 15H00, heures locales), le vendredi (de 09h 00 à 12h 00, heures locales).

Les expressions d’intérêt doivent être déposées à l’adresse mentionnée ci-dessous au plus tard  le

12 Juin 2018 à 10h 00mn, heures locales et porter expressément la mention : «Sélection d’un Consultant individuel – expert en passation des marchés pour l’acquisition des biens, services et travaux du Projet d’interconnexion électrique en 225 kV Guinée-Mali».  

A l’attention de Monsieur Mamady KAKORO
Coordonnateur du Projet –UGP-Guinée,MEH/EDG;
Mobile: (+224) 622 62 20 85 ;
E-mail: mdy_kakoro@yahoo.fr
Immeuble EDG (5ème étage), sis Cité chemins de fer, Kaloum
BP : 1463, Conakry – République de Guinée.

Télécharger la version PDF de l’avis à manifestation d’intérêt pour le recrutement d’un expert en passation des marchés ici PIEGM_AMI_Expert-Passation-Marchés_final_16mai18

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : Dadis, Tiegboro et Pivi écroués à la Maison centrale

Published

on

Après une longue audition au tribunal ad hoc chargé de juger le dossier des massacres du 28 septembre 2009, l'ancien chef de la junte, Moussa Dadis Camara, ainsi que le Lieutenant-Colonel Moussa Thiegboro Camara et le Colonel Claude Pivi…, ont été déférés ce mardi 27 septembre, à la Maison centrale.

Leur placement en détention préventive intervient à la veille du début du procès du massacre du 28 septembre 2009.

Interrogé par la presse, Me Salif Béavogui , un de leurs avocats a dénoncé la décision estimant que le procès commence déjà par la ‘’violence des droits de la défense’’.

Tous les trois sont inculpés dans ce dossier.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Nécrologie : l’ex président de l’Assemblée Nationale, Kory Kondiano, est mort

Published

on

L’ancien Président de l’Assemblee Nationale, Claude Kory Kondiano, décédé dans la matinée de ce mardi 27 septembre, des suites de maladie à Conakry.

Né en 1942, il avait dirigé l' Assemblée nationale de janvier 2013 au 22 avril 2020.

Guinee28

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Guinée. Il faut agir vite pour accroitre l’assistance aux victimes de violences sexuelles

Published

on

Un nouveau rapport demande aux autorités guinéennes d’améliorer la prévention du viol et la prise en charge des victimes.

Les autorités doivent introduire une nouvelle loi sur les violences basées sur le genre

• Plus de 400 plaintes pour viol ont été enregistrées en 2021 ; la plupart des victimes étaient mineures

• Amnesty International dénonce les obstacles empêchant les victimes d’obtenir justice et menant à l’impunité

Les victimes de violences sexuelles en Guinée se heurtent à la stigmatisation sociale, à un manque d’accès aux soins médicaux, ainsi qu’à d’importants obstacles à la justice, décrivent Amnesty International et le bureau régional Afrique de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPFAR) dans un rapport publié mardi 27 septembre et intitulé La honte doit changer de camp : Garantir les droits et la justice pour les victimes de violences sexuelles en Guinée.

S’appuyant sur des entretiens avec des victimes de viol, des représentant·e·s des autorités administratives, judiciaires, traditionnelles et religieuses, des professionnel·le·s de la santé, des diplomates, et des représentant·e·s de la société civile, ce rapport analyse les nombreux obstacles à une prise en charge médicale effective pour les victimes de viol, à des examens médico-légaux, à un soutien psychologique et à l’accès à la justice en Guinée. Pour de nombreuses victimes, la justice reste hors de portée.

« Les victimes et leurs proches nous ont dit à de nombreuses reprises que les terribles violences sexuelles qui leur ont été infligées sont exacerbées par le jugement de la société. Cependant, le silence entourant les cas de viol commence à se dissiper et la société civile s’emploie à dénoncer les violences sexuelles », a déclaré Samira Daoud, directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre à Amnesty International.

« Malgré les efforts récemment déployés par les autorités afin de s’attaquer à la question des violences sexuelles, il reste encore beaucoup à faire en termes d’information, de prévention, et d’accès aux soins et à la justice pour que la Guinée réponde à ses obligations relatives au droit international et régional en matière de droits humains. »

En 2021, l’Office de protection du genre, des enfants et des mœurs (Oprogem) et la Brigade spéciale de protection des personnes vulnérables (BSPPV) - unités spécialisées au sein de la police et de la gendarmerie - ont traité plus de 400 cas de viol. La plupart des victimes étaient mineures, et certaines avaient moins de 13 ans. Ce rapport montre que le véritable nombre de viols est sans aucun doute plus élevé, compte tenu notamment du recours au règlement extrajudiciaire des affaires, et du nombre élevé de cas traités dans les centres médicaux.

Stigmatisation sociale

Les victimes de violences sexuelles et leurs proches sont souvent confrontés au jugement sévère de leur communauté, sur fond de forte stigmatisation sociale.

La mère d’une fille disant avoir été violée a parlé à Amnesty International de la stigmatisation subie par son enfant :

« [...] Quand nous sommes allées à l’hôpital, un des médecins a dit : “C’est la petite qui a été violée”. Ça fait mal. Où qu’elle aille, les gens la montrent du doigt. Elle est toujours enfermée à la maison. Elle ne sort pas ; elle communique à peine avec les gens. Elle veut retourner à l’école mais ce n’est pas possible. »

Les autorités doivent en faire plus pour créer des campagnes de sensibilisation et d’éducation visant à lutter contre les attitudes sociales et culturelles sous-jacentes qui se traduisent par des discriminations contre les femmes et perpétuent les violences à leur égard. Ces campagnes doivent promouvoir la tolérance zéro face aux violences contre les femmes, discréditer les stéréotypes de genre nuisibles et les mythes associés au viol, éradiquer les préjugés existant contre les femmes victimes de violences, et encourager les victimes à demander des réparations.

Urgence de l’amélioration de l’accès aux soins, aux droits sexuels et reproductifs et à un soutien psychologique

La Guinée ne dispose pas d’un véritable numéro de téléphone gratuit permettant aux victimes de signaler des violences sexuelles et de recevoir des avis médicaux et juridiques. Et malgré certaines initiatives telles que la création de centres multi-services proposant des soins et un soutien juridique, la disponibilité, la qualité et l’accessibilité du système de santé doivent être renforcées pour les victimes, souvent issues d’un milieu modeste. De nombreuses victimes ne sont pas en mesure de bénéficier de véritables soins médicaux et psychologiques, ni de concrétiser leur droit à la santé sexuelle et reproductive. La plupart des médecins spécialistes pratiquent dans la capitale, Conakry, et le coût des soins peut parfois empêcher les victimes d’aller se faire soigner.

Un médecin a déclaré à Amnesty International : « Nous pouvons proposer des consultations et des rapports médicaux gratuits. Mais si ces personnes présentent des complications nécessitant une intervention chirurgicale, ou des infections pour lesquelles un traitement médicamenteux est nécessaire, onne peut pas faire cela gratuitement. »

Les préjugés de la société concernant le viol en Guinée, qui dissuadent souvent de signaler ce crime et de porter plainte, laissent les victimes de ces atrocités sans soins médicaux, soutien psychosocial, ni aide juridique afin d’obtenir justice et réparation », a déclaré Marie-Evelyne Petrus-Barry, directrice régionale de l’IPPFAR.

« Les violences basées sur le genre sous toutes leurs formes sont reconnues comme des violations des droits humains par le droit et le système international des droits humains. Les inégalités de genre, les déséquilibres en matière de pouvoir et le mépris pour les droits humains sont souvent à la racine de ces actes odieux et empêchent les victimes de faire valoir leurs droits sexuels et reproductifs, et d’en bénéficier pleinement. En tant que défenseur·e·s des droits humains, nous devons tous et toutes prendre position et faire cesser ces actes inexcusables », a ajouté Marie-Evelyne Petrus-Barry.

 Accéder à la justice est pour les victimes une course d’obstacles

Bien que de véritables progrès aient été accomplis par le renforcement du cadre juridique ces dernières années et la création d’unités de police et de gendarmerie spécialisées afin de répondre aux cas de violences sexuelles, accéder à la justice en Guinée reste une quête ardue semée d’embûches pour les victimes de violences sexuelles, tandis que les auteurs bénéficient souvent de l’impunité. Les autorités coutumières arrivent à faire pression en faveur d’arrangements extrajudiciaires menant à l’abandon des poursuites, ce qui est contraire à la loi et aux droits des victimes.

Le nombre d’experts médico-légaux est insuffisant et bien que la présentation d’un rapport médico-légal ne soit pas exigée par la loi pour déposer plainte, cela est en pratique souvent requis. Et même quand ce document n’est pas demandé par la police ou la gendarmerie, son absence devient un obstacle majeur à une possible condamnation au tribunal.

Les enquêtes judiciaires sont souvent entravées par le manque de ressources et de formation pour répondre aux affaires de violences sexuelles et mener des investigations, ce qui a un impact négatif sur la quête de justice des victimes. Faute d’aide juridictionnelle gratuite pour les personnes qui n’ont pas les moyens de payer les services d’un avocat, seules les organisations non gouvernementales peuvent fournir cette aide.

De même, la justice guinéenne manque de ressources. La majorité des juges, dont la plupart sont des hommes, travaillent dans de mauvaises conditions. Les témoignages de victimes de viol montrent que certains de ces magistrats perpétuent des stéréotypes patriarcaux lorsque des affaires de violences sexuelles leur sont confiées.

Par ailleurs, le fait que les victimes du massacre du 28 septembre 2009 aient dû attendre 13 ans pour espérer obtenir justice et réparation a constitué un puissant symbole d’impunité ; alors que les forces de défense et de sécurité ont tué plus de 150 manifestant·e·s et commis des crimes sexuels contre plus de 100 femmes dans un stade à Conakry ce jour-là.

Afin de renforcer leur réponse face aux violences sexuelles, les autorités guinéennes doivent adopter en urgence une loi générale sur les violences basées sur le genre - une des recommandations du rapport - dans le but de renforcer la capacité de la justice, de la police et d’autres autorités responsables de l’application des lois, ainsi que des assistantes sociales et des professionnel·le·s de santé, à mettre pleinement en œuvre l’ensemble des dispositions légales en matière de lutte contre les violences à l’égard des femmes.« Les autorités guinéennes se sont engagées à combattre les violences basées sur le genre et le viol. Nous les appelons à prendre des mesures concrètes afin de renforcer les efforts entrepris par l’État pour prévenir les violences sexuelles et garantir aux victimes l’accès aux soins et à la justice », a déclaré Samira Daoud.

Source : Amnesty 

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance